Les recommandations lors de l'apéritif-culture de Novembre

12.11.2019

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de Novembre a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

Le thème de cet apéritif était La gourmandise

46694034671 a3836e8e22 b

 

Livres de recettes

« Les criminels passent à table 30 recettes vraiment mortelles des méchants de la littérature »,

           Hannibal Lecter, le Grand méchant loup, Fantômas ou encore Mr Hyde vous invitent à leur table pour partager des plats aussi sanglants que succulents inspirés des plus grands classiques de la littérature. Laissez-vous tenter par les champignons à l'Agrippine, l'épaule d'agneau à la cyclopéenne et bien sûr par une bonne tarte à la mélasse et mettez un soupçon de menace dans votre assiette. A consommer sans modération sous peine de devenir un des leurs...

« Ça chauffe dans nos assiettes. Des recettes pour sauver le climat », Yves Leers, Jean-Luc Fessard

           Notre alimentation a un impact considérable sur l'environnement et sur le climat : près du tiers des émissions de gaz à effet de serre que nous émettons se cache dans notre frigo ! Nous disposons donc d'un moyen simple et efficace pour réduire notre empreinte carbone : il suffit de regarder de plus près le contenu de notre assiette. Nous pouvons agir au niveau de la production, de la distribution et de la consommation... Il nous faut notamment revoir nos pratiques agricoles – en particulier en développant l'agriculture biologique et l'agroécologie – et nos systèmes d'élevage ; rendre nos techniques de pêche et d'aquaculture plus durables ; et modifier nos comportements alimentaires : réduire notre consommation de viande et de poisson, privilégier les fruits et les légumes de saison et cultivés à proximité, redécouvrir les légumineuses riches en protéines... Le propos de cet ouvrage n'est pas d'affoler et encore moins de culpabiliser, mais d'informer, d'expliquer, de faire comprendre les changements en cours, tout en montrant qu'il est possible d'agir. La présence de 18 recettes, expliquées et photographiées, permet de comprendre concrètement comment continuer à se faire plaisir tout en limitant au maximum notre impact sur le climat.

 

Recueil

« La première gorgée de bière », Philippe Delerm

           On dit que la vie n'est pas simple et que le bonheur est rare. Pour Philippe Delerm, il tient en trente-quatre "plaisirs minuscules". Il évoque ici tour à tour, sous forme de petites séquences, la satisfaction immense qu'il tire tantôt de petits gestes insignifiants, tantôt d'une bienheureuse absence de gestes. Toutes les saisons sont évoquées dans ce petit ouvrage délicieux qui s'apparente presque à un manuel du bonheur à l'usage des gens trop pressés.

« Les mots d’origine gourmande », Colette Guillemard

           Le vocabulaire de la nourriture ne sert pas seulement à parler de ce qu'on mange. Il donne lieu à des expressions imagées et... savoureuses. On en trouvera ici un très vaste répertoire, assorti de nombreux exemples et d'explications.

« Le rosier de Madame Husson», Guy de Maupassant

           Les choses ne sont pas ce qu'elles semblent. Un rosier peut en cacher un autre. La première qualité de ce livre est de mystifier le lecteur: il y a du piquant dans le titre, mais il ne vient pas de l'arbuste qu'on croit. Dans cette savoureuse histoire de chasteté récompensée, le rosier est un garçon et la fleur est d'oranger. Un beau charivari auquel Mme Husson et les habitants de Gisors assistent éberlués. Le projet de la respectable dame est des plus louables: honorer la continence, célébrer la tempérance est bien. L'ennui est que la réalisation n'est pas à la hauteur de l'espoir. En voulant magnifier les vertus gardiennes de l'ordre social, la trouvaille de Mme Husson provoque un désordre. Mieux que d'autres livres de Maupassant, ce recueil de contes se gausse ainsi de toutes les tentatives faites pour sauvegarder les apparences de la vertu.

