Les nouveautés dans votre médiathèque: 8 novembre

08.11.2018

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 8 novembre:

 

IMG 20181108 171035  IMG 20181108 172838 

Jeunesse :

Albums :

« Le prince hibou », Pierre Coran

Il était une fois un château qui ressemblait à un cube de gruyère. La veille de Noël, des souris géantes le prirent d'assaut, crotti-crottant partout. Le roi eut beau tempêter, les gardes se rebeller, les chats essayer de chasser, rien n'y fit ! C'est alors que la princesse eut l'idée de conclure un bien étrange marché, qui allait à jamais bouleverser sa vie.

« Histoire de dinosaures », Nathalie Dargent

Histoires tendres, drôles, pleines de rebondissements pour découvrir les dinosaures, comme on ne les a jamais vus !

« On verra demain », Michaël Escoffier

Peut aussi s’épeler ainsi : P. R. O. C. R. A. S. T. I. N. A. T. I. O. N. « On verra demain », répondait Paco lorsqu’on lui demandait de ranger sa chambre. « On verra demain », répétait-il au lieu d’aider les autres. « On verra demain... » Et puis, demain a fini par arriver.

« Aïcha et l’ogre », Praline Gay-Para

Aïcha vit dans une grande maison avec son père et son chat. Un jour, son père apprend qu’il doit partir pour un long voyage d’affaires. Pour protéger Aïcha, il construit autour de la maison une muraille haute, haute, haute, une muraille cent fois haute… Un conte tunisien

« Le jour où je suis devenu un dinosaure », Antoine Guillopé

Un dinosaure sort de son œuf et part à la recherche de sa maman.
Sa route croise toutes sortes d’autres dinosaures (diplodocus, ptérodactyles, stégosaures, tricératops, baryonyx…) et quelques péripéties avant de retrouver sa maman, une tyrannosaure rex.

« Petits contes zen », John J. Muth

Quand trois enfants font connaissance avec leur nouveau voisin, un gros panda adepte d'une sagesse zen qu'il va mettre en scène en racontant une petite histoire à chacun… L'auteur de La soupe aux cailloux et des Trois questions illustre son texte de ses splendides aquarelles, qu'il fait alterner ici avec des dessins à la plume au trait acéré.

« Rêve de ballerine », Jill Newsome, Claudio Munoz

Lily aime beaucoup danser, partout, tout le temps. Un malencontreux accident l'empêche pendant plusieurs mois de s'adonner à sa passion. Lily se demande si elle pourra danser à nouveau. Une poupée offerte par sa grand-mère la console et lui redonne espoir. Des illustrations au trait vif et délicat.

« Le miroir de madame Edouard », Bernard Villiot

Chaque soir, Madame Edouard reçoit dans son boudoir des animaux venus lui raconter leurs déboires. Alors, devant un grand miroir aux mystérieux pouvoirs, un chat noir se voit en noble léopard un pauvre loir en tamanoir... Mais quand le père Poulard se plaint de tous ces changements bizarres, est-ce encore de la magie noire ?

 

BDs :

« Elinor Jones », Algésiras, Aurore

Elinor Jones est très fière d’avoir été engagée par la célèbre maison Tiffany, réputée pour les créations sur-mesure de sa jeune prodige, Bianca, et pour ses bals qui rassemblent trois fois par an les dames les plus fortunées d’Angleterre. Son arrivée coïncide avec une dispute opposant Abel à sa sœur Bianca, l’anniversaire de celle-ci et la découverte des tissus rapportés de voyage par Madame Tiffany pour la collection du bal d’hiver. A l’instar de ses consœurs Macy, Rachel, Lodie et Siam, la jeune femme se met immédiatement au travail, confectionnant un présent pour la perle de l’enseigne et créant le patron d’une toilette festive pour la cliente qui lui a été attribuée, quitte à s’épuiser à la tâche. Mais Bianca ne semble pas apprécier le cadeau d’Elinor et s’emporte quand, quelques semaines plus tard, la veuve Bethania dénigre la robe conçue pour elle. Elinor se rend alors compte que travailler pour les Tiffany n’est pas aussi idyllique qu’elle le pensait et que le manoir recèle bien des tensions et des secrets...

