Les nouveautés dans votre médiathèque: 29 novembre

29.11.2021

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Et puisque les fêtes de fin d’année approchent, rajoutons une catégorie spéciale !

Les nouveautés du 29 novembre

thumbnail 20211129 153623 thumbnail 20211129 151025
thumbnail 20211129 151613  

 

Noël

Albums        

« Petites histoires du Père Castor pour Noël»

               Découvrez 10 merveilleuses histoires du Père Castor... Des heures de lectures pour préparer Noël en famille : poétiques, tendres ou drôles, ces histoires dévoilent les petits secrets du Père Noël, et les rêves de ceux qui attendent impatiemment le 25 décembre !

« L’as-tu vu ? », Marjorie Béal

               Une reprise en album de la célèbre comptine intitulée "L'as-tu vu ?", dans lequel le lecteur est invité à chercher le Père Noël qui se cache dans chaque page.

« La veille de Noël au pays des merveilles », Carys Bexington, Kate Hindley

               Ce n’est pas une veille de Noël ordinaire. Le Père Noël et ses rennes prennent leur envol et traversent le ciel jusqu’au Pays des Merveilles, celui d’Alice, le Lapin Blanc et autre Chapelier Fou. Ils ont un cadeau très spécial à livrer à la Reine de Coeur. Malheur ! Celle-ci déteste Noël ! « QU’ON LEUR COUPE LA TÊTE SUR-LE-CHAMP ! »

« Noyeux joël ! », Stephanie Blake

               À Noël, c’est connu, le Père Noël descend du ciel pour apporter des cadeaux aux enfants. Simon et son petit frère Gaspard ont tout préparé avec leurs parents : un sapin décoré, un goûter pour le voyageur en traîneau et ses rennes. Mais aïe ! Il neige à gros flocons. C’est bien joli, mais si cette tempête empêchait le Père Noël de trouver la maison ? Simon et Gaspard sont très inquiets, auront-ils leurs cadeaux ? Vite, il faut aider le Père Noël…

« Les lutins de Noël», Emilie Soleil, Simona Cordero

               C’est le premier jour de décembre. Très loin dans la forêt, là où les loups hurlent la nuit, se tient une drôle de réunion. Des centaines de petits lutins au bonnet rouge gesticulent et parlent tous en même temps. Au milieu d’eux, près d’un feu, six rennes dorment, le ventre bien rempli. Le plus vieux des lutins, Alio, crie plus fort que les autres : « Et si nous arrêtions de nous disputer, et que nous travaillions ensemble, pour que cette année à Noël, tout soit prêt ». En fait ce qu’il leur faudrait c’est quelqu’un pour les diriger ! Un chef ! Un vrai ! Mais qui ?

 

Cuisine        

« La cuisine de Noël avec les enfants», Annie Rigg, Lisa Linder

               Invitez vos enfants à revêtir un tablier pour s'adonner, en famille, aux joies de la cuisine et des préparatifs de Noël. Plus de 55 recettes, venues du monde entier et faciles à réaliser, sont proposées aux bambins pour préparer pâtisseries, friandises décoratives et autres petits amuse-bouches "maison". Cookies en forme de flocons de neige, guirlande de popcorn, marbré au chocolat, pancakes, feront le bonheur des petits chefs en herbe.

« Un grand noël Vegan», Carolin Strohe

               Un livre festif superbement illustré par Carolin Strothe pour apprendre à préparer un repas gourmand sans utiliser de produits animaux. Au sommaire : Entrées et verrines : Blinis, verrines avocat- émulsion de tofu fumé, faux gras, feuilletés aux marrons... Plats : Patates douces rôties, risotto aux champignons, ravioles de seitan sauce fromage vegan, feuilleté aux portobellos wellington... Desserts : Bûche des neiges au chocolat blanc, pavlova, truffes végétales, panettone, sapins au matcha... Boissons : Lait de poule " eggnog ", cocktail orange-canneberge, vin chaud, chocolat viennois, Thé Chaï de noël...

 

Loisir créatifs       

« L’atelier de noël», Valentine Vincenot, Jonas Jacquet

               Une manière ludique et facile d'organiser Noël et de faire de belles créations pour sa maison ou des petits cadeaux pour ses proches... avec des techniques simples et des astuces rapides pour que les fêtes de fin d'année soient féériques !

