Les nouveautés dans votre médiathèque: 20 août

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 20 août:

 

IMG 20180821 193432  IMG 20180821 193822 

 

Jeunesse :

Albums :

« Pomelo voyage », Ramona Badescu, Benjamin Chaud

           3 histoires dans lesquelles Pomelo part découvrir le monde, l'Inconnu : L'Inconnu : il découvre un monde plein de mystères (une maison). Il glisse, vole, mais tout lui semble démesuré, différent, un peu faux par rapport à son jardin. Que peut-il bien se cacher derrière tout ça ? De l'air ! : réveillé par un filet d'air frais, Pomelo est soudain tout secoué (il voyage dans une caisse de pommes). Il ne sait plus très bien où il est ni qui il est. Mais il se sent fort… Patatie : que se passe-t-il ? (il tombe de la caisse de pommes et atterrit dans un champ de patates) Est-ce bien une patate qu'il aperçoit ? Pomelo ne s'est jamais senti aussi bien qu'en compagnie des patates.

« Mon imagier de la forêt », Nathalie Choux

           Des animations adaptées aux tout-petits sur chaque double page, dès la couverture. Un petit jeu pour s'amuser avec les mots à la fin du livre.

« Je t’aime tous les jours », Malika Doray

           Maman s'en va quatre jours et pour un petit, c'est long. Quatre caillou, comme quatre jours qui ont du mal à passer, mais qui s'égrènent malgré tout. Quand le chagrin pointe le bout de son nez, Papa est là. Pour passer la temps, on peut jouer au loup, faire un dessin à Maman... Un album où l'on trouve tendresse, finesse et sensibilité sur le sujet de l'absence de sa maman...

« L’animal le plus dangereux du monde», Michael Escoffier

           Quand un chasseur part à la recherche de l’animal le plus dangereux du monde, et que de rencontre en rencontre il finit par chercher un ours en pleine savane, la question se pose : Qui est vraiment l’animal le plus dangereux du monde ? Le plus grand et le plus impitoyable des serpents ? Le plus rapide et le plus rusé des guépards ? Le plus gros et le plus méchant des éléphants ? L’ours géant amateur de miel (jamais vu à ce jour dans la savane) ? Ou le chasseur avide de trophées ? Une histoire à dévorer, même en Mini !

« Le pygmée géant », Jean-Luc Fromental, Jano

           Ndekeyemba, conteur vétéran du clan des Pygmées, dans le fin fond de l'Afrique équatoriale, ne connaît qu'un seul conte : l'histoire de Kolikolo, l'enfant géant du pays, qui a dû s'exiler parce qu'il était trop grand. Kolikolo "celui qui gratte le ciel" quitte donc sa tribu, arrive à la ville et là, victime d'un maître chanteur, se retrouve après quelques délits, en prison. L'enfermement le rend malade. Heureusement il découvre le basket..

« Le crafougna», Stéphane Servant, Anne Montel

           « Un dimanche soir, le Crafougna est entré sans bruit dans notre maison... » Ainsi débute l’histoire du Crafougna, cette énorme bête velue qui décide soudainement de s’installer avec une famille. Successivement, tous les membres de la famille vont alors « crafougner » : le petit déjeuner ne sera pas préparé, papa crafougera dans son lit, encore en pyjama, la grande soeur ne voudra pas jouer dans le jardin, le Crafougna la retenant en otage devant la TV… Seul le héros de l’histoire ne se laisse pas faire ! Il va falloir sortir toute cette petite famille de sa crafougnerie aigüe, et pour cela, employer les grands moyens !

« La bibliothécaire de Bassora », Jeanette Winter

           Alia Muhammad Baker est la bibliothécaire de Bassora, en Irak. Tous les amoureux des livres se retrouvent à sa bibliothèque. Mais aujourd'hui, c'est la guerre, et Alia redoute que les trente mille livres soient perdus à tout jamais. Dans un pays ravagé par la guerre, où les civils -surtout les femmes -ont peu de pouvoir, l'histoire véridique de cette bibliothécaire qui se bat pour les précieux livres de son peuple nous rappelle que l'amour de la littérature et le respect du savoir sont plus forts que les armes.