« La pension Moreau. La peur au ventre », Benoît Broyart

Années 1930. Émile, un jeune garçon très silencieux et qui adore dessiner, vit à la Pension Moreau, un lieu de vie mystérieux, qui accueille des enfants « difficiles ». Heureusement, l’entraide et la solidarité permettent aux enfants de supporter les punitions et les privations. Mais, lorsque Paul revient après deux mois de cachot, plus rien n’est comme avant… Révolté, il compte sur Émile, Jeanne et Victor, ses camarades, pour organiser la résistance ! Émile, quant à lui, réussit régulièrement à s’évader dans la forêt aux alentours pour griffonner et créer en paix. Lors de l’une de ses escapades nocturnes, il est témoin d’une scène inquiétante… 

« Leonard 9. Génie civil », De Groot

Ca commence avec l'invention des bonnes manières puis du tank de dissuassion, du film publicitaire et de la demi-brique, et ça s'enchaine jusqu'à la radio en passant par le métro et la machine à insulte... Le tout parsemé d'accident saugrenus et ravageurs pour le disciple et de fines remarque du chat et autres petits personnages... A noter un surprenant retour de choses dans l'invention de la trousse médicale d'urgence ! Bref, une nouvelles flopée de gag tous plus léonardiens les uns que les autres !

« Leonard 29. Les bons contes font les bons amis », De Groot

Une machine à voyager dans le temps : vous l'avez rêvé ? Léonard l'a fait ! Quel formidable moyen d'évasion ! Que de fantastiques aventures en perspective ! Quel prodigieux instrument de découverte ! Mais cette machine s'avère être surtout utile pour Léonard et Basile lorsqu'il s'agit d'échapper à la police !

« Hilda et la parade des oiseaux », Luke Pearson

Venue avec sa maman vivre en ville, à Trollbourg, après avoir longtemps évolué au contact intime de la nature et de ses enchantements, Hilda essaie de s’accoutumer à sa nouvelle existence. Lors d’une sortie avec ses camarades, elle sauve un oiseau blessé par un jet de pierre et sympathise avec ce drôle de volatile. Mais l’oiseau, commotionné, a perdu la mémoire : il a oublié son propre nom, comment on faisait pour voler, ainsi que la mission, très importante semble-t-il, qui l’avait conduit jusqu’à Trollbourg. L’aide d’Hilda, qui s’est perdue dans cette ville qu’elle ne connaît pas, sera décisive pour l’oiseau, qui lui prouvera en retour, lors de la grande parade annuelle des oiseaux attendue avec ferveur, qu’il n’est vraiment pas un ingrat !

« Les schtroumpfs et le cracoucass », Peyo

Qui ne connaît les Schtroumpfs ? Ces gentils lutins bleus à gros bonnet blanc se ressemblent tous, même s'ils ont chacun leur caractère, et parlent une curieuse langue dans laquelle la plupart des mots sont remplacés par "schtroumpf" ou "schtroumpfer". Sous l'autorité débonnaire du grand Schtroumpf, ce sympathique petit peuple organise sa vie et lutte contre l'abominable sorcier Gargamel, qui ne rêve que de les détruire.
Une adorable fantaisie qui séduira les plus petits et distraira leurs aînés.

« Schtroumpferies », Peyo

Entre deux grandes aventures, les Schtroumpfs ne demeurent pas inactifs et leur inventivité s'exprime de multiples façons. Ces cinq recueils de 44 ""Schtroumpferies"" témoignent de la diversité de leurs aptitudes et illustrent autant de gags farfelus.