 

Jeunesse

Albums                    

«Le jardin magique», Lemniscates

            Le jardin de Chloé est magique, mais elle ne le sait pas. Un jour, le vent lui murmure de prêter attention aux merveilles qu'il recèle : les couleurs des feuilles, une chenille se transformant en papillon, des lucioles brillant comme des étoiles... Chloé se rend alors compte de la magnificence qui l'entoure.

«Dédé», Matthieu Maudet

               Dédésolés, c'est dédécidé : dans ce résumé nous ne dédévoilerons rien du dédernier-né dédélirant de Matthieu Maudédet. Non, pas un seul dédétail. Ne soyez pas dédépités ni dédécouragés ! Sachez d'ores et dédéjà que cet album est plein de dédessins dédésopilants et qu'il parle de dédébrouillardise. Il va vous dédérider si vous avez la bonne idédée de le lire et il fera dédés heureux si vous le dédestinez à quelqu'un.

«Cache-cache dinos», Gaëlle Mazars, Jean-Baptiste Drouot

               Il y a longtemps, très longtemps, tellement longtemps que personne ne se souvient de ce temps-là, gambadaient des dinosaures par ici et par là. Des petits, et aussi des grands.

«Mon chat Boudin», Christine Roussey

            Boudin, c'est un chat. Boudin, c'est un bout-en-train. Mais voilà, Boudin est paresseux. Il somnole, ronfle à tue-tête, pionce à gogo. Et sa petite maîtresse, toujours très occupée, n'a pas le temps de le câliner. Car le mercredi, elle a judo, piscine, yoga, peinture et céramique, tricot péruvien, rugby et vélo avec les copains! Boudin est toujours dans ses pattes et l'inévitable arrive, vlan, patatra, vol plané, le fillette trébuche sur Boudin affalé dans l'entrée. Et c'est un fou rire qui monte, qui vous fait dire " ah comme on est heureux ", un de ces fous rires qu'on voudrait prolonger pour toujours.


BDs

« Sisters 1 », Cazenove, William

Du rififi chez les filles : découvrez le quotidien savoureux de deux soeurs volcaniques ! Wendy, c'est ma grande sister. Moi, du coup, j'suis la plus petite. Si qu'on m'avait demandé mon avis, j'aurais préféré être l'aînée des deux. Ben oui quoi, moi je saurai jamais ce que ça fait d'avoir un p'tite soeur qui fait tout pareil que moi, qui essaie par tous les moyens de forcer le cadenas de mon journal intime, qui écoute à la porte de ma chambre quand je parle des garçons avec mes meilleures cop's, qui fait rien qu'à me piquer mes fringues dès que j'ai le dos tourné, qui découpe les photos dans mes magazines préférés. En fait, ça m'aurait trop plu d'être ma propre sister. juste pour avoir la chance de m'avoir moi comme sister !!!

« Yakari. Le premier galop», Derib, Job

            Parce qu'il a voulu lui imposer ses caprices, Yakari a cabré Petit Tonnerre. C'est la brouille, la première entre les deux amis. Épris de liberté, le poney s'enfuit. Seul dans ses rêves, Yakari modèle de l'argile pour recréer un compagnon de jeux et d'aventures. Ainsi naît un cheval. Il est si petit qu'il faut le mener paître près de la rivière afin qu'il grandisse. Il grandira...

L’intégrale « Klaw », Jurion, Ozanam

            Si Ange Tomassini, 14 ans, n'est pas ce mystérieux homme-tigre qui vient inlassablement le protéger de tout danger, alors pourquoi ses camarades et professeurs le craignent-ils tous… ? Et qui est, alors, cet étrange fauve ? Les réponses l'attendent. Mais, pour les connaître, il lui faudra tout quitter… "

« Lolicornes. La grise-mine », Waltch

            "Lolicornes", c'est un monde joyeux et coloré peuplé de créatures mythiques ou éteintes dans notre monde : licornes, cyclopes, dodos... Mais derrière cette façade se cache en fait une société hautement inégalitaire : dès son plus jeune âge, chaque habitant de Loliland est rangé dans la catégorie "beau" ou "moche" en fonction d'un certain nombre de critères très subjectifs. La vie des "beaux" est idyllique alors que celle des "moches" est remplie de corvées et de dangers. Mais l'équilibre de cette société va être bouleversé par l'arrivée de Penny, une gamine humaine amnésique. Plus grave encore : une crise de "grise-mine" va attaquer une bonne partie de la population... mais uniquement les beaux ! 

 

Documentaires

« C’est qui le plus écolo ?», Paule Battault, Caroline Hüe

            Un livre-jeu drôle et impertinent pour se questionner sur ses petits (et grands) efforts écologiques au quotidien, de façon ludique et décomplexée.

