Les nouveautés dans votre médiathèque: 25 février

26.02.2019

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 25 février:

 

IMG 20190226 185048  IMG 20190226 185639 

Jeunesse :

Albums :

« Le livre de l’hiver », Rotraut Susanne Berner

Album sans texte sur le thème de l'été, montrant des personnages dans leur vie quotidienne, notamment dans des bâtiments dont on peut voir l'intérieur en coupe, telles des maisons de poupées. Ces planches très détaillées représentent des appartements, des commerces, une ferme, une gare, un centre culturel, une église, un jardin d'enfants, un parking, un centre commercial, un parc d'activités et la rue fourmillant de personnages et de véhicules.

« Princesse Astro. Première sortie dans l’espace », Benoît Broyart, Maria Karipidou

Dans son grand vaisseau, Princesse Astro rêve d'espace et d'aventures. Mais son père est catégorique : sortir du palais toute seule, c'est bien trop dangereux pour une fille de roi. Seulement, quand Lilo le cleptodon se retrouve en danger, Astro est prête à tout pour le sauver.

« Elle est bonne ? », Jean Gourounas

Baignade sur la banquise. Mmmmm… comme elle est bonne !

« Il était un croco… », Bruno Heitz

C’est une histoire à la fois très drôle et cruelle que celle de ce crocodile qui rêve d’un nayourt à la vanille… non un grouillourt à la vanille… et qui dévore tous ceux qui osent le reprendre sur ses difficultés de prononciation. Heureusement l’histoire finit bien grâce à un petit singe malin qui saura maîtriser le monstre grâce à... un dictionnaire!

« Un jardin en hiver », Pauline Kalioujny

Les arbres sont enfouis sous la crème chantilly de l’hiver. Couvert comme un oignon et l'imagination aux aguets, Micha part à l’aventure. Mais, à qui appartiennent ces empreintes sombres dans le givre clair ? Un jardin en hiver réserve décidément bien des surprises… Les arbres sont enfouis sous la crème chantilly de l’hiver.
Couvert comme un oignon et l’imagination aux aguets, Micha part à l’aventure. Marcher en faisant « scrontch, scrontch » dans la neige, construire une poule de neige avec une carotte et des bâtons, observer la nature qui  semble mystérieuse et endormie…
Mais, à qui appartiennent ces empreintes sombres dans le givre clair­? Un tigre de Sibérie ? Un loup noir des Steppes ? Un ours ? Mais non­! Cette grosse chose noire et poilue qui gigote en grognant, là, derrière le monticule de  neige, c’est Grand-père, avec sa barbe hirsute et sa chapka ! Un album tendre et plein de surprises tactiles pour encourager les plus petits à partir à l’aventure.

« Contes de la mer », Hélène Kérillis, Stéphane Girel

Un recueil de dix contes et légendes aux parfums d'embruns salés, dans lesquels résonnent le chant des sirènes et le souffle du vent du large. La mer, tour à tour mystérieuse, nourricière, protectrice et terrifiante, entraîne le lecteur de la banquise inuit aux mers du Sud, de la Scandinavie à la Polynésie française et du Danemark à la Chine, à la rencontre d'univers peuplés de créatures ensorcelantes, de vaisseaux fantômes, de pirates aux fabuleuses cargaisons, de princesses en quête de prétendants, de chasseurs de phoques qui découvrent l'amour au détour d'un rêve, etc. -- Des récits rédigés d'une plume riche et vivante, magnifiquement appuyés de peintures dans lesquelles les verts et bleus vibrants, rendant hommage à la profondeur océan, alternent avec de chaleureux rouges et orangés traduisant l'opulence des palais exotiques. Un glossaire conclut cet album de facture irréprochable.

« Le petit monde de Miki », Chiaki Miyamoto, Dominique Vochelle

Miki est née au Japon. Elle aime la nature et les saisons, la terre et la mer, la neige et la pluie. Miki voit beaucoup plus loin que le bout de son nez. Un courant d'air lui suffit : un rien l'enchante, sinon elle invente. Miki dit que son petit monde est grand comme un coeur d'enfant.

