Fermeture de la médiathèque le 17 mai

le .

Votre médiathèque sera fermée vendredi 17 mai.

A samedi, lors de la conférence sur la Retirade!

Les recommandations des participants à l'apéritif-culture de Mai

le .

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de Mai a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

Le thème de cet apéritif était Le Souvenir.

images 2019 memories 500x333

Voilà nos recommandations:

 

Les bds

« Indélébiles », Luz

            De 1992 à 2015, Luz a dessiné toutes les semaines pour Charlie Hebdo. Jeune provincial puceau arrivé à Paris,il rencontre Cabu qui le prend sous son aile et l'entraîne à La Grosse Bertha, qui devient Charlie Hebdo. Avec le temps il devient l'un des piliers du journal. Dans un long rêve, il égrène ses souvenirs : ses amis, Charb, Tignous, Gébé, Catherine Meurisse..., le premier reportage en banlieue, aux USA, la tournée en Bosnie en guerre avec le chanteur Renaud, son infiltration au RPR, les manifs... Et la vie de bureau, les bouclages, les unes, Johnny. Enfin, il y a surtout la présence de Cabu, le mentor, jamais avare de conseils, qui essaie par exemple de lui apprendre à dessiner discrètement dans sa poche.

Les romans

« Une très légère oscillation », Sylvain Tesson

La géographie de Sylvain Tesson est vaste. Elle couvre Paris, les toits de Notre-Dame, les calanques de Cassis, les montagnes de Chamonix, l’Irak, l’Ukraine, la Russie. Il y a les expéditions et les voyages intérieurs, les bivouacs d’un soir et les méditations d’un jour, mais aussi les escalades des parois et les descentes au fond des livres. Entre les mots se dessine l’écriture d’un destin. Alors que son dernier livre Sur les chemins noirs raconte son voyage du sud de la France au Cotentin, Une très légère oscillation est un miroir le long d’autres chemins. Le journal de Sylvain Tesson oscille entre le Manuel d’Epictète et les pensées de Jules Renard. Il nous incite à jouir de l’instant, à ne rien attendre du lendemain et à s’extasier des manifestations du vivant : une branche dans le vent, le reflet de la lune. C’est la chose la plus difficile au monde que de reconnaître le bien-être dans ses expressions les plus humbles, de le nommer, le saisir, le chérir. Savoir qu’on est en vie, que cela ne durera pas, car tout passe et tout s’écoule.

Les témoignages

« L’ange sauvage », Cyril Collard

Eté 1979. Cyril Collard ouvre son premier carnet. Jour après jour, mois après mois, il y note ses découvertes, ses rêves, ses doutes. Détails de sa vie quotidienne jusqu'en décembre 1992. Et peu à peu, l'écriture devient nécessité. Amoureux fou de la vie et des mots, sans cesse il a voulu aller plus loin, plus haut, " cherchant à réunir l'animal et l'idée ", au-delà des conventions et des règles établies. A travers la musique, le cinéma et l'écriture, Cyril Collard a été toute sa vie à la quête d'un absolu. Souvent égaré sur les chemins de la drogue et du sexe, déchiré par une sensibilité hors norme, il nous offre ces textes, soucieux d'une vérité par beaucoup décriée. Loin de tout voyeurisme, nous découvrons au fil de ces pages un autre visage, celui de l'Ange sauvage.

« L’homme qui m’aimait tout bas », Eric Fotorino

Mon père s'est tué d'une balle dans la bouche le 11 mars 2008. Il avait soixante-dix ans passés. J'ai calculé qu'il m'avait adopté trente-huit ans plus tôt, un jour enneigé de février 1970. Toutes ces années, nous nous sommes aimés jusque dans nos différences. Il m'a donné son nom, m'a transmis sa joie de vivre, ses histoires de soleil, beaucoup de sa force et aussi une longue nostalgie de sa Tunisie natale. En exerçant son métier de kinésithérapeute, il travaillait " à l'ancienne ", ne s'exprimait qu'avec les mains, au besoin par le regard. Il était courageux, volontaire, mais secret : il préféra toujours le silence aux paroles, y compris à l'instant ultime où s'affirma sa liberté, sans explication. " Ce sont les mots qu'ils n'ont pas dits qui font les morts si lourds dans leur cercueil ", écrivit un jour Montherlant. Mais il me laissa quand même mes mots à moi, son fils vivant, et ces quelques pages pour lui dire combien je reste encore avec lui.

