Fermeture de la médiathèque le 12 septembre

le .

Votre médiathèque sera fermée jeudi 12 pour cause de formation.

A vendredi!

Le thème de l'apéritif-culture du mois d'Octobre

le .

 
4b291d38970713.5606a06e4b5ad
 
Les âmes d'enfants seront à l'honneur lors de l'apéritif-culture du mois d'octobre.
Le vendredi 4 octobre, à partir de 18h30, nous échangerons sur le thème des Jeux d'enfants.

A vos lectures!

Fermeture de la médiathèque les 9, 10 et 11 juin

le .

Exceptionnellement, votre médiathèque sera fermée jeudi 9, vendredi 10 et samedi 11.

A lundi!

Une deuxième boite à livres

le .

IMG 20190419 153035

 

Fabriquée par Zahir, la deuxième boite à livres vient juste d'entrer en service!

 

Elle vous attend juste à côté du terrain de jeux!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 8 avril

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 8 avril:

 

IMG 20190409 190157 IMG 20190409 185327

Jeunesse

Albums

« Les avions », Peter Bently

Assiste à un spectacle aérien, découvre l'intérieur du cockpit, embarque à bord d'un canadair et franchis le mur du son !

« Petit Dino veut tout faire tout seul », Liz Climo

Rory est un petit dinosaure vraiment très curieux et plein d’énergie. Alors, quand son papa décide de faire une pause, il ne peut pas rester en place et décide de partir seul tenter l’aventure dans la jungle. Seul, vraiment ? À chaque obstacle que Rory rencontre, de la traversée d’une rivière à la recherche d’un abri pour éviter la pluie, son père n’est jamais bien loin et l’accompagne discrètement, mais avec beaucoup d’amour, à chacun de ses pas. Rory ne voit jamais que son père le protège et croit qu’il arrive à tout faire tout seul ! Le dévouement du père de Rory illustre avec humour la bonne distance à trouver pour le bien-être des enfants et pour les aider à devenir autonomes.

« La grève des moutons », Jean-François Dumont

Rien ne va plus à la Ferme du Bout du Pré. Lassés d’être tondus, une fois l’hiver venu, les moutons passent à l’action et se mettent… en grève! Les chiens de berger parviendront-ils à maintenir l’ordre au sein de la ferme divisée ? Le cortège des moutons en colère devrait leur donner du fil à retordre…

« Pingouin », Polly Dunbar

Comment faire lorsqu’on vous offre un pingouin et que celui-ci reste désespérément muet ? Ben tentera tout pour faire parler son pingouin, mais rien ne semble y faire, ni les guilis, ni les grimaces, ni même les voyages dans l’espace intersidéral. Et puis un lion s’attaque à notre Ben un peu trop bruyant… la réaction du pingouin ne se fait plus attendre !

« Mon toi », Stéphane Girel

Fini les visites et les recherches. Ma maison idéale, c'est celle... avec toi.

« Le voyage d’Agathe et son gros sac », Magali Le Huche

Un grand album comme les immeubles qui entourent Agathe et forment une véritable jungle. Dans son coquet appartement, Agathe s'ennuie alors elle décide d'acheter un sac à dos extra-large "Rêve au dos" et part pour des vacances de rêves sur une île paradisiaque. Mais le chemin jusqu'à l'aéroport lui réserve bien des surprises... Une histoire à rebondissements accompagnée d'illustrations humoristiques et acidulées qui offre pourtant derrière son apparente simplicité des pistes de réflexion intéressantes tels que le poids que nous portons tous (passé, peur, confort) et qui peut nous entraver, l'imprévu, la solidarité ou encore la rencontre

« Quand le cirque est venu », Wilfrid Lupano, Stéphane Fert

Le général George Poutche, ce qu’il aime, c’est L’ORDRE ! L’ordre ET les médailles !!! Alors quand, un beau jour, un cirque débarque en ville, avec ses saltimbanques, ses zozos de chapiteau, tous différents, tous bizarres, ça ne lui plaît pas du tout ! Le général est bien décidé à les avoir à l’oeil ! Et bientôt, c’est le défilé des arrestations. Le spectacle tourne vinaigre… Jusqu’à l’arrivée d’un clown muni d’une tarte à la crème…

« Les monstres de la nuit », Magdalena, Christine Davenier

Ce soir, Papa a lu une histoires de monstres, et Petit Louis n'arrive pas à dormir. Et si les monstres de la nuit venaient dans sa chambre? «Même pas peur!» se dit Petit Louis.

 

BDs

« Les blagues de toto. Le savant fou rire », Thierry Coppée

Préparez vos méninges et vos neurones rigolards ! Voici une trentaine d’histoires sur le thème de la science. Une équation du rire au second degré, un savant calcul sur la flexibilité des zygomatiques, un habile mélange de composés hautement volatiles de gaz hilarant, rien ne vous sera épargné.