« La puberté c’est génial, ou presque», Brigitte Bégué, Jacques Azam

            La puberté c’est d’abord une histoire d’hormones, et avec cette soudaine explosion, les adolescents entrent dans une période pleine de doutes. Dès lors il est difficile de savoir ce que l’on veut et où est notre place. Les questions se bousculent et les petits désagréments aussi. Que faire de ces boutons qui apparaissent au milieu de notre visage ? Comment savoir si je suis amoureux ? Suis-je incompris ? Grosse ? 

 

Romans

« L’académie Kilter. Comment j’ai dégommé ma prof», T.R.Burns

            C'était un accident ! En lançant cette pomme à travers la cantine, jamais Seamus n'a voulu faire du mal à la charmante remplaçante... Hélas, le drame s'est produit et Seamus atterrit à Kilter, une école de redressement très... spéciale. Pour briller à l'académie Kilter, les élèves doivent piéger leurs professeurs et accumuler blagues, bêtises, mauvais coups et arnaques en tout genre. Et voilà que bien malgré lui, le gentil Seamus devient la star de l'école...

« Esther et Mandragore», Sophie Dieuaide, Marie-Pierre Oddoux

            Pendant quelques instants, j'ai eu vraiment peur qu'une sorcière apparaisse en homme, en femme ou en minuscule insecte et qu'elle grogne : « On avait dit : Pas de magie devant les humains, Esther ! Retour immédiat à l'école des Sorcières pour toi et pour ton chat ! »

« Lily», Cécile Roumiguière

            Paris, 1961. En pleine guerre d'Algérie, alors que la capitale est secouée par les attentats de l'OAS, la jeune Lily s'entraîne pour intégrer les ballets de l'Opéra. Lorsqu'elle apprend que son frère Michel, parti combattre en Algérie, a déserté, l'adolescente a bien du mal à se concentrer sur son entraînement de ballerine.

 

Adultes

« Pratiquez le shiatsu», Jean-Louis Abrassart

            Renforcez vos défenses grâce au massage shiatsu ! Face aux dérèglements de l'environnement, à la propagation des maladies et au stress quotidien, nous avons besoin de préserver et de renforcer les processus de défense et d'autoguérison de notre organisme. C'est le but et l'originalité du shiatsu, une technique de massage japonaise qui consiste à presser des points spécifiques le long des méridiens d'acupuncture, et qui est particulièrement efficace pour soulager les multiples conséquences du stress : fatigue, maux de tête, troubles du sommeil, problèmes digestifs, anxiété, oppression respiratoire... Grâce aux nombreux schémas explicatifs, vous apprendrez à pratiquer le shiatsu sur chaque partie du corps : le repérage des points, la pression juste à exercer, la bonne position à adopter pour ne pas vous fatiguer, les bienfaits des différentes lignes de points ou encore les précautions à prendre. Vous découvrirez aussi dans ce manuel pratique des explications claires et précises des fondements de la médecine orientale, riche en conseils pour la vie quotidienne. Etes-vous yin ou yang, rétracté ou dilaté ? Comment circulent vos énergies ? Quel est votre élément prédominant ? Quelle est l'influence des saisons et des émotions sur votre santé ? En rééquilibrant la circulation des énergies, le shiatsu restaure la vitalité profonde du corps et vous aide à préserver votre santé. Pour pratiquer à la maison, en famille ou entre amis, quand vous le pouvez et quand vous le voulez, selon le temps dont vous disposez.

 

BDs   

L’intégrale « Aberzen», N’Guessan, Rieu

            Entrez dans l'univers fantastique et poétique de Marc N'Guessan où mourir est le prélude à la vie...Hotis est un mineur. Assailli par d'éprouvants cauchemars, il découvre avec horreur la réalité de ces visions : une horde de monstres, venue des profondeurs de la mine, terrasse ses compagnons. Dans ce nid de créatures, il découvre un oeuf à l'intérieur d'un oeuf, mais il est trop tard, la mort le rattrape...Ici débute son périple à travers d'autres mondes et d'autres temps. Une lutte contre le mal, qui ronge la réalité même et dont il est l'élément central, va se jouer...