« La semaine de Quiriquiquiqui », Michel Piquemal, Pauline Comis

Premier bobo, première peur, premier fou rire, premier … mais CHUT ! C’est un secret ! C’est la vie de Quiriquiqui…

« Frileux, l’ours qui n’aimait pas l’hiver », Sandrine Vidal

Frileux déteste l’hiver, le froid qui pique et le vent glacé. Normal, c’est un ours. Alors l’hiver, il dort, attendant des jours meilleurs pour ses activités favorites, comme bronzer au soleil en mangeant des glaces ou sentir le sable chaud sous ses pattes. Son copain Ness, le minuscule oiseau rouge, fait de son mieux pour le garder éveillé : l’hiver, c’est long sans son meilleur copain ! Il l’entraîne tout ronflant dans une partie de pêche endiablée, une formidable chasse en forêt, une grande fête sous la lune… Mais rien n’y fait. Frileux ronfle encore. Un matin, l’infatigable Ness se réveille avec une nouvelle idée au bout du bec…

« L’ourson qui faisait Bouh », David Walliams

Un petit Ours polaire passe ses journées à hurler « bouh ! » pour faire sursauter quiconque croise sa route. C'est plus fort que lui, il s'écroule de rire à chaque fois ! Un jour, un explorateur débarque sur la banquise pour tourner une émission de télé sur le Pôle Sud. Les animaux sont ravis, ils vont devenir célèbres ! C'est sans compter notre Ourson, qui, facétie après facétie, sème la zizanie et compromet le tournage de l'émission...

« Marcelle Potoffeu », Yann Walcker, Gaia Guarino

Marcelle est la plus curieuse des concierges parisiennes ! Elle épie ses voisins, lit leurs lettres, écoute tous les ragots... Elle n'aime pas les secrets, elle les adore ! Mais, un jour, tous ces secrets accumulés vont la faire gonfler, gonfler, gonfler...

« Le lapin d’hiver », Patrick Yee

La neige tombant, Nic et Berny décident de faire un bonhomme de neige. Mais ce dernier s'est transformé en Lapin de Neige, qui s'anime et participe aux jeux de ses amis : bataille de boules de neige, glissades, rencontre avec les ours polaires. Après une nuit de repos,l e Lapin de Neige s'éclipsera.

 

BDs :

« Tom-Tom et Nana. Les deux terreurs »

On ne s'ennuie pas une seconde avec ces deux adorables affreux jojos pleins de ressources. Les gags s'enchaînent en avalanche. Même les enfants qui ne maîtrisent pas encore parfaitement la lecture peuvent se régaler du dessin : les plus petits commencent par déchiffrer les images, drôles et très narratives, et petit à petit, au fil des relectures, ils iront plus loin dans la compréhension en lisant aussi le texte des "bulles". Plaisir garanti : Tom-Tom et Nana sont les copains préférés des 7-10 ans qui collectionnent leurs incroyables aventures.

« Le loup en slip. 3 », Lupano, Itoïz, Cauuet

La forêt est en ébullition : la course annuelle « Rapide & Furieux ! » va bientôt commencer ! Pourtant, quelqu'un ne semble pas partager cette allégresse générale. Toutes les affiches de la course sont vandalisées ! Les habitants ne comprennent pas. Car enfin, faire la course, c'est super cool, n'est-ce pas ? La compétition, la sélection, c'est génial, non ? Le loup en slip mène l'enquête, et découvre que le responsable des dégradations n'est pas la bête féroce que l'on pense

« Boulard. En mode écolo », Mauricet, Erroc

Boulard a flashé sur Chloé. Le problème, c’est que pour plaire à sa copine, il lui faudrait devenir écolo, sauver les chats abandonnés dans les poubelles, ou partir en croisade contre les OGM. Surtout qu’un autre gars, Cyril, avec sa ceinture noire d’écologie, commence à lui faire de l’ombre. Alors cette fois, c’est décidé, Boulard va se retrousser les manches, décrocher un job d’été et leur montrer qui il est... dès qu’il n’y aura plus rien de beau à la télé !