 

Romans :

« Le grand secret. Les gardiens », Christos

Joris pensait que sa vie était normale. Une vie sans histoire, pas le genre de vie qu’on raconterait dans un livre. Avec des supers copains, exactement le genre de copain qu’on inventerait s’ils n’existaient pas. Jusqu’au jour où il croise des créatures semblant sortir tout droit d’un manuel de mythologie grecque.

« Chevalier », Madeleine Deny

Avec ce livre interactif, tu construis ton aventure au fil des pages.

 

Adultes :

« Plaidoyer pour l’altruisme : la force de la bienveillance », Matthieu Ricard

Abreuvés d'images violentes, confrontés à une société en crise, on n'imagine pas la force de la bienveillance, le pouvoir de transformation positive qu'une véritable attitude altruiste peut avoir sur nos vies au plan individuel et, partant, sur la société tout entière. Moine bouddhiste depuis près de quarante ans, Matthieu Ricard, lui, expérimente les vertus de l'altruisme au quotidien. Au carrefour de la philosophie, de la psychologie, des neurosciences, de l'économie, de l'écologie, Plaidoyer pour l'altruisme est la somme d'années de recherches, de lectures, d'expériences, d'observation et de réflexion. Avec le sens de la pédagogie qui le caractérise et toujours en s'appuyant sur des exemples très concrets, l'auteur de Plaidoyer pour le bonheur démontre point par point que l'altruisme n'est ni une utopie ni un vœu pieux, mais une nécessité, voire une urgence, dans notre monde de plus en plus interdépendant à l'heure de la mondialisation. Un essai passionnant, inspiré par un humanisme et une lucidité qui emportent l'adhésion.

 

BDs :

« Eve sur la balançoire : conte cruel de Manhattan », Nathalie Ferlut

Evelyn « Eve » Nesbit (1884-1967) est la première pin-up du XXe siècle, la première muse d’une société de consommation qui fabrique l’image d’une vedette pour la brûler ensuite. Adolescente, Eve est magnifique. Chaperonnée par une mère abusive qui exploite outrageusement ses charmes naturels, elle arrive à 16 ans à New York, une mégapole alors en pleine explosion économique. Très vite, sa beauté rayonnante est captée par les peintres, les photographes et les publicitaires de la Belle Époque. Mais l’ascension de la « vraie Eve américaine » – « the true American Eve », comme on l’avait qualifiée – est aussi fulgurante que le sera sa chute, sordide. Dans ce roman graphique aux douces images aquarellées, Nathalie Ferlut a choisi de retracer les six années déterminantes de la vie d’Eve Nesbit, icône du début du XXe siècle. Une démonstration réussie de savoir-faire narratif et un bel exemple de « biopic » dessiné.

« La Guilde la mer », Nancy Pena

Dans la Grande Mer, les peuples ne cohabitent plus depuis fort longtemps, chacun vivant cantonné sur son île. Ils mènent leur propre politique et entretiennent des relations pas toujours cordiales, à l'image des Murides qui oppriment les Sinois. Parmi ces derniers, Gib, en fuite, découvre que la Guilde de la Mer n'est pas une légende : une communauté plus ou moins clandestine ayant la main mise sur le commerce des étoffes. Les différentes races y vivent en harmonie, en toute liberté, avec pour seule obligation de se vêtir comme ils le désirent !

 

Cuisine :

« I love cake », Trish Deseine

Tous mes gâteaux préférés, qu'ils soient classiques ou inclassables, sont ici. Vous trouverez le meilleur du best of mélangé à une belle collection de nouveaux. Tranches de Cake pour les ultra-simples, les basiques, les partageables au bureau... Natural born tartes pour profiter des fruits et des couleurs. Gorgeous chocolat, pour se faire du bien, direct, sans compromis. My Sweet World pour partager les nostalgiques de mon enfance. Une collection de Cookies, petits carrés pour coller à la mode. Et puis, WOW. Du glamour, pour tous les moments où l'on cherche l'effet sans l'effort

 

« Crêpes, blinis et pancakes », Laurence du Tilly

Une cuisine inventive au quotidien, simple et toujours délicieuse. Parce que cuisiner, c'est simple quand tout est expliqué ! Pour une chandeleur originale et des plaisirs de tous les jours, découvrez 27 recettes de blinis et de crêpes salés, 23 recettes de pancakes et de crêpes sucrés, le tout saupoudré de gourmandise !

