Les nouveautés dans votre médiathèque: 22 juillet

22.07.2019

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 22 juillet:

 

IMG 20190722 184113  IMG 20190722 184604 
 IMG 20190722 184739  

Jeunesse

Albums

« Le camion-poubelle »,Max Estes

Simon et Oskar sont éboueurs. Comme chaque matin, ils prennent le camion-poubelle n°3 pour débarrasser la ville de ses ordures.

« Justin n’a peur de rien », Pjilippe Goossens, Thierry Robberecht

Ça, c'est Justin, le balèze, qui n'a peur de rien. Rien n'arrête Justin. Il s'élance sur le toboggan à plat ventre, il regarde des films d'horreur. Tout le contraire de Max, le trouillard, qui s'attire les moqueries de Justin. Mais, un jour, tout a changé...

« Noiréblanc le pingouin part en voyage », Margret, H. A. Rey

Noiréblanc, le chef des conteurs d’histoires de la Pingouinie, est soucieux. Il n’a plus d’histoires à raconter lors de son émission de radio. Il décide de partir en voyage à la recherche d’aventures à partager avec ses auditeurs. Le voici entraîné dans un périple autour du monde où il fera la connaissance d’une foule de personnages hauts en couleur. Il apprendra le pouvoir de l’amitié et reviendra en héros.

« La mouette aux croustilles », Mingle mingle

En volant près d’un bateau de croisière, une mouette attrape au vol un aliment jusque-là inconnu. C’est pointu, salé et très croustillant. Le coup de foudre est immédiat. Mais où retrouver cette nourriture bizarre ? Complètement aveuglée par ce goût si envoûtant, la mouette ne se doute pas un seul instant des résultats néfastes que peut avoir une diète riche….en chips ! La mouette aux croustilles est un livre amusant sur les effets négatifs de la malbouffe.

« Yéti », Christine Naumann-Villemin, Marianne Barcilon

Yéti vit seul et heureux dans sa belle montagne, jusqu’au jour où il découvre, en même temps qu’une jolie petite botte, que la solitude commence à lui peser. Alors il saute sur l’occasion pour chercher... chaussure à son pied !

« Oko un thé en hiver », Mélanie Rutten

C’est l’hiver. Madeleine la vieille cigale du village meurt de vieillesse. Öko, Mitsu, Eliott et les autres se réunissent pour un dernier au revoir à celle qui était un peu la grand-mère de tous. On parle de Madeleine, mais aussi de cet étrange personnage qui erre dans la forêt, un yéti qui ferait des bruits bizarre… Après Mitsu, c’est au tour d’Öko d’être au cœur d’une histoire tendre dans laquelle il se confronte à la mort, au sens de la vie, à l’amour naissant, à l’amitié mais aussi aux préjugés d’un village pour ce qui lui est étranger. Le tome hivernal de la tétralogie qui a révélé Mélanie Rutten.

« Clic, clic, danger », Tony Ross, Jeanne Willis

Une poussine, découvrant Internet, y fait de multiples achats : trottinette, montre en diamants, chaussures... Elle clique et reclique, jusqu'à équiper toute la ferme. Mais, quand un nouvel ami rencontré sur la Toile lui donne rendez-vous, elle n'imagine pas qui se cache derrière celui-ci... À la fois drôle et direct, un album important : il n'est jamais trop tôt pour mettre en garde les futurs internautes contre les périls que peut dissimuler Internet.

 

BDs

« Yakari. La rivière de l’oubli », Derib, Job

N’écoutant que son cœur, Yakari tente de secourir un ourson en mauvaise posture sur une branche. Ils tombent tous deux dans les flots d’une rivière torrentueuse. Yakari se réveille, amnésique, dans les bras d’une ourse, la mère de l’ourson. Affreusement coupable de ne pas avoir été assez vigilante, la grande ourse prend le pauvre Yakari pour son fils Rayon-de-Miel. Elle impute ce changement d’apparence à l’esprit des ours, le Gros Noir des Forêts...

