Les nouveautés dans votre médiathèque: 12 novembre

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 12 novembre

 

IMG 20191113 182227  IMG 20191113 181247 

Jeunesse

Albums

« Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon », Christian Bruel, Anne Galland, Anne Bozellec

Les parents de Julie lui reprochent tant d'être un garçon manqué qu'un matin son ombre est devenue celle d'un petit mâle qui caricature le moindre de ses gestes. D'abord amusée par ce double, Julie finit par douter de sa propre identité. Mais allez donc vous défaire d'une ombre qui n'est même pas la vôtre !

« Adelaïde, ma petite sœur intrépide », Alexandre Chardin, Mylène Rigaude

Le jour venait de se lever, Maman lapin, épouvantée, Découvrit un petit lit vide, C'était celui d'Adélaïde ! Maman lapin se lamenta, Mais le brave Achab déclara :« Je pars chercher Adélaïde, Ma petite sœur intrépide ! »

« Camion toc toc », Olivier Douzou

Ces cartons écrivent au départ une longue phrase : «regarde ce petit camion rouge qui file à toute vitesse». Mais dans la course qu'il engage avec le temps, le petit camion va perdre la quasi totalité de son chargement sur la route. Ces colis perdus vont alors composer d'étranges mots sur la chaussée : «feu, gendarme, stop, tête-à-queue etc..», en utilisant les seules lettres de la cargaison. La phrase disparaît dans ce voyage et ne laisse qu'un seul carton très précieux pour arriver à l'instant T ! L'exercice est ici "Oulipien". Le lecteur y trouvera matière à jouer sur des lettres qui composent et décomposent des mots sur les lignes d'un cahier.

« Casse-tête au pays des paquerettes », Didier Lévy, Delphine Renon

Oscar, le lapin ailé, reçoit un avion en papier. Il le déplie : une pluie de lettres en tombe. Et sur le papier, un message tronqué. Bizarre. Oscar ramasse les lettres, en avise d’autres dans les arbres et parmi les pâquerettes. Il essaie de reconstituer le message : LA REINE GOURMANDISE… DEUX JAUNE TROIS VERT… Bizarre. « Je peux t’aider, si tu veux », fait une voix. C’est Luigi le renardeau. Ensemble, ils essaient encore. Rien à faire. « Ferme les yeux », dit alors Luigi. Et voilà la bonne combinaison : « JE VEUX ÊTRE TON AMI SIGNÉ LE RENARDEAU » !!!

« Comme une princesse », Brigitte Minne, Merel Eyckerman

Marie trouve qu'elle ne ressemble pas à une princesse mais son papa n'est pas d'accord. Au cours d'une belle journée entre père et fille, il va lui montrer que toutes les filles sont des princesses : la coiffeuse aux doigts d'or malgré un bec-de-lièvre, la pâtissière talentueuse bien qu'enrobée, la très vieille dame aux yeux de son mari... Un album délicat sur l'amour paternel et l'acceptation de soi.

« La pirate la plus terrible du monde», Richard Petitsigne, Mélanie Allag        

"Comme tous les ans, l’élection du « Pirate le plus terrible du monde » a lieu dans la taverne de Robbie-Cheveux-Sales. Quatre terribles pirates, quatre redoutables flibustiers ont répondu présents : il y a Max le Lard, gros comme un bœuf obèse, Johnny-Mains-Rouges, à la barbe si fournie qu’on ne voyait jamais sa bouche, Mendoza-au-Rubis, espagnol et très coquet et Chien-Jaune... parce qu’il a le teint jaune... tous sans exception sont certains de gagner...Lequel de ces fameux pirates va emporter le titre le plus couru de l’année ? Une chute inattendue pour ces pirates somme toute pas si terribles que ça!" -- various websites

« Le tout petit fantôme », Kay Winters, Lynn Munsinger

Le tout petit fantôme a beau s’exercer à hanter dans sa toute petite maison, il n’arrive pas à surmonter sa peur. Comment fera-t-il donc pour célébrer Halloween ?

« Léon, le plus petit des grands explorateurs », Jo Witek, Stéphane Kiehl

Devant la mer, je n'ai pas voulu me déshabiller. J'étais un peu impressionné. Perché sur mon phare rouge, j'ai préféré l'observer. Elle est jolie avec toutes ses dentelles blanches. On dirait qu'elle danse. Je m'appelle Léon, je lui ai murmuré.

 

BDs

« Des lumières dans la nuit », Lorena Alvarez

Élevée dans un très strict établissement catholique où rigueur et assiduité sont de mise, Sandy s’évade dans les dessins dont elle recouvre ses cahiers de classe. Mais surtout, elle a un don... La nuit, dans l’obscurité de sa chambre, de minuscules étoiles font leur apparition. Lorsqu’elle les attrape avant de s’endormir, ses œuvres donnent naissance à des univers et des créatures fantastiques le temps d’une nuit ; le monde ne redevient comme avant qu’au petit matin. Un jour, à l’école, elle rencontre Morfie, une jeune fille mystérieuse qui connait son secret et qui lui voue une étrange fascination... Portée par un graphisme enchanteur d’une grande sensibilité qui n’est pas sans rappeler les univers oniriques de Miyazaki, Des lumières dans la nuit est une magnifique histoire sortie tout droit de l’imagination d’une jeune autrice bourrée de talent. Une ode à la créativité comme refuge face à la solitude, la peur et l’insécurité.

« Les souris du Louvre », Joris Chamblain, Sandrine Goaelc, Drac

Milo a grandi dans l’amour de l’Art et il ne manque jamais l’occasion de communiquer sa passion à ses camarades. Son dernier exposé traite de l’attitude du public du Louvre, le musée pour lequel sa maman travaille. Sur certaines photos qui l’illustrent, on peut apercevoir la silhouette d’une souris qui semble observer le jeune photographe. C’est Ésope, un souriceau promis à un incroyable destin

« Télémaque », Kid Toussaint, Kenny Ruiz

Télémaque, jeune garçon maladroit et un peu prétentieux, part à la recherche de son père, le roi d'Ithaque, Ulysse. Avec ses trois compagnons, il découvrira l'envers de la légende du glorieux héros de la guerre de Troie.

 

Documentaire

« Les règles, quelle aventure », Elise Thiebaut, Mirion Male

Si tu fais partie de l'espèce humaine et que tu as un utérus, tu auras un jour tes règles, comme 3,5 milliards de personnes dans le monde. C'est normal, avoir ses règles est une chose naturelle et un signe de bonne santé ! Pourtant, tu entendras peut-être dire que c'est sale et que tu ne dois surtout pas en parler. Les tabous, la peur, la honte... il est temps d'en finir avec tout ça et de faire enfin tes propres règles ! Élise Thiébaut est journaliste et féministe. Elle aime raconter des histoires et a écrit plusieurs livres, mais aussi des spectacles de feux d'artifices ou une histoire insolite du métro. Elle s'intéresse tellement aux règles que c'est le deuxième livre qu'elle écrit sur ce sujet. Mirion Malle fait de la BD, des dessins, de la sociologie et de la bagarre. Elle parle souvent de féminisme sur son blog Commando Culotte et elle fait aussi des blagues.

 

Mangas

« Ki & Hi», Kevin Tran, Fanny Antigny

Ki et Hi sont deux frères complètement barrés qui font les quatre cents coups dans le plus petit village d'un royaume en forme de panda. Le premier est grand, gros et adore martyriser le second, petit, maigrichon, mais prêt à tout pour se venger de la manière la plus sournoise possible ! Qu'il s'agisse de dévaliser un restaurant de sushis à volonté, de s'affronter lors d'un intense match de basket ou au contraire de s'allier pour protéger le village, ce manga retrace, au travers de multiples histoires courtes, toutes les nuances qui existent dans une relation entre frères.

