Les nouveautés dans votre médiathèque, 16 août

16.08.2021

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 16 août

 

thumbnail 20210816 144003 thumbnail 20210816 142822

 

Jeunesse

Albums

« Je conduis comme un grand »

               Sur chaque double page, un véhicule à conduire comme un grand : le camion des pompiers, le train, le bateau, la voiture et l'avion ! Avec boutons, cadrans, leviers, volants et manettes !

«Lise se brosse les dents », Kathleen Amant

               C'est le soir. Lise a sommeil. Il est temps d'aller dormir! Mais d'abord, Lise doit se brosser les dents. Elle prend sa brosse à dents. Maman dépose dessus un peu de dentifrice pour enfants. Lise commence à se brosser les dents. Une histoire joyeuse et tendre, et une petite chanson qui fait du brossage un moment amusant. Pour les petits à partir de 24 mois.

«Terminus », Matt de la Pena

Chaque dimanche, Tom et sa mamie traversent la ville en bus, jusqu’au terminus. Mais aujourd’hui, Tom traîne des pieds. Pourquoi doit-il attendre le bus sous la pluie ? Pourquoi doit-il toujours aller là-bas ? Pourquoi certains ont ceci ou cela et pas lui ?
Au fil du voyage, sa mamie répond avec humour et bon sens aux jérémiades de son petit-fils, lui ouvrant les yeux sur la beauté du monde qui l’entoure. Arrivé à destination – la soupe populaire d’un quartier de la ville, où sa grand-mère est bénévole –, Tom se réconcilie avec lui-même : qu’il est bon de retrouver les habitués, de se sentir utile, d’être capable de donner…

«Le jardin de Jaco », Marianne Dubuc

               ​Il était une fois un jardin. Un jardin tout ce qu'il y a de plus ordinaire, avec des fleurs, des plantes et des habitants qui vivent là toute l'année. Mais un jour, une graine tombe du ciel et vient chambouler l'existence paisible du petit monde du jardin.

« Nuit étoilée», Jimmy Liao

Une fille incomprise de ses parents et en deuil de son grand-père se lie d’amitié avec un garçon solitaire nouveau venu dans sa classe. Le harcèlement à l’école et les brutalités urbaines les poussent à partir. Leur périple les mène à la maison de grand-père près d’un lac en montagne. À leur retour, il déménage. Elle ne le reverra pas mais désormais la vie est plus légère. De l’obscurité de la nuit traversée, reste la beauté des étoiles comme celles de la toile de Van Gogh.

« Apprends-moi les lettres», Pittau, Gervais                        

            Un petit escargot baveux arpente frénétiquement un sous-bois. Son itinéraire se suit à la trace. De A à Z, ses pérégrinations et autres circonvolutions forment des lettres.

 

BDs

« Basket dunk 1», Cazenove, Plumeri, Mauricet

Défier les lois de la gravité pour faire le smash qui tue, devenir un pro du shoot à 3 points, inviter les filles à faire un entre-deux ou porter les dernières fringues à la mode pour épater la galerie... Telles sont les préoccupations de Markus, Rudy, Coffee ou Freddie, une bande d'ados qui n'a d'yeux que pour la balle orange. En club ou sur le parking du coin, ils se livrent à des matchs impitoyables pour devenir le nouveau Jordan. Si comme tout basketteur qui se respecte vous avez besoin de détente, précipitez-vous sur les gags riches en rebondissement de Cazenove, Plumeri et Mauricet : grâce à Basket Dunk, vous serez peut-être le prochain seigneur de l'anneau !

« Monster allergy. Au cœur de l’arbre creux», Centomo, Enoch, De Martino

Il était une fois un garçon courageux et un mauvais sort... Il était une fois, mais rein n'a changé depuis ! tandis que Timothy affronte une nouvelle menace dans le sous-sol d'Odmill Village, nos héros se lancent sur les traces d'une bande de sorcières. Accompagnez Zick et Elena dans une aventure entre conte de fées et réalité, surmontez les dangers et ne vous laissez pas prendre aux pièges du bois de Ciam amis surtout... ne vous fiez pas aux Anguanes.

« Les p’tits diable. Frère power », Dutto

Nina, la célébrissime pire des pires soeur et son non moins fameux frère Tom sont de retour pour un album tout en quiétude, paix et amour. VOUS NE ME CROYEZ PAS???! Bon, vous avez raison, planquez vos vases, vos livres, vos meubles, votre chat, Tom et Nina sont à nouveau là et ça va bouger.