« Je me souviens », George Perec

C'est souvent entre amis que l'on ressuscite ce genre de souvenirs. Personnels bien que communs à tous, constitutifs de notre petite histoire, pas vraiment de la grande, et pourtant... De Bobet à Bombard, de Bobino aux billes de la récré, de Cesarem legato alacrem eorum à Gaston / y'a l'téléfon / qui son', avec un détour par Rintintin, Zappy Max, les "p'tits trous" des tickets de métro, les débuts de Johnny, Email Diamant, Louis Caput, et Ploum Ploum Tra la la, Georges Perec enfile ces "impalpables petites nostalgies" comme des perles. Apparaît alors un de ces colliers d'enfants colorés, bigarrés, émouvants par leur irrégularité maladroite, et que l'on chérit déjà comme le souvenir-symbole d'un passé heureux.

Et comme toujours, de superbes poèmes de Vickie :

« Saint-Sever, mon étoile en Chalosse »

« Un parfum au firmament »

Tous ces ouvrages sont déjà, ou vont être rapidement disponibles dans votre médiathèque.

Bonne découverte!

Une exposition sur la Retirade à la médiathèque en mai

le .

 IMG 20190507 181157  IMG 20190507 181116
 IMG 20190507 181203  IMG 20190507 181217
 IMG 20190507 181221  IMG 20190507 181258

 

A l'occasion des 80 ans de la Retirade, et pour accompagner la conférence du samedi 18 mai, votre médiathèque vous propose une grande exposition sur le sujet.

Venez découvrir la chronologie des événements, ainsi que de très nombreux témoignages poignants pour mieux comprendre cet épisode tragique de l'histoire française et européenne.

Les nouveautés dans votre médiathèque: 6 mai

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 6 mai:

 

IMG 20190507 164400
IMG 20190507 163455 

Jeunesse

« Joue avec Mirette à Londres, et teste ton anglais ! », Laurent Audouin

Mirette et Jean-Pat débarquent à Londres pour rendre visite à leur tante Dorothy. Mais à peine sont-ils descendus de l’Eurostar qu’un mystérieux individu vole la mallette de la détectivette… Encore un coup de l’ignoble  Gus Mac Hyenn et du perfide  Phil Angwish son complice, dit  Le Tatoué ? Avec son chassistant Jean-Pat, Mirette part à la recherche de son matériel, caché dans toute la ville, de Piccadilly Circus à Big Ben, en passant par le London Eye, Hyde Park et bien sûr, Buckingham Palace.

 

Albums

« Astérix. Cherche et trouve »

Fan d'Astérix, retrouve les personnages de ton univers préféré à travers ce livre jeux fourmillant de détails... A toutes les pages, des énigmes, des indices, des questions à résoudre pour s'amuser avec Astérix et Obélix.

« Fruits de saison », Clara Corman

L'enfant découvre la richesse, la diversité de la nature, la variété des formes, des couleurs et, en soulevant les volets, l'intérieur fascinant des fruits.
Pour apprendre aux enfants comment poussent les fruits qu'ils mangent, ce qu'il y a à l'intérieur, et à quelle saison ils poussent.

« Alors, ça mord ? », Jean Gourounas

Alors ça mord ? se présente comme une partie de pêche sur la banquise. Jean Gourounas joue avec les effets d'accumulation, jusqu'aux limites de la patience du héros, jusqu'à la chute de l'histoire et sa résolution comique. Les animaux qui défilent procureront sans doute de nombreux fous rires, aux petits comme aux grands.

« Trois chats et un pingouin », Helen Hancocks

Trois chats aux ventres aussi vides que leurs placards concoctent un plan génial pour assouvir leur faim. Il ne leur manque qu’un pingouin… Heureusement, un petit oiseau veille au grain !