« Léonard. Génie du stop », Bob de Groot

La voiture est à l'honneur dans ce nouvel album qui voit Léonard explorer toutes les possibilités de l'engin. Mais, un véritable génie possède une éco-conscience ! Outre le bolide à remontoir, il a trouvé un nouveau concept : l'auto-stop. Bien entendu, Basile est désigné cobaye de cette nouvelle expérience, puisqu'il faut bien lister tout ce qui peut arriver à un auto-stoppeur et à un conducteur malchanceux. La science est à ce prix... notre rire aussi !

« Game Over 6 », Midam

Dans l’univers virtuel du Petit Barbare, les morts se suivent et ne se ressemblent pas. Préférez-vous le voir transpercé, déchiqueté, brûlé, écrasé ou dévoré ? Pour le faire passer de vie à trépas, vous avez l’embarras du choix ! Car Midam rivalise encore d’ingéniosité pour malmener notre pauvre Petit Barbare dans un florilège de Game Over aussi cruels qu’hilarants. Des gags muets et toujours aussi efficaces qui font de cette série un monument de l’humour absurde

« Les schtroumpfs. Le schtroumpf reporter », Peyo

Un des Schtroumpfs qui aime observer les comportements de son entourage, s'est en effet rendu compte que le moindre petit événement était souvent déformé par le bouche à oreille et qu'une peccadille pouvait prendre des proportions démesurées. Ce Schtroumpf a donc décidé de créer un quotidien d'information qui relatera très exactement les faits qui se passent dans son village ! A sa demande, le Schtroumpf Bricoleur invente une machine qui lui permettra de l'imprimer. Peu de temps après, paraît ainsi un journal titré «Le Schtroumpf à la Une» !

 

Romans

« Le Petit Nicolas s’amuse », Sempé, Goscinny

Dans la vie, le petit Nicolas aime bien s'amuser. Faire un puzzle avec papa, partir en pique-nique avec le voisin M.Blédurt, retrouver ses cousins Roch, Lambert et Éloi au mariage de Martine, c'est drôlement chouette. Et avec les copains, quand on joue à la corrida, au ballon ou à un jeu de société, ça se termine toujours par des bagarres terribles! Il faut dire que les copains, c'est tous des guignols!

« Monsieur Kipu », David Walliams

Tous les matins, Chloé se rend en voiture à son école privée ultrachic, vautrée sur la banquette arrière, avec sa peste de petite soeur, et tous les matins, elle regarde Monsieur Kipu, toujours assis sur le même banc, qu'il pleuve ou qu'il vente.
Qui est-il ? Pourquoi vit-il dans la rue ? Que mange son chien ? Quand s'est-il lavé pour la dernière fois ? Et est-il possible qu'il s'appelle vraiment M. Kipu ? Toutes ces questions et d'autres encore, Chloé décide un jour d'aller les poser à monsieur Kipu en personne. Et lorsqu'il est question que son nouvel ami soit chassé de la ville, Chloé le cache dans la remise du jardin. Mais il se peut que Monsieur Kipu ait plus à cacher qu'il n'y semble au premier coup d'oeil... ou de nez !

« Papi rebelle », David Walliams

Jack adore son grand-père. Et par-dessus tout, Jack adore les histoires que lui raconte celui-ci. Des histoires d'aviation, des histoires vraies, de guerre et de héros. Car autrefois Papi était pilote dans la Royal Air Force britannique. Le problème, c'est que Papi se croit toujours en pleine Seconde Guerre Mondiale. Alors, lorsque les parents de Jack décident de placer le grand-père dans la nouvelle maison de retraite de la ville, la Résidence du Crépuscule dirigée par l'intrigante Melle Porcelette, Papi, aidé par Jack, va tout faire pour tromper l'ennemi et s'évader de manière héroïque...

 

Adultes

« Gertrude Bell. Archéologue, aventurière, agent secret », Christel Mouchard

"Elle était une femme de tête et de coeur, vertigineuse." Lawrence d'Arabie. Il faudrait dire "Bell de Bagdad" comme on dit "Lawrence d'Arabie". L'aventure de Gertrude Bell auprès des chefs bédouins de Mésopotamie est le reflet au féminin de celle du colonel Lawrence en Arabie. Fille d'un grand industriel du Yorkshire, titulaire d'un premier prix à Oxford, celle qu'on surnommait la "khatun", la "dame" ou "la reine du désert", accomplit entre 1900 et 1914 six expéditions archéologiques et diplomatiques entre le Levant et l'Euphrate. Agent secret et ambassadrice occulte au service de Sa Gracieuse Majesté durant la Grande Guerre, elle est la seule femme à participer au titre de conseiller aux conférences internationales de 1919 et 1921. Autre point commun avec T.E. Lawrence, elle allie un courage physique extrême à une grande fragilité sentimentale et comme lui, elle connaît une fin tragique : douloureusement frappée par la mort de son amant au front en 1915, elle ne s'en remettra jamais, et sa disparition à Bagdad, en 1926, au sommet de sa carrière, laisse planer des doutes. Inspiré par sa correspondance magnifique (dont les lettres échangées avec son amant), en grande partie conservée et jamais traduite en français, le livre dresse un portrait émouvant d'une grande dame de l'aventure.

