Les nouveautés dans votre médiathèque, 12 avril

14.04.2021

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 12 avril

IMG 20210414 172818  IMG 20210414 174738 

Jeunesse

Albums

« Doudoulapin sur le petit pot », Kathleen Amant

Lise emmène Doudoulapin sur le petit pot. Mais quelque chose ne va pas. Le pot reste vide. Lise, elle, sait très bien se servir du petit pot. Elle monter à Doudoulapin comment s'y prendre.

« Moi plus fort que toi », Alastair Chisholm, David Roberts

            Crac et Bluff sont deux hommes préhistoriques. Chacun a une grotte, mais celle de Bluff est plus grande. Soit ! Celle de Crac a l'eau courante. Bluff sait faire du feu, c'est mieux ! Une histoire à l'humour (pré)hystérique ! Un récit décalé et savoureux pour aborder les thèmes de la jalousie et du "toujours plus".

« Le grand désordre », Kitty Crowther

               À côté de sa voisine si jolie et si rangée, le grand désordre d’Émilienne lui devient insupportable. Cette fois-ci c’est décidé : c’est le grand coup de balai ! Une évocation singulière et onirique de ces fils transparents qui nouent souvent désordre intérieur et extérieur.

« Bonjour bonheur », Eva Eland

               Il y a des jours où Bonheur est avec toi partout où tu vas. Et d’autres où il semble te fuir et se cacher. Tu peux essayer de l’attraper, de le comprendre, de le garder comme un trésor… Mais la plupart du temps, Bonheur fait ce qu’il lui plaît. Même s’il te semble inaccessible, essaie de te frayer un chemin jusqu’à lui : Bonheur sera toujours quelque part à t’attendre. Apprends à le reconnaître, à le chérir, parce qu’au final, Bonheur est quelque part en toi.

« Jeu de loup », Philippe Jalbert

Loup court, il ne sait pas où il va, mais il court. Pas trop près des villes tout de même. Il se méfie des hommes. Mais Loup a FAIM. Terriblement faim. Sa faim le tiraille, lui noue les entrailles, c’est elle qui commande. Quand soudain une odeur alléchante lui parvient, Loup court de plus belle, bondit… tombe, et s’écrase par terre !

« L’arbre », Amandine Laprun                                  

           Un magnifique livre-objet en forme d’arbre pour découvrir les saisons au fil des pages et décorer la chambre ! En hiver, l’arbre est dénudé, puis des fleurs apparaissent au printemps, puis des fruits en été. L’automne revient et rougit les feuilles, qui finissent par tomber, et le cycle recommence, pendant qu’enfants, oiseaux et écureuils vivent et s’amusent autour de l’arbre. Déplié et refermé sur lui-même, cet album, au graphisme épuré et très coloré, pourra joliment décorer la chambre des enfants ou des plus grands !  

«Expédition Gropipi», Didier Lévy, Lili la Baleine

               Pipo le croco a beau etre le plus fort de tous les crocodiles du monde, la nuit, il a peur d'aller faire son pipi tout seul. Il faut dire que c'est un parcours seme d'embuches. Heureusement, il peut toujours compter sur son ami. Et hop, avec beaucoup de courage et de complicite, l'expedition est totalement reussie !

« Binta danse », Eva Susso, Benjamin Chaud

Aujourd'hui, son papa joue d'un drôle d'instrument : le tam-tam ! Très vite, la maman de Binta, ses frères Milo, Simon et sa soeur Aisha sont entraînés par le rythme. Même le chien et la poule chantent et dansent avec eux. Tout le monde s'amuse ! Dans le ciel, la lune apparaît, voilà la nuit : Binta s'endort paisiblement après une joyeuse journée. Un tout-carton plein d'images et de sons qui convoque tous les sens et célèbre la soif de découvertes des tout-petits.