 

Romans

« Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires», Brandon Sanderson

Alcatraz Smedry n’est pas aidé par la nature : son nom est ridicule, il est extrêmement maladroit et il est orphelin. Mais le jour de son treizième anniversaire, sa vie prend une tournure inattendue. Il reçoit un mystérieux sac de sable, découvre qu’il a un grand-père un peu dingue et qu’il doit partir avec lui pour sauver le monde des griffes des infâmes bibliothécaires... Voici le premier roman d’une série jubilatoire, née de l’imagination débridée de l’auteur best-seller, Brandon Sanderson. Cocktail explosif d’aventures et d’humour ravageur, [...] un personnage remarquablement réussi pour un roman jeunesse débordant d’imagination et de vitalité. Bruno Para, Bifrost

« Mes premières enquêtes. Le fantôme de château », Emmanuel Trédez, Maud Riemann

La collection « Premiers pas », pour les lecteurs qui commencent à lire.

« De cape et de mots », Flore Vesco

Serine, en dépit de la volonté de sa mère, refuse de se marier. Mais pour sortir ses frères de la pauvreté, elle doit agir. Sa décision est prise : elle sera demoiselle de compagnie ! La tâche s’annonce difficile : la reine est capricieuse, antipathique, et renvoie ses demoiselles aussi souvent qu’elle change de perruque. Mais Serine ne manque pas d’audace et, tour à tour, par maladresse ou génie, se fait une place. Elle découvre alors la face cachée de la cour : les manigances, l’hypocrisie et les intrigues... et tente de déjouer un complot. Un premier roman décapant qui marque tant par la singularité de son héroïne que par la plume inventive de son auteur.

Science

« Déjoue les pièges de la science », Pascale Hédelin, Benjamin Strickler

Un graffeur chez les hommes de Cro-Magnon ? Le monstre de Frankenstein parmi les créatures mythologiques de la Grèce antique ? Un ascenseur pour atteindre le sommet d'une cathédrale au XIIe siècle ? Et une mini-jupe portée pendant les années folles ? Architecture, arts visuels, musique, littérature, arts de la scène, cinéma... Chaque art est représenté par une époque. Cherche les erreurs – inventions, activités et personnages – qui se sont glissées dans chaque planche.

« La science qui se mange», Andrew Schloss

Transforme ta cuisine en laboratoire scientifique en réalisant plus de 40 expériences amusantes, toutes comestibles ou presque ! A toi de jouer ! Et bien d'autres expériences délicieuses, expliquées pas à pas, t'attendent encore : galets pétillants, pizza vivante, marshmallows gonflables, nuages à la menthe, brownies bizarres, oeufs teintés, chocolat volcanique, soda maison.

 

Jeune adulte

« Barracuda for ever », Pascal Ruter

C'est sur un rythme endiablé que Napoléon, 85 ans, décide de commencer une nouvelle vie. Avec l'aide de son petit-fils, Léonard, ils enchaînent les quatre cent coups : adoption d'un chien nommé Point à la ligne, projet d'enlèvement, bowling et castagne, séquestration de la garde malade... Gare à ceux qui voudraient déporter Napoléon en maison de retraite ! Cependant, l'ancien boxeur va bientôt découvrir ses véritables adversaires, implacables et sournois... Des personnages profondément humains, un humour décapant et un vent de folie... Pascal Ruter signe un nouveau roman riche en émotions, à lire à tout âge !

 

Adultes

« No impact man. », Colin Beavan

Comme nous tous, Colin Beavan en a marre d'assister, impuissant, au réchauffement climatique, à la déforestation et aux gaspillages en tous genres... Il refuse d'être partie prenante dans la fonte des glaces et la disparition des ours polaires. Son défi: vivre un an en réduisant au maximum son empreinte environnementale. Jusque-là, pas de quoi parader, d'autres l'ont fait avant lui. La grande différence c'est que ledit Colin Beavan vit en plein coeur de Manhattan, au 9e étage d'un building. Et qui dit réduction des émissions de carbone dit pas d'ascenseur, de climatiseur, de réfrigérateur, de transport motorisé -entre autres-, et quand on est un jeune père de famille, l'aventure tourne vite au casse-tête. Son premier challenge: convaincre sa femme, quelque peu accro au shopping, de jouer le jeu. Le deuxième : renoncer aux couches en plastique et aux plats à emporter. Passées ces étapes... eh bien, tout reste encore à faire. L'expérience dure un an, le compte à rebours est enclenché !

 

BDs

« Energies extrêmes », Blancou, Lapoix

Depuis 2011, la France est le premier pays au monde à avoir officiellement interdit la technique de fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste. Pourtant la situation n'est pas close et à l'intérieur même du gouvernement actuel, pro et anti gaz de schiste s'affrontent. Doit-on sous prétexte d'indépendance énergétique et d'emplois, laisser détruire et polluer notre territoire ? A t-on besoin d'une énième énergie de transition avant de passer à un autre modèle ? Avec Energies extrêmes, Sylvain Lapoix et Daniel Blancou nous expliquent l'origine de cette énergie fossile, et comment des grandes entreprises américaines y ont vu un intérêt suite aux chocs pétroliers des années 70. Nous suivons également les lobbyings que cela provoque chez les partisans comme les opposants. Enfin, ce livre nous montre comment cette nouvelle énergie redessine la géopolitique mondiale.

« Luminary », Brunchwig, Perger

Pitsboro, sud des États-Unis, juillet 1977. Une journée d’été pas tout à fait comme les autres. Les infos annoncent un pic de chaleur jamais atteint depuis plus de trente ans. Billy, jeune employé noir d’un cirque, assiste une tigresse de la troupe mettant bas. Tout le monde assiste, ébahi, au don qui lui permet de maîtriser la bête sauvage. De l’autre côté du pays, à New-York, une gigantesque explosion de lumière survient au cœur de la ville. Tout dans un rayon de plusieurs centaines de mètres a été littéralement anéanti. Tout, sauf un homme, indemne, au milieu des décombres. Cet homme, c’est Darby McKinley, admis quelques semaines plus tôt à la clinique d’où provient l’épicentre de l’explosion. Ce serait donc lui l’origine du phénomène. Reste à savoir d’où lui vient ce pouvoir. Et ce qu’il compte en faire...

« Le patient », Timothé Le Boucher

La police arrête une jeune fille errant dans la rue, couverte de sang, un couteau à la main. En se rendant chez elle, les agents découvrent avec effroi une scène de massacre : toute sa famille a été assassinée... 6 ans plus tard, Pierre Grimaud, l’unique survivant du "massacre de la rue des Corneilles", se réveille d’un profond coma. L’adolescent de 15 ans qu’il était au moment des faits est aujourd’hui un jeune homme de 21 ans. Désorienté, encore paralysé et souffrant d’amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie. Pendant leurs séances, Anna tente de l’amener à se souvenir des circonstances du drame, malgré ses pertes de mémoire. Pierre lui évoque la présence mystérieuse d’un "homme en noir" qui hante ses rêves, probable réponse inconsciente à son traumatisme. Après plusieurs rendez-vous, Anna découvre en Pierre un être sensible et très intelligent. Touchée par son histoire, elle se met même à le prendre en affection. Petit à petit, une véritable complicité s’installe entre eux. Anna n’imagine pas à quel point ce patient va changer sa vie…

L’intégrale « Funérailles », Florent Maudoux

La venimeuse Psamathée de la Mantis va passer à la dernière étape de son plan pour conquérir la toute puissante REM : porter un héritier de la maison de l'araignée. Elle est persuadée que seul Scipio peut lui donner ce qu'elle désire. C'est compter sans les fidèles de Spartacus qui offrent au jeune homme la possibilité de rejoindre la XIIIe légion et Pretorius, son frère jumeau.

