Les nouveautés dans votre médiathèque: 11 juin

13.06.2018

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 4 septembre:

 

IMG 20180613 162700  IMG 20180613 162210 
 IMG 20180613 162435  

Jeunesse :

« Que grignote une plante carnivore pour son goûter ? Et autres questions 100% nature », Alain Korkos

           Après Pourquoi mon chien déchiquette mes chaussettes qui traitait des comportements animaliers, et Comment faire rentrer huit mètres d’intestins dans mon ventre, qui portait sur le corps humain, voici un nouveau volume thématique qui se penche sur la Nature, au sens large, et ses bizarreries. Alain Korkos et Christine Beigel traitent successivement les thèmes suivants : Les grandes questions autour des végétaux (Quels sont les différents types de forêts ?) ; La croissance des plantes (D’où vient le cacao ?) ; Les animaux et leur comportement (Pourquoi dit-on que les pets des vaches détruisent la couche d’ozone ?) ; L’environnement (Pourquoi l’Amazonie est-elle le poumon de la Terre ?) ; Les phénomènes météorologiques (Qui fait la pluie et le beau temps ?) ; La géologie (Comment naissent les volcans ?) ; La chimie (Puisque la Terre est dans le vide, pourquoi ne tombe-t-elle pas ?) ; Les énigmes mathématiques (Combien y a-t-il de tonnes de sel dans l’océan Atlantique ?) ; Les modes de vie curieux (Pourquoi les Chinois mangent-ils des nids d’hirondelle ?) ; Les croyances autour de la Nature (Pourquoi le trèfle à quatre feuilles porte-t-il bonheur ?) ; D’expressions liées à la nature (Pourquoi les filles naissent dans les roses et les garçons dans les choux ?). Avec des explications claires, documentées et précises, et parce que la nature a beaucoup à nous apprendre, voici un livre plein de surprises, pour découvrir et s'étonner des phénomènes qui font marcher la planète !

 

Albums :

« Les dinos décongelés. Ils débarquent », Agnès Ernoult

          Pris dans un iceberg, un Tyrannosaurus Rex flotte au milieu de l’océan Arctique. Il s’ennuie depuis des millions d’années, et même s’il ne sait pas nager, il aimerait bien se dégourdir les pattes. Quand justement, la glace fond et émet quelques “cracs”... Il découvre alors la gloire et la célébrité grâce aux humains qui n’en croient pas leurs yeux. Bientôt, c’est un Diplodocus qui est découvert. Une information chasse l’autre. Le Tyrannosaurus va alors s’apercevoir que, de nos jours, il est bien difficile, même pour un T. rex, de conserver son public…

« 20 bonnes raisons d'aller à l'école », Michaël Escoffier

          Après les 20 bonnes raisons de croire au père noël, Michaël Escoffier et Romain Guyard s’attaquent aux 20 bonnes raisons d’aller à l’école, parce que des fois nos chères têtes blondes ont un peu besoin qu’on leur rappelle ... que … ne pas aller à l’école, c’est prendre pas mal de risques ! Mélanger les flacons de shampooing avec les sodas, se retrouver dans une bulle emporté par le vent, atterrir sur un bateau de pirates, faire enrager sa mère (qui en devient une maman (rouge) tomate), se retrouver avec des couches et faire la guerre aux limaces… Toujours aussi délirants et déjantés, Michaël Escoffier et Romain Guyard n’offrent au final pas d’autres possibilités que d’aller à l’école… pas mal en ces temps de rentrée scolaire.

« Au secours », Michaël Escoffier, Matthieu Maudet

          Un livre en accordéon, plein de surprises, où il faut deviner à chaque coin de page ce qui va arriver ensuite. Et il ne se passe pas n’importe quoi!

« Olivia sait compter », Ian Falconer

          Voici Olivia qui revient pour nous apprendre à compter. Et bien sûr, c’est son univers quotidien qui lui sert de boulier ! Deux nœuds pour les cheveux, neuf jouets… Pour connaître tous ses trésors, ouvrez donc vite les pages de ce petit livre tout-carton !