«Comment rallumer un dragon éteint », Didier Lévy, Frédéric Bénaglia

Voici une liste de conseils pour rallumer un dragon qui aurait perdu sa flamme : Secoue-le par la queue, fais du trampoline sur son ventre, chatouille-le sous les pattes… rien ? Mets-le en colère, titille sa jalousie… toujours rien ? Colle-lui de fausses flammes… C’est pire, il se couche sur le flanc, carrément déprimé. Aïe aïe aïe ! Alors dis-lui que tu l’aimes comme il est, même éteint, même froid, et qu’il sera toujours ton dragon à toi. Et là, tu lui colles un bon gros bisou bien mouillé. Tu verras, c’est magique !

« Le chat d’Enoshima », Nicolas Nemiri, Romain Slocombe

Le chat Haru de la petite Tomomi s'est égaré peu de temps après la mystérieuse disparition de son père. Tomomi partira à sa recherche dans tout Tokyo avant de découvrir le terrible secret de son père.

BDs

« Tom-Tom et Nana. Drôle de cirque ! », Jacqueline Cohen

En 9 histoires, les inépuisables bêtises du frère et de la soeur, duo infernal. Suite à de malheureux concours de circonstances, divers animaux (tigre, oiseau, sauterelles...) vont envahir le restaurant familial et y semer la zizanie.

« Tom-Tom et Nana. Dégâts à gogo ! », Jacqueline Cohen

Tom-Tom et Nana n'en finissent pas de faire des bêtises dans le restaurant de leurs parents, A la bonne fourchette. Ce nouveau volume compte neuf nouvelles aventures et l'on retrouve les mêmes personnages. La famille Dubouchon, les propriétaires du restaurant, le serveur Gino Marto, les habituels Madame Poipoi et Monsieur Henri. Dans Dégâts à gogo, Tom-Tom et Nana commencent par mettre à la poubelle le doudou de Bouboule leur petit frère, ce qui provoque une crise dans la famille Dubouchon. Dans une autre histoire, les enfants ont réalisé pour la fête des mères une superbe triple cruche qu'ils ont placée sur le comptoir en attendant impatiemment le retour de leur mère. Celle-ci rentre éreintée des courses et, sous l'oeil désapprobateur de ses enfants, de Madame Poipoi et Monsieur Henri, elle jette l'horrible objet à la poubelle! Il lui faudra se rattraper. Les aventures de Tom-Tom et Nana sont toujours pleines de bêtises et de bonne humeur!

« Devoirs citoyens », Thierry Coppée

         Préparez vos zygomatiques ! Voici une trentaine dhistoires dont les thèmes tournent autour de la citoyenneté, de lécologie et du vivre ensemble. Toto fait campagne pour la battre, se mobilise pour défendre ses droits et oublier ses devoirs, ou encore profite de lécologie pour se mettre au vert. Le plus écolo des cancres propose un nouveau programme scolaire : lécole buissonnière. Aux arbres citoyens !

« Yakari et Grand aigle », Derib, Job

          Yakari, un enfant sioux, a vu Grand Aigle en rêve. Il le reverra « pour de vrai » le jour où il aura réussi à lui ressembler. Yakari essaie de voler, en vain . Puis il sauve son amie Arc-en-Ciel, attaquée par une mère puma. Enfin, il délivre le poney Petit Tonnerre, coincé dans un éboulis. Grand Aigle offre alors à Yakari sa plus belle plume et lui révèle qu’il est son totem. Mais personne ne croira ce papoose affabulateur. Yakari quitte le camp. Il verra qu’il peut parler avec tous les animaux. Et c’est monté sur l’indomptable poney qu’il reviendra dans sa tribu. Cet exploit-là lui donne droit à sa plume !