 

Bien-être

« Le petit livre des bains de forêt », Bettina Lemke

Il existe un lieu à notre portée, où trouver détente et sérénité, se recentrer et faire le plein d’énergie tout en se laissant aller à la méditation. Ce lieu, c’est la forêt. Très populaire au Japon, le « bain de forêt », shinrin-yoku, a conquis l’Occident. Cette pratique nous invite à nous rapprocher de la nature, de son harmonie, afin de renouer avec notre capacité innée à guérir. Alliée de l’esprit, la nature présente des bienfaits étonnants – et scientifiquement prouvés – sur notre corps, notamment le mental, la santé cardiovasculaire, la glycémie et l’immunité. Ce petit livre étonnant vous guidera pas à pas à travers la forêt et vous en livrera tous les secrets, mythologiques, médicinaux, culinaires. Respiration, pleine conscience, relaxation, marche pieds nus : grâce à des exercices et à des conseils pratiques, vous pourrez tirer profit de chacune de vos promenades ou… faire venir la nature à vous par l’aromathérapie ou les expériences de visualisation. Une immersion fascinante dans un monde magique.

 

Romans

« American Elsewhere », Robert Jackson Bennett

Veillée par une lune rose, Wink, au Nouveau-Mexique, est une petite ville idéale. A un détail près : elle ne figure sur aucune carte. Après deux ans d'errance, Mona Bright, ex-flic, vient d'y hériter de la maison de sa mère, qui s'est suicidée trente ans plus tôt. Très vite, Mona s'attache au calme des rues, aux jolis petits pavillons, aux habitants qui semblent encore vivre dans l'utopique douceur des années cinquante. Pourtant, au fil de ses rencontres et de son enquête sur le passé de sa mère et les circonstances de sa mort (fuyez le naturel...), Mona doit se rendre à l'évidence : une menace plane sur Wink et ses étranges habitants. Sera-t-elle vraiment de taille à affronter les forces occultes à l'oeuvre dans ce lieu hors d'Amérique ?

« Né d’aucune femme », Franck Bouysse

"Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu'y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose."

Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin. Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec 'Né d’aucune femme' la plus vibrante de ses oeuvres. Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.

« Y a-t-il quelqu’un dans Casimir », Claire Castillon

Le téléphone n’arrête pas de sonner. Armande est seule à la maison et elle est terrifiée. Elle sent la présence d’agresseurs invisibles derrière chaque porte, elle entrevoit des pièges courir le long des murs. À treize ans, c’est la première fois qu’elle accepte de se garder toute seule, sans baby-sitter. Elle a promis qu’elle n’aurait pas peur, mais elle ne peut s’empêcher de calculer le nombre de secondes pour arriver jusqu’au téléphone situé dans l’entrée. Au bout du fil, Esther, sa grande soeur, la supplie de voler pour elle la jolie pochette brodée de maman. Peut-être est-elle cachée dans cette valise que leur mère range sous son lit ? Armande progresse lentement vers la chambre, puis jusqu’à la valise. Celle-ci ne contient que des lettres. Elle reconnaît l’écriture de son père, volatilisé depuis huit ans. Bizarre ! La dernière lettre remonte à avant-hier. Le téléphone se remet à sonner. Maintenant, Armande a peur d’un fantôme…

« La maison des Turner », Angela Flournoy

Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d'un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d'une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père.
Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n'a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là. Garder la maison pour ne pas oublier le passé ou la vendre et aller de l'avant ? Face à ce choix, tous les Turner, de Cha-Cha, le grand frère et désormais chef de famille, à Lelah, la petite dernière, se réunissent. Et s'il fallait chercher dans les secrets et la mythologie familiale pour trouver la clef de l'avenir des Turner et de leur maison ?

« Le corps plein d’un rêve », Claudine Galea

En 2008, Claudine Galea reçoit une commande de France Culture pour la série « Les icônes du rock », et la figure de Patti Smith s’impose immédiatement à elle. Pourquoi, alors qu’elle ne l’écoute plus depuis son adolescence ? Dans ce récit littéraire, elle explore comment cette femme protéiforme a pu être déterminante dans son propre parcours de femme et d’écrivaine. C’est un double-portrait que Claudine Galea nous propose, Patti et elle, ainsi que la façon dont une icône, dans sa liberté de création et de vie, peut influencer des générations de fans.

« Chocolat », Joanne Harris

Séduites par Lansquenet, Vianne Rocher et sa fille Anouk décident d'y établir leur chocolaterie. Mais dans ce petit village du sud-ouest de la France, le père Reynaud veille sur ses ouailles comme la cuisinière surveille le lait sur le feu. Aussi voit-il en l'ouverture de La céleste Praline l'œuvre d'une sorcière. Et s'il avait raison? Joanne Harris nous offre une ode gourmande à la tolérance et au plaisir. Adapté au cinéma avec Juliette Binoche et Johnny Depp dans les rôles-titres, Chocolat s'est vendu à plus de douze millions d'exemplaires dans cinquante-cinq pays.

« Des pas dans la poussière », Zora Neale Hurston

L'autobiographie de Zora Neale Hurston, née en 1901 à Eatonville (Floride), la première ville - et la seule au monde - intégralement fondée par et pour les Noirs, en 1866.

« La femme aux cheveux roux », Orhan Pamuk

Alors qu’il passe quelques semaines auprès d’un maître puisatier pour gagner un peu d’argent avant d’entrer à l’université, le jeune Cem rencontre une troupe de comédiens ambulants et, parmi eux, une femme à la belle chevelure rousse. Il s’en éprend immédiatement, et, malgré leur différence d’âge, se noue entre eux l’esquisse d’une histoire d’amour. Mais les promesses de cet été sont soudainement balayées lorsque survient un accident sur le chantier du puits. Cem rentre à Istanbul le cœur gros de souvenirs, et n’aura de cesse de tenter d’oublier ce qui s’est passé. C’est sans compter sur la force du destin qui finit toujours par s’imposer aux hommes, et leur rappeler ce qu’ils ont voulu enfouir au plus profond d’eux-mêmes. Dans ce roman de formation aux allures de fable sociale, Orhan Pamuk tisse à merveille un récit personnel avec l’histoire d’un pays en pleine évolution, et fait magistralement résonner la force des mythes anciens dans la Turquie contemporaine. Avec tendresse et érudition, La Femme aux Cheveux roux nous interroge sur les choix de l’existence et la place véritable de la liberté.

 

Romans policiers

« Art et décès », Sophie Hénaff

Silence, on tue ! C’est sur un plateau de cinéma que la plus sympathique bande de loosers du 36 Quai des Orfèvres fait son come-back, avec toujours à sa tête la célèbre commissaire Anne Capestan, obligée d’interrompre son congé parental pour sauver une ex-collègue. La Capitaine Eva Rosière, qui se consacre désormais à sa carrière de scénariste, est accusée du meurtre d’un réalisateur, retrouvé un couteau entre les deux omoplates, défoncé à la kétamine ! Eva avait, il est vrai, juré de le tuer… Le Cluedo peut commencer. Sa gamine sous le bras, Anne Capestan est prête.