« Les p’tits diable. Un frère, ça sert toujours ! », Dutto

            Les rapports entre frères et soeurs, un vrai casse-tête que cette série très attachante dépeint de façon hilarante. Une série dont les filles, les garçons, les parents et même les chats... sont fans !!! Tu as déjà un frère et ça suffit ? Tu as une soeur, et c’est déjà beaucoup pour toi ? Tom et Nina sont à 100% d’accord avec toi !

« Chevalier des sables », Fabien Grolleau, Robin Raffalli

La première croisade vue par Sigismond, jeune chevalier aussi froussard que chanceux, ça vaut le détour ! Sigismond rêvait d’aventure, le voilà servi ! Petit protégé de son oncle, le très pieux et bouillonnant chef des croisés Godefroy de Bouillon, le frêle chevalier traîne sa cotte de mailles sous le torride soleil de Jéricho… Jusqu’à ce qu’un colosse au bras tentaculaire vienne semer la terreur dans les rangs des envahisseurs. Pour régler l’affaire, Godefroy mande son neveu et l’affreux Renaud de Châtellerault, chevalier cruel et sanguinaire ! Haro ! Haro ! Héros malgré lui, Sigismond va user de ruse plu- tôt que de force pour percer à jour le secret du redoutable colosse. Un récit épique où la légende laisse la part belle à l’humour ! Mêlant habilement Histoire et fiction, ce récit teinté d’humour nous entraîne en Judée sur les traces d’un colosse légendaire.Le cœur de Jéricho bat pour son colosse !

« Sybil la fée cartable », Rodrigue, Dalena, Razzi

Les aventures modernes, mordantes et teintées de "fantasy" d'une préadolescente garçonne et ronchonneuse, Nina, catapultée dans un univers magique lorsqu'elle découvre une fée dans son cartable et qu'elle en fait son alliée. Sybil l'aide ainsi à réaliser ses obligations quotidiennes (devoirs, ménage, punitions, etc.) et la venge de l'insupportable Lorie, tandis que Nina accompagne Sybil dans sa quête sous la menace d'une terrible prophétie qui va s'immiscer dans sa propre réalité.

 

Documentaire

« Les plantes sauvages comestibles », François Couplan, Florian Kaplar

Ce guide pratique est compagnon idéal du promeneur curieux des plantes comestibles. Il permet de reconnaître sans erreur et d'utiliser en cuisine :
- Les 200 plantes sauvages comestibles les plus courantes et les plus consommées
- Pour chaque plante, les informations botaniques de base, les principaux critères de reconnaissance, des dessins et des photographies en couleurs
- Quelles parties de la plante consommer, quand la récolter, quel est son goût
- Les composants de chaque plante et leurs propriétés médicinales
- Une description des plantes toxiques avec lesquelles existent des risques de confusion
- Un tableau des saisons de récolte pour l'ensemble des plantes.

 

Romans

« Le roi des ogres ne veut pas s’excuser », Didier Levy, Anne Wilsdorf

Bouba veut goûter à tous les plats avant le repas. Mais cette fois, Waldemar se fâche et rend son tablier. Le roi, au comble de la colère, recrute d'autres cuisiniers. Mais il ne trouve satisfaction auprès d'aucun d'entre eux. Bouba dépérit jusqu'à ce qu'il accepte de s'excuser. L'enfant découvre que s'excuser, c'est aussi savoir respecter autrui et apprendre à grandir.

« Le bus 666», Colin Thibert

Au lieu de monter dans le bus 66 qui devait l'amener au collège, Chloé a pris place à bord du bus 666. Une étourderie qui la conduit dans un monde fantastique peuplé de squelettes, sorcières et vampires... Un roman drôle et léger qui fait référence aux classiques du roman d'épouvante.

 

Adultes

« Pensées en chemin», Axel Kahn

Axel Kahn marcheur ? On le savait généticien, médecin, humaniste. On le découvre ici randonneur de haut niveau, capable d'avaler deux mille kilomètres en parcourant « sa » France, de la frontière belge dans les Ardennes à la frontière espagnole sur la côte atlantique, au Pays basque. Itinéraire buissonnier qui le conduit de la vallée de la Meuse à Saint-Jean-de-Luz, en passant par Vézelay, le Morvan, la Haute-Loire, les Causses et le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce livre est tout à la fois un carnet de voyage drôle et rêveur, une sorte de manuel d'histoire, où remontent à notre mémoire certains lieux historiques, ainsi qu’une réflexion sur l'état de notre pays, la désertification de beaucoup de régions, la pauvreté de certaines, les effets ravageurs de la mondialisation. C’est aussi l'occasion de rencontrer des hommes et des femmes qui racontent chacun un bout de la France d'aujourd'hui, celle dont on n'entend jamais parler.