 

Décoration :

« Décoration extérieure », Myriam Markiewicz

Cet ouvrage pédagogique à destination des étudiants et adultes en reconversion délivre les connaissances indispensables pour réussir des agencements d'espaces extérieurs, un nouveau et très prometteur débouché pour le décorateur de métier. La tendance inside/outside où balcons, terrasses, jardins de petite et moyenne taille sont perçus comme de véritables prolongements des espaces de vie intérieurs, s'est affirmée, générant de nouvelles pratiques professionnelles. Ce livre décrit la phase créative avec rappel des principales tendances dans le domaine, l'étape du relevé, celle du choix des matériaux et du mobilier (avec carnet d'adresses des principaux fournisseurs), enfin les techniques de représentation des projets.

 

Histoire :

« Nouvelle histoire de la légion étrangère », Patrick de Gmeline

La Légion étrangère, cette troupe d'élite composée de soldats étrangers commandés par des officiers français, mythique et enviée, est admirée par toutes les nations du monde. Depuis 1831, date de sa création, elle s'est distinguée sur nombre de champs de bataille. Du Mexique à l'Espagne, de l'Afrique-du-Nord à l'Indochine, des Emirats au Pacifique. Sans oublier la France, en 1870, puis pendant les deux guerres mondiales. Ce livre raconte l'histoire officielle mais aussi officieuse de ceux qui se sont fait appeler les « képis blancs », depuis l'origine du corps jusqu'à nos jours. Reconnaissables aujourd'hui à leur béret vert, ces soldats combattent pour la liberté dans le cadre des opérations extérieures et, face à la menace terroriste, assurent la sécurité dans les villes de France. Fruit de nombreuses années de recherches, cet ouvrage présente la Légion étrangère dans sa globalité, à travers les archives et les récits dont beaucoup inédits ou peu exploités : une saga qui honore à juste titre ces « Français par le sang vers dont les portraits émaillent cet ouvrage écrit d'une plume enlevée.

« Histoire de l’armée française de 1914 à nos jours », Philippe Masson

Le XXe siècle est, pour l'armée française, celui des triomphes, des mécomptes, des déchirements et des bouleversements. Victorieuse à l'arraché en 1918, la voilà consacrée première armée du monde, mais incapable de résister plus de quarante jours au Reich. Écartelée en plusieurs forces jusqu'en 1945, elle se trouve ballottée de guerres coloniales en guerre froide, tout en s'adaptant à la révolution nucléaire. Enfin, vient l'heure des choix européens et de la professionnalisation, sources de nouvelles interrogations. Il faut la clarté de Philippe Masson pour pointer les enjeux de ce siècle de fer.

 

Jardinage :

« Projets pour petits jardins : 56 projets à réaliser pas à pas », Richard Bird

56 projets à réaliser soi-même pour aménager et décorer son jardin et en exploiter chaque recoin : cache-pot, jardinières, murets, tonnelles, arches de fleurs, patios... Tant d’idées originales pour embellir votre jardin avec : une liste détaillée du matériel et de l’équipement ; de nombreux conseils concernant le choix des plantes ; des pas-à-pas qui vous permettront de maîtriser toutes les étapes de vos projets. Du porche de chèvrefeuille à l'allée parfumée, ce livre est un condensé de bonnes idées pour tirer parti des plus petits espaces de son jardin .