« Game Over. Aie aie eye », Midam, Adam

          Dans l’univers virtuel du Petit Barbare, les morts se suivent et ne se ressemblent pas. Préférez-vous le voir transpercé, déchiqueté, brûlé, écrasé ou dévoré ? Pour le faire passer de vie à trépas, vous avez l’embarras du choix ! Car Midam rivalise encore d’ingéniosité pour malmener notre pauvre Petit Barbare dans un florilège de Game Over aussi cruels qu’hilarants. Des gags muets et toujours aussi efficaces qui font de cette série un monument de l’humour absurde.

« Le tour de Gaule d’Astérix», René Goscinny, Albert Uderzo

          L'envoyé spécial de Jules César, Lucius Fleurdelotus arrive en Gaule avec comme grande mission de défaire ce village des irréductibles Gaulois... Après la première bataille, et par le fait même la première défaite, Lucius ordonne au Centurion Gracchus Nenjetépus et sa troupe de Petitbonum d'isoler le village gaulois par des palissades. Astérix défie alors le préfet en lui jurant qu'il peut aller partout où il le veut et il fait le pari de faire le tour de Gaule et de rapporter des spécialités de chaque région comme preuve de son périple !

« Léonard. Master génie», Bob de Groot

          La gastronomie étant une source d'inventions infinie et ô combien utile au quotidien, Léonard et son disciple ne pouvaient négliger ce champ d'expérimentation ! Les voilà donc engagés dans une concurrence féroce avec les autres candidats et particulièrement avec Mathurine qui a déjà une longueur d'avance sur eux. Qui donc remportera le concours Master Génie?

« Les schtroumpfs noirs », Peyo

          Qui ne connaît les Schtroumpfs ? Ces gentils lutins bleus à gros bonnet blanc se ressemblent tous, même s'ils ont chacun leur caractère, et parlent une curieuse langue dans laquelle la plupart des mots sont remplacés par "schtroumpf" ou "schtroumpfer". Sous l'autorité débonnaire du grand Schtroumpf, ce sympathique petit peuple organise sa vie et lutte contre l'abominable sorcier Gargamel, qui ne rêve que de les détruire. Une adorable fantaisie qui séduira les plus petits et distraira leurs aînés.

« Boule et Bill. 4 Système Bill », Roba

Boule, un petit garçon comme les autres, a comme meilleur copain Bill, son adorable et facétieux cocker. Outre Boule, Bill a une autre grande passion : Caroline, la mignonne tortue... Dans un univers familial plein de gentillesse et de joie de vivre, les bêtises et les espiègleries de Boule et Bill déchainent les éclats de rire des lecteurs de tout âge.

« L’élève Ducobu. Vivement les vacances ! », Zidrou, Godi

          M. Latouche, l'instituteur, n'en croit pas ses yeux : Ducobu, le roi des cancres, le fortiche de la triche, le «z'héros» absolu de la classe, est manifestement ravi de rentrer à l'école ! A quoi attribuer cet enthousiasme miraculeux ? Pendant les vacances, notre amour de potache a suivi une méthode d'apprentissage révolutionnaire sur internet. En se branchant chaque soir sur «www.cr@ck», il a ainsi pu emmagasiner une quantité ahurissante de connaissances pendant son sommeil ! De toute évidence, ses résultats aux interros le prouvent, la méthode est d'une efficacité époustouflante. Elle n'en a pas moins ses failles… surtout quand, tiens-tiens, Léonie est absente !

Romans

« Cornélius Holmes et le caniche des Ba(s)kerville », Davide Cali

          Cornelius Holmes est persuadé d’être le descendant du célèbre Sherlock Holmes. C’est pourquoi à la moindre occasion, il s’invente des enquêtes plus loufoques les unes que les autres. Dans celle-ci, Cornelius part à la recherche du caniche aux yeux violets de la duchesse de Baskerville. Heureusement, son chien, Watson, est là pour nous aider à démêler le vrai du farfelu.

« L’enfant sorcier. Mystères au donjon», Alain Surget, Karine Bernadou

          L'ennemi tente d'investir le château, mais Margot et Brouk veillent. Pourtant, les enfants se retrouvent pris au piège dans une tour. Tenaillé par la peur, Brouk se découvre soudain un grand pouvoir. Serait-il un sorcier malgré lui?