« Légendes de la garde », David Petersen

Depuis la nuit des temps, la Garde protège les souris des mille dangers qui menacent leur existence. Trois de ses membres les plus solides, Kenzie, Saxon et Lieam, découvrent lors d’une mission de routine un noir complot ourdi dans la ville de Barkstone. Trop tard! Lieam est fait prisonnier, les deux autres sont laissés pour mort aux portes de la ville et une armée traîtresse marche déjà vers Lockhaven, la légendaire forteresse de la Garde.

« Le schtroumpfeur de bijoux », Peyo

Deux humains ont emmené le Schtroumpf farceur... Dans le but de dévaliser les riches habitants de leurs bijoux. Une nuit, en cambriolant, le Schtroumpf farceur s'est retrouvé en présence du fils d'un Grand-Duc activement recherché et retenu en otage. Venue à la rescousse, toute la communauté des petits lutins bleus a été prise au piège des ravisseurs...

« Léonard. Poil au génie », Turk, De Groot

Le disciple de Léonard doit tester tour à tour les inventions du plus farfelu de tous les inventeurs : la lotion capillaire, la magie, l'autoroute à péage, le produit qui rend invisible, celui qui réduit à la taille d'un puceron... On en passe et des meilleures!

 

Romans :

« Le livre de Perle », Timothée de Fombelle

Tombé dans notre monde une nuit d'orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d'exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d'amour, est aussi une quête mystérieuse. Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l'a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l'ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour? Perle a-t-il raison de penser que la fille qu'il aime l'attend toujours là-bas?

« Un chien à New York », Brock Cole

Quel plaisir de se promener dans les rues chic de New York! Le chien Gulliver est heureux avec son maître, un professeur tout ce qu'il y a de plus distingué. Mais quand ce dernier tombe amoureux d'une Française allergique aux chiens, rien ne va plus. Voilà l'animal abandonné aux soins d'une turbulente famille d'un quartier populaire. Un véritable choc des cultures... Des personnages hauts en couleur, beaucoup de charme, d'humour et d'émotions... Un régal d'un bout à l'autre!

 

Adultes :

« Inégalités », Anthony B. Atkinson

Le succès mondial du dernier livre de Thomas Piketty, qui fut l’élève d’Anthony Atkinson, a remobilisé l’attention sur le fléau que constitue l’explosion des inégalités dans les pays riches. Le diagnostic est désormais bien connu. En revanche, trop peu d’économistes s’attachent à nous expliquer comment inverser la tendance. Et tant d’autres nous désespèrent en ressassant les arguments qui donnent aux gouvernants autant de prétextes pour ne rien faire : l’intervention de l’État affaiblirait l’économie ; la mondialisation rendrait toute action impossible au niveau national ; de nouvelles mesures seraient au-dessus de nos moyens, etc. Atkinson met en pièces ces contre-vérités et propose un programme complet, concret et réalisable, même au niveau d’un seul pays. Le problème, souligne-t-il, n’est pas seulement que les riches s’enrichissent toujours plus. Nous sommes aussi inopérants dans la lutte contre la pauvreté, car l’économie change vite, et la majorité de la population ne peut pas suivre. Pour réduire l’inégalité, nous devons faire plus que lever de nouveaux impôts sur les riches. Atkinson prescrit donc des politiques innovantes et ambitieuses dans cinq domaines : le changement technologique, la recherche du plein-emploi, la sécurité sociale, le partage du capital et la fiscalité progressive. Dans ce texte vivant, accessible, Atkinson nous livre une somme incontournable sur le sujet et un message d’espoir dans les possibilités de l’action politique.