« Le potager en lasagnes : remettez en une couche », Xavier Mathias

Remettez-en une couche ! Une pratique écologique originale qui consiste à empiler des couches de matériaux compostés de nature différente, recouverts d’une couche de terreau finale, pour y effectuer directement des plantations. Cela permet de jardiner là où il n’y a pas de sol, ou un sol de qualité médiocre (tout petits jardins, cours et balcons, sols et remblais, jardins à l’abandon...). Une couche de cartons, plusieurs couches de journaux pour un millefeuille de matériaux bruns (paille, taille de haie, copeaux de bois...) et de matériaux verts (tontes de gazon, déchets de cuisine...) et le tour est joué  !

 

Romans :

« Je t’enverrai des fleurs de Damas », Franck Andriat

S’expatrier et aller combattre pour une cause que l’on croit juste, donner sa vie pour la démocratie et la liberté, c’est bien. Sauf si l’on a quinze ans et qu’on s’est fait « tourner la tête » par des extrémistes qui, au nom de Dieu, envoient des jeunes à la mort. La guerre civile en Syrie a causé des dizaines de milliers de victimes et la communauté internationale n’en fait pas une priorité absolue. Pendant ce temps-là, des innocents meurent et, parmi ceux-ci, des adolescents venus de France, de Belgique et d’ailleurs. Ce roman à plusieurs voix raconte l’émoi soulevé par le départ pour la Syrie de deux adolescents sans histoire : la Syrie devient leur enfer, mais, pour ceux qui restent, c’est l’enfer aussi. Un livre qui ouvre à la réflexion et à la nuance : un outil pour former l’esprit critique et pour apprendre à se méfier des manipulateurs.

« Le manuscrit retrouvée », Paulo Coelho

14 juillet 1099. Alors que les croisés sont aux portes de la ville, les habitants de Jérusalem se pressent autour d'un homme mystérieux connu sous le nom du Copte pour entendre ses derniers enseignements. La foule, composée de chrétiens, de juifs et de musulmans qui vivaient jusqu'alors en parfaite harmonie, s'apprête à livrer combat et la défaite semble imminente. Mais loin de toute stratégie guerrière, c'est une véritable leçon de vie qui leur est dispensée. Le Manuscrit retrouvé est une invitation à repenser notre humanité qui pose une question d'une brûlante actualité : quelles valeurs subsistent lorsque tout a été détruit ?

« Un été d’ombre et de lumière », Martine Delomme

La sonnerie du téléphone interrompt la conversation. Juliette Leroux, maire de Sainte-Foy, met fin à l entretien qu elle a avec l un de ses administrés pour se rendre à la grotte des Aubiers. Sur place, un gendarme l informe qu un garçon a chuté dans une crevasse. Heureusement, plus de peur que de mal : le gamin secouru par les pompiers s en tire avec quelques ecchymoses et un bras cassé. Mais Juliette Leroux est bouleversée car les secouristes ont également remonté une gourmette sur laquelle est gravée Fabienne, le prénom de sa s ur disparue six ans plus tôt...

« La fille qui lisait dans le métro », Christine Féret-Fleury

Que vous aimiez lire dans votre bain ou par-dessus l’épaule de votre voisin, laisser votre roman dans un wagon de métro ou l’offrir à votre meilleure amie, partager vos lectures en famille ou seulement à deux, que vous collectionniez les marque-pages, les éditions rares ou les «poches» d’occasion, alors ce livre est fait pour vous… Juliette prend le métro tous les jours à la même heure. La ligne 6, le métro aérien. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est observer, autour d’elle, ceux qui lisent. La vieille dame, le collectionneur d’éditions rares, l’étudiante en mathématiques, la jeune fille qui pleure à la page 247. Elle les regarde avec curiosité et tendresse, comme si leurs lectures, leurs passions, la diversité de leurs existences pouvaient donner de la couleur à la sienne, si monotone, si prévisible. Jusqu’au jour où Juliette décide de descendre deux stations avant son arrêt habituel, et de se rendre à son travail en coupant par une rue inconnue ; un pas de côté qui va changer toute sa vie.