« Tu te crois le lion ? », Urial Langlois

          Du haut de la plus haute des collines, le lion Trop-Puissant passe son temps à donner des ordres aux animaux de sa cour. Un jour, la pigeonne en a assez et elle part s’installer en bas, sur la plage. Le lendemain, c’est au tour du mouton de déserter. Suivent le chien, puis la mule… « Ils reviendront, rugit le lion, ils ont trop besoin de moi. » Mais en est-il bien sûr ? À l’âge où savoir « qui commande » est une question essentielle, l’auteur démontre avec malice et finesse les limites de la toute puissance. Car à quoi bon être roi, si l’on n’a plus personne sur qui régner ? On rit de la méchanceté du lion Tout-Puissant, comme des sobriquets ridicules dont il affuble ses sujets. Et on adore la chute savoureuse qui lui rabat le caquet !

« Allô Vénus », Matthieu Maudet

          Margot a une imagination débordante. Un carton sur la tête, elle adore jouer à la cosmonaute venue d'une autre planète et infiltrée dans une maison d'humains. Sème-t-elle vraiment la pagaille sur son passage ou son grand frère est-il d'une incorrigible mauvaise foi ? Lorsque celui-ci, excédé, tente de lui arracher le casque qui lui permet de communiquer avec la planète Vénus, un drôle de bruit se fait entendre dans le ciel... Et si Margot donnait une leçon à son grand frère en lui montrant que les petits ne sont pas toujours des bébés ?

« Le Masque », Stéphane Servant

          Petit Frère a trouvé un masque tout blanc qui lui permet de se transformer en l’animal de son choix. Il amuse beaucoup ses camarades mais ne sait pas s’arrêter à temps. Il vole des baisers, soulève les jupes des filles, cherche à commander et se fait peu à peu rejeter… L’histoire des métamorphoses d’un petit garçon qui se cherche entre séduction et colère.

 

BDs :

« L'Elève Ducobu. Confisqués ! », Godi Zidrou

          Après 15 albums passés à rendre chèvre Monsieur Latouche et profiter placidement de la chaleur du coin au fond de la classe, ça devait finir par arriver : Ducobu s'est vu confisquer son « Rik Spoutnik Magazine » ! Mais, tel est pris qui croyait prendre ! Il n'aura suffi que de quelques pages feuilletées pour rendre Monsieur Latouche définitivement accro. Et encore, personne ne se doute du secret que renferme la caverne sous l'école Saint- Potache...Voici entre autres ce que nous réservent Godi et Zidrou pour les 16es aventures du cancre le plus irrécupérable de la bande dessinée !

« Le loup en clip », Lupano, Itoïz, Cauuet

           Le loup terrorise la forêt et ses habitants qui vivent continuellement dans la peur de se faire croquer les fesses. Jusqu'au jour où le loup descend dans la forêt... Méconnaissable ! Le loup ne fait plus peur du tout, il n'a plus le regard fou ni les poils dressés ! Mais comment vivre sans la peur, quand la peur est devenue l'unique moteur ?

« Les Profs 8. Fenêtre sur cours », Pica, Erroc

          Approchez, Mesdames et Messieurs ! Venez découvrir les seuls vrais aventuriers modernes : les profs ! Suivez le prof d'histoire débutant, le prof de gym sur-vitaminé, la prof de français sexy, le prof de philo blasé et la prof d'anglais peau de vache dans leur croisade contre l'ignorance et le poil dans la main ! Plus forts que Zorro, plus courageux qu'Indiana Jones et bien moins payés que James Bond, ils pénètrent dans la jungle étouffante des lycées pour affronter les tribus d'élèves hostiles. Puis, épuisés, ils se réfugient dans leur oasis la salle des profs ! Là, entre la machine à café en panne et les 150 copies à corriger pour demain, ils refont le monde de l'éducation et des plans pour les vacances. Recommandé par le ministre de l'éducation nationale, cet album est pour tout le monde les profs, les élèves, les parents d'élèves, les parents de profs, les surdoués et les cancres (il y a de jolies images). Et heu... nous demandons aux profs de ne pas noter les auteurs trop sévèrement : ils n'ont pas pu préparer l'interro, leur grand-mère était malade

« Trappeurs de rien. 1 », Thomas Priou, PG, Corgié

          Croquette est une véritable légende du Grand Nord, un trappeur intrépide, un chasseur mythique, un pisteur infaillible. Enfin, c’est ce dont sont convaincus Georgie et Mike, ses meilleurs amis, ses fidèles compagnons.