 

BDs :

« Le perroquet », Espé

Bastien a 8 ans. Et sa maman est malade. Souvent, elle fait ce que son papa et ses grands-parents appellent des "crises". D’après les médecins, elle souffrirait de "troubles bipolaires à tendance schizophrénique". c’est pour ça qu’il faut régulièrement l’emmener à l’hôpital, dans des établissements spécialisés, pour prendre des médicaments. Bastien n’aime pas trop ça car quand elle revient, elle ne réagit plus à rien. elle n’a plus aucun sentiment. Plus aucune envie. S’inspirant de son propre vécu, Espé livre un récit aussi personnel qu’universel, celui d’un enfant perdu dans une réalité où l’imaginaire est le seul refuge ; dans son regard, on ne lit qu’incompréhension et douleur face à la maladie de sa mère.

« La princesse des glaces », Camilla Lackberg

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête (à moins qu’une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l’oeuvre), Erica se convainc très vite qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres –, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.
A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge dans les strates d’une petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d’autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d’un peintre clochard – autre mise en scène de suicide.
Au-delà d’une maîtrise évidente des règles de l’enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et – tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol – disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu’on ne le pense.

L’intégralité « Magasins général », Régis Loisel, Jean-Louis Tripp

Une comédie truculente dans la campagne québécoise des années 20, premier volet de la trilogie distillée par Régis Loisel (La Quête de l'oiseau du temps, Peter Pan) et Jean-Louis Tripp (Jacques Gallard, Paroles d Anges). Réalisant ensemble le scénario aussi bien que le dessin, Loisel et Tripp ont conjugué leurs talents pour donner naissance à un auteur virtuel.

 

Romans :

« Les gens de Mogador », Elisabeth Barbier

Du Second Empire à la Seconde Guerre mondiale, trois femmes, Julia, Ludivine et Dominique Vernet, se succèdent pour diriger le domaine provençal de Mogador. Trois femmes qui, chacune à sa manière et selon son époque, luttent au nom de l'amour, de la liberté individuelle et du bonheur contre les antagonismes de la politique, les fatalités de la guerre et les interdits de la morale. Une chronique intimiste où la langue authentique et riche, la psychologie chaleureuse, l'occitanisme fervent de l'auteur se mêlent pour créer un climat romanesque singulier fait de parfum de vendanges, de goût de la passion et d'énergie féminine.

« La symphonie du hasard », Douglas Kennedy

À New York, dans un bureau, une éditrice lit un manuscrit. Une œuvre qui la trouble et qui va la replonger dans son passé et celui de sa famille. Sur le papier, une famille comme tant d’autres au pays de l’Oncle Sam, un bonheur propret, une vie plutôt confortable. Et pourtant… Aux années soixante insouciantes vont succéder les années soixante-dix tumultueuses. Et faire exploser au passage toutes ces familles qui croyaient encore au rêve américain…

« Avec toutes mes sympathies », Olivia de Lamberterie

Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux. Moi, je ne voulais pas me taire. Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste. Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »

« On regrettera plus tard », Agnès Ledig

L'irruption d’Éric et d'Anna-Nina un soir d'orage dans la vie de Valentine, institutrice dans un hameau du massif Vosgien, est un véritable coup de tonnerre. À la fillette brûlante de fièvre, au père brisé par la vie, Valentine va offrir plus qu'un simple toit. Avec tendresse et franchise, elle va bousculer les certitudes de ce père solitaire et modifier leur trajectoire toute tracée. Un roman émouvant et généreux où le désir se montre plus fort que la peur, que les blessures du passé et les regrets. Avec sa foi chevillée au corps, sa vitalité et son goût du partage, Valentine est l’une des héroïnes les plus attachantes d’Agnès Ledig, illustrant à nouveau la sincérité et la finesse de cet auteur. Un roman qui renoue avec ses thèmes chers : aux blessures de la vie vient répondre la force apaisante de l'amour et de l'amitié.