 

BDs :

« Mon dragon et moi. Tome 1 », Ange, Donsimoni

           Comme tous les enfants, Guillaume voulait un animal familier. Celui qu'il a trouvé est un peu différent. Il est violet, il vole, il crache du feu et il est très très joueur. Oui, guillaume a un dragon. Ca fait envie, hein ?

« Petit Poilu. A nous deux », Céline Fraipont

           Petit Poilu explore les coulisses d'un théâtre de marionnettes. Il y rencontre les mains de Nono le marionnettiste qui, très inspiré, fabrique une marionnette à l'image de notre Petit Poilu fort intrigué… Et plus encore quand ce double de chiffon se met à copier toutes ses attitudes, provoquant chez notre petit héros des réactions pour le moins étonnantes ! Une fable muette et burlesque qui parle de l'image de soi, pour les tout jeunes lecteurs, dès 4 ans.

« Petit robot », Ben Hatke

           D'un côté, il y a une petite fille. Elle est bricoleuse et débrouillarde. De l'autre un petit robot tombé d'un camion... La rencontre a lieu et l'aventure commence. Il faut tout d'abord réparer ce petit robot qui visiblement est cassé. Mais heureusement la petite fille a de l'idée. Et les voilà bien vite à marcher tous les deux. Elle lui montre son univers. Mais à l'usine, les machines implacables donnent l'alerte. Il manque un robot... Bientôt, les deux amis jouent ensemble. Après une course dans la forêt, ils se retrouvent tous les deux face au grillage de l'usine et découvrent un énorme trou. Un énorme robot a pour mission de retrouver l'élément manquant. La course-poursuite entre les deux robots commencent. Et le duel est inégal. Petit robot se retrouve vite à l'usine, de nouveau prisonnier. C'est sans compter sur l'imagination bricoleuse de la petite qui va bien vite trouver la solution et libérer le petit Robot. Ils vont retrouver la liberté... et de nombreux amis, car la demoiselle n'a pas chômé. Elle a réparé et "redonné vie" à de nombreuses machines. La balade et la complicité entre la petite et le robot peut reprendre son cours...

« La ligue des voleurs. 1 », Maïa Mazaurette

           A l'école de la Guilde des voleurs, pas de grammaire, ni de mathématiques. A la place, cours de tir, maniement des munitions, étude de la cryptographie et infiltration. Objectif : devenir le meilleur braqueur de la promotion. Pour Clémence, ça ne devrait pas poser de problème. Fille de deux fameux bandits de la Guilde, elle a le talent de son père et la classe de sa mère. Sauf que Clémence a un secret : elle préfère largement étudier la biologie à la bibliothèque plutôt que de braquer des banques avec style. Mais lorsqu'on fait partie de la Guilde, on se doit de respecter certaines règles : pas de contact avec le monde " normal ", pas d'amis en dehors de la communauté, c'est un engagement total qui est pris très au sérieux. Pour Clémence, c'est le début d'un dilemme. Comment ne plus vivre dans l'illégalité et ne pas décevoir ses parents pour qui la réussite rime avec dynamite ?

« Les profs. Tableau d’horreur », Pica, Erroc

           Les Profs, la BD recommandée anti-morosité par l'Éducation nationale ! Suivez le prof d’histoire débutant, le prof de gym sur-vitaminé, la prof de français sexy, le prof de philo blasé et la prof d’anglais peau de vache dans leur croisade contre l’ignorance et le poil dans la main ! Plus forts que Zorro, plus courageux qu’Indiana Jones et bien moins payés que James Bond, ils pénètrent dans la jungle étouffante des lycées pour affronter les tribus d’élèves hostiles. Puis, épuisés, ils se réfugient dans leur oasis : la salle des profs ! Là, entre la machine à café en panne et les 150 copies à corriger pour demain, ils refont le monde de l’éducation et des plans pour les vacances.