« Nathalie. Faut de tout pour faire un monde ! », Sergio Salma

          Ca y est, Nathalie a bien intégré le divorce de ses parents. Tellement bien, d’ailleurs, qu’elle s’en féliciterait presque : pensez, deux parents séparés, c’est tout simplement deux fois plus d’occasions de voyages ! Car notre jeune héroïne, bien sûr, a toujours l’évasion dans la peau, et continue de rêver au vaste monde. Elle a même imaginé une machine révolutionnaire, genre cabine d’ascenseur-sanisette, qui permettrait de se téléporter instantanément dans un endroit de son choix, n’importe où sur la planète ! Bref, c’est Nathalie telle qu’en elle-même : plus ses aventures s’étoffent et plus elle se ressemble. Et c’est exactement comme ça qu’on l’aime.

 

Documentaire :

« Pourquoi la guerre ? Comment la paix ? » ; Elisabeth Combres, Florence Thinard

          Le flot continu d'images de violence et de conflits crée cette impression étrange que la guerre est quotidienne, naturelle, inéluctable. «Pourquoi la guerre? Comment la paix?» raconte l'histoire de la guerre et explique les mécanismes en jeu. Il met ainsi en lumière le cynisme de ceux qui profitent des conflits, la générosité de ceux qui apaisent les souffrances et surtout l'espoir et la volonté qu'il faut aux hommes, jour après jour, pour construire la paix.

« Encyclopédie de l'espace », Sylvie Deraime

          Plus de 800 photographies belles et précises de galaxies, de nébuleuses, de planètes et d’étoiles pour parcourir l’immensité de l’espace et observer le ciel. Des textes concis et accessibles, validés par des spécialistes, pour découvrir l’histoire de l’astronomie et de la conquête spatiale, comprendre les techniques d’observation et connaître tous les objets célestes. De nombreux outils (fiches d’identité, chronologies, schémas, cartes, biographies, etc.) donnent un accès rapide à l’information.

 

Roman :

« Nasreddine et son âne », Odile Weulersse

"Ce matin, Nasreddine s’en va au marché, s’installe sur un tapis et vante les qualités de ses produits. Mais pendant ce temps son âne lui est dérobé. Pour démasquer le coupable, Nasreddine invente une histoire à faire frémir la foule rassemblée..."

 

Adultes :

« Brêve encyclopédie du monde. 2. Décadence », Michel Onfray

          «Chacun connaît les pyramides égyptiennes, les temples grecs, le forum romain et convient que ces traces de civilisations mortes prouvent... que les civilisations meurent – donc qu’elles sont mortelles! Notre civilisation judéo-chrétienne vieille de deux mille ans n’échappe pas à cette loi. Du concept de Jésus, annoncé dans l’Ancien Testament et progressivement nourri d’images par des siècles d’art chrétien, à Ben Laden qui déclare la guerre à mort à notre Occident épuisé, c’est la fresque épique de notre civilisation que je propose ici. On y trouve : des moines fous du désert, des empereurs chrétiens sanguinaires, des musulmans construisant leur "paradis à l’ombre des épées", de grands inquisiteurs, des sorcières chevauchant des balais, des procès d’animaux, des Indiens à plumes avec Montaigne dans les rues de Bordeaux, la résurrection de Lucrèce, un curé athée qui annonce la mort de Dieu, une révolution jacobine qui tue deux rois, des dictatures de gauche puis de droite, des camps de la mort bruns et rouges, un artiste qui vend ses excréments, un écrivain condamné à mort pour avoir écrit un roman, deux jeunes garçons qui se réclament de l’islam et égorgent un prêtre en plein office – sans parler de mille autres choses... Ce livre n’est ni optimiste ni pessimiste, mais tragique car, à cette heure, il ne s’agit plus de rire ou de pleurer, mais de comprendre.» Michel Onfray