« Glouton, croqueur de dinos », Emma Yartlett

                GLOUTON, le croqueur de livres, a grignoté un trou dans le livre des DINOS. Maintenant, il sème la pagaille chez les tricératops. Vite ! Il faut le rattraper avant qu'il ne dévore tout le livre ! Ou qu'il ne se fasse dévorer... Un album plein de surprises, avec des découpes, des flaps, et un petit monstre en fuite !

 

BDs

«Monster Allergy. 5 et 6 », Centomo, Artibani, Barbuci, Canepa

Zick est un jeune garçon qui peut voir les fantômes et les monstres. Autrement dit, c'est un dompteur. C'est une personne qui a pour but d'éduquer des monstres, et dans le pire des cas, de les éliminer ou de les enfermer dans des boîtes de Dom. Il va faire la connaissance de sa voisine, Elena. Avec l'aide de Timothy, ils vont découvrir le monde des monstres, certains très gentils, et d'autres très cruels, surtout ceux bannis de la cité.

«Tom-tom et Nana. Allez les monstres ! », Jacqueline Cohen

            En 9 histoires, les inépuisables bêtises du frère et de la soeur, duo infernal. C'est la fête de l'horreur, et Tom-Tom refuse catégoriquement que Nana y participe. Histoires initialement parues dans le journal J'aime lire.

« Yakari, au pays des loups», Derib, Job

            Loup Tourmenté, un guerrier de la tribu de Yakari, est en proie à une idée fixe : se venger du loup qui l'a attaqué et blessé trois hivers auparavant. Ce loup boite... Yakari a croisé Trois-Pattes. Il a peur, mais un rêve et l'intervention de Grand Aigle, son totem, l'encouragent à partir chez les loups. Il gagnera la confiance du chef de la meute...

« Merlin 1 et 2 », Sfar Munuera

Sfar et Munuera revisitent avec beaucoup d'humour et de malice l'histoire de Merlin l'enchanteur. Tout le monde connaît ce personnage clé de l'une des légendes les plus célèbres du monde occidental, la saga du roi Arthur. Mais que connaissez-vous de sa jeunesse? Voici donc le thème de cette série dont Jambon et Tartine est le premier épisode. Et les auteurs s'en donnent à cour joie. Merlin a décidé d'être magicien, mais son apprentissage n'est pas de tout repos. Transformer un champignon en chèvre peut avoir des implications beaucoup plus complexes que prévues. Surtout quand la Princesse Viviane, apprentie sorcière, se prend les jambes dans la chèvre et qu'elle décide de se venger en expédiant Merlin et le cochon Jean Le Bon (un ancien sorcier ensorcelé) dans la forêt hantée de l'ogre Tartine. S'ils en réchappent, Merlin aura un sérieux compte à régler avec Viviane.

 

Documentaire

« Pourquoi c’est pas moi qui décide de tout ? », Stéphanie Duval, Marie DE MONTI

Pourquoi je ne peux pas faire tout ce que je veux ? Qui dit que c'est juste ou pas ? Qui choisit à quel âge je peux m'asseoir devant en voiture ? Qui fixe le prix des choses ? Qui dessine les frontières des pays ? Découvre comment tourne le monde et prépare-toi devenir un citoyen. Tu comprendras pourquoi ce sont tes parents qui décident le plus souvent pour toi ; comment, dans une démocratie, la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas aux autres. Tu apprendras qui fait les Lois et qui les fait respecter ; sur quoi repose la justice et comment elle fonctionne ; d'où vient le nom "France" ; ou encore pourquoi l'instruction est obligatoire. Dans la partie activités, retrousse tes manches et passe à l'action : mène l'enquête pour découvrir d'où tu viens et dessine l'arbre généalogique de ta famille ; interroge-toi sur les droits de l'enfant et réalise un carnet illustré de l'enfance heureuse ; fabrique une fausse monnaie ancienne. En 10 questions avec des activités.