 

BDs :

« Le tailleur de pierre », Léonie Bischoff, Olivier Bocquet

À Fjällbacka, il n’y a pas de rideaux aux fenêtres. Ce n’est pas qu’il n’y ait rien à cacher : c’est que tout le monde regarde ailleurs. Ce qui permet à certains secrets de rester enterrés pendant des décennies. Mais quand ils refont surface, personne n’en sort indemne. Personne.

« La patience du tigre », Fred Bernard

On compare souvent Jeanne Picquigny à un Corto Maltese au féminin.
Fred Bernard et Hugo Pratt avaient d'ailleurs un ami commun, le chanteur Nino Ferrer (le maître italien a mis ce dernier en scène dans Corto en Sibérie).
Jeanne Picquigny voyage, certes, et comme Corto, elle rencontre d'étonnants personnages. Elle est également indépendante, sensuelle et charismatique, mais elle désire créer une famille avec son amoureux Eugène Love Peacock. Elle était déjà mère à la fin de son premier périple en Afrique (La Tendresse des Crocodiles), et au début de La Patience du Tigre , elle est enceinte de son second enfant.

« Les oubliés de Prémontré », Stéphane Piatzszek

En septembre 1914, l’asile de Prémontré, dans l’Aisne, près de Soissons, abrite quelque 1300 malades. Des aliénés, des fous, des « zinzins », comme les appelle le gardien-chef Loisel. L’armée prussienne, avec à sa tête le colonel Von Stauffenberg, qui se dirige à marche forcée vers Paris, est en vue. Le directeur se fait la malle, promptement suivi du médecin-chef adjoint et de quelques autres, abandonnant les malades à l’envahisseur. André Letombe, l’économe en fin de carrière, quelques gardiens et religieuses refusent de quitter leur poste. Avec les fous, ce sont les oubliés de Prémontré.

 

Romans

« La tresse », Laetitia Colombani

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté. Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école. Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée. Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade. Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

« Etre ici est une splendeur », Marie Darrieussecq

Paula Modersohn-Becker voulait peindre et c'est tout. Elle était amie avec Rilke. Elle n'aimait pas tellement être mariée. Elle aimait le riz au lait, la compote de pommes, marcher dans la lande, Gauguin, Cézanne, les bains de mer, être nue au soleil, lire plutôt que gagner sa vie, et Paris. Elle voulait peut-être un enfant - sur ce point ses journaux et ses lettres sont ambigus. Elle a existé en vrai, de 1876 à 1907.

« Le cri du sablier », Chloé Delaume

Le livre de Chloé Delaume est le récit d'une réminiscence. Il remonte le temps afin de faire voler en éclats un passé oppressant. Sa virulence a la puissance du cri. Véritable leitmotiv du roiman, la métaphore du sablier se propage, se ramifie : elle dessine la figure centrale et traumatisante d'un père «sédimentaire» et d'une «enfant du limon».
Ni pathos ni complaisance. Mais la tentative, à l'âge adulte, de répondre au questionnement d'un enfant, tentative rendue possible par une certaine douceur de l'ironie. Tout passe par le prisme d'une langue singulière, débordante d'inventions. Le style est démesuré, tantôt lapidaire, tantôt abyssal. Les mots se bousculent, deviennent envahissants, jusqu'à donner une impression de fusion.

« Un fauteuil sur la seine », Amin Maalouf

En racontant la vie et les aventures des dix-huit personnages qui se sont succédé au 29e fauteuil de l’Académie française depuis 1634, Amin Maalouf ne retrace pas seulement cette «généalogie en partie fictive» dont parlait son prédécesseur Lévi-Strauss ; il nous fait revivre de manière charnelle, incarnée, quatre siècles d’histoire de France. Si «un roman est un miroir que l’on promène le long d’un chemin», selon le mot de Stendhal, le roman de la France que nous relate ici l’auteur est une Légende des Siècles à partir d’un fauteuil.

« Evasion », Benjamin Whitmer

1968. Le soir du Réveillon, douze détenus s’évadent de la prison d’Old Lonesome, autour de laquelle vit toute une petite ville du Colorado encerclée par les montagnes Rocheuses. L’évènement secoue ses habitants, et une véritable machine de guerre se met en branle afin de ramener les prisonniers… morts ou vifs. À leurs trousses, se lancent les gardes de la prison et un traqueur hors pair, les journalistes locaux soucieux d’en tirer une bonne histoire, mais aussi une trafiquante d’herbe décidée à retrouver son cousin avant les flics… De leur côté, les évadés, séparés, suivent des pistes différentes en pleine nuit et sous un blizzard impitoyable. Très vite, une onde de violence incontrôlable se propage sur leur chemin.