« Les Anges de New York», R. J. Ellroy

Frank Parish, inspecteur au NYPD, a des difficultés relationnelles. Avec sa femme, avec sa fille, avec sa hiérarchie. C'est un homme perdu, qui n'a jamais vraiment résolu ses problèmes avec son père, mort assassiné en 1992 après avoir été une figure légendaire des Anges de New York, ces flics d'élite qui, dans les années quatre-vingt, ont nettoyé Manhattan de la pègre et des gangs. Alors qu'il vient de perdre son partenaire et qu'il est l'objet d'une enquête des affaires internes, Frank s'obstine, au prix de sa carrière et de son équilibre mental, à creuser une affaire apparemment banale, la mort d'une adolescente. Persuadé que celle-ci a été la victime d'un tueur en série qui sévit dans l'ombre depuis longtemps, il essaie obstinément de trouver un lien entre plusieurs meurtres irrésolus. Mais, ayant perdu la confiance de tous, son entêtement ne fait qu'ajouter à un passif déjà lourd.

« Oh my dear », T. J. Middleton

Al Greenwood, 50 ans, est taxi dans un paisible petit village côtier d'Angleterre. C'est un homme qui a tout pour être heureux, et qui le serait certainement s'il n'était pas marié à l'encombrante Audrey. Aussi décide-t-il tout simplement un jour de s'en débarrasser en commettant le crime parfait. Le scénario est vite trouvé : profitant d'une des promenades quotidiennes de sa femme, il la précipitera du haut d'une falaise. Aussitôt dit, aussitôt fait, Al s'embusque sur le parcours habituel d'Audrey, surgit à son passage et la précipite dans le vide. Tout se passe comme prévu sauf? sauf qu'en rentrant chez lui, il tombe nez à nez avec sa femme qui lui annonce avoir exceptionnellement renoncé à sa petite ballade.Si il n'a pas tué Audrey, qui est donc sa victime ? Et comment va-t-il déjouer la perspicacité des enquêteurs, dans cette petite communauté où tout le monde se connaît ? Quant à sa femme, qui commence à trouver son comportement étrange, ne faut-il pas qu'il s'en débarrasse très vite, avant qu'elle ne nourrisse trop de soupçons ? Mais cela ne fera-t-il pas de lui un tueur en série ? Commence alors pour Al un long cauchemar, dont il est encore très loin de soupçonner l'issue. Avec ce premier roman jubilatoire, T. J. Middleton nous propose un condensé d'humour noir très british doublé d'une intrigue palpitante.

 

Science

« 2020, les scénarios du futur », Joël de Rosnay

Les années 2020 verront la naissance de nouveaux ingénieurs et architectes de l’infiniment petit. Ils sauront marier les technologies biologiques, informatiques nano et écotechnologiques pour inventer les produits de demain. Ces progrès scientifiques ouvriront de nouveaux horizons riches de promesses, mais aussi lourdes de menaces pour l’homme. Les technologies de la communication vont connaître une progression explosive entre 2010 et 2020, bouleversant nos vies comme l’économie et faisant apparaître de nouveaux dangers : atteinte à la vie privée, piratages, virus, « infopollution »… La prolongation de la durée de vie, grâce à une connaissance accrue des mécanismes du vieillissement, suscitera de fortes tensions sociales et politiques. Enfin, écologie et économie, qui devraient être les deux faces d’une même médaille, se trouveront confrontés plus durement à leurs contradictions. Les sciences de la complexité peuvent nous aider à penser le futur des sociétés humaines. Au-delà de l’approche analytique traditionnelle, elles permettront de construire notre avenir sur la base d’une vision globale et à long terme de l’évolution des systèmes complexes (économiques, écologiques, industriels et politiques) dont nous faisons partie. A l’homme de savoir fixer les limites pour éviter que ses créatures biologiques ou électroniques ne se retournent contre lui.

Bonne lecture !                                                  

Le thème de l'apéritif-culture de Décembre

le .

peinture

Artistes et amateurs de beaux arts sont conviés! Retrouvons-nous le vendredi 6 décembre pour échanger autour du thème de La peinture et des peintres.

Pour rappel, les apéritif-cultures sont ouverts à tous, et sont l'occasion de partager nos coups de coeur ou nos déceptions culturelles dans une ambiance conviviale.Tous les supports sont acceptés (livre, film, cd...), tant qu'ils correspondent au thème tiré au sort le mois précédent.
La médiathèque offre les boissons. Les participants amènent de quoi grignoter.

Crédit photo: "Lefranc & Bourgeois 601661" par Fotero

Les recommandations lors de l'apéritif-culture de Novembre

le .

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de Novembre a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

Le thème de cet apéritif était La gourmandise

46694034671 a3836e8e22 b

 

Livres de recettes

« Les criminels passent à table 30 recettes vraiment mortelles des méchants de la littérature »,

           Hannibal Lecter, le Grand méchant loup, Fantômas ou encore Mr Hyde vous invitent à leur table pour partager des plats aussi sanglants que succulents inspirés des plus grands classiques de la littérature. Laissez-vous tenter par les champignons à l'Agrippine, l'épaule d'agneau à la cyclopéenne et bien sûr par une bonne tarte à la mélasse et mettez un soupçon de menace dans votre assiette. A consommer sans modération sous peine de devenir un des leurs...

« Ça chauffe dans nos assiettes. Des recettes pour sauver le climat », Yves Leers, Jean-Luc Fessard

           Notre alimentation a un impact considérable sur l'environnement et sur le climat : près du tiers des émissions de gaz à effet de serre que nous émettons se cache dans notre frigo ! Nous disposons donc d'un moyen simple et efficace pour réduire notre empreinte carbone : il suffit de regarder de plus près le contenu de notre assiette. Nous pouvons agir au niveau de la production, de la distribution et de la consommation... Il nous faut notamment revoir nos pratiques agricoles – en particulier en développant l'agriculture biologique et l'agroécologie – et nos systèmes d'élevage ; rendre nos techniques de pêche et d'aquaculture plus durables ; et modifier nos comportements alimentaires : réduire notre consommation de viande et de poisson, privilégier les fruits et les légumes de saison et cultivés à proximité, redécouvrir les légumineuses riches en protéines... Le propos de cet ouvrage n'est pas d'affoler et encore moins de culpabiliser, mais d'informer, d'expliquer, de faire comprendre les changements en cours, tout en montrant qu'il est possible d'agir. La présence de 18 recettes, expliquées et photographiées, permet de comprendre concrètement comment continuer à se faire plaisir tout en limitant au maximum notre impact sur le climat.

 

Recueil

« La première gorgée de bière », Philippe Delerm

           On dit que la vie n'est pas simple et que le bonheur est rare. Pour Philippe Delerm, il tient en trente-quatre "plaisirs minuscules". Il évoque ici tour à tour, sous forme de petites séquences, la satisfaction immense qu'il tire tantôt de petits gestes insignifiants, tantôt d'une bienheureuse absence de gestes. Toutes les saisons sont évoquées dans ce petit ouvrage délicieux qui s'apparente presque à un manuel du bonheur à l'usage des gens trop pressés.

« Les mots d’origine gourmande », Colette Guillemard

           Le vocabulaire de la nourriture ne sert pas seulement à parler de ce qu'on mange. Il donne lieu à des expressions imagées et... savoureuses. On en trouvera ici un très vaste répertoire, assorti de nombreux exemples et d'explications.