« Nathalie. Mon premier tour du monde », Sergio Salma

           Pas une journée ne passe sans que Nathalie ne s’imagine ailleurs. Elle explore les confins de la Laponie, s’enfonce au coeur de l’Amazonie, traverse le bush australien, plonge dans la fosse des Mariannes ou part à la conquête de l’Aconcagua… Ses héros s’appellent Magellan, Marco Polo, Christophe Colomb ou Paul-Émile Victor… Son livre préféré est un atlas et son objet fétiche, un sac à dos… Bref, Nathalie n’a qu’une idée en tête : voyager ! Partir ! Loin, très loin de ses parents « sans imagination » et de son petit frère, là où, enfin seule et indépendante, l’exploratrice qui sommeille en elle pourra goûter aux joies et aux frissons de l’aventure. Courageuse, tenace, intrépide… Oui, bien sûr, Nathalie est tout cela. Mais elle doit l’être plus encore pour affronter – avec humour – le retour à la réalité !

 

Romans :

« Lucas est choqué par des images », Nathalie Dargent, Yannick Thomé

           Lucas adore regarder la télé. Alors, quand sa maman lui interdit de regarder les informations, il fait tout le contraire ! Mais le reportage qu’il voit montre des images horribles : des gens tirent avec des fusils, d’autres s’enfuient en criant. Bouleversé, Lucas ne les comprend pas, et n’arrive pas à les sortir de sa tête. Heureusement,il peut compter sur la complicité des Inséparables et le soutien des adultes, pour comprendre ce qui le bouleverse.

« Il était encore une fois… Cendrillon et les pantoufles extraordinaires », Eric Pruneauboise, Lili La Baleine

           Il est temps de célébrer le mariage de Cendrillon et de son prince. Chaque jour, elle assiste à des banquets, des concerts et des bals. Le soir du grand bal, elle a tellement mal aux pieds qu'elle ne peut plus marcher. Elle fait appel au cordonnier du palais et à sa marraine la fée. Mais c'est Aladin qui en frottant sa lanterne magique fait apparaître des pantoufles extraordinaires : des baskets !

 

Adultes :

« Plus jamais mal au dos », Pierre Pallardy

           Acupuncteur, chiropracteur, kinésithérapeute, rhumatologue, guérisseur, rebouteux... Qui aller voir, comment savoir ? Pour bien choisir, sachez qu'on ne soigne pas un dos uniquement avec des manipulations, des massages, des infiltrations, des anti-inflammatoires, des aiguilles. Il faut aussi - et c'est le thème de ce livre - traiter l'individu dans son ensemble (le cœur, les muscles, le ventre...). Lui redonner une nouvelle force physique et mentale, une nouvelle énergie, lui réapprendre à déplacer son corps dans l'espace. Pour vous aider à guérir par vous-même, Pierre Pallardy vous propose une méthode simple et efficace que vous pouvez pratiquer chez vous, au bureau, à l'usine, en voiture, dans les transports en commun et dans toutes les circonstances de la vie : activités sportives, bricolage, jardinage, avant et après une naissance, etc. Une méthode qui vous permettra enfin de n'avoir Plus jamais mal au dos.

 

BD :

« Les experts (en tout) », Anouk Ricard

           Enfin le guide de bienséance qui vous manquait pour briller en société ! Les Experts (en tout), ce sont des histoires courtes dispensant des conseils pratiques et essentiels dans tous les domaines importants de la vie moderne. Comment faire de l'Art ou s'intégrer dans une soirée mondaine ? Comment faire de l'humour drôle ou de la voyance, se mettre au sport ou encore tomber amoureux ? Pipo et Cano, experts en tout (de formation non répertoriée), se sont posés la question, et ils vous donnent, dans ce recueil indispensable, la bonne réponse. Ou, en tout cas, une réponse, qui, à défaut d'être applicable, a toujours le mérite d'être originale… Avec son trait rond et ses couleurs pop, Anouk Ricard nous fait rire à chaque page de ce livre plus carré que ses réponses. Car nous vous y trompez pas, la véritable experte en tout, c'est elle ! Avant d'être réunis en album, les conseils des Experts (en tout) ont été publiés dans le mensuel de bandes dessinées numérique Professeur Cyclope.