« Yakari. Le mystère de la falaise », Derib, Job

La tribu de Yakari campe sur une des voies de migration des oies sauvages et celles-ci ont choisi une falaise toute proche comme aire de repos. Pour le jeune Indien et son poney Petit Tonnerre, c'est l'occasion de bavarder avec ces messagères du printemps. L'une d'elles se tient inexplicablement à l'écart de la conversation. A quelle étrange besogne se livre-t-elle parmi les rochers ?

L’intégrale « Seuls », Gazzotti, Vehlman

Ils sont cinq ... mais ils sont seuls ! Cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s'est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller... SEULS !

« La vie des (très) bêtes. Ils reviennent », Marion Montaigne

Insectes méprisés, poissons dégoûtants, mammifères incompris, drôles d'oiseaux et autres membres bizarroïdes de la gente animalière... Bas les masques ! Vous connaîtrez bientôt les pensées les plus intimes de ces drôles de bêtes... Vraiment très bêtes !

« Astérix chez les Belges », René Goscinny, Albert Uderzo

Rien ne va plus chez nos Gaulois ! Alors qu'ils pensaient être la terreur des Romains, ils 'aperçoivent que les légionnaires présents en Armorique sont contents d'être là. Pourquoi ? Parce qu'ils viennent se reposer après la campagne belge, et comme l'a dit César, "de tous les peuples de la Gaule, ce sont les Belges les plus braves" !!!!
C'en est trop pour Abraracourcix "notre chef" qui ne peut supporter un tel affront !
Il décide d'aller chez les Belges pour voir ce qu'il en vraiment. Evidemment Astérix, Obélix et Idéfix vont l'accompagner dans son périple...

« La cantoche. Les goûts et les couleurs », Nob

Deuxième service pour la Cantoche ! Un menu arc-en-ciel qui va du vert épinard au rouge tomate, en passant par le jaune poisson pané… Car il en faut pour tous les goûts ! Dans la cour de récré comme sur la plage de la colo, en classe ou en cours de sport, l’important c’est de partager avec les copains. Et ça, ça donne la frite !

 « Les schtroumpfs et le livre qui dit tout », Peyo

Les Schtroumpfs ne sont décidément pas faits pour être laissés sans surveillance ! Même le Schtroumpf à lunettes est incapable de résister à la tentation. Alors qu'il nettoie le laboratoire du Grand Schtroumpf en son absence, le «premier de la classe» tombe sur un mystérieux livre qui contient toutes les réponses. Le Schtroumpf à lunettes aurait-il enfin trouvé le moyen d'être populaire. Ou, mieux, de faire régner sa loi ? Avec ce nouvel album à mi-chemin entre «Le Schtroumpfissime» et «L'oeuf et les Schtroumpfs», les Schtroumpfs entament l'année de leur 50e anniversaire de fort belle manière !

Documentaire

« Illuminatlas », Carnovsky, Kate Davies

« Illuminatlas » présente, pour chaque partie du monde :
– une carte, qui révèle les particularités de la partie du monde concernée ;
– une grande image, sur laquelle sont révélés, grâce aux filtres colorés, les plantes, les animaux, les bâtiments et les objets typiques de la région ;
– un guide pratique, qui montre plus en détail certains monuments, animaux et plantes.
De quoi se faire une idée complète des richesses de notre monde.

Romans

« Le fils du pirate », Michel Amelin, Catherine Hélye

Le roi Bigorno est furieux car le pirate Barbe-Noire a coulé trois de ses navires. Aussi promet-il sa fille Marina en mariage à celui de ses espions qui trouvera la cachette du bandit. De son côté, la princesse découvre sur la plage une colombe avec un message de Bernik, le fils de Barbe-Noire : son père veut lui faire épouser Marina...

« Sacrées sorcières », Roald Dahl

ATTENTION: les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n'importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La grandissime sorcière les déteste plus que tout et compte bien les faire tous disparaître. Seuls un garçon et sa grand-mère peuvent l'en empêcher, mais si leur plan échoue, la grandissime sorcière va les faire frrrire comme des frrrites.