 

BD :

« Groenland Manhattan », Chloé Cruchaudet

          1897. L'explorateur Robert Peary regagne New York après une mission au Groenland et ramène dans ses bagages cinq Esquimaux, parmi lesquels Minik, un jeune garçon, et son père. Véritable objet de curiosité, le petit groupe est logé dans les sous-sols du Muséum d'histoire naturelle. Mais, en l'espace de quelques mois, la tuberculose a raison de ces grands hommes du Nord et seul Minik survit. Adopté par l'un des conservateurs du Muséum, il s'adapte peu à peu à sa nouvelle destinée. Mais sa vie bascule le jour où il découvre dans une vitrine du musée le squelette de son père...

L’intégrale « Malgré nous », Thierry Gloris, Marie Terray

          L'Europe est sous le joug nazi ; Louis Fisher a vingt ans. Son appétit de vivre est aussi grand que sa tête est emplie de rêves. Mais Louis est Alsacien et personne n'est capable de lui dire à qui appartient le sol qu'il foule chaque jour : en moins de cinquante années, sa famille a tour à tour été germanique puis française. Lors du premier conflit mondial, le prix du sang fut payé à parts égales pour Marianne et le Reich, la branche paternelle portant le casque à pointe du Kaiser, et la lignée maternelle, le pantalon garance des poilus de la République. Mais à vingt ans, comment vivre sans insouciance?! Louis est amoureux, Louis fanfaronne et clame sa nationalité de naissance et de coeur : la France. Et puis un jour, Louis devint Ludwig. Et puis un jour, l'oppression envahit chaque minute. Louis peut-il préserver encore un tout petit peu ses rêves...

« Bidouille et Violette », Bernard Hislaire

          Cette histoire d’amour fou entre deux adolescents sensibles, le petit rondouillard timide et la plus belle fille du lycée, marqua le début des années 80 en paraissant dans les pages de l’hebdomadaire belge Spirou. En effet, au milieu de séries classiques d’aventures ou d’humour, Bidouille et Violette mettait de façon avant-gardiste au cœur du récit le vécu, le quotidien, transcendés par la poésie et l’émotion. La série vécut le temps de quatre volumes, qui furent ensuite rassemblés en intégrale par Glénat au milieu des années 90. Reflet des premières armes d'un auteur qui allait se révéler auprès d'un public beaucoup plus vaste avec Sambre, l’ouvrage ne laissa personne insensible.

« Les communardes ! 1. Les éléphants rouges », Wiilfrid Lupano

          Hiver 1870. Prélude de la Commune. Alors que Paris, assiégée par l’armée prussienne, subit le froid et la famine, Victorine, onze ans, passe le plus clair de son temps à s’occuper de Castor et Pollux, les deux éléphants du Jardin des plantes. Cette passion pour les pachydermes a le don d’énerver sa mère, engagée dans le mouvement des femmes qui veulent s’impliquer dans la défense de la ville. Mais Victorine est bourrée d’imagination, et elle veut être à la hauteur des ambitions de sa mère. Nourrie par les exploits des célèbres éléphants d’Hannibal, elle élabore un plan pour libérer Paris. Un plan génial, démesuré, contre lequel Bismarck ne peut rien. Un plan de petite fille livrée à elle-même dans un monde d’adultes...

« L'île aux femmes », Zanzim

          Céleste Bompard est un « Coq en l’air », un as de la voltige. Ses prouesses lui valent un large succès auprès de la gent féminine. Il aligne les conquêtes. Engagé alors que la Grande Guerre éclate, il est chargé de transporter les lettres que les soldats du front écrivent à leurs femmes. Mais lors d’une mission, Céleste est victime d’un tir ennemi et son biplan se crashe sur une île mystérieuse. Obligé de survivre dans cet endroit visiblement désert, il trompe son ennui en lisant les lettres que les poilus destinent à leurs femmes. Un jour, en parcourant les lieux, il découvre un jardin d’Éden entièrement peuplé de femmes ! De véritables amazones, aussi belles que redoutables, qui ne tardent pas à le capturer pour remplacer leur " reproducteur " actuel. Alors qu'il avait l'habitude de mener la danse avec les femmes, voilà que Céleste est devenu leur esclave !