 

Romans

« Pablo de la Courneuve », Cécile Roumiguière

Pour oublier l'angoisse de ses parents sans-papiers, pour ne pas entendre ceux qui le traitent de voleur, pour s'évader de ses leçons, Pablo marche dans les rues de sa nouvelle ville, La Courneuve. Le soleil de Colombie lui manque, il se sent seul et perdu. Jusqu'au jour où il doit aller récupérer une poupée dans le jardin de la Goule. La Goule ! Cette femme aux allures de squelette est-elle aussi effroyable qu'elle en a l'air ? Qui vole les cartes à l'école ? Pourquoi Nina vient-elle lui parler de sa vie dans un château ? Peut-être Georges, l'homme de la mairie, saura-t-il répondre à ces questions ? Petit à petit, des fils se tissent entre Pablo et sa nouvelle vie. Et si le soleil pouvait briller aussi à La Courneuve

« Super espions malgré nous », Christine Saba

Depuis que Nathan a mis les pieds à Londres pour y retrouver sa cousine, des évènements étranges se succèdent, sans parler du comportement plus que louche de sa famille d'accueil. Et si les cousins se trouvaient en fait dans un nid d'espions ?
Propulsés, un peu malgré eux, dans une mission de la plus haute importante, ils devront déjouer des cambriolages, de la National Gallery à Buckingham Palace, tout en enquêtant sur leur propre famille !

« Sara apprentie sorcière. Le prince et le troubadour », Paul Thiès, Maëlle Cheval

Sara, peu douée en sorcellerie, rate souvent ses formules… Mais elle finit toujours par se rattraper. Gali, ce jeune fakir venu d’Inde, connaît bien la magie. Il a beaucoup voyagé, mais ne veut pas rentrer chez lui : il est amoureux de Sara. Pépin, le petit frère de Sara, adore la faire enrager. Il veut devenir chevalier pour conquérir le cœur de la princesse Clarinette. Clarinette, cette princesse vit dans le château de son père, le roi Robert le Râleur. Elle est plus courageuse qu’il n’y paraît. Câlin, croac et chapeau, le cobra apprivoisé de Gali, le corbeau et le chat des Lestrange sont de gros gourmands. «Blaise saisit son luth et commença à jouer. Au même instant, un garçon surgit de la forêt. Il s’inclina devant Alexandra : “— Je vous salue, jolie demoiselle. Je suis le prince Gaétan. Voulez-vous danser ?” Blaise le troubadour est tombé amoureux d’Alexandra, la grande sœur de Sara. Mais il a un rival : le prince Gaétan ! Sara n’apprécie pas Gaétan, elle décide d’intervenir…»

 

Adultes

BDs   

L’intégrale « Pablo », Julie Birmant, Clément Oubrerie

Ce 1er opus de Pablo commence au Bateau-Lavoir, logement pour bohèmes situé au sommet de la Butte, où Picasso rencontra Fernande, le premier grand amour de sa vie. Il en fera des centaines de portraits. Au coeur de leur existence, il y aura les grands poètes – Max Jacob, le clown tragique amoureux fou de Picasso, et Apollinaire – et puis Gertrude Stein, sa jumelle visionnaire, le peintre Georges Braque, copain de cordée avec lequel il inventera le cubisme, sans oublier, au-dessus de la mêlée, avec ses lunettes cerclées de fer, le seul grand rival : Henri Matisse. Pablo est une bande dessinée émouvante, un récit de vie(s) dense(s) et romanesque(s).

«  Camp Poutine 2», Ducoudray, Anlor

"Un seul jeu, une seule règle : défendre les intérêts de la Russie." Pour Katyusha, les vacances au Camp Pontine sont encore plus mouvementées que prévu ! Prise en grippe par Anton, qui a monté les autres enfants du camp contre elle, la jeune fille a dû s'enfuir avec ses amis Gennady et Kirill, pour éviter d'être lynchée. Réfugiés dans un cimetière abandonné, les trois fugitifs font la connaissance de Volkoff, accompagné par son ours Staline, qui va les aider à affronter de nouveaux dangers. Mais la route s'annonce encore longue et le Camp Pontine est loin d'avoir livré tous ses secrets...