« Le rosier de Madame Husson», Guy de Maupassant

           Les choses ne sont pas ce qu'elles semblent. Un rosier peut en cacher un autre. La première qualité de ce livre est de mystifier le lecteur: il y a du piquant dans le titre, mais il ne vient pas de l'arbuste qu'on croit. Dans cette savoureuse histoire de chasteté récompensée, le rosier est un garçon et la fleur est d'oranger. Un beau charivari auquel Mme Husson et les habitants de Gisors assistent éberlués. Le projet de la respectable dame est des plus louables: honorer la continence, célébrer la tempérance est bien. L'ennui est que la réalisation n'est pas à la hauteur de l'espoir. En voulant magnifier les vertus gardiennes de l'ordre social, la trouvaille de Mme Husson provoque un désordre. Mieux que d'autres livres de Maupassant, ce recueil de contes se gausse ainsi de toutes les tentatives faites pour sauvegarder les apparences de la vertu.

« Les festins de Balthazar », Alain Senderens

           " La littérature et la cuisine, déclarait Valéry, c'est tut un. Il faut réussir son plat, n'y rien oublier. " Et Maupassant proclamait : " Il n'y a que les imbéciles qui ne soient pas gourmands. On est gourmand comme on est artiste, comme on est poète. " Cette anthologie regroupe quatre-vingts textes et des centaines de pensées, maximes, réflexions d'écrivains sur la bonne chère et la gastronomie. Elle démontre que, de Rabelais à Georges Perec, de Mme de Sévigné à Colette, de Brillat-Savarin à Giono, d'Apollinaire à Michel Leiris, les grands noms de la littérature ont toujours su conjuguer l'art du bien-dire avec celui du bien-vivre.

 

Romans

« Les valeureux», Albert Cohen

           Sont-ils dieux, sont-ils hommes, ces Valeureux sur qui le temps est sans pouvoir et qui changent en rêve tout ce qu'ils touchent ? Ivres de soleil, celui d'Israël et celui de la Grèce, plus ivres encore des mots qui leur viennent aux lèvres, ils ont traversé Solal, Mangeclous et Belle du Seigneur sans prendre une ride ni gagner une once de sagesse. Rien n'égale leur malice si ce n'est leur naïveté. Dérisoire Olympe infiniment bavard, éternels enfants, les voici tels qu'ils sont à jamais. Si Mangeclous décide de mettre fin à ses jours, on demeure assuré qu'il décidera peu après de joyeusement survivre ou de ressusciter. S'il fonde une Université, dont il est le recteur et tous les professeurs, elle sera sans lendemain. La fortune attend peut-être les Valeureux à Genève. Ils se jettent dans le voyage avec un enthousiasme et une incompétence également exemplaires. Mais qu'on y prenne garde, ces témoins d'un peuple chassé de l'Histoire, figés dans le rire comme ils le furent dans la douleur, ont à nous enseigner une vérité essentielle. Et la voix du prince des Solal ou de leur créateur, celle d'Albert Cohen, intervient pour nous le rappeler. En ce monde mortel, il n'est de grave que ce rapport tendre et heureux entre les hommes que l'on nomme Amour. Tout le reste est supercherie. Les Valeureux sont là pour le prouver.

« Les trois messes basses », Alphonse Daudet

           Lors de la nuit de Noël, le sacristain Garrigou, représentant le diable, va faire commettre au révérend dom Balaguère un péché de gourmandise. En effet, chargé de célébrer trois messes consécutives, le saint homme ne pense qu’au réveillon qui l’attend après son office. Si la première messe se passe presque sans encombre, les deux autres se succèdent à un rythme de plus en plus effréné. La clochette de Garrigou tinte pour l’inciter à se dépêcher. Pris d’une folie de gourmandise, le prêtre escamote la dernière messe à tel point qu’il en devient inaudible. Après l’office, impatient de festoyer, dom Balaguère s’empiffre et boit tant et si bien qu’il meurt d’une attaque au cours de la nuit. Pour ce crime dont il n’a pas pu se repentir de son vivant, il sera condamné à redire au même endroit trois cents messes.

« Les caractères », Jean de La Bruyère

           Sous la forme de maximes, de réflexions et de portraits, Les Caractères (1688) sont une véritable critique de la société du XVIIe siècle. L'écriture fragmentaire du moraliste reflète toute la diversité, les contradictions et l'inconstance même de son sujet: l'homme. Des ouvrages de l'esprit aux esprits forts, La Bruyère dresse un des portraits les plus acerbes des hommes de son temps et démêle les rapports entretenus entre la nature humaine, l'amour et l'argent, la société et la religion catholique. Le moraliste est devenu satiriste.

« Aventures dans la France gourmande avec ma fourchette, mon couteau et mon tire-bouchon», Peter Mayle

           De la foire aux escargots de Martigny à la messe des truffes de Richerenches en passant par le marathon du Médoc, Peter Mayle nous entraîne dans un tour de France insolite et fantasque. Personne ne sait comme lui dévoiler la face cocasse du monde. Sa recette ? Un coup d'œil acéré auquel rien n'échappe, une plume piquante, le tout saupoudré d'anecdotes hilarantes : une cuisine anglaise à consommer sans modération !

Tous ces ouvrages sont déjà, ou vont être rapidement disponibles dans votre médiathèque.

Bonne découverte!

Atelier scientifique réussi!

le .

IMG 20191030 150526 IMG 20191030 150741
IMG 20191030 150819 IMG 20191030 150905
IMG 20191030 151918 IMG 20191030 130405

Avec l'aide de Maude, des Petits débrouillards, et du département de l'Aude, nos petits Roullensois se sont transformés en véritables détectives.

Un bon goûter; offert par la bibliothèque, est venu clôturer une après-midi riche en découvertes.

Apéritif-culture le 8 novembre

le .

46694034671 a3836e8e22 b

Crédit photo: "Antipasto Buffet" par MBC Foods

Préparez dès maintenant votre estomac, et votre curiosité, la gourmandise sera à l'honneur lors de l'apéritif-culture du vendredi 8 novembre. Rendez-vous demain à 18h30!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 28 octobre

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 28 octobre

IMG 20191030 182900 IMG 20191030 182206

Jeunesse

Albums

« Les carottes sont cuites », Benoit Broyart, Laurent Richard

Les carottes, c'est leur truc, leur passion. Crues, cuites, râpées, en rondelles, en purée ou en soupe. En gratin, en tarte ou en tourte. Le problème ? L'un est un jardinier consciencieux, quand l'autre joue double jeu !

« La vie de Smisse. Jours d’école», Isabelle Chavigny, Ivan Grinberg, Marie Caudry

Smisse a trois ans. C'est sa première rentrée des classes. Il a hâte d'y aller, mais une fois dans sa classe, il préfèrerait quand même que l'école, ça soit plutôt demain... Dans la classe, à la cantine, comme dans la cour, il y tant à découvrir et tant d'aventures à vivre ! Smisse s'y fait des nouveaux copains comme Boubou, apprend à faire la sieste sans son doudou (Ouf, le singe) et découvre d'étranges créatures revêches : les filles.

« Les belles espérance », Jo Hoestlandt, Delphine Grenier

" La vie est un voyage qui prend du temps. Un voyage sous toutes sortes de vents. Les uns vous poussent, d'autres vous retiennent. Et parfois, il semble qu'il n'y ait plus de vent. C'est à ces moments-là, sans vent, qu'on se pose des questions, plein de questions, c'est à ces moments-là qu'on s'arrête, qu'on réfléchit, qu'on regrette, qu'on rêve, qu'on espère... qu'on attend.