 

Ecologie :

« Une écologie humaniste », Gilles Clément

          Utopie : Construction mentale à partir de laquelle se définit le projet et sur laquelle il s'appuie. L'u-topie (non-lieu) n'est pas une négation du lieu mais une vision provisoirement séparée des exigences du lieu (le site). Le jardin se construit à partir d'un site. Son devenir et sa forme sont orientés par les conditions du milieu et par les espérances contenues dans l'utopie du jardinier. ..Paysagiste et théoricien du jardin, G. Clément raconte l'histoire de chacun de ses jardins les plus célèbres et dévoile la diversité de son oeuvre. L. Jones dresse le portrait de cet homme, de sa démarche et de son style mais aussi de ses combats. L'ouvrage prône une écologie humaniste et s'interroge sur la place de l'homme dans des écosystèmes en constante évolution.

« Demain, un nouveau monde en marche », Cyril Dion

          Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales que traversent nos pays ? En 2012, Cyril Dion prend connaissance d’une étude, menée par vingt-deux scientifiques de différents pays, annonçant la disparition possible d’une partie de l’humanité d’ici à 2100. Cette nouvelle fait à peine l’objet d’un traitement de seconde zone dans les médias. Considérant qu’amplifier le concert des catastrophes ne fonctionne pas, il décide de partir, avec l’actrice-réalisatrice Mélanie Laurent et une petite équipe, découvrir à quoi notre monde pourrait ressembler si nous mettions bout à bout certaines des meilleures solutions que nous connaissons déjà dans l’agriculture, l’énergie, l’économie, l’éducation et la démocratie. Villes produisant elles-mêmes leur nourriture et leur énergie, systèmes zéro déchet, entrepreneurs et municipalité créant leur propre monnaie pour empêcher la spéculation et l’accaparement des richesses, peuples réécrivant eux-mêmes leur Constitution, systèmes éducatifs pionniers, ils découvrent partout des femmes et des hommes qui changent le monde. En reliant ces initiatives, ils mettent au jour une nouvelle philosophie, une communauté de pensée entre tous ces acteurs qui ne se connaissent pas. Un nouveau projet de société…

 

Histoire:

"Les Martyrs de Baudrigues"

 

Loisirs créatifs :

« Jouer les couleurs : l'art et la manière de les associer », Marie-Pierre Dubois-Petroff

« Bijoux en pâte d'argent », Jackie Truty

          Souple comme de la pâte à modeler, la pâte d'argent a la formidable capacité de devenir dure " comme du fer ". une fois cuite. Grâce à cet ouvrage de référence, vous apprendrez à travailler ce matériau d'exception, du choix du matériel à la création de bijoux uniques. L'auteur vous guide progressivement dans l'apprentissage des techniques. Elle vous initie aux bases : moulage, sculpture, séchage, ponçage, cuisson et polissage. Puis vous révèle des techniques plus poussées : sertissage de perles, réalisation d'apprêts, mélange et assemblage à d'autres métaux (cuivre, laiton, or), association de l'argent à d'autres matériaux (verre, émaux, pâte polymère, céramique, perles, résines...). Au-delà de la pâte d'argent, ce sont toutes les pâtes de métal qui sont abordées, notamment la pâte d'or. En fin d'ouvrage, quatre réalisations de difficulté croissante sont détaillées pas à pas.

 

Romans :

« La fête du siècle », Niccolo Ammaniti

          A l’occasion de la plus décadente fête du siècle, organisée par un magnat de l’immobilier, un écrivain narcissique en mal d’inspiration, bloqué depuis trois ans au chapitre deux de son nouveau roman, va croiser le chemin d’une minable secte satanique, baptisée : Les Enragés d’Abaddon et décidée à sacrifier une chanteuse pop pour s’ériger sur l’autel de la célébrité. Au programme de la fête : un triple safari avec chasse au lion, au renard et au tigre, où est convié tout ce que Rome peut compter en VIP. Chirurgiens plastique, acteurs, mannequins, avant-centres, journalistes s’y rendent, leur ego en bandoulière. Mais très vite la fable prend des allures apocalyptiques, et plus aucun des personnages n’est à la place où il devrait être. Dans cette comédie sociale grinçante, qui n’est pas seulement un récit hilarant, mais également un portrait de l’Italie contemporaine loin de ses clichés touristiques, Ammaniti nous dévoile l’autre face cachée de Rome, vérolée de superficialité et de vulgarité, où le grotesque de la médiatisation est stigmatisé comme l'un des nouveaux maux du XXIe siècle.