« La brigade des cauchemars», Thilliez, Dumont, Drac

            Tristan et Esteban ont 14 ans et font partie de la mystérieuse Brigade des cauchemars. Créé par le professeur Angus, le père de Tristan, la brigade vient en aide aux jeunes qui n'arrivent pas à se débarrasser de leurs rêves. A l'aide d'une expérience unique, les membres de l'équipe peuvent littéralement entrer dans le cauchemar du patient, afin d'en découvrir la source et de la détruire. Esteban a été retrouvé par le professeur Angus dans la forêt, il y a trois ans. Amnésique, il errait sans explication. Le professeur l'a accueilli comme son fils et Esteban fait désormais partie de la Brigade aux côtés de Tristan. L'admission à la clinique de la jeune Sarah va bouleverser les deux garçons. Alors même qu'ils sont missionnés pour intervenir dans son cauchemar, le professeur Angus semble leur cacher des informations. Et Tristan est certain d'avoir déjà vue Sarah... mais où ?    

« Le marquis d’Anaon. La bête», Vehlmann, Bonhomme

            Implacablement, elle décime village après village, assassinant sauvagement des familles innocentes, brouillant les pistes et terrifiant la population des Alpes de ses rugissements. Le problème devient si préoccupant que le Roi a dû dépêcher une force appropriée : qui, mieux que ses « dragons » pourraient régler le cas de « la Bête » ? Et si la force brute ne suffit pas, le corps d'armée dispose d'un autre atout : le cousin de leur chef, le célèbre Marquis d'Anaon ! Il n'est peut-être pas la plus fine des gâchettes mais on raconte qu'il a souvent croisé la route du Malin. Plongé en pleine dépression, Le Marquis d'Anaon devra affronter plus d'un démon avant de continuer une route qu'on lui souhaite longue. En effet, il est assez rare d'assister à une telle conjonction de talents : le scénario de Fabien Vehlmann mêle habilement intensité dramatique, humanisme et justesse psychologique. Parfait pendant de cette finesse, Matthieu Bonhomme manie plume et pinceau avec une souplesse et une précision hors du commun, aussi à son aise dans les replis ridés du visage d'un vieux paysan que dans les immenses étendues enneigées des Alpes.

 

Romans

« Tout peut s’oublier», Olivier Adam

            Un appartement vide : c'est ce que trouve Nathan quand il vient chercher son petit garçon chez son ex-femme. Très vite, il doit se rendre à l'évidence : Jun est rentrée au Japon, son pays natal, avec Léo. À l'incompréhension succède la panique : comment les y retrouver, quand tant d'autres là-bas courent en vain après leurs disparus ? Et que faire de ces avertissements que lui adresse son entourage : même s'il retrouve leur trace, rien ne sera réglé pour autant ? Entre la Bretagne où il tente d'épauler Lise, elle aussi privée de son fils, et un Japon qu'il croyait connaître mais qu'il redécouvre sous son jour le plus cruel, Nathan se lance dans une quête effrénée. En retraçant l'itinéraire d'un père confronté à l'impensable, Olivier Adam explore la fragilité des liens qui unissent les parents et leurs enfants.

« Qui s’y frotte s’y pique», M. C. Beaton

            Obligé de remplacer un policier local dans les confins inhospitaliers de Cnothan, Hamish a le mal du pays et de sa chère Priscilla... mais, il est à peine arrivé que l'homme le plus détesté du village est assassiné et jeté en pâture à un élevage de homards qui n'en font qu'une bouchée avant d'être expédiés vers les restaurants les plus chics de Londres. Pour retrouver son village, Hamish Macbeth devra affronter l'horrible inspecteur-chef Blair et sa charmante voisine (l'un bien décidé à couvrir l'affaire, l'autre à le séduire !)... et débusquer l'assassin.

« La trilogie du mal», Maxime Chattam

            Des gouffres de l'Oregon aux ruelles sordides de Brooklyn, le Mal n'a qu'un seul visage : celui des tueurs en série les plus improbables. L'inspecteur Joshua Brolin va les traquer. De bibliothèque ésotérique en course poursuite mortelle, dans les forêts sauvages de l'Ouest américain, la Trilogie du Mal ne vous laissera aucun répit.