 

Art

«L’art jusqu’à la folie», Alain Vircondelet

Camille Claudel, Séraphine de Senlis, Aloïse Corbaz : trois femmes, trois immenses artistes que la puissance de leur génie a conduites à la folie et à la solitude des asiles. Ces trois personnalités, aux destins parallèles, revivent ici grâce à des témoignages nouveaux et inédits, ainsi qu'à des archives et des correspondances. Vies délirantes au sens propre du terme, vies peuplées de mondes connus d'elles seules, vies de souffrances aussi, prix à payer de leur quête d'absolu. Vies minuscules devenues majuscules, inséparables de l'histoire de l'art du XXe siècle.

 

BDs   

L’intégrale «Le grand mort», Loisel, Mallié

L'histoire de deux mondes parallèles dépendants l'un de l'autre, mais censés ne jamais se rencontrer : le nôtre et celui habité par le « Petit Peuple ». Ce dernier est organisé en clans, et son équilibre est fondé sur un partage équitable de la connaissance. Cette fragile harmonie reposant sur un rite ancestral est bouleversée quand un événement improbable vient perturber l'ordre des choses. Le chaos qui en résulte dirige l'humanité à sa perte ! Une seule personne est capable de passer d'un monde à l'autre pour tenter d'agir...

«Idéal standard», Aude Picault

Claire, trentenaire, infirmière en néonatalogie, voit défiler ses relations amoureuses et désespère de construire un couple – le vrai, le bon, l'idéal. En choisissant de vivre avec Franck, elle croit enfin y être arrivée. Mais la réalité standardisée de ce qui l'attend n'est pas à la hauteur... Aude Picault aborde avec grâce et humour des thèmes essentiels aux femmes d'aujourd'hui : le couple, le désir, la recherche de soi, la jouissance, etc. Remarquable !

 

Mangas

L’intégrale « Arte», Kei Ohkubo

Florence. Début du XVIe siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l'art s'épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville... Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n'était pas concevable qu'une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d'Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

 

Nature

« Les plantes aromatiques», Jean-Claude Lamontagne

Florence, début du XVIe siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

 

Romans

« Le courage des autres», Hugo Boris

Hugo Boris vient de passer sa ceinture noire de karaté lorsqu'il fait face à une altercation dans le RER. Sidéré, incapable d'intervenir, il se contente de tirer la sonnette d'alarme. L'épisode révèle une peur profonde, mélange d'impuissance et de timidité au quotidien. Trait de caractère personnel ou difficulté universelle à affronter l'autre en société ? Ce manque de courage l'obsède. Sa femme lui suggère de " se faire casser la gueule une bonne fois pour toutes " pour l'exorciser. Mais Hugo Boris est écrivain, alors, pendant quinze ans, il consigne sur le vif ces situations d'effroi dans les transports en commun. Il peint aussi le ravissement d'une rencontre, l'humanité d'un dialogue, l'humour d'un échange imprévu. A travers ces miscellanées heureuses ou tragiques, il décrypte une mythologie contemporaine, celle du métro et du RER, et cherche à appréhender ses craintes, à la maîtriser par la distance, la littérature ou...la lecture de Dragon Magazine ! Il tente aussi de conjurer sa peur en guettant le courage des autres sous toutes ses formes, profondément admiratif de tous ceux qui parviennent à intervenir lorsqu'une situation les interpelle, les sollicite, exige une prise de parole, un geste. Il dessine un hommage à tous ceux qu'il a vu avoir, sous ses yeux, le cran qui lui manquait. Et se demande si le courage est contagieux.

« Quatre amours», Cristina Comencini

Marta et Andrea. Laura et Piero. Deux couples. Quatre amis inséparables qui ont partagé chaque moment clef de leur vie : rencontre, mariage, enfants. Quand, à l’approche de la soixantaine, leurs mariages respectifs volent en éclats au même moment, c’est la sidération. Il y a d’abord Marta qui décide de partir, sans raison véritable, si ce n’est cette envie irrépressible d’être enfin seule. Puis c’est au tour de Piero, mari chroniquement infidèle, de quitter Laura, son épouse dévouée, sous prétexte qu’il ne se sent plus aimé.Comment vit-on la séparation après vingt-cinq ans de vie commune ? Que reste-t-il de toutes ces années passées ensemble ? Comment apprivoiser et profiter de cette solitude nouvelle ?Dans cette comédie douce-amère aux accents de Woody Allen, les quatre protagonistes prennent la parole à tour de rôle pour revisiter leur histoire, du mariage à la séparation et raconter cette nouvelle vie qui s’offre à eux et qu’il faut avoir l’audace de saisir.Traduit de l’italien par Dominique Vittoz 