« L'été Slovène », Clément Bénech

          Cet été-là, il part avec Eléna en Slovénie, pour changer d'air. Mais très vite, tout vient contrarier l'intimité du jeune couple : la traversée à la nage d'un lac glacé, une nuit passée dans un parc, un accident de voiture, une chatte en chaleur dans leur chambre d'hôtel, rien ne se passe comme ils l'espéraient. Dès lors, ce périple chaotique semble déteindre sur leur relation au point qu'ils finissent par ressembler, l'un pour l'autre, au pays qu'ils traversent : aussi familier que mystérieux, aussi énervant qu'attendrissant. Avec beaucoup d'humour et de subtilité, Clément Bénech nous offre les instantanés d'un amour qui décline et qui, malgré la bonne volonté des deux amants, court inexorablement vers sa fin.

« L'enfant du Carladès », Serge Camaille

          Tous les jours, René passe devant la boutique de Maxime. Tous les jours, il hésite. Aujourd’hui, il se décide à entrer et à faire appel aux services de l’écrivain public. À quatre-vingt-quinze ans, il souhaite que Maxime l’aide à mettre sur le papier l’histoire de sa vie : son arrière-petite-fille doit savoir d’où elle vient ! Depuis les années 30, la Seconde Guerre mondiale, les années hippies jusqu’à l’époque moderne, la vie n’a pas épargné René et son épouse Irina. Un douloureux récit pour transmettre la sagesse et le bonheur à sa descendance...

« La délicatesse », David Foenkinos

          « François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, ça serait parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…
– Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie.

« Les renards pâles », Yannick Haenel

          Un homme choisit de vivre dans sa voiture. À travers d'étranges inscriptions qui apparaissent sur les murs de Paris, il pressent l'annonce d'une révolution. Le Renard pâle est le dieu anarchiste des Dogon du Mali ; un groupe de sans-papiers masqués porte son nom et défie la France. Qui est ce solitaire en attente d'un bouleversement politique? Qui sont les Renards pâles? Leur rencontre est l'objet de ce livre ; elle a lieu aujourd'hui.

« Sulak », Philippe Jaenada

          Aucun romancier n'aurait pu inventer un personnage aussi fascinant que celui de Bruno Sulak. Tout au long des années 80, ses braquages audacieux et ses évasions répétées – sans la moindre effusion de sang – ont défrayé la chronique judiciaire. Ancien légionnaire, parachutiste émérite, charmeur, généreux et intègre, follement épris de liberté, Bruno Sulak a marqué les mémoires avec ses casses spectaculaires. Pendant dix ans ce jeune homme a défié les lois de la République, s'est joué du système carcéral, a bravé l'ensemble d'une société contre laquelle il était entré en guerre à forces d'injustices, aux côtés de Steve, son ami et complice, et de Thalie, grande et belle brune, son amour hors la loi. Aussi fulgurante que rocambolesque, son existence s'est achevée sur un point d'interrogation : une mort dans des circonstances obscures qui suscite encore la polémique.

« Les hauts de Bellecoste », Christian Laborie

          La douce et rêveuse Clémence mène sans se plaindre une vie rude à la ferme des Pérol. L’arrivée du bel Armand bouleverse son cœur. Amoureuse, elle connaît entre ses bras ses premiers plaisirs de femme. Mais la guerre réclame les hommes au front. Armand part et est porté disparu peu après. Le fourbe et grossier Emile, qui convoite la jeune femme depuis longtemps, pense enfin tenir sa revanche.