« Faut pas prendre les cons pour des gens», Emmanuel Reuzé

En ces temps où tout le monde se demande si l'on peut encore rire de tout, Reuzé et Rouhaud font fît de ces questions et nous offre un bijou d'humour noir et absurde que n'aurait pas renié Desproges. Chaînon manquant entre l'implacable lucidité des Idées noires et l'absurdité de Fabcaro, cette série fera date dans l'histoire de la BD

«  Off», Xavier Salomo

Sur le dos d'un cerf, une fillette chemine en silence, toute petite dans un paysage immense et dévasté. À l'horizon se dresse une grande cheminée fumante... Et s'il suffisait d'un peu de poésie pour que tout s'arrête ?

 

Biographie

«  L’irrégulière», Edmonde Charles-Roux

En suivant l’itinéraire Chanel, Edmonde Charles-Roux, l’auteur d’Oublier Palerme et d’Elle, Adrienne, retrace un destin unique : celui d’une femme qui exerça son pouvoir à la tête d’une immense entreprise, fut le pôle d’attraction de toute une époque, et qui aura été, néanmoins, tout au long de son existence, une marginale, une « irrégulière ». Ce portrait d’une célèbre inconnue est beaucoup plus qu’un portrait : c’est la chronique des soixante-dix premières années de ce siècle ; il n’est, en effet, guère d’hommes et de femmes célèbres qui n’aient approché Gabrielle Chanel. Cocteau, aussi bien que Picasso, Max Jacob, Paul Morand, Colette, Reverdy, Missia Sert, son amie de toujours, Diaghilev et Stravinskifurent, entre autres, les témoins intimes de cette aventure extraordinaire.

 

Décoration

«  Objets déco pour le jardin», Anne Valéry

Dès les beaux jours, qu'y a-t-il de plus agréable que de flâner au jardin ? Alors, n'attendez plus ! Voici plus de 30 idées toutes simples et inventives qui vous aideront à personnaliser votre jardin en créant des objets aux couleurs de la belle saison. Un tablier brodé pour jardiner au potager, une table en mosaïque pour déjeuner en terrasse, un hamac ou une chaise longue pour faire la sieste ou encore des bougies parfumées pour dîner sous la tonnelle... Du petit mobilier aux accessoires déco, rien ne vous manquera pour profiter pleinement des plaisirs du jardin. Et afin que chacune de vos réalisations soit un succès, tous les projets proposés sont expliqués pas à pas, illustrés et accompagnés de patrons. Un ouvrage indispensable pour faire de votre jardin un nouvel espace de création où il fera bon vivre !

 

Histoire

« L’Europe de Napoléon », Jean Tulard

De Londres à Varsovie, de Lisbonne à Moscou et à Rome, l'épopée napoléonienne et l'embrasement du Vieux continent racontés par les huit meilleurs spécialistes réunis autour du maître Jean Tulard. Une somme, une saga, un régal. Napoléon a rêvé d'unifier l'Europe. Il l'aura réveillée, éclairée, enflammée et elle l'aura vénéré. Il l'aura dominée et elle l'aura combattu, rejeté, diabolisé. Voici le grand livre d'histoire qui manquait afin de dresser la chronique et le bilan de cette épopée sans précédent. Pour y parvenir, Jean Tulard s'est entouré des meilleurs spécialistes de chaque pays concerné.
Comment, entre 1800 et 1815, de Londres à Varsovie, de Lisbonne à Amsterdam, de Rome à Genève, de Vienne à Moscou, le Vieux Continent a-t-il peu à peu cédé la place à un monde renouvelé ? Et donné, à ses peuples, une conscience inédite de leur commune destinée ? Par-delà le récit détaillé des conquêtes et défaites de la Grande Armée telles qu'elles ont été vécues par les contemporains, c'est le tableau complet de cette mutation inouïe, politique, économique, culturelle, que restitue ce livre à la fois savant et passionnant. Une somme indispensable sur notre passé pour mieux comprendre notre présent.