« Les pêcheurs », Chigozie Obioma

Un jour de janvier 1996, dans un village du Nigeria, quatre frères profitent de l'absence de leur père pour pêcher au bord du fleuve interdit Omi-Ala.
Le sorcier Abulu, qui les a vus, lance sur eux une terrible malédiction : l'aîné, Ikenna, mourra assassiné par l'un de ses frères.La prophétie bouleverse les esprits, et hante la famille jusqu'au dénouement tragique. Avec cet admirable récit dans lequel le tempo du conte africain accompagne la peinture du monde contemporain, Chigozie Obioma invente une forme nouvelle d'écriture romanesque.

« L’art de revenir à la vie », Martin Page

Martin vient d'avoir 41 ans. Il se rend à Paris pour rencontrer une productrice qui souhaite adapter un de ses romans au cinéma. Logé chez un ami artiste, il découvre la dernière œuvre de celui-ci, une curieuse "Machine à remonter le temps". Il s'y glisse et s'y endort. le temps d'une nuit, le voilà revenu 29 ans plus tôt, face à un double de lui-même âgé de 12 ans. Le lendemain, il retrouve la productrice pour discuter de l'adaptation de son roman. Mais très vite, tout déraille. Chaque nuit que compte ce séjour parisien où rien ne se passe comme prévu, Martin et son jeune-moi poursuivent leur conversation. Tout en lui révélant une partie de son avenir, le quadragénaire cherche à donner des conseils à l'adolescent, il veut l'aider et lui éviter les expériences douloureuses. Mais la relation se complique : ce jeune double a l'esprit de contradiction et ses remarques poussent Martin à se remettre en question. Vie rêvée et vie réelle deviennent aussi déstabilisantes et excitantes l'une que l'autre.

« L’été des quatre rois », Camille Pascal

Camille Pascal nous plonge au cœur d’un été inédit dans l’histoire de France : celui où quatre rois se sont succédé sur le trône. " Il y avait ce matin-là beaucoup de monde à Saint-Cloud, la Cour bien-sûr, mais aussi les ministres, il jurait même que monsieur de Talleyrand avait fait sonner dès la première heure son pied bot cerclé de fer sur les marbres de l'escalier d'honneur. La galerie d'Apollon n'avait jamais été aussi peuplée, et les jardins s'animaient de femmes heureuse d'y promener leurs traînes. Le grand lever serait long, et l'on entreprenait déjà le premier gentilhomme de la chambre pour obtenir les entrées. À l'évocation de son grand chambellan, le roi sourit : si même le diable boiteux courait à Saint-Cloud lui présenter ses hommages de gentilhomme et prendre sa place de courtisan, alors la France était prête." Ainsi commence L'Été des quatre rois. Juillet-août 1830, la France a connu deux mois uniques dans son histoire avec la succession sur le trône de Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe.
Dans cette fresque foisonnante, à l'écriture ciselée, tandis que le peuple de Paris s'enflamme, Hugo, Stendhal, Dumas, Lafayette, Thiers, Chateaubriand, la duchesse de Berry, Madame Royale assistent à l'effondrement d'un monde. Des "Trois Glorieuses" à l'avènement de la monarchie de Juillet, Camille Pascal nous plonge dans le roman vrai de la révolution de 1830.

L’intégrale « Les semailles et les moissons », Henri Troyat

Les jours heureux et les travaux paisibles se succèdent à la Chapelle-au-Bois, une bourgade corrézienne plutôt déshéritée, à la veille de la Grande Guerre. C'est là qu'a grandi Amélie Aubernat, entre un père maréchal-ferrant qu'elle adore, et une mère un peu fantasque qui tient la petite épicerie du village. À dix-huit ans, la jolie et farouche Amélie sait d'instinct qu'elle n'aime pas Jean Eyrolles, le fiancé qu'on lui destine et qui doit hériter de la scierie paternelle. En revanche, toutes ses pensées et tous ses sentiments vont vers Pierre Mazalaigue qui rêve, lui aussi, de l'épouser. Ainsi débute cette chronique familiale exemplaire, cette fresque vivante et colorée, ce roman d'amour raisonnable et passionné, geste intimiste que le succès public a transformée en véritable légende.