Adultes

« Le dictionnaire à tout faire anti-crise : recettes efficolonomiques pour consommer sain et dépenser mieux », Inès Peyret

          Pour faire des économies, il n’y a pas 36 solutions : on dépense moins et pour ça, on fait un maximum de choses soi-même. Les Punks, avec leur Do It Yourself – l’avaient bien compris : ils l’appliquaient à tous les domaines : de la couture au bricolage en passant par les graphes sur les T-shirts, et la musique. Pas de bijoux ? Pas grave, on prend des épingles de sûreté et des chaînes ! Bien évidemment ces garçons à crêtes n’ont rien inventé, ils se sont contentés de reprendre à leur compte, ce que faisaient autrefois les gens dans les campagnes. Aujourd’hui, en cherchant des recettes pour consommer sain et dépenser moins et mieux, on a constaté que la frugalité faisait son retour en force. Et pas qu’en France ! Les idées que l’on vous propose dans ce dictionnaire anticrise vous aideront, comme nous, à vivre mieux, tout en dépensant moins grâce aussi aux très nombreuses informations sur l’économie et la consommation collaborative.

 

BDs :

« Porteur d’histoire », Christophe Gaultier

           La pièce couronnée par les Molières adaptée en BD Le Porteur d’Histoire est adaptée de la pièce de théâtre éponyme d’Alexis Michalik récompensée par deux Molières (Meilleur auteur, Meilleur metteur en scène) et jouée depuis 2012 sans discontinuer. Elle cumule à ce jour plus de 600 000 spectateurs. C’est un véritable récit littéraire à la Dumas, un feuilleton haletant qui nous transporte dans un périple effréné à travers le temps, un hommage à l’imaginaire et au livre. Par une nuit pluvieuse, au fin fond des Ardennes, Martin doit enterrer son père. Il est alors loin d’imaginer que la découverte d’un carnet manuscrit va l’entraîner dans une quête vertigineuse à travers l’Histoire et les continents.

L’intégrale « Freaks’ squeele», Florent Maudoux

          À la Faculté des Etudes Académiques des Héros, Chance, Xiong Mao et Ombre entament leur cursus. Ces trois nouveaux étudiants vont découvrir les joies de la vie universitaire, la concurrence sans pitié entre étudiants, les professeurs sadiques et le stress des examens. Une université pour apprendre à gérer son image et obtenir un permis de super héros : il fallait y penser.

 

Histoire :

« Histoire de la conscription », Annie Crépin

          La loi du 28 octobre 1997 a supprimé de fait une institution vieille de deux siècles : le service militaire obligatoire. Au commencement, en 1789, les Constituants rêvaient de soldats-citoyens et d'une armée nationale de métier. Les événements en décidèrent autrement, avec en 1793 la réquisition de citoyens-soldats et la levée en masse d'une nation armée. L'aboutissement en fut la loi Jourdan de 1798, véritablement fondatrice de la conscription, jamais remise en question quel que fût le régime : la défense du territoire est désormais le devoir suprême du citoyen et mourir pour la patrie le premier de ses droits. Mais la conscription est tout autant un nouvel outil de savoir et de pouvoir pour l'État centralisateur qui mène un processus d'unification nationale et d'acculturation à travers des enquêtes sur l'état de santé physique et mental des conscrits. Annie Crépin écrit ici la première histoire globale, aussi bien politique et idéologique que sociale et culturelle, des rapports entre armée et république, et plus généralement entre conscription, État-nation centralisateur et société.

« Le destin des immigrés », Emmanuel Todd

          Comment s’effectue – ou ne s’effectue pas – l’assimilation des immigrés dans les démocraties occidentales ? À quelle logique profonde obéit ce processus d’absorption culturelle et politique ? Une chose est sûre : certaines sociétés parviennent à assimiler relativement vite leurs populations immigrées, alors que d’autres échouent irrémédiablement sur le long terme. Seul l’examen des réalités quotidiennes comme les mariages mixtes, la vie familiale, scolaire ou religieuse permet de saisir la vérité – souvent paradoxale – d’une société. Comparant quatre sociétés « témoins » – l’Amérique, l’Angleterre, l’Allemagne et la France – Emmanuel Todd propose une analyse résolument neuve de la question de l’immigration.