 

BDs

« Jules B, l’histoire d’un juste », Armelle Modéré

Jules Badey est un cordonnier bourguignon pendant la Seconde Guerre mondiale, un homme sans histoire qui essaie tant bien que mal d’exercer son métier dans un pays occupé. De la guerre, il ne pense pas grand-chose, hormis qu’elle l’empêche de traiter ses commandes correctement par le manque de matières premières, ces dernières étant souvent bloquées et/ou réquisitionnées par les Allemands. C’est un homme seul et abattu qui accuse le coup du départ de sa femme pour un autre homme, un « baron » qui possède un manoir à la sortie du village. Il noie sa détresse dans son vin quotidien. Des juifs, il ne pense rien non plus. A peine sait-il qui ils sont. De la déportation, il n’a jamais entendu parler et l’exode qui commence sous ses yeux est pour lui un simple défilé de voitures qui partent se mettre en lieu sûr plus au Sud. Alors quand il croise sur sa route 3 petits enfants juifs, il est décontenancé. Son cœur parle et lui demande de les protéger.

« La sage d’Atlas et Axis », Pau

Dans le monde de Pangea, où tous les animaux parlent et marchent sur deux pattes, Atlas et Axis sont deux cabots aux caractères et pedigrees bien différents : le premier est intelligent et rationnel, alors que le second a plutôt tendance à se fier à son flair. Le jour où leur village est ravagé par les cruels Vikiens, des brutes sanguinaires venues du Nord, Atlas et Axis prennent leur courage à deux pattes et partent braver le grand Nord pour venger les leurs… L’étonnante épopée de deux héros attachants dans un album visuellement époustouflant !

 

Documentaire

« Je vais à l’école », Delphine Gravier-Badreddine

Entrer à l'école, c'est le signe qu'on est devenu grand... Ce volume de la petite Encyclopédie fera découvrir aux petits le monde passionnant de l'école : les lieux, le rythme de la journée, les apprentissages, les amis... Avec la magie des pages transparentes de "Mes premières Découvertes".

 

Romans

« Petit Pierre le pirate», Anthony Pastor

Petit Pierre est le plus petit des grands pirates. Aux commandes de son navire Le Joyeux, il n’a peur de rien, ou presque. Un jour, alors qu’il peste contre le vent qui ne souffle pas, il fait une drôle de rencontre : un ours polaire à bord d’une barque minuscule ! Il l’invite à rejoindre son équipage. Car Petit Pierre aura besoin d’aide pour affronter une tempête, un naufrage, et le terrible Barbequipique...

L’intégrale « Les royaumes de feu », Tui T. Sutherland

Une terrible guerre divise les royaumes du monde de Pyrrhia. Selon une mystérieuse prophétie, seuls cinq jeunes dragons nés lors de la Nuit-la-plus-Claire pourront mettre fin aux combats et apporter la paix. Mais les élus, Argil, Tsunami, Gloria, Comète et Sunny, rêvent de voler de leurs propres ailes plutôt que d'accomplir leur destin... Une saga épique et flamboyante, par l'un des créateurs de «La Guerre des clans». Un univers riche et fascinant, une intrigue captivante, une amitié indéféctible. Partagez l'aventure de cinq jeunes dragons aussi valeureux qu'attachants.

 

Jeune adulte

« After », Anna Todd

Tessa est une jeune fille ambitieuse, volontaire, réservée. Elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal. Celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux... Mais ça, c'était avant qu'il ne ne la bouscule dans le dortoir. Lui, c'est Hardin, bad boy, sexy, tatoué, piercé, avec un " p... d'accent anglais ! " Il est grossier, provocateur et cruel, bref, il est le type le plus détestable que Tessa ait jamais croisé. Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle... Cet homme ingérable, au caractère sombre, la repousse sans cesse, mais il fait naître en elle une passion sans limites. Une passion qui, contre toute attente, semble réciproque... Initiation, sexe, jalousie, mensonges, entre Tessa et Hardin est-ce une histoire destructrice ou un amour absolu ? L'écriture rythmée d'Anna Todd rendra accros tous ses lecteurs.

 

Adultes

« Vivre heureux avec son enfant », Docteur Catherine Gueguen

Comment faire quand votre enfant a des colères répétées ? S'il ne veut pas se coucher ? S'il ne veut pas manger, ni obéir ? Faut-il le punir ou s'opposer à lui ? Faut-il le laisser pleurer ? Au travers de nombreux exemples tirés de ses consultations, et en s'appuyant sur les recherches en neurosciences affectives, Catherine Gueguen propose ici une nouvelle approche : voir et ressentir le monde par les yeux de l'enfant et enfin pouvoir se mettre à sa hauteur. En effet, les dernières découvertes sur le développement du cerveau émotionnel nous montrent qu'une relation empathique et bienveillante permet à l'enfant de déployer toutes ses possibilités affectives et intellectuelles. Un plaidoyer pour une autre vision de l'éducation. « À la lumière des récentes découvertes des neurosciences, le Dr Catherine Gueguen nous invite à revisiter l'éducation de nos enfants vers plus de bienveillance et d'empathie. »

 

BDs

« Le dieu vagabond », Fabrizio Dori

Dernier de sa lignée divine, Eustis le satyre mène une vie oisive et solitaire dans le monde moderne. Lorsqu’il découvre que d’autres dieux ont survécu, il part à la recherche de son ami Pan, curieux disparu qui semble cristalliser l’attention de tout le nouveau panthéon de l’« Hôtel Olympus ». Mais Eustis n’est qu’une divinité mineure, et peut-être vient-il de mettre le doigt dans un engrenage dangereux...

« Le rapport W. Infiltré à Auschwitz », Gaétan Nocq

Witold Pilecki, officier de l'Armée secrète polonaise, décide d'infiltrer le camp d'Auschwitz en septembre 1940. Sous l'identité de Tomasz Serafinski, il a pour objectif de monter un réseau de résisance afin d'organiser le soulèvement du camp. Il ne mesure pas l'enfer qui l'attend.

Histoire

« Culture et barbarie européennes », Edgar Morin

" L'Europe a été le foyer d'une domination barbare sur le monde durant cinq siècles. Elle a été en même temps le foyer des idées émancipatrices qui ont sapé cette domination. Il faut comprendre la relation complexe, antagoniste et complémentaire, entre culture et barbarie, pour savoir mieux résister à la barbarie. Les tragiques expériences du XXe siècle doivent aboutir à une nouvelle conscience humaniste. Ce qui est important, ce n'est pas la repentance, c'est la reconnaissance. Cette reconnaissance doit concerner toutes les victimes: Juifs, Noirs, Tziganes, homosexuels, Arméniens, colonisés d'Algérie ou de Madagascar. Elle est nécessaire si l'on veut surmonter la barbarie européenne. Il faut être capable de penser la barbarie européenne pour la dépasser, car le pire est toujours possible. Au milieu du désert menaçant de la barbarie, nous sommes pour le moment sous la protection relative d'une oasis. Mais nous savons aussi que nous sommes dans des conditions historico-politico-sociales qui rendent le pire envisageable, particulièrement lors des périodes paroxystiques. La barbarie nous menace, y compris derrière les stratégies qui sont censées s'y opposer. "

« La gangrène et l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie », Benjamin Stora

De 1954 à 1962, quelque deux millions de Français ont fait la guerre aux Algériens. Quarante ans après, cette « guerre sans nom » reste une page blanche de l'histoire nationale. Et le refoulement de sa mémoire continue à ronger comme une gangrène les fondements même de la société française. De l'autre côté de la Méditerranée, un refoulement symétrique mine la société algérienne : la négation par l'histoire officielle de pans entiers de la guerre de libération n'est pas pour rien dans la guerre civile qui déchire le pays depuis 1992. Pour comprendre les causes de cette double occultation, Benjamin Stora tente dans cet essai d'éclairer les mécanismes de fabrication de l'oubli, en France comme en Algérie. Il démontre comment ceux-ci se sont mis en place dès la guerre elle-même : du côté français, c'est la négation de l'existence même de la guerre, le refus obstiné de reconnaître la réalité de la torture et des exécutions sommaires ; du côté algérien, c'est la violence de la guerre civile secrète qui opposa le FLN et le MNA, où le massacre en masse des harkis à l'été 1962, perpétré par les ralliés de la vingt-cinquième heure. L'auteur montre également comment les mensonges de la période 1954-1962 seront à leur tour, dans les décennies suivantes, enfouis dans les mémoires par les amnisties ou les non-dits d'une histoire éclatée, telle qu'elle ressort des livres ou des films consacrés à la guerre.