« Les animaux de Lou. Tu n’es plus seul, Petit Ours ! », Mymi Doinet, Mélanie Allag

L'histoire : Lou a gagné un voyage au pôle Nord. Avec Nanouk l'esquimau, elle va faire une promenade en kayak. Ils rencontrent un ours blanc qui a perdu sa maman. Avec l'aide d'une baleine, ils essayent de le ramener chez lui, mais le blizzard se met bientôt à souffler et les amis se perdent de vue... Vont-ils réussir à se retrouver?
La collection Premières Lectures accompagne les enfants qui apprennent à lire.
Chaque roman peut-être lu à deux voix : un lecteur confirmé lit l'histoire et l'enfant lit les bulles, faciles à déchiffrer, grâce aux 3 niveaux adaptés à ses progrès.

« L’école des Dinos. Diplo est un héros », Pierre Gemme

A l'école des dinos, tous les copains se moquent du petit diplodocus : "Oh, le gros! Oh, le géant! Il est vilain et maladroit!" Et si derrière le long coup de Diplo se cachait un véritable héros?

« Le mystérieux cercle Benedict », Trenton Lee Stewart

Etes-vous un enfant surdoué ? Désireux de profiter d'une incroyable opportunité?

Quand cette annonce parait dans les journaux, des dizaines d'enfants se présentent pour participer à une série de tests saugrenus. Seuls quatre candidats sont sélectionnés: Reynie, Kate, Sticky et Constance. Ils font alors la connaissance de l'étrange recruteur, Mr Benedict, qui leur confie ses plans. Il s'agit d'infiltrer une pension dirigée par un savant mégalomane, soupçonné de mettre au point un système de contrôle des esprits. Les enfants n'ont qu'une seule instruction: se serrer les coudes. Le Mystérieux Cercle Benedict est né !

 

Jeune adulte

« Les petites reines », Clémentine Beauvais

On les a élues "Boudins de l'année" sur Facebook. Mais Mireille Laplanche et ses "boudinettes", Hakima et Astrid, n'ont pas l'intention de se lamenter sur leur sort ! Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris... pour s'incruster à l'Elysée ! Place aux Petites Reines !!!

« Vicious», V. E. Schwab

Le combat du mal contre le mal absolu. Autrefois, Eli et Victor étaient les meilleurs amis du monde. Mais cette époque est bien finie. Elle est même... morte et enterrée. À la fac, Eli le brun et Victor le blond partagent la même chambre. Ils sont inséparables et pourtant absolument aux antipodes l'un de l'autre. Victor, c'est l'ombre : complexe et torturé, il passe ses journées à noircir les ouvrages de développement personnel de ses parents pour laisser apparaître des slogans d'un pessimisme saisissant. Eli, c'est la lumière – un garçon fascinant, doté de toutes les qualités, charismatique et solaire. Pourtant, sous la surface lisse du visage parfait de son ami, Victor entrevoit des démons inavouables. Et il n'est pas au bout de ses surprises... Car un jour, Eli fait la découverte du siècle : des pouvoirs surhumains semblent se manifester chez ceux qui ont subi une expérience de mort imminente. On les appelle des EO – pour " Extraordinaires ". Aveuglés par l'ambition et la curiosité, les deux amis se lancent un défi insensé : celui de frôler la mort pour percer ce mystère. Malheureusement, leur tentative tourne au désastre. Dix ans plus tard, Victor croupit en prison, tandis qu'Eli est acclamé en héros. Mais ce que le monde entier ignore, c'est que le véritable monstre rôde dehors, en toute liberté...