 

Romans policiers :

« Les morsures du passé », Lisa Gardner

Dans un quartier populaire de Boston, cinq corps sont retrouvés gisants. Il s’agit des membres d'une même famille. Tous une balle dans la tête, le père respire encore faiblement. De toute évidence, cet homme couvert de dettes a décidé d'assassiner les siens avant de se donner la mort. Appelée sur les lieux, l'enquêtrice D. D. Warren comprend immédiatement que l'affaire est plus compliquée qu'il n'y paraît : sur la table du dîner, six couverts avaient été dressés...

« Mémoire en cage », Thierry Jonquet

Qui ? Pourquoi ? Comment ? Voilà les questions que se posait le commissaire Gabelou. Trois questions pour trois cadavres. Comment en était-on arrivé là ? La fatalité, l’injustice et la vengeance… Cynthia a beau être prisonnière de son fauteuil roulant et de son corps souffrant, elle n’est peut-être pas si débile qu’il y paraît. Sa vie est fichue alors il ne lui reste plus qu’à réussir la mort de l’ordure qui a tout gâché. Mais comment ?

« La position du tireur couché », J.-P. Manchette

Martin Terrier était pauvre, esseulé, bête et méchant, mais pour changer tout ça, il avait un plan de vie beau comme une ligne droite. Après avoir pratiqué dix ans le métier d'assassin, fait sa pelote et appris les bonnes manières, il allait rentrer au pays retrouver sa promise et faire des ronds dans l'eau... Mais pour se baigner deux fois dans le même fleuve, il faut que beaucoup de sang passe sous les ponts.

« Code 93 », Olivier Norek

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire. Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 » ? Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

« Portées disparues », Lalie Walker

«Elle avait peur. Terriblement peur. Elle n'était pas la seule. Mais elle l'ignorait. Elles étaient cinq à trembler. À renifler l'odeur fétide de la terre, gorgée d'eau croupie. Cinq, à se croire seules. Chaque femme était enfermée dans une cage, isolée des autres par des kilomètres de galeries souterraines. La distance aurait suffi à les maintenir dans l'illusion de la solitude. Mais leur kidnappeur en avait jugé autrement. À toutes fins utiles, il leur avait tranché la langue.» Une cinquantaine d'enlèvements répertoriés de femmes, volatilisées du jour au lendemain, ne laisse aucun doute quant à l'existence d'un psychotique particulièrement dangereux. Jeanne Debords est sur la brèche. Nouvellement nommée à la tête du Bureau spécial des disparitions, elle doit à nouveau, dans le cadre très inquiétant d'un zoo laissé à l'abandon, mettre un nom et un visage sur celui, insaisissable, qu'elle sent, chaque jour, plus cruel, plus démoniaque, plus proche…

 

Société :

« Libres d’être », Thomas Scotto, Cathy Ytak

Vous êtes nées filles. A aucun moment de votre toute première seconde, je n'ai imaginé que ça pouvait être autre chose qu'une conviction d'égalité... Deux textes en résonance: De fibres entremêlées de Thomas Scotto et Paris 1909, et si ma maison brûle de Cathy Ytak

 

Témoignage :

« Le lambeau », Philippe Lançon

Lambeau, subst. masc. 1. Morceau d'étoffe, de papier, de matière souple, déchiré ou arraché, détaché du tout ou y attenant en partie. 2. Par analogie : morceau de chair ou de peau arrachée volontairement ou accidentellement. Lambeau sanglant ; lambeaux de chair et de sang. Juan, désespéré, le mordit à la joue, déchira un lambeau de chair qui découvrait sa mâchoire (Borel, Champavert, 1833, p. 55). 3. Chirurgie : segment de parties molles conservées lors de l'amputation d'un membre pour recouvrir les parties osseuses et obtenir une cicatrice souple. Il ne restait plus après l'amputation qu'à rabattre le lambeau de chair sur la plaie, ainsi qu'une épaulette à plat (Zola, Débâcle, 1892, p. 338). (Définitions extraites du Trésor de la Langue Française).

Bonne lecture !