« Les versants de la liberté», Jean-Marc Dété

Loin de la Bolivie et de ses guérilleros, le jeune Pierre vit une enfance paisible au cœur de la France sans trop comprendre pourquoi ses camarades l'ont baptisé "Pingos". Peut-être, tout simplement, parce que sa mère, institutrice, a organisé une correspondance scolaire entre les élèves de son école et ceux d'un petit village d'Amérique du Sud. En faut-il davantage pour que Pierre, devenu collégien, partage les espérances et les angoisses des paysans et des mineurs en révolte, qu'il fasse siennes les révoltes avortées, qu'il pleure, l'heure venue, la mort de Che Guevara? Dans la campagne française, au même moment, c'est à peine si la colère de Mai 68 se fait entendre, bien vite effacée par l'apparition du progrès et de la télévision. Qu'importe, Pierrot n'oublie pas. Voilà trop longtemps qu'il nourrit son rêve d'aller un jour à la rencontre des villageois boliviens. Ses études en poche, en compagnie de Susana, une jeune fille rencontrée à Barcelone, il décide d'accomplir le grand périple. Il ne sait pas encore que là-bas, sur un versant perdu à flanc de cordillère, parmi les villageois, un homme l'attend, la gorge nouée par l'émotion...

« Souveraine magnifique», Eugène Ebodé

            "... J'ai donc voulu voir Souveraine Magnifique, cette rescapée des vastes massacres qui se sont abattus sur le Rwanda en 1994 avec la fureur de cyclones sanglants. C'est le pouls battant, mais la tête froide, que j'ai frappé à la porte de la jeune femme. On ne sait jamais qui vous scrute derrière des rideaux à peine frémissants. On ignore ensuite quel être, surgissant des fumeroles d'une épouvantable histoire, vous invitera à découvrir sur les marches du soir les fantômes qui peuplent et crucifient sa mémoire. Tout au long de nos conversations, ses souvenirs, ses confessions, sa colère moite, sa rage intacte portaient encore, vingt ans après la tragédie, trace des cris, des râles et des chuchotements venus d'outre-tombe. Ma rencontre avec Souveraine Magnifique et la vache Doliba, qu'elle cogérait avec le bourreau de ses parents, m'a montré combien la sagesse des anciens a pu voler au secours des temps modernes englués dans leur morale et leurs procès. Depuis les brumes bleutées des collines rwandaises jusqu'aux eaux rougeoyantes du Ruzizi, cette rivière qui sépare plusieurs pays de la région des Grands Lacs africains, j'ai entendu la voix de Souveraine Magnifique, son cœur, son âme. "Eugène Ébodé.

« Les apparences», Gillian Flynn

            « À quoi penses-tu ? Comment te sens-tu ? Qui es-tu ? Que nous sommes-nous fait l’un à l’autre ? Qu’est-ce qui nous attend ? Autant de questions qui, je suppose, surplombent tous les mariages, tels des nuages menaçants. » Amy, une jolie jeune femme au foyer, et son mari Nick, propriétaire d’un bar, forment, selon toutes apparences, un couple idéal. Ils ont quitté New York deux ans plus tôt pour emménager dans la petite ville des bords du Mississipi où Nick a grandi. Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, en rentrant du travail, Nick découvre dans leur maison un chaos indescriptible : meubles renversés, cadres aux murs brisés, et aucune trace de sa femme. Quelque chose de grave est arrivée. Après qu’il a appelé les forces de l’ordre pour signaler la disparition d’Amy, la situation prend une tournure inattendue. Chaque petit secret, lâcheté, trahison quotidienne de la vie d’un couple commence en effet à prendre, sous les yeux impitoyables de la police, une importance inattendue et Nick ne tarde pas à devenir un suspect idéal. Alors qu’il essaie désespérément, de son côté, de retrouver Amy, il découvre qu’elle aussi cachait beaucoup de choses à son conjoint, certaines sans gravité et d’autres plus inquiétantes. Si leur mariage n’était pas aussi parfait qu’il le paraissait, Nick est néanmoins encore loin de se douter à quel point leur couple soi-disant idéal n’était qu’une illusion. Considérée par une critique unanime comme l’une des voix les plus originales du thriller contemporain, Gillian Flynn dissèque ici d’une main de maître la vie conjugale et ses vicissitudes et nous offre une symphonie paranoïaque aux retournements multiples, dans un style viscéral dont l’intensité suscite une angoisse quasi inédite dans le monde du thriller.

« Apeirogon», Colum McCann

            Apeirogon.. Une figure géométrique au nombre infini de côtés. En son cœur, deux pères. Un palestinien, un israélien, tous deux victimes du conflit, qui tentent de survivre après la mort de leurs filles. Abir Aramin, 1997-2007. Smadar Elhanan, 1983-1997. Il y a le choc, le chagrin, les souvenirs, le deuil. Et puis l’envie de sauver des vies. Ensemble, ils créent l’association « Combattants for Peace » et parcourent le globe en racontant leur histoire pour susciter le dialogue. Et un nombre infini de côtés. Toutes les facettes d’un conflit, qui est à la fois historique, politique, philosophique, religieux, musical, cinématographique, géographique. Une tragédie infinie qui happe le lecteur, l’absorbe, lui donne une responsabilité et l’engage à comprendre, à échanger, pour entrevoir un nouveau futur. Une tentative d’apaisement.