 

Adultes

« Homo deus. Une brève histoire de l’avenir », Yuval Noah Harari

Sapiens retraçait l’histoire de l’humanité. Homo Deus interroge son avenir. Que deviendront nos démocraties quand Google et Facebook connaîtront nos goûts et nos préférences politiques mieux que nous-mêmes ? Qu’adviendra-t-il de l’État providence lorsque nous, les humains, serons évincés du marché de l’emploi par des ordinateurs plus performants ? Quelle utilisation certaines religions feront-elles de la manipulation génétique ? Homo Deus nous dévoile ce que sera le monde d’aujourd’hui lorsque, à nos mythes collectifs tels que les dieux, l’argent, l’égalité et la liberté, s’allieront de nouvelles technologies démiurgiques. Et que les algorithmes, de plus en plus intelligents, pourront se passer de notre pouvoir de décision. Car, tandis que l’Homo Sapiens devient un Homo Deus, nous nous forgeons un nouveau destin. Best-seller international – plus de 200 000 exemplaires vendus en France, traduit dans près de 40 langues – Sapiens interrogeait l’histoire de l’humanité, de l’âge de la pierre à l’ère de la Silicon Valley. Le nouveau livre de Yuval Noah Harari offre un aperçu vertigineux des rêves et des cauchemars qui façonneront le XXIe siècle.

 

BDs :

« Edmond », Léonard Chemineau

Paris, décembre 1897, Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Après l’échec de La princesse lointaine, avec Sarah Bernhardt, ruiné, endetté, Edmond tente de convaincre le grand acteur en vogue, Constant Coquelin de jouer dans sa future pièce, une comédie héroïque, en vers. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de coeur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit mais qui deviendra la pièce préférée des français, la plus jouée du répertoire jusqu’à ce jour.

« Communardes. Nous ne dirons rien de leurs femelles », Lupano, Fourquemin

Marie n’est pas une intellectuelle, ni une aristocrate, encore moins une militante. La Commune, elle aurait pu ne pas la vivre, et continuer à accumuler de la rancœur et de l’amertume dans sa vie de servante, d’ouvrière à la journée. Seulement, la Commune est là et, avec elle, une occasion en or de régler les comptes, de laisser sortir enfin cette froide colère qui lui tord le ventre, de redresser la tête, de faire payer ceux qui ont fait de sa meilleure amie Eugénie : un fantôme dont le rire dément résonne dans une crypte de damnées. La Commune promet que les lâches et les oppresseurs d’hier vont payer. Ça tombe bien, Marie en connaît quelques-uns. Et elle est prête à se salir les mains...

 

Histoire

« La colonisation expliquée à tous », Marc Ferro

L’Europe a-t-elle inventé la colonisation ? Pourquoi a-t-elle dominé une grande part du monde aux XIXe et XXe siècles ? Comment cela a-t-il été possible après les Lumières et la Déclaration des droits de l’homme ? Qu'est-ce que l'impérialisme ? Les peuples colonisés se sont-ils laissés faire ? Quel est le lien entre colonisation et esclavage ? Quelle a été l’ampleur du travail forcé ? Qui a protesté ? Et qu'est-ce qui a déclenché le mouvement de libération des peuples colonisé ? Marc Ferro répond à toutes ces questions, et à bien d’autres.

 

Romans

Là où les chiens aboient par la queue”, Estelle-Sarah Bulle

Dans la famille Ezéchiel, c'est Antoine qui mène le jeu. Avec son "nom de savane", choisi pour embrouiller les mauvais esprits, les croyances baroques et son sens aigu de l'indépendance, elle est la plus indomptable de la fratrie. Ni Lucinde ni petit frère ne sont jamais parvenus à lui tenir tête. Mais sa mémoire est comme une mine d'or. En jaillissent mille souvenirs-pépites que la nièce, une jeune femme née en banlieue parisienne et tiraillée par son identité métisse, recueille avidement. Au fil des conversations, Antoine fait revivre pour elle l'histoire familiale qui épouse celle de la Guadeloupe depuis les années 50: l'enfance au fin fond de la campagne, les splendeurs et es taudis de Pointe-à-Pitre, le commerce en mer des Caraïbes, l'irruption du roi béton, la poésie piquante du créole, et l'inéluctable exil vers la Métropole…..