 

Romans

« La trahison de Thomas Spencer », Philippe Besson

Paul Bruder et Thomas Spencer sont nés le même jour. Ce hasard va les rendre inséparables. Leur enfance, insouciante et paisible, s'écoule au rythme du fleuve qui marque la frontière entre Mississippi et Louisiane. A l'adolescence, leur amitié résiste à l'épreuve des amours et des convictions naissantes. Heureux, ils ne prêtent pas attention aux orages qui s'annoncent. De la guerre de Corée à celle du Vietnam, d'Elvis à Marilyn, de la douceur des années 50 à la turbulence des sixties, leur destin va épouser les espérances et les convulsions d'un pays qui change. Mais surtout, Paul et Thomas vont croiser la route de Claire MacMullen, une jeune femme libre. Donc dangereuse. Dans une période troublée, la part obscure des individus se révèle. Et peut même les conduire à commettre l'irréparable.

« Rendez-vous avec le mystère», Julia Chapman

La mort n'a pas dit son dernier mot. Engagé par le notaire Matty Thistlethwaite pour retrouver le certificat de décès d'une femme morte il y a vingt ans, le détective privé Samson O'Brien imagine l'affaire vite pliée. Mais dans le petit village de Bruncliffe, les choses sont rarement aussi simples. Surtout que Matty insiste pour que Delilah Metcalfe, avec sa connaissance intime de la région et de ses habitants, collabore à l'enquête.Au fil de leurs investigations, Samson et Delilah se retrouvent entraînés dans un mystère qui pèse sur Bruncliffe depuis des décennies. En cherchant la vérité, ils vont déterrer des secrets que certains auraient préféré garder bien enfouis.

« La dernière leçon», Noëlle Chatelet

Lorsque sa mère, à l'âge de 92 ans, décide de mettre fin à ses jours, la narratrice est submergée d'effroi. Comment se prépare-t-on à une telle épreuve ? Elle accompagnera jusqu'au bout celle qui lui a donné la vie et partagera les derniers instants de tendresse et de complicité. Elle apprendra par amour sa dernière leçon : celle qui lui manquait pour apprivoiser la mort.

«La vie sans fards», Maryse Condé

La Vie sans fards répond à une double ambition. D'abord je me suis toujours demandé pourquoi toute tentative de se raconter aboutissait à un fatras de
demi-vérités. Trop souvent les autobiographies et les mémoires deviennent des constructions de fantaisie. Il semble que l'être humain soit tellement désireux de se peindre une existence différente de celle qu'il a vécue, qu'il l'embellit, souvent malgré lui.
Il faut donc considérer La Vie sans fards comme une tentative de parler vrai, de rejeter les mythes et les idéalisations flatteuses et faciles. C'est aussi une tentative de décrire la naissance d'une vocation mystérieuse qui est celle de l'écrivain. Est-ce vraiment un métier ? Y gagne-t-on sa vie ? Pourquoi inventer des existences, pourquoi inventer des personnages sans rapport direct avec la réalité ? Une existence ne pèse-t-elle pas d'un poids déjà trop lourd sur les épaules de celui ou celle qui la subit ? La Vie sans fards est peut-être le plus universel de mes livres. J'emploie ce mot universel à dessein bien qu'il déplaise fortement à certains. En dépit du contexte très précis et des références locales, il ne s'agit pas seulement d'une Guadeloupéenne tentant de découvrir son identité en Afrique ou de la naissance longue et douloureuse d'une vocation d'écrivain chez un être apparemment peu disposé à le devenir. Il s'agit d'abord et avant tout d'une femme cherchant le bonheur, cherchant le compagnon idéal et aux prises avec les difficultés de la vie. Elle est confrontée à ce choix capital et toujours actuel : être mère ou exister pour soi seule. Je pense que La Vie sans fards est surtout la réflexion d'un être humain cherchant à se réaliser pleinement. Mon premier roman s'intitulait En attendant le bonheur : Heremakhonon, ce livre affirme : il finira par arriver".