« Les douze enfants de Paris », Tim Willocks

23 août 1572. De retour d’Afrique du Nord, Mattias Tannhauser, chevalier de Malte, arrive à Paris. Il doit y retrouver sa femme, la comtesse Carla de La Pénautier, qui, enceinte, est venue assister au mariage de la sœur du roi avec Henri de Navarre. À son arrivée, Mattias trouve un Paris en proie au fanatisme, à la violence et à la paranoïa. La tentative d’assassinat contre l’amiral de Coligny, chef des réformistes, a exacerbé les tensions entre catholiques et protestants. Introduit au Louvre par le cardinal de Retz, Mattias se retrouve bientôt au cœur des intrigues de la Cour et comprend très vite que le sang va couler dans les rues de Paris. Dans une capitale déchaînée, où toutes les haines se cristallisent, Carla est impliquée au même moment dans une terrible conspiration. Plongé dans un océan d’intrigues et de violences, Mattias n’aura que quelques heures pour tenter de la retrouver et la sauver d’un funeste destin. Tim Willocks est sans aucun doute l’un des plus grands conteurs de notre temps. Avec un souffle épique qui évoque Alexandre Dumas, il nous donne ici un roman inoubliable qui, se déroulant sur vingt-quatre heures, capture toute la folie d’un des plus terribles épisodes de l’histoire de France.

 

Romans policiers

« Le dompteur de lions », Camilla Lackberg

C’est le mois de janvier et un froid glacial s’est emparé de Fjällbacka. Une fille à demi nue, surgie de la forêt enneigée, est percutée par une voiture. Lorsque Patrik Hedström et ses collègues sont prévenus, la jeune fille a déjà été identifiée. Il s’agit de Victoria, portée disparue depuis quatre mois. Son corps présente des blessures qu’aucun accident ne saurait expliquer : ses orbites sont vides, sa langue est coupée et ses tympans percés. Quelqu’un en a fait une poupée humaine. D’autres cas de disparitions dans les environs font redouter que le bourreau n’en soit pas à sa première victime.
De son côté, Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire pour son nouveau bouquin. Une femme purge sa peine depuis plus de trente ans pour avoir tué son mari, un ancien dompteur de lions, qui maltraitait leur fille avec sa complicité passive. Mais Erica est persuadée que cette mère de famille porte un secret encore plus sombre. Jonglant entre ses recherches, une maison en perpétuel désordre et des jumeaux qui mettent le concept de l’amour inconditionnel à rude épreuve, elle est loin de se douter que pour certains, l’instinct maternel n’a rien de naturel…

« Soeurs », Bernard Minier

Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d'arbres. Le jeune Martin Servaz, qui vient d'intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s'intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante. Les deux sœurs n'étaient-elles pas ses fans ? L'un de ses plus grands succès ne s'appelle t-il pas La communiante ? L'affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime t-il, une pièce manque, une pièce essentielle. Février 2018. Par une nuit glaciale, l'écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée... elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l'affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu'à l'obsession. Une épouse, deux sœurs, trois communiantes... et si l'enquête de 1993 s'était trompée de coupable ?

« Entre deux mondes », Olivier Norek

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds. Un assassin va profiter de cette situation. Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Société :

« Les guerriers de l’ombre », Jean-Christophe Notin

La DGSE est l’objet de tous les fantasmes. On imagine les « espions » tels les héros de cinéma, aussi séducteurs que tueurs, ou au contraire, uniquement capables de fiascos comme celui du Rainbow Warrior en 1984. « Les guerriers de l’ombre » donnent la parole à ceux d’entre eux qui courent le plus de dangers. Pour l’essentiel, il s’agit de clandestins, c’est à dire de Français autorisés par l’Etat à vivre sous une fausse identité.
En raison de la relation de confiance établie avec eux par Jean-Christophe Notin, auteur de plusieurs livres sur le sujet, ils ont accepté pour la première fois de briser le silence devant normalement entourer leurs activités. C’est une première en France, mais aussi c’est aussi une première dans le monde car la DGSE est l’un des seuls services de renseignement à recourir de manière intensive à la clandestinité. Les attentats du 11 septembre, les guerres de contre-insurrection (Afghanistan, Irak) ou de contre-terrorisme (Mali, Syrie) ont en effet démontré les limites du renseignement technique : tout djihadiste d’importance sait bien qu’il lui faut éviter d’utiliser son téléphone ou son PC...

Bonne lecture !