« Les funérailles de la grande mémé », Gabriel Garcia Marquez

Dans le village misérable et poussiéreux de Macondo s'agitent déjà les marionnettes qui peupleront le grand théâtre de l'univers romanesque de Gabriel Garcia Màrquez : caciques abusifs et nantis égoïstes côtoient un petit peuple naïf et truculent sous un ciel d'ennui, sur une terre de désolation. Mais la mort de " la souveraine absolue du royaume de Macondo " devient une joyeuse délivrance et une délirante kermesse à laquelle même le pape est convoqué avec sa gondole noire. " Il faut laisser la porte grande ouverte à l'invention, et même à tous les excès de l'imagination. "

« Surf maman : une femme à la recherche de l’amour, du bonheur et de la vague parfaite», Wilma Johnson

Wilma Johnson vivait sur la côte ouest de l’Irlande avec sa famille, essayant de concilier sa vie d’artiste, d’épouse et de mère de trois enfants jusqu’au jour où, à quarante ans, elle se rend soudain compte qu’il n’est plus temps d’attendre et qu’il lui faut apprendre à surfer. Où, mieux qu’à Biarritz ? Une fois en France, tout ne se passe pas comme prévu. Son mariage bat de l’aile, ses enfants ne parlent pas français et ses premières tentatives pour apprendre à surfer sont désastreuses .Pourtant, malgré les bleus, les fractures et un ego malmené, lorsque, enfin, elle prend sa première vague, l’ivresse est telle qu’elle décide de créer le Club des Mamas Surfeuses.Dans ce premier roman paru en 2014 chez Summersdale, à l’humour très « British », Wilma Johnson nous fait assister à sa renaissance laborieuse et joyeuse au sein de ce Pays basque qu’elle a appris à aimer et qu’elle ne voudrait désormais quitter pour rien au monde.

« Un homme de tempérament », David Lodge

Fervent défenseur de l'Amour libre, H.G. Wells a multiplié les aventures et mésaventures sexuelles qui lui ont compliqué sa vie privée et contrarié ses ambitions d'homme politique. Dans sa maison londonienne barricadée pendant le blitz de 1944, malade, il revient sur son existence peuplée d'incidents, de livres et de femmes. De sa plume claire, légère et drôle, David Lodge nous fait découvrir toute une époque, celle de l'expansion du socialisme et des théories féministes mais aussi de la bombe atomique, et nous montre Wells tel qu'il est : l'un des écrivains les plus prophétiques du XXe siècle

« Mythologies d’hiver », Pierre Michon

Il importe peu que le Gévaudan et l’Irlande soient les scènes où se jouent ces drames brefs. Ce qui importe, c’est qu’avec le monde on fasse des pays et des langues, avec le chaos du sens, avec les prés des champs de batailles, avec nos actes des légendes et cette forme sophistiquée de la légende qu’est l’histoire, avec les noms communs du nom propre. Que les choses de l’été, l’amour, la foi et l’ardeur, gèlent pour finir dans l’hiver impeccable des livres. Et que pourtant dans cette glace un peu de vie reste prise, fraîche, garante de notre existence et de notre liberté. Ce peu de vérité mortelle qui brûle dans le cœur froid de l’écrit, la beauté chétive de l’une et la splendeur impassible de l’autre, voilà ce que je me suis efforcé de dire ici.

« Les choses communes. Je me souviens », George Perec

C'est souvent entre amis que l'on ressuscite ce genre de souvenirs. Personnels bien que communs à tous, constitutifs de notre petite histoire, pas vraiment de la grande, et pourtant... Réunis entre 1973 et 1977, ces souvenirs minuscules et ordinaires "arrachés à l'insignifiance" rassemblent des instants, bribes et lambeaux d'une réalité dont Perec fut le témoin entre sa dixième et sa vingt-cinquième année, soit entre 1946 et 1961.

« Le jeu de l’ange », Carlos Ruiz Zafon

Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n'en a jamais existé, "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués", en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus. Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu'il aime le plus au monde. En moyennant son talent d'écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable ?