« Journal d’un homme heureux », Philippe Delerm

"Je me suis levé ce matin en pensant que la journée allait être bonne. Je crois que je me coucherai ce soir en me disant que je suis le plus heureux des hommes. Comment ne pas frissonner un peu à cette idée ? Je suis riche, incommensurablement riche de ce qui manque à presque tout le monde : le temps." Ce journal est celui d'un âge d'or. Choisir de vivre à la campagne loin des milieux littéraires et parisiens. Regarder par la fenêtre pousser les fleurs de son jardin, au rythme des saisons. Prendre le temps de vivre sa vie, d'admirer sa compagne, d'aimer son enfant. Écrire en pensant qu'on sera, un jour peut-être, reconnu. Philippe Delerm n'a tenu son journal qu'une seule année de sa vie. Il avait 37 ans. Bien longtemps avant l'ouragan du succès de La Première Gorgée de bière. "Je n'ai sans doute jamais été plus heureux que cette année-là."

« La Tante de Russie», Elsie Fischer

Septembre 1899. La jeune Lucie quitte sa terre lorraine pour accomplir son fabuleux destin. Ou comment une orpheline née à Saint-Dizier à la frontière de la Meuse devient, à Saint-Pétersbourg, l'intime de la plus haute aristocratie impériale, la gouvernante des filles du dernier tsar de Russie, les princesses Olga et Tatiana, et l'amante passionnée du chef des cosaques du Don. Autant d'années lumineuses juste avant le chaos, la révolte d'un peuple acculé dont elle comprend pourtant la détresse. Et ses propres drames...

« Le hussard sur le toit », jean Giono

Le hussard sur le toit : avec son allure de comptine, ce titre intrigue. Pourquoi sur le toit ? Qu'a-t-il fallu pour l'amener là ? Rien moins qu'une épidémie de choléra, qui ravage la Provence vers 1830, et les menées révolutionnaires des carbonari piémontais. Le Hussard est d'abord un roman d'aventures ; Angelo Pardi, jeune colonel de hussards exilé en France, est chargé d'une mission mystérieuse. Il veut retrouver Giuseppe, carbonaro comme lui, qui vit à Manosque. Mais le choléra sévit : les routes sont barrées, les villes barricadées, on met les voyageurs en quarantaine, on soupçonne Angelo d'avoir empoisonné les fontaines ! Seul refuge découvert par hasard, les toits de Manosque ! Entre ciel et terre, il observe les agitations funèbres des humains, contemple la splendeur des paysages et devient ami avec un chat. Une nuit, au cours d'une expédition, il rencontre une étonnante et merveilleuse jeune femme.

« Corps manquants», Colleen McCullough

En 1965, dans le Connecticut au HUG, centre de recherche neurologique, un corps sans tête coupé en deux, est retrouvé dans le réfrigérateur qui conserve les bêtes de laboratoire avant incinération. Le lieutenant Carmine Delmonico, chargé de l'affaire, fait rapidement le lien avec d'autres meurtres. Toutes les victimes sont des jeunes femmes noires de 16 ans à peine.

« En cas de forte chaleur», Maggie O’Farrell

Des rues de Londres aux studios Arty du New York des seventies, en passant par un village irlandais, le portrait inoubliable d'une famille suffoquant sous les mensonges et les non-dits. Comme chaque matin depuis trente ans, Robert Riordan part acheter son journal. Mais en ce jour caniculaire de juillet 1976, Robert part et ne revient pas.
Dans leur maison londonienne, Gretta, sa femme, s'interroge: quelle mouche a bien pu le piquer? Doit-elle prévenir les enfants ? À peine réunis, ces derniers tentent de prendre la situation en main: les placards sont retournés, les tiroirs vidés, chaque pièce fouillée en quête d'indices. Mais, alors que le mystère autour de leur père s'épaissit, les vieilles rancœurs ressurgissent. L'aîné en a assez : pourquoi est-ce toujours à lui de prendre en charge sa famille ? Quant aux deux sœurs, jadis si proches, quel événement a brisé leur lien, si terrible que la cadette a décidé de mettre un océan entre elles ? Et Gretta, a-t-elle vraiment tout dit ?