« Alma », Jean-Marie Le Clézio

           Voici donc des histoires croisées, celle de Jérémie, en quête de Raphus cucullatus, alias l'oiseau de nausée, le dodo mauricien jadis exterminé par les humains, et celle de Dominique, alias Dodo, l'admirable hobo, né pour faire rire. Leur lieu commun est Alma, l'ancien domaine des Felsen sur l'île Maurice, que les temps modernes ont changée en Maya, la terre des illusions : «Dans le jardin de la Maison Blanche le soleil d'hiver passe sur mon visage, bientôt le soleil va s'éteindre, chaque soir le ciel devient jaune d'or. Je suis dans mon île, ce n'est pas l'île des méchants, les Armando, Robinet de Bosses, Escalier, ce n'est pas l'île de Missié Kestrel ou Missié Zan, Missié Hanson, Monique ou Véronique, c'est Alma, mon Alma, Alma des champs et des ruisseaux, des mares et des bois noirs, Alma dans mon cœur, Alma dans mon ventre. Tout le monde peut mourir, pikni, mais pas toi, Artémisia, pas toi. Je reste immobile dans le soleil d'or, les yeux levés vers l'intérieur de ma tête puisque je ne peux pas dormir, un jour mon âme va partir par un trou dans ma tête, pour aller au ciel où sont les étoiles.»

« La cicatrice », Bruce Lowery

          " J'étais, sans le savoir, un enfant heureux, relativement heureux, il est vrai. Mais ce n'était qu'une impression d'ensemble. Car ma vie, même alors, ne manquait pas de petits malheurs auxquels je n'arrivais pas à m'habituer. Il faut remonter à novembre 1944. J'avais treize ans. " Jeff porte sur la lèvre un petit bec-de-lièvre que tout le monde nomme la " cicatrice ". Une infirmité dont il ne connaît pas la cause et qui lui vaut moqueries et méchancetés de toutes sortes. Parce qu'il ne sait s'en défendre, il intériorise toute cette douleur, toutes ces blessures morales répétées. A cet âge si sensible, s'enfermant peu à peu, il souffre et fait souffrir ceux qui l'aiment sans réserve... Ce roman nous présente le drame bouleversant de cet enfant, différent des autres et rejeté par eux. Plus il cherche à sortir de sa solitude, plus il s'y enfonce, car le monde de l'enfance est aussi celui de la cruauté, inconsciente mais féroce.

« Miss Peregrine et les enfants particuliers », Ransom Riggs

          Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé un partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l'avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d'un orphelinat pour enfants "particuliers". Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d'enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des "Monstres". Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s'enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l'île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n'a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s'ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse...

 

Roman policier :

« Si tous les dieux nous abandonnent », Patrick Delperdange

          Violence, cruauté, trahison : rien ne leur sera épargné. Céline est une jeune femme en fuite. Léopold, un vieux monsieur qui ne tient plus à la vie que par habitude. Quant à Josselin, il ne s’agit en fin de compte que d’un idiot qui se croit très malin. Le destin de ces trois personnages va se trouver lié de manière inattendue et impitoyable. Un dieu malfaisant aurait-il décidé de s’amuser avec leur existence, comme un fou qui jouerait aux dés? Malgré leurs défauts, malgré leurs maladresses, Céline, Léopold et Josselin nous touchent comme nous toucheraient des amis, des semblables, des frères. Ce qui leur arrive pourrait tout aussi bien nous arriver. Si tous les dieux nous abandonnent, il nous faudra continuer à vivre seuls, pauvres humains.

« Méthode 15-33 », Shannon Kirk

          Une jeune fille de seize ans, enceinte et sans défense, est enlevée en pleine rue et jetée dans une camionnette crasseuse. On la croirait terrorisée et vaincue. Il n’en est rien. Prodige scientifique à l’esprit calculateur et méthodique, elle va mobiliser toutes ses ressources pour atteindre ses deux objectifs : sauver l’enfant qu’elle porte et assouvir sa vengeance. De cette confrontation entre un groupe de ravisseurs sadiques et une adolescente aux tendances sociopathes, personne ne ressortira indemne. Jouissif.