« Péchés innombables », Richard Ford

En amour, il n'y a que les détails qui comptent : une gêne subite, une hésitation, un mensonge de trop, et c'en est fini de ce sentiment que l'on croyait indestructible, de ce désir que l'on pensait insatiable. Avec délicatesse, avec détermination, Richard Ford sonde les blessures superficielles de la vie amoureuse pour en déchiffrer le sens caché. Ce qu'il cherche ? La fêlure, l'accroc, le coup de canif. Ce qu'il découvre ? Des faiblesses, des renoncements, des lâchetés. Et parfois, derrière cette médiocrité, cette banalité, on voit surgir, en un éclair, ce qu'aurait pu être le destin de chacun, s'il avait su... Avec ces dix variations éblouissantes, Richard Ford explore en virtuose les fractures de l'intimité. Explore le malaise qui rend si difficile le fait d'être ensemble, avec des personnages qui s'interrogent sur leur responsabilité face à cette réalité cruelle.

Avoir un corps ”, Brigitte Giraud

« Des vêtements à peine écartés, des ventres et des reins maladroitement caressés. Des intentions plus que des actes. On donne, on offre, on laisse à l’autre le soin de prendre, de saisir, de posséder. Mais l’autre est dans le trouble de la conquête, avec le trop-plein de lumière qui éclaire la chambre. Il est difficile d’accéder au secret en plein jour. Alors les yeux se ferment, les doigts s’agrippent et les cuisses s’extraient des pantalons. Il cherche, soulève, accélère. Je veux bien, veux tout, ne résiste pas. » Avoir un corps est la trajectoire d’une enfant qui devient fille, puis femme, racontée du point de vue du corps, une traversée de l’existence, véritable aventure au quotidien où il est question d’éducation, de pudeur, de séduction, d’équilibre, d’amour, de sensualité, de travail, de maternité, d’ivresse, de deuil et de métamorphoses. L’écriture au réalisme vibrant, sensible et souvent drôle, interroge ce corps qui échappe parfois, qui ravit ou qui trahit. Un roman qui rappelle que la tête et le corps entretiennent un dialogue des plus serrés, des plus énigmatiques

« Wild side », Michael Imperioli

À seize ans, Matthew n'a connu que le quartier du Queens à New York et une existence solitaire avec sa mère. À la faveur d'un héritage inattendu, une nouvelle vie s'offre à lui : Manhattan et ses avenues chics, la fascinante Veronica, ainsi qu'un voisin musicien qui l'embarque dans ses aventures, un certain Lou Reed... Matthew plonge avec eux dans un tourbillon d'amour, d'art, de liberté - au risque de se perdre. Entre L'Attrape-cœurs de J. D. Salinger et Just Kids de Patti Smith, Wild Side nous emporte dans le New York fiévreux des années 70, à travers le regard grave et moqueur d'un héros inoubliable.

« Les bonnes gens », Laird Hunt

Au soir de sa vie, Ginny, une vieille femme blanche, conte les terribles événements qui se produisirent, avant la guerre civile, dans la ferme isolée du Kentucky où, à peine sortie de l’adolescence, elle vécut avec son mari, Linus Lancaster, individu plus enclin à la bienveillance vis-à-vis de ses porcs voraces qu’envers ses esclaves noirs exploités à merci. Dès lors que, prenant prétexte d’une hypothétique stérilité de sa femme, Linus se met à abuser sexuellement de Cleome et Zinnia, les deux domestiques noires qui, à peine plus âgées que Ginny, forment sa seule compagnie, l’épouse délaissée, rongée par la jalousie, entreprend de rivaliser avec sa sinistre moitié en matière d’atrocités racistes. Jusqu’à cette aube glaciale où, quelqu’un ayant enfin osé mettre sauvagement un terme aux jours du tyran, la jeune veuve comprend que ses deux esclaves en mesure, à présent, d’assouvir impunément leur vengeance, vont, à leur tour, imposer à leur maîtresse déchue et haïe une ordalie d’une cauchemardesque cruauté. Dans ce roman d’une intensité rare, narré à plusieurs voix, Laird Hunt convoque sur un mode hallucinatoire l’une des périodes les plus sombres de l’histoire des États- Unis en érigeant, sur la scène même de toutes les amnésies, une stèle où se donne à lire la partition sans fin de la redoutable réversibilité du Mal.