« Une existence tranquille», Kenzaburo Oé

Invité en Californie comme écrivain en résidence, Monsieur K part avec sa femme, laissant au Japon ses trois enfants : Mâ, étudiante en littérature française et ses deux frères, ' qui prépare ses examens d'entrée à l'université et l'aîné Eoyore, handicapé mental qui passe le plus clair de son temps à composer de la musique. Existence tranquille n'est pas exactement le terme qui convient car l'absence des parents fait peser une lourde responsabilité sur les épaules de Mâ. C'est pourtant le titre qu'elle finira par donner au journal qu'elle tient pendant le séjour de ses parents à l'étranger. La tâche n'est pas simple pour la jeune fille car, non seulement Eoyore demande des soins constants, mais ses réactions sont imprévisibles. Quand on commence à parler dans le quartier des méfaits d'un satyre, elle s'affole. On sait que Kenzaburo Oé, Prix Nobel de littérature en 1994, est lui-même père d'un enfant handicapé - et compositeur - qui tient une place primordiale dans son oeuvre. C'est ce qui confère au récit de cette existence tranquille, empreint à la fois d'humour et de gravité, toute la vérité d'une réflexion profondément humaine sur le mal et l'innocence.

« La marche de Mina», Yoko Ogawa

Après le décès de son père, alors que sa mère doit s'éloigner pour parfaire sa formation professionnelle, la petite Tomoko est revue pour un an chez son oncle et sa tante. Tomoko a douze ans ; à Kobe, son oncle l'attend sur le quai de la gare. Il la serre dans ses bras et la conduit jusqu'à la très belle demeure familiale. Pour Tomoko, tout est ici singulièrement différent. Sa cousine Mina passe ses journées dans les livres, collectionne les boîtes d'allumettes illustrées sur lesquelles elle écrit des histoires minuscules ; un hippopotame nain vit dans le jardin, son oncle a des cheveux châtains, il dirige une usine d'eau minérale et la grand-mère se prénomme Rosa. Au coeur des années soixante-dix, Tomoko va découvrir dans cette maison l'au-delà deson archipel : à travers la littérature étrangère, les récits de Rosa sur son Allemagne natale et la retransmission des Jeux olympiques de Munich à la télévision, c'est un tout autre paysage qui s'offre à elle. La grande romancière japonaise explore dans ce livre, et pour la première fois dans son œuvre, le thème de l'étranger et des origines. En choisissant le prisme des liens de l'enfance, elle inscrit ce roman, comme le précédent. intitulé la formule préférée du professeur, dans un cycle voué à la tendresse et à l'initiation.

« Les échappées», Lucie Taieb

« Comprends‑moi bien, pourtant. Je ne dis pas que ton histoire n’est pas la vraie. Je dis seulement qu’elle n’est pas assez forte face à la leur. Et tu as déjà compris, puisque tu la tais, tu sais déjà, sans doute, qu’il vaut mieux, toujours, dans une famille où règnent des histoires divergentes, et dans le monde tel qu’il va, être du côté des histoires les plus fortes. » Au cœur de l’été, une fille étrangère vient troubler le quotidien morne d’Oskar et de sa sœur, qui habitent avec leurs parents une maisonnette en bordure d’une voie de chemin de fer désaffectée. En parallèle de ce récit d’initiation, ou plane l’ombre d’un drame, se déploie une société entièrement dévouée au travail et a l’asservissement des esprits et des corps. Il règne dans cet univers un discours de terreur, la promesse d’une terrible menace qui est sur le point d’advenir et que seule Stern, héroïne placide, poète plus que guerrière, ose défier.

Bonne lecture !