« La fille du traître », Leif Davidsen

Juste avant la chute du Mur, un officier de renseignement danois est exfiltré de RDA. Puis disparaît, passe à l'Est, et refait sa vie en Russie. Sa fille Laila a grandi dans la honte de cette trahison. Adulte, elle renonce à une carrière d'officier interprète après deux missions traumatisantes en Irak et s'occupe d'un camping au Danemark. Lorsqu'elle reçoit la visite de deux ex-agents, décidés à reprendre du service, et qui ont besoin d'elle. La fille du traître. Un drame passionnant sur la loyauté, les secrets de famille, et les tensions politiques actuelles entre la Russie, l'Ukraine, les pays baltes et l'Occident.

« Chambres noires», Karine Giebel

Après D'ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés. Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires. Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d'être sale, d'être rien, moins que rien. Ces dangers qu'on n'a pas vus venir, ces risques qu'on n'a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n'a pas eu la force de résister. Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs. Il y a ce manque de chance. Il y a cette colère, ce dégoût. Il y a... Des fois où on préférerait être mort.

« Quand nos souvenirs viendront danser », Virginie Grimaldi

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. » À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

« Si ça saigne», Stephen King

Les journalistes le savent : si ça saigne, l'info se vend. Et l'explosion d'une bombe au collège Albert Macready est du pain bénit dans le monde des news en continu. Holly Gibney, de l'agence de détectives Finders Keepers, travaille sur sa dernière enquête lorsqu'elle apprend l'effroyable nouvelle en allumant la télévision. Elle ne sait pas pourquoi, mais le journaliste qui couvre les événements attire son attention… Quatre nouvelles magistrales, dont une suite inédite au thriller L'Outsider , qui illustrent une fois de plus l'étendue du talent de Stephen King.

« Norma», Sofi Oksanen

Le corps d’Anita Ross vient d’être retrouvé dans le métro de Helsinki. Les témoins sont unanimes : elle s’est jetée sur les rails. Norma, sa fille unique, refuse d’y croire. Anita ne l’aurait jamais laissée seule avec son secret : ses cheveux sont vivants, ils ressentent des émotions, s’animent et poussent si vite qu’elle est obligée de les couper plusieurs fois par jour. Prête à tout pour connaître la vérité, Norma décide de retracer les derniers jours de sa mère, allant jusqu’à se faire embaucher dans le salon de coiffure où elle travaillait. Ses découvertes font ressurgir un passé trouble qui n’est pas sans susciter l’attention d’un puissant clan de la mafia locale…

« Tous, sauf moi », Francesca Melandri

2010, Rome. Ilaria, la quarantaine, trouve sur le seuil de sa porte un jeune Éthiopien qui dit être à la recherche de son grand-père, Attilio Profeti. Or c’est le père d’Ilaria. À quatre-vingt-quinze ans, le patriarche de la famille Profeti est un homme à qui la chance a toujours souri : deux mariages, quatre enfants, une réussite sociale éclatante. Troublée par sa rencontre avec ce migrant qui déclare être son neveu, Ilaria commence à creuser dans le passé de son père. À travers l’enquête d’Ilaria qui découvre un à un les secrets sur la jeunesse de son père, Francesca Melandri met en lumière tout un pan occulté de l’histoire italienne : la conquête et la colonisation de l’Éthiopie par les chemises noires de Mussolini, de 1936 à 1941 – la violence, les massacres, le sort tragique des populations et, parfois, les liens qu’elles tissent avec certains colons italiens, comme le fut Attilio Profeti. Dans ce roman historique où l’intime se mêle au collectif, Francesca Melandri apporte un éclairage nouveau sur l’Italie actuelle et celle des années Berlusconi, dans ses rapports complexes avec la période fasciste. Naviguant habilement d’une époque à l’autre, l’auteur nous fait partager l’épopée d’une famille sur trois générations et révèle de façon bouleversante les traces laissées par la colonisation dans nos sociétés contemporaines.

« Naissance d’un Goncourt», Yann Queffelec

En 1976, Yann Queffélec, marin passionné, accoste à Belle-Ile après une croisière mouvementée. L'éditrice Françoise Verny l'attend sur le quai. Elle le convainc qu'il est fait pour être écrivain. Le récit du chemin que parcoururent ensemble ce jeune homme encore inconnu et cette femme emblématique de l'édition française.