 

Romans policiers :

« Snjor », Ragnar Jonasson

Quand la mort vient frapper aux portes des honnêtes gens. Un village sans histoire, vraiment ? Un huis-clos à l’anglaise dans le plus grandiose des décors scandinaves. Jonasson, la nouvelle révélation du polar islandais.

« Trois jours et une vie », Pierre Lemaitre

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d'événements tragiques s'abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien.»

« La montagne rouge », Olivier Truc

Une pluie continue épuise les hommes et les bêtes. Alors que les éleveurs du clan Balva procèdent à l’abattage annuel des rennes, des ossements humains sont retrouvés dans l’enclos, au pied de la Montagne rouge. Or, le clan est opposé à un groupement de forestiers et de fermiers dans un procès exceptionnel à la Cour suprême de Stockholm. L’enjeu – le droit à la terre – est déterminant pour tous les éleveurs de rennes du pays : qui était là le premier ? La patrouille P9 de la police des rennes est chargée de l’affaire, mais l’identification du squelette, en l’absence de crâne, est difficile. Klemet et Nina commencent une enquête auprès des musées et des institutions, et découvrent un XIXe siècle collectionneur de types humains et un XXe siècle porté sur les idéologies purificatrices, perdus dans les tréfonds nauséabonds de l’histoire suédoise. Ils se heurtent à l’inertie, à la défiance voire à l’hostilité de l’administration. Ils découvrent aussi une mystérieuse vague de disparition d’ossements et de vestiges sami, autant de preuves potentielles de la présence originelle des Sami. Klemet, plus que jamais empêtré dans sa double identité lapone, et Nina, qui le supporte de moins en moins, croisent des personnages souvent ambigus. Des archéologues aux agendas obscurs qui s’affrontent. Petrus, le chef sami, écartelé entre son devoir, son fils et la poursuite des rêves de son père dans les paysages grandioses et désolés des forêts primaires du fin fond de la Laponie. Bertil l’antiquaire au passé politique douteux, et Justina l’octogénaire aux étranges talents de conductrice d’engins et son groupe d’adeptes de la marche nordique et du bilbingo. Sans oublier une masseuse thaïlandaise… Ce troisième tome des aventures de la police des rennes est passionnant et troublant, ses héros sont complexes et attachants, le talent de conteur d’histoires d’Olivier Truc se déploie entre suspense, émotion et humour, et prouve une fois de plus que les 22 jurys de lecteurs qui lui ont à ce jour décerné leurs prix ne se sont pas trompés.

 

Témoignage :

« Portrait Sépia », Isabel Allende

C'est la voix d'une jeune femme, Aurora del Valle, qui porte ce magnifique roman situé à la fin du xixe siècle en Californie, en Europe et au Chili. La très riche Paulina del Valle recueille Aurora, sa petite-fille âgée de cinq ans : elle est orpheline de mère, et son grand-père, le Chinois Tao Chi'en, vient de mourir. Paulina donne ce qu'il y a de mieux à Aurora, mais elle lui cache la véritable identité de ses parents. De son enfance, Aurora n'a conservé comme souvenir qu'un sanglant cauchemar. Bientôt la guerre du Pacifique, le terrible conflit frontalier qui opposait le Chili, le Pérou et la Bolivie, prend fin. Le mari de Paulina meurt. Celle-ci décide alors d'entreprendre un voyage en Europe pour parfaire l'éducation de sa protégée. A Paris, lors d'une réception à l'ambassade du Chili, la jeune Aurora fait la connaissance de Diego Dominguez, un séduisant officier de marine. De retour au pays, elle épousera ce fils de grands propriétaires terriens. Mais la lune de miel est douloureuse... Aurora souffre d'un traumatisme qui a toujours influencé sa façon d'être et a effacé le souvenir des cinq premières années de sa vie. Confrontée à la trahison de l'homme qu'elle aime et à la solitude, elle décide d'explorer son passé. Une oeuvre envoûtante qui plonge dans la profondeur de la mémoire et des secrets de famille.

Bonne lecture !