 

Société :

« La tentation de Pénélope » , Belinda Cannone

          "Qu’est-ce que se sentir femme aujourd’hui ? L’opinion commune, fondée sur la différence des sexes, postule l’existence d’une « nature féminine » liée à la capacité d’enfanter. Contre cette conception régressive, cet essai percutant appelle à ne pas défaire ce que les générations précédentes avaient conquis : à résister à la tentation de Pénélope. Car c’est à partir d’une féminité réellement vécue qu’un féminisme qui ne serait ni abstrait ni belliqueux est ici envisagé. J’ai placé le désir au centre du livre : c’est parce que nous aimons les hommes et les désirons que nous cherchons les moyens de mieux vivre ensemble. J’ai placé la liberté comme moteur et comme horizon : contre les revendications identitaires, elle seule permet de travailler à se dégager des vieux modèles et des préjugés, pour pouvoir réinventer sans cesse nos vies. L’essai est bâti sur trois modes tressés : l’implication personnelle (car de quel surplomb pourrais-je parler d’une question aussi intime qu’elle est partagée ?) ; la réflexion autour des représentations (toujours historiques) de la différence des sexes, des genres et de la sexualité ; et la discussion de certains travaux féministes récents. Trente-six brefs chapitres évoquent le cerveau des femmes, l’aliénation, la politique, la beauté des hommes, le non-désir d’enfant, la possibilité de la suspension des genres, la prostitution, etc.

« Au fil du rail, l'Amérique des hobos », Ted Conover

          1980. Ted Conover est un jeune étudiant en anthropologie de vingt-deux ans lorsqu’il se décide à partager la vie des « hobos », ces sans-domicile itinérants américains. En leur compagnie, il avale des milliers de kilomètres de rail dans des trains de fret, avec pour seul bagage un sac de surplus de l’armée en bandoulière lesté d’un bidon d’eau. Fuyant une vie de confort, il va ainsi parcourir les États-Unis quatre mois durant, « brûler le dur » et multiplier les rencontres inoubliables avec ces compagnons de la marge. Vivre avec eux, partager les casses-croûte, les bagarres, les galères et les coups de gueule, et apprendre à se cacher des « bouledogues », ces flics postés à chaque intersection pour expulser les « trimards ». Avec une humanité profonde qui fait la peau aux clichés, Ted Conover nous entraîne sur la route. Il nous livre un document historique sur un monde aujourd’hui révolu, mettant des mots sur ces visages qui peuplent l’asphalte, sur la violence, la philosophie et l’esprit de l’errance. À mi-chemin entre Into the Wild de Jon Krakauer et Sur la route de Jack Kerouac, Au fil du rail, reportage inédit en France, est un modèle de journalisme « undercover ».

« Pourquoi désobéir en démocratie », Albert Ogier, Sandra Laugier

          Les raisons de se révolter ne manquent pas. Mais en démocratie, s’engager dans un combat contre l’injustice, l’inégalité ou la domination est un geste qui doit s’exprimer sous une forme d’action politique acceptable. Parmi ces formes se trouve la désobéissance civile : elle consiste, pour le citoyen, à refuser, de façon non-violente, collective et publique, de remplir une obligation légale ou réglementaire parce qu’il la juge indigne ou illégitime, et parce qu’il ne s’y reconnaît pas. Cette forme d’action est souvent considérée avec méfiance : pour certains, elle ne serait que la réaction d’une conscience froissée, puisqu’elle n’est pas articulée à un projet de changement politique ; pour d’autres, elle mettrait la démocratie en danger en rendant légitime un type d’action dont l’objet pourrait être d’en finir avec l’État de droit. Ce livre original, écrit par un sociologue et une philosophe, analyse le sens politique de la désobéissance, en l’articulant à une analyse approfondie des actes de désobéissance civile qui prolifèrent dans la France d’aujourd’hui – à l’école, à l’hôpital, à l’université, dans des entreprises, etc. Il montre comment ces actes s’ancrent avant tout dans un refus de la logique du résultat et de la performance qui s’impose aujourd’hui comme un mode de gouvernement. À la dépossession qui le menace – de son métier, de sa langue, de sa voix –, le citoyen ne peut alors répondre que par la désobéissance, dont le sens politique doit être pensé.

 

Bonne lecture!