« Tout cela je te le donnerai », Dolores Redondo

Interrompu un matin dans l'écriture de son prochain roman, Manuel Ortigosa, auteur à succès, trouve deux policiers à sa porte. Cela aurait pu n'être qu'un banal et triste accident – une voiture qui, au petit jour, quitte la route de façon inexpliquée. Mais le mort, Álvaro Muñiz de Dávila, est le mari de Manuel, et le chef d'une prestigieuse dynastie patricienne de Galice. Dans ce bout du monde – sublime peut-être, mais aussi le plus archaïque de toute l'Espagne –commence alors pour Manuel un chemin de croix, au fil duquel il découvre qu'Álvaro n'était pas celui qu'il croyait. Accompagné par un garde civil à la retraite et par un ami d'enfance du défunt, il plonge dans les arcanes d'une aristocratie où la cupidité le dispute à l'arrogance. Il lui faudra toute sa ténacité pour affronter ces fantômes de secrets impunis, pour lutter contre ses propres démons, et apprendre qu'un rire d'enfant peut mener à la vérité aussi sûrement que l'amour.

L’intégrale « Les sept soeurs», Lucinda Riley

À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Maia d'Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève. Pour héritage, elles reçoivent chacune un mystérieux indice qui leur permettra peut-être de percer le secret de leur origine.

« Ultimes rituels», Yrsa Sigurdardottir

Novembre 2005, Reykjavik. Un étudiant allemand est retrouvé mort, atrocement mutilé. Le jeune homme étudiait l'histoire islandaise et portait un intérêt tout particulier à ses heures les plus sombres. Sa famille ne se satisfait pas des conclusions de la police et décide de louer les services de l'avocate islandaise Thora Gudmundsdottir et de l'ancien inspecteur Matthew Reich, un Allemand, afin qu'ils poussent l'enquête plus avant. Elle est sociable et insouciante ; lui est rigide et sévère.Leur enquête parallèle révèle que l'étudiant assassiné avait recueilli des informations conséquentes au sujet de documents très anciens, et qu'il était membre d'un mystérieux groupuscule, composé d'Islandais fascinés par les événements historiques liés aux méthodes de torture et d'exécution. En outre, le jeune homme avait retiré une importante somme d'argent sur un compte à son nom et était sur le point d'acheter un équipement de sorcellerie. Qui a pu vouloir sa mort? Quel lien existe-t-il entre cette tragédie et les événements atroces qui se sont déroulés par le passé? On assiste ici aux débuts d'Yrsa Sigurdardottir dans l'univers du roman policier. A en croire les critiques, Ultimes rituels est "un roman policier parfaitement réussi", "impossible à lâcher", "intelligemment écrit" et mettant en scène "un personnage envoûtant". Publié en Islande en 2005, Ultimes rituels a connu un succès inouï et est resté depuis en tête des ventes, il est en cours de traduction dans plus de trente langues.

« Le faucon», Gilbert Sinoué

« Me voici au couchant de ma vie. Je suis né le 6 mai 1918. J’ai quatre-vingt-six ans. Une certitude : j’ai mille ans de souvenirs. En cette heure où le jour décline, assis en tailleur au sommet de cette dune de sable, comme du temps de ma jeunesse au milieu des Bédouins de ma tribu, ces souvenirs je les vois qui défilent en cortège sur la ligne d’horizon. Je vois des villes qui s’enchevêtrent dans la chevelure du temps. Des villes aux vastes avenues se dressent désormais ici, sur ma propre terre où n’existaient alors que les routes du vent. Je vois des gratte-ciel et des jardins, là où ne poussait que la rocaille. Des palmiers, des nuées de palmiers. Des écoles, des universités, des hôpitaux, des musées, et tant d’autres rêves devenus vrais. Un mirage devenu pierre et acier. Ce ne fut pas simple, mais ce fut exaltant. J’ai tiré des entrailles du désert un pays dont les gens d’Occident savent le nom : le “père de la Gazelle”. Mon nom, lui, vous est peu connu. Je m’appelle Cheikh Zayed. » Gilbert Sinoué est né au Caire. Avec ce nouveau roman, l’auteur de L’enfant de Bruges confirme son talent de conteur. Grand connaisseur de l’histoire et des mythes du Moyen-Orient, il exhume à travers ces pages le destin hors du commun de Cheikh Zayed, l’un des hommes les plus fascinants du XXe siècle.

Bonne lecture !