« Venise à double tour », Jean-Paul Kauffmann

A côté d'une Venise de l'évidence se cache une Venise inconnue, celle des églises jamais ouvertes. Jean-Paul Kauffmann a voulu forcer ces portes solidement cadenassées, un monde impénétrable où des chefs-d' oeuvre dorment dans le silence. Qui en détient les clefs ? Ce récit, conduit à la manière d'une enquête policière, raconte les embûches pour se faire ouvrir ces édifices. L'histoire est partie d'une église d'Ille-et-Vilaine où, enfant, l'auteur servait la messe. Il s'y ennuyait souvent, mais, dans ce sanctuaire, il a tout appris. Là, est née la passion de se voir livrer le secret de la chose ignorée ou défendue. Il a poursuivi cet exercice de déchiffrement à Venise, la ville de la mémoire heureuse, pourtant attaquée sans relâche par le tourisme mondialisé. Depuis un appartement de la Giudecca où il s'est installé pendant des mois, il a arpenté une Venise hors champ. Il a trouvé aussi ce qu'il ne cherchait pas. Venise à double tour est un livre sur le bonheur de voir et la jubilation dispensée par la ville qui exalte les cinq sens. On y croise, parmi d'autres, Jacques Lacan, Hugo Pratt, une belle restauratrice de tableaux, une guide touristique souveraine, un Cerf blanc, le propriétaire d'un vignoble vénitien et un Grand Vicaire, maître de l'esquive.

« Le plus petit baiser jamais recensé », Mathias Malzieu

Un inventeur-dépressif rencontre une fille qui disparaît quand on l’embrasse. Alors qu’ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d’un coup. Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l’inventeur se lance alors à la recherche de celle qui «fait pousser des roses dans le trou d’obus qui lui sert de cœur». Ces deux grands brûlés de l’amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ? Le plus petit baiser jamais recensé est un vrai faux polar romantique. Suite métaphorique de La Mécanique du cœur, ce roman teinté de mélancolie regorge de gourmandise explosive. Comme si Amélie Poulain dansait le rock’n’roll et croisait le Petit Prince avec un verre de whisky.

« Sous le toit du monde », Bernadette Pécassou

Sous le toit du monde, des ombres rôdent et assassinent tandis que de riches occidentaux gravissent l'Everest et que la corruption fait rage. En ce début de XXIe siècle, Karan, un jeune Français d'origine népalaise, croit trouver en Ashmi la personne idéale pour incarner le nouveau Népal. Il en fera la première femme journaliste népalaise, ce qui précipitera son destin tragique. D'une écriture vive et authentique, Bernadette Pécassou s'inspire de faits réels pour révéler les drames méconnus de la très ancienne ville de Katmandou et ses maisons de briques fissurées, son capharnaüm plein de vie, l'émouvante magie de l'Himalaya et de ses neiges sacrées.

« Just kids », Patti Smith

Immergés dans ce milieu, deux gamins font le pacte de toujours prendre soin l'un de l'autre. Romantiques, engagés dans leur pratique artistique, nourris de rêves et d'ambitions, ils se soutiennent et se donnent confiance pendant les années de vache maigre. Just Kids commence comme une histoire d'amour et finit comme une élégie, brossant un inoubliable instantané du New York des années 60-70, de ses riches et de ses pauvres, de ses paumés et de ses provocateurs. Véritable conte, il retrace l'ascension de deux jeunes artistes, tel un prélude à leur réussite.

Société

« Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse », Emmanuel Todd

La France doit-elle vraiment continuer de maltraiter sa jeunesse, rejeter à la périphérie de ses villes les enfants d’immigrés, reléguer au fond de ses départements ses classes populaires, diaboliser l’islam, nourrir un antisémitisme de plus en plus menaçant ? Identifier les forces religieuses, familiales, économiques et politiques qui nous ont menés au bord du gouffre, indiquer les voies difficiles, incertaines, mais possibles d’un retour à la véritable République, telle est l’ambition qui anime ce livre.

Bonne lecture !