« Les arbres voyagent la nuit», Aude Le Corff

            Un professeur de français à la retraite est intrigué par une fillette qui habite son immeuble. Chaque soir, après l'école, Manon se réfugie dans le jardin. Assise sous le bouleau, elle parle aux chats et aux fourmis, quand elle n'est pas plongée dans un livre. Depuis quelques mois, sa mère semble avoir disparu. Brisant la routine et sa solitude, Anatole finit par l'approcher. C'est autour de la lecture du Petit Prince qu'ils échangent leurs premières confidences. En côtoyant Manon, le vieil homme va rencontrer d'autres voisins : Sophie, une femme singulière qui le met mal à l'aise, et Pierre, le père de la fillette. C'est tous ensemble qu'ils entreprendront un voyage inattendu jusqu'au Maroc.

« L’horizon à mains nues», Christophe Paviot

Howard est plus vieux que Gary, de dix mois seulement, mais cela suffit pour être le chef. Ils sont inséparables. L’aîné est beau, le petit laid. Ils n’en sont pas conscients. Pour eux la beauté se résume à un crissement de pneus de moto dans un virage, un animal décapité contre une bûche, des vêtements sur un fil à linge, les images de leur mère, la peau d’un serpent. Ils vivent à Sweetwater, au Texas. Ils sont différents des autres garçons, plus solitaires. Ils n’aiment qu’une seule chose, les crotales, ces serpents venimeux dont la queue vibre dans un bruit assourdissant. Ils s’amusent à les chasser à mains nues, comme leur a appris leur père. Ils ont onze et douze ans quand leur père meurt dans un accident de voitures. Ils ignorent que leur monde a pris fin. Ils ignorent que leurs proches ne parleront plus ni de l’accident ni de leur père. Ils ignorent que leur mère se taira elle aussi, par peur de les blesser. Mais dans cette muraille suintante, dans ce silence, dans ce bout de pays au milieu des États-Unis, au milieu de rien, la blessure ne cessera d’enfler. Alors ils deviendront les frères Shelby. Le roman est leur histoire, deux frères qui s’élèvent seuls, qui obéissent à leurs propres lois, qui ne se laisseront jamais, qui vivront aux marges de tout et n’oublieront jamais leur père. Un livre comme un coup de poing, une Odyssée américaine.

« La variante chilienne », Pierre Raufast

            Il était une fois un homme qui rangeait ses souvenirs dans des bocaux.
Chaque caillou qu’il y dépose correspond à un évènement de sa vie. Deux vacanciers, réfugiés pour l’été au fond d’une vallée, le rencontrent par hasard. Rapidement des liens d’amitiés se tissent au fur et à mesure que Florin puise ses petits cailloux dans les bocaux. À Margaux, l’adolescente éprise de poésie et à Pascal le professeur revenu de tout, il raconte. L’histoire du village noyé de pluie pendant des années, celle du potier qui voulait retrouver la voix de Clovis dans un vase, celle de la piscine transformée en potager ou encore des pieds nickelés qui se servaient d’un cimetière pour trafiquer.

« Il est à toi ce beau pays », Jennifer Richard

            Roman total par son ampleur, son ambition et sa puissance d’évocation, Il est à toi ce beau pays est la fresque tragique et monumentale de la colonisation de l’Afrique. Livrée aux appétits d’une Europe sans scrupules, elle est le théâtre d’un crime qui marque au fer rouge le XXe siècle. Sur trois continents, chefs d’Etat, entrepreneurs avides, explorateurs intrépides et missionnaires idéalistes agissent sous prétexte de civilisation. Au fil d’un récit où se croisent héros inconnus et figures historiques, dont Léopold II, le « saigneur » du Congo, le pasteur George Washington Williams, l’aventurier David Livingstone, Joseph Conrad, Henry Morton Stanley ou encore Pierre Savorgnan de Brazza, Jennifer Richard nous donne le grand livre noir de l’Occident colonialiste. Et restitue, de la ruée vers les terres d’Afrique à l’instauration de la ségrégation aux États-Unis, le terrible destin d’une humanité oubliée.

«Eleanor & Park», Rainbow Rowell

            1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l'ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths... Et qu'importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là...

Bonne lecture !