 

Romans

« Les enténébrés », Sarah Chiche

Automne 2015. Alors qu’une chaleur inhabituelle s’attarde sur l’Europe, une femme se rend en Autriche pour écrire un article sur les conditions d’accueil des réfugiés. Elle se prénomme Sarah. Elle est aussi psychologue, vit à Paris avec Paul, un intellectuel connu pour ses écrits sur la fin du monde, avec qui elle a un enfant. À Vienne, elle rencontre Richard, un musicien mondialement célébré. Ils se voient. Ils s’aiment. Elle le fuit puis lui écrit, de retour en France. Il vient la retrouver. Pour Sarah, c’est l’épreuve du secret, de deux vies tout aussi intenses menées de front, qui se répondent et s’opposent, jusqu’au point de rupture intérieur : à l’occasion d’une autre enquête, sur une extermination d'enfants dans un hôpital psychiatrique autrichien, ses fantômes vont ressurgir. S’ouvre alors une fresque puissante et sombre sur l'amour fou, où le mal familial côtoie celui de l’Histoire en marche, de la fin du xixe siècle aux décombres de la Deuxième Guerre mondiale, de l'Afrique des indépendances à la catastrophe climatique de ce début de millénaire.

« La perte de l’image », Peter Handke

Une jeune femme, à la tête d'un empire financier, quitte un matin sa grande ville d'Europe du Nord pour rejoindre la Manche, région aride et sauvage rendue illustre par Cervantès. Elle veut y retrouver l'auteur qu'elle a chargé d'écrire sa biographie et qui vit retiré là-bas depuis des années. Chemin faisant, la «princesse de la finance» s'adresse en pensée à son auteur, l'interroge, prévient ses questions, ses remarques, ses objections. Elle évoque sa fille adolescente, indépendante et fugueuse, son jeune frère, en prison pour terrorisme, et son ancien compagnon, loin d'elle depuis des années. Arrivée enfin dans le «palais de gentilhomme campagnard» où vit l'auteur, elle s'installe au coin du feu pour raconter en détail sa traversée de la Sierra de Gredos. L'auteur n'a plus qu'à écrire le roman de cette femme, l'histoire de la perte de l'image - et de sa redécouverte.

« Un clocher dans la plaine », Joseph L’hopital

La paroisse de Vironville est à l’image de la Normandie : un curé aux prises avec l’anticléricalisme, des paroissiens croyants par prudence, l’alcoolisme de tradition, une jeune épouse qui veut s’émanciper, un riche propriétaire et des familles laborieuses. Ce petit monde se côtoie avec ses habitudes, ses intérêts, ses misères, sa tendresse...

« L’étrangère », Sandor Marai

Comme Métamorphoses d’un mariage, L’étrangère est l’histoire d’un adultère. Comme Le premier amour, c’est le récit implacable de la déchéance d’un homme. Par un jour d’été torride, Viktor Henrik Askenazi, un universitaire de 48 ans, arrive dans un hôtel d’une petite station balnéaire de la côte dalmate. Il cherche à guérir de sa dépression et fuit à la fois sa maîtresse Élise, une danseuse, qu’il vient de quitter, sa femme Anna, sa fille, ses amis, son travail. Il fuit le questionnement qui le hante : que cherche-t-on, qui se dérobe constamment, derrière le désir, la passion, quel manque insondable cherche-t-on à combler à travers chaque acte de sa vie ? Dans un long flash-back, Askenazi revit les étapes de son adultère, occasion pour Márai de stigmatiser avec une ironie mordante les conventions sociales et d’analyser crûment les balancements d’un coeur masculin. Au terme de quatre jours fiévreux, Askenazi commettra un acte impardonnable et cathartique…

« Rouge impératrice », Léonora Miano

Le lieu  : Katiopa, un continent africain prospère et autarcique, presque entièrement unifié, comme de futurs Etats-Unis d’Afrique, où les Sinistrés de la vieille Europe sont venus trouver refuge. L’époque  : un peu plus d’un siècle après le nôtre.
Tout commence par une histoire d’amour entre Boya, qui enseigne à l’université, et Illunga, le chef de l’Etat. Une histoire interdite, contre-nature, et qui menace de devenir une affaire d’Etat. Car Boya s’est rapprochée, par ses recherches, des Fulasi, descendants d’immigrés français qui avaient quitté leur pays au cours du XXIème siècle, s’estimant envahis par les migrants. Afin de préserver leur identité européenne, certains s’étaient dirigés vers le pré carré subsaharien où l’on parlait leur langue, où ils étaient encore révérés et où ils pouvaient vivre entre eux. Mais leur descendance ne jouit plus de son pouvoir d’antan  : appauvrie et dépassée, elle s’est repliée sur son identité. Le chef de l’Etat, comme son Ministre de l’intérieur et de la défense, sont partisans d’expulser ces populations inassimilables, auxquelles Boya préconise de tendre la main. La rouge impératrice, ayant ravi le cœur de celui qui fut un des acteurs les plus éminents de la libération, va-t-elle en plus désarmer sa main  ? Pour les «  durs  » du régime, il faut à tout prix séparer ce couple…

« Mais leurs yeux dardaient sur Dieu », Zora Neale Hurston

« Janie avait seize ans. Un feuillage vernissé et des bourgeons tout près d’éclore et le désir de prendre à bras-le-corps la vie, mais la vie semblait se dérober. Où donc étaient-elles, ses abeilles chanteuses à elle ?… Du haut des marches elle scruta le monde aussi loin qu’elle put, et puis elle descendit jusqu’à la barrière et s’y pencha pour contempler la route de droite et de gauche. Guettant, attendant, le souffle écourté par l’impatience. Attendant que le monde vienne à se faire. » Il ne faudra pas moins de trois mariages et trois vies – le vieux Logan Killicks et ses sentiments trop frustes, le fringant Joe Starks et ses ambitions politiques dévorantes, puis la promesse d’égalité, l’étreinte d’amour et le frisson extatique qu’incarne Tea Cake – pour permettre à Janie d’atteindre toute la mesure de son rêve d’émancipation et de liberté. Portrait d’une femme entière, animée par la force de son innocence, qui brave la rumeur du monde et se révèle à l’existence, Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est un chef-d’œuvre – et l’un des tout premiers romans écrits par une Afro-Américaine. Un monument de la littérature, aussi percutant aujourd’hui que lors de sa parution aux États-Unis en 1937. À découvrir ou redécouvrir dans une traduction inédite magistrale.