 

Romans

« Les sorcières de la république », Chloé Delaume

          Il s’est passé de bien vilaines choses, en France, entre 2017 et 2020, avec l’arrivé au pouvoir du Parti du Cercle, émanation d’une secte féministe qui a voulu compenser quelques millénaires de domination masculine. De ces trois ans il ne reste toutefois rien : l’amnésie collective a été décidée par un référendum. On l’appelle le Grand Blanc. En 2062, au Tribunal du Grand Paris, anciennement Stade de France, la fondatrice du Parti du Cercle va enfin être jugée. Son nom est la Sibylle. Prophétesse de métier, conseillère des déesses de l’Olympe, elle va devoir tout raconter. Dans ce roman à l’imagination virevoltante, Chloé Delaume dit l’avenir. Le nôtre ? Son humour est féroce. Il faut se laisser emporter.

« Frère d’âme », David Diop

          Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

L’intégrale « L’assassin royal », Robin Hobb

          Au château de Castelcerf le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six Duchés; il est aidé dans sa lourde tâche par son fils Chevalerie qui, comme son père et tous les nobles du royaume, porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du Roi-servant s'appelle-t-il Vérité et leur demi-frère, né d'un second lit, Royal. Suite à une aventure restée inconnue de tous, Chevalerie donne à la lignée un nouveau descendant : un bâtard, dont la simple existence va bouleverser le fragile équilibre qu'avait établi le roi pour contrôler ses turbulents fils. Ce héros malgré lui, nommé Fitz, voit son avenir s'assombrir au fil du temps. Alors que les autres enfants ont déjà leur place à la cour et dans ses intrigues, lui devra la mériter et servir la couronne en devenant ce que personne ne voulait être : l'Assassin royal. Au service de son roi, il apprendra les poisons, le meurtre et la trahison...

« Les désorientés », Amin Maaalouf

          Cela fait vingt-cinq ans qu’Adam n’est pas retourné dans son pays natal. Vingt-cinq ans qu’il vit à Paris, où il est un historien reconnu. Une nuit, il est réveillé par la sonnerie du téléphone. L’appel vient du pays où il est né et où il a grandi. L’un de ses plus proches amis de jeunesse est à l’agonie. Il s’appelle Mourad, et avant de mourir, il voudrait revoir Adam, avec lequel il est brouillé depuis toutes ces années. Alors, sans réfléchir, Adam prend le premier avion. Après des décennies d’absence, le revoici au pays de ses origines, un pays d’Orient aux montagnes couleur de lait. Ce grand intellectuel qui avait choisi l’exil retrouve soudain les lieux et les gens qu’il avait quittés sans se retourner. Peu à peu, le passé refait surface. Adam se souvient de Naïm, de Bilal, d’Albert et de Ramez, il se souvient des nuits passées à débattre passionnément, il se souvient de la guerre. L’amour et l’amitié, les idéaux et les compromissions, la politique, le désir, la trahison, c’est à tout cela qu’Adam se confronte au cours de ce voyage, avant de rencontrer son destin…

« Les porteurs d’eau », Atiq Rahimi

          L’action de ce nouveau roman d’Atiq Rahimi se concentre en une seule journée : le 11 mars 2001. Ce jour-là, les Talibans détruisent les deux Bouddhas de Bâmiyan, en Afghanistan…Un couple à Paris au petit matin. Tom se lève et s’apprête à partir pour Amsterdam. Il a décidé de quitter sa femme, Rina, qui dort près de lui. Tom est afghan, commis-voyageur, exilé en France. Il souffre de paramnésie, la sensation obsédante de déjà-vu ou déjà-vécu. À Amsterdam, il a rendez-vous avec sa maîtresse, une mystérieuse Nuria. Mais elle a disparu. Lui croit que sa vie bascule quand une vieille femme, Rospinoza, lui révèlera une toute autre histoire...Un couple à Kaboul au petit matin. Yûsef se lève pour remplir sa tâche quotidienne de porteur d’eau. Il risque sinon la colère des Talibans et 97 coups de fouet sur le dos. Il doit s’arracher à la contemplation de Shirine, la femme de son frère, parti en exil. Candide et solitaire, il éprouve la naissance d’un sentiment étrange, que lui révèle son ami, un marchand sikh afghan, converti au bouddhisme. Et c’est lui, le petit porteur d’eau, qui alors fera basculer la vie des siens…Un roman où se mêlent les contes et la sagesse d’autrefois, avec la cruauté de l’histoire contemporaine, et deux destins parallèles, tragiques et bouleversants, qui sans jamais se croiser livrent un grand récit poignant, polyphonique, sur l’exil, la mémoire, l’amour et la liberté.