« Les festins de Balthazar », Alain Senderens

           " La littérature et la cuisine, déclarait Valéry, c'est tut un. Il faut réussir son plat, n'y rien oublier. " Et Maupassant proclamait : " Il n'y a que les imbéciles qui ne soient pas gourmands. On est gourmand comme on est artiste, comme on est poète. " Cette anthologie regroupe quatre-vingts textes et des centaines de pensées, maximes, réflexions d'écrivains sur la bonne chère et la gastronomie. Elle démontre que, de Rabelais à Georges Perec, de Mme de Sévigné à Colette, de Brillat-Savarin à Giono, d'Apollinaire à Michel Leiris, les grands noms de la littérature ont toujours su conjuguer l'art du bien-dire avec celui du bien-vivre.

 

Romans

« Les valeureux», Albert Cohen

           Sont-ils dieux, sont-ils hommes, ces Valeureux sur qui le temps est sans pouvoir et qui changent en rêve tout ce qu'ils touchent ? Ivres de soleil, celui d'Israël et celui de la Grèce, plus ivres encore des mots qui leur viennent aux lèvres, ils ont traversé Solal, Mangeclous et Belle du Seigneur sans prendre une ride ni gagner une once de sagesse. Rien n'égale leur malice si ce n'est leur naïveté. Dérisoire Olympe infiniment bavard, éternels enfants, les voici tels qu'ils sont à jamais. Si Mangeclous décide de mettre fin à ses jours, on demeure assuré qu'il décidera peu après de joyeusement survivre ou de ressusciter. S'il fonde une Université, dont il est le recteur et tous les professeurs, elle sera sans lendemain. La fortune attend peut-être les Valeureux à Genève. Ils se jettent dans le voyage avec un enthousiasme et une incompétence également exemplaires. Mais qu'on y prenne garde, ces témoins d'un peuple chassé de l'Histoire, figés dans le rire comme ils le furent dans la douleur, ont à nous enseigner une vérité essentielle. Et la voix du prince des Solal ou de leur créateur, celle d'Albert Cohen, intervient pour nous le rappeler. En ce monde mortel, il n'est de grave que ce rapport tendre et heureux entre les hommes que l'on nomme Amour. Tout le reste est supercherie. Les Valeureux sont là pour le prouver.

« Les trois messes basses », Alphonse Daudet

           Lors de la nuit de Noël, le sacristain Garrigou, représentant le diable, va faire commettre au révérend dom Balaguère un péché de gourmandise. En effet, chargé de célébrer trois messes consécutives, le saint homme ne pense qu’au réveillon qui l’attend après son office. Si la première messe se passe presque sans encombre, les deux autres se succèdent à un rythme de plus en plus effréné. La clochette de Garrigou tinte pour l’inciter à se dépêcher. Pris d’une folie de gourmandise, le prêtre escamote la dernière messe à tel point qu’il en devient inaudible. Après l’office, impatient de festoyer, dom Balaguère s’empiffre et boit tant et si bien qu’il meurt d’une attaque au cours de la nuit. Pour ce crime dont il n’a pas pu se repentir de son vivant, il sera condamné à redire au même endroit trois cents messes.

« Les caractères », Jean de La Bruyère

           Sous la forme de maximes, de réflexions et de portraits, Les Caractères (1688) sont une véritable critique de la société du XVIIe siècle. L'écriture fragmentaire du moraliste reflète toute la diversité, les contradictions et l'inconstance même de son sujet: l'homme. Des ouvrages de l'esprit aux esprits forts, La Bruyère dresse un des portraits les plus acerbes des hommes de son temps et démêle les rapports entretenus entre la nature humaine, l'amour et l'argent, la société et la religion catholique. Le moraliste est devenu satiriste.

« Aventures dans la France gourmande avec ma fourchette, mon couteau et mon tire-bouchon», Peter Mayle

           De la foire aux escargots de Martigny à la messe des truffes de Richerenches en passant par le marathon du Médoc, Peter Mayle nous entraîne dans un tour de France insolite et fantasque. Personne ne sait comme lui dévoiler la face cocasse du monde. Sa recette ? Un coup d'œil acéré auquel rien n'échappe, une plume piquante, le tout saupoudré d'anecdotes hilarantes : une cuisine anglaise à consommer sans modération !

Tous ces ouvrages sont déjà, ou vont être rapidement disponibles dans votre médiathèque.

Bonne découverte!