« Les jours », Sylvain Ouillon

Ils s'appellent Devoise ou Lechopier, Vacher ou Simone ou Lucien, cela commence vers 1833, dans un petit village de la Creuse et s'achève sur le rivage du XXI ? siècle, à Madagascar. Qui ça ils ? Mais eux, bien sûr, c'est-à-dire nous, vous, moi, enfin la famille infinie des autres dans son éternel voyage. Cela est-il racontable ? Non, et c'est pourquoi il fallait que quelqu'un s'y colle. Sylvain Ouillon l'a fait, tenant à la fois de la chronique biblique et de l'Almanach Vermot. La reine Victoria y est sur la photo en même temps que votre arrière grand-père et Lénine fait du vélo en banlieue. Tout le monde est là, sans distinction. Histoires de familles, loin, très loin de l'étroit roman familial : Les Jours fait le voyage trans-générationnel et sonne tout au long le coeur battant des vivants et des morts. Un livre stupéfiant.

« Le peuple de mon père », Yaël Pachet

Il faut écrire. Jamais mon père n’en formulait aussi clairement l’injonction, mais c’était ce que je ressentais à ses côtés. Il me demandait toujours si j’étais en train d’écrire comme on prend des nouvelles d’un proche. Dans son enfance tourmentée, alors qu’il se plaignait de l’ennui, son propre père lui avait sévèrement répliqué  : «  Tu t’ennuies  ? Tu n’as qu’à avoir une vie intérieure  ! Alors tu ne t’ennuieras jamais…  » Et mon père a obéi. Au-delà sans doute de ce que mon grand-père envisageait  ; jusqu’à consacrer à cette vie intérieure des milliers d’heures et des centaines de pages, et jusqu’à me transmettre à sa façon ce qui demeure le plus beau cadeau que j’aie reçu de lui.

« Les pérégrins », Olga Tokarczuk

Prix Nobel de littérature 2018

Man Booker International Prize 2018

 « Alors, remue-toi, balance-toi, cours, file ! Si t’oublies ça, si tu t’arrêtes, il va t’attraper avec ses grosses pattes velues et faire de toi une marionnette. Il t’empestera de son haleine qui sent la fumée, les gaz d’échappement et les décharges de la ville. Il va transformer ton âme multicolore en une petite âme toute raplapla, découpée dans du papier journal. » La clocharde du métro de Moscou qui parle ici appartient aux Bieguny (les marcheurs ou pérégrins), une secte de l’ancienne Russie, pour qui le fait de rester au même endroit rendait l’homme plus vulnérable aux attaques du Mal, tandis qu’un déplacement incessant le mettait sur la voie du Salut. En une myriade de textes courts, Les Pérégrins, sans doute le meilleur livre d’Olga Tokarczuk, compose un panorama coloré du nomadisme moderne. Routards, mères de famille en rupture de ban, conducteur de ferry qui met enfin le cap sur le grand large : qu’ils soient fuyards ou conquérants, les personnages sont aux prises avec leur liberté, mais aussi avec le temps. Et ce sont les traces de notre lutte avec le temps que relève l’auteur aux quatre coins du monde : depuis les figures de cire des musées d’anatomie jusqu’aux méandres de l’Internet, en passant par les cartes et plans.

 

Romans policiers

« Agatha Raisin enquête. Randonnée mortelle», M. C. Beaton

Après un séjour de six mois à Londres, Agatha retrouve enfin ses chères Cotswolds - et le non moins cher James Lacey. Même si le retour au bercail de son entreprenante voisine ne donne pas l'impression d'enthousiasmer particulièrement le célibataire le plus convoité de Carsely. Heureusement, Agatha est très vite happée par son sport favori : la résolution d'affaires criminelles. Comme le meurtre d'une certaine Jessica, qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs dans les propriétés privées des environs. Les pistes ne manquent pas : plusieurs membres du club et quelques propriétaires terriens avaient peut-être de bonnes raisons de souhaiter sa disparition. Mais la piste d'un tueur se perd aussi facilement que la tête ou... la vie !

« Mort mystérieuse d’un respectable banquier anglais dans la bibliothèque d’un manoir Tudor de Sussex », L. C. Tyler

Findon, province du Sussex. L’écrivain Ethelred Tressider a décidé de délaisser pendant un temps le roman policier pour se consacrer à sa grande œuvre littéraire. Au grand dam de son agent, Elsie Thirkettle, que la littérature intéresse surtout pour son aspect commercial. Pour apaiser les tensions qui règnent entre eux, ils s’affrontent au Cluedo et sortent dans le grand monde. Comme ce fameux soir où Sir Robert Muntham, un ami d’enfance d’Ethelred ayant fait fortune dans la finance, les convie à dîner avec quelques notables. À peine ont-ils le temps de remarquer la saisissante ressemblance entre le magnifique manoir de Sir Robert et celui du Cluedo que leur hôte est retrouvé étranglé. Avec une corde. Dans la bibliothèque. Commence alors pour Ethelred et Elsie une nouvelle partie, bien réelle cette fois, d’autant plus « jubilatoire » que la pièce était fermée de l’intérieur lors du crime, et que seul l’un des dix convives présents a pu commettre le meurtre.

 

Société

« La fracture », Gilles Kepel

«De la tuerie de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, à l’assassinat du père Hamel, le 26 juillet 2016, le terrorisme islamiste a causé la mort de deux cent trente-neuf personnes en France. Et des listes de cibles incitent des "lions solitaires" à continuer le massacre.
L’objectif de ces provocations meurtrières est de fracturer la société française par une guerre civile larvée dressant, au nom d’une religion dévoyée, un nouveau prolétariat d’enfants d’immigrés contre les classes moyennes. Pour y parvenir, les djihadistes tentent d’embrigader les musulmans de France, qui leur sont massivement hostiles. Des stratégies de rupture sont mises en œuvre afin de souder cette communauté contre l’"islamophobie" imputée à la société. Cela nourrit la propagande de politiciens qui cherchent leur avantage en vue des élections de 2017, tombant dans le piège des terroristes alors même que la patrie est en danger, randis que l’Europe se fissure et que le Moyen-Orient explose. Conçu autour des chroniques radiophoniques que j’ai tenues chaque semaine sur France Culture entre les étés 2015 et 2016, La Fracture restitue en contexte cette année terrible et plaide pour un engagement lucide de nos concitoyens.»

Bonne lecture !                                                  

Les vacances de la Toussaint à la médiathèque

le .

picture client format 2 7452b8

Le programme de ces vacances s'annonce chargé!

Puisqu'octobre est le mois de la fête de la science, cette dernière est à l'honneur dans votre médiathèque!

Les 21, 22, 23 et 24 octobre, les petits curieux pourront s'essayer à nos expériences scientifiques ludiques et amusantes (mais potentiellement salissantes) entre 16h et 17h.

A partir de 7 ans

 

Les 25, 28 et 29 octobre, petits et grands pourront se mesurer à notre Escape game "Panique dans la bibliothèque" (sur inscription)

A partir de 11 ans

Premier départ 15h. Dernier départ 17h

 

L'association "Les Petits débrouillards" viendra mercredi 30 proposer un atelier "Enquête scientifique". Et pour bien terminer l'après-midi, nous organisons un goûter pour les participants!

Il reste encore quelques places, mais inscrivez-vous vite!

Atelier gratuit, sur inscription

A partir de 8 ans

http://www.lespetitsdebrouillards.org/

 

Et nous n'oublions pas Halloween!

Ogres sorcires fantmes et squelettes vous attendent  la mdiathque

Deux heures, de 16h à 18h, seront consacrées le jeudi 31 à la lecture d'histoires qui font peur (mais ne provoqueront pas de cauchemars, promis!)

 

Alors aux sciences citoyens!