« Chanson douce », Leila Slimani

          Lorsque Myriam décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise et sont conquis par son aisance avec Mila et Adam, et par le soin bientôt indispensable qu’elle apporte à leur foyer, laissant progressivement s’installer le piège de la dépendance mutuelle.

 

Romans policiers

« Canicule », Jane Harper

          Kiewarra. Petite communauté rurale du sud-est de l'Australie. Écrasée par le soleil, terrassée par une sécheresse sans précédent. Sa poussière. Son bétail émacié. Ses fermiers désespérés. Désespérés au point de tuer femme et enfant, et de retourner l'arme contre soi-même ? C'est ce qui est arrivé à Luke Hadler, et Aaron Falk, son ami d'enfance, n'a aucune raison d'en douter. S'il n'y avait pas ces quelques mots arrivés par la poste : Luke a menti. Tu as menti. Sois présent aux funérailles. Revenir à Kiewarra est la dernière chose dont Aaron a envie. Trop vives sont encore les blessures de son départ précipité des années auparavant. Trop dangereux le secret qu'il a gardé pendant tout ce temps. Mais Aaron a une dette, et quelqu'un a décidé que le moment est venu de la payer...

« Pour toutes les fois », Lalie Walker

          Un serial killer obsédé par les filles aux yeux verts et qui tue rituellement avant d'épiler les corps et de tracer sur les reins la même mystérieuse croix blanche. Des jumeaux au comportement psychotique soudés par un secret que personne n'a percé. Une famille où le non-dit pèse et ravage les faibles. Des hommes qui rôdent la nuit en rollers dans une ville balayée par les vents... La vie de Laure récemment revenue de Standford bascule dans le cauchemar. Psychologue spécialisée dans l'étude des rêves et fascinée par l'amnésie, dotée d'un regard couleur d'eau magnifique, elle ne supporte plus les mensonges. Elle sait que le tueur la guette chaque jour. Que la vérité est à la portée de sa main. A-t-elle envie de la connaître ? En aura-t-elle le temps ?

Bonne lecture !                                                    

Conférence sur la Retirade le 18 mai

le .

SOIREE ESPAGNOLE1

 

A l'occasion des 80 ans de la Retirade, votre médiathèque organise une grande conférence sur le sujet.

Rendez-vous le 18 mai, à 19h, dans nos murs.

Une pause repas aura lieu.

Amenez un plat à partager, nous fournissons les boissons.

Le thème de l'apéritif-culture du mois de Juin

le .

5283410981 c2cd7cbd0f

Crédit photo: mb7art

L'apéritif-culture du mois de Juin nous verra échanger sur le thème des Dictatures (argentine...)
Il aura lieu le vendredi 7 à 18h30.
A vos lectures!

Atelier "planche naturaliste" le 24 avril

le .

IMG 20190424 142653 IMG 20190424 152358
IMG 20190424 152709 IMG 20190424 160918
IMG 20190424 161820 IMG 20190424 153349

 

Mercredi 24 avril, nos artistes roullensois ont pu profiter de l'atelier "Planches naturalistes", animé par l'artiste Sophie Vissière.

Le goûter offert par nos soins, leur a permis de prendre des forces afin de terminer leurs splendides créations.

Merci aux artistes, à Sophie, au département de l'Aude et à la bibliothèque départementale pour leur participation.