« Saga. 7 et 8 », Brian K. Vaughan

           Pour la première fois depuis longtemps, Alana, Marko et Hazel sont de nouveau réunis. À leurs côtés, le prince Robot cherche désespérément son fils, retenu par le Testament, et Petrichor, tout juste évadé des geôles de la Révolution, espère débuter une vie nouvelle loin des préjugés. En attendant, une pannede carburant contraint la petite équipe à se poser d'urgence sur la planète Phang, un territoire en pleine guerre civile.

L’intégrale « Sambre », Yslaire

           Sambre est une série à part dans l'univers de la bande dessinée. Le premier album a immédiatement franchi la barre des 100.000 exemplaires, raflé nombre de prix et suscité les louanges des professionnels. Le second album, publié 4 ans plus tard, confirma le succès initial. Pour la première fois depuis les Blake et Mortimer de Jacobs, une série voit son succès croître sans devoir passer par le biais d'une parution régulière. Telle est la marque Sambre qui s'inscrit, album après album, comme une série d'exception.

 

Décoration :

« Créations en fleurs pressées », Elisabeth Heim

 

Histoire :

« Alexandre, Exégèse des lieux communs », Pierre Briant

           Est-il encore nécessaire et utile de parler d'Alexandre le Grand – dira-t-on peut-être –, alors même que le rythme et l'ampleur des publications qui lui sont consacrées paraissent incontrôlables? André Aymard, l'un des plus perspicaces parmi les historiens de l'Antiquité, eut en 1953 une formule lapidaire : «Alexandre ne manque pas d'historiens, et ceux-ci ne manquent pas d'Alexandres.» Le moment est venu, non pas tant de faire un bilan des connaissances que de proposer une réflexion sur les manières variées et contradictoires selon lesquelles, au cours des siècles, de l'Islande à Java, ont été échafaudées, contestées, déconstruites et reconstruites les images et interprétations sur lesquelles les historiens continuent de se disputer et leurs lecteurs de rêver. On ne sera donc pas désarçonné de voir fleurir, dans cette analyse critique des lieux communs et de leurs usages selon les époques, des entrées telles que «Croisade», « Mission civilisatrice», « Sikandar», « Maison de Bourgogne» ou « Chute de Constantinople», «Heavy Metal», «Mali», «Maudit Aliksandar» ou encore «Napoléon». Chacune traite de la mémoire d'Alexandre et de ses différentes strates, manifestations et instrumentalisations au cours des siècles, d'Est en Ouest et du Couchant au Levant.

 

Nature :

« Atlas de la flore patrimoniale de l’Aude », Clémentine Plassart

           Présentation de plus de 300 espèces de plantes sauvages du département de l'Aude. Chacune est accompagnée d'une carte et de photographies et est décrite en détail : répartition générale, répartition audoise, écologie, conservation et menaces, statuts de protection ou encore mois de floraison

« Les abeilles, de précieux insectes en danger », Lionel Hignard, Muriel Bourges

           Découvrir l'incroyable organisation des abeilles domestiques au sein de la ruche, mieux connaître les abeilles sauvages, visiter un rucher avec un apiculteur, assister à la récolte du miel, savoir reconnaître une abeille, une guêpe et un frelon, comprendre l'importance de la pollinisation, apprendre les gestes pour aider et protéger les abeilles... Voici un voyage fascinant et pédagogique au pays des abeilles, qui démontre aussi la nécessité de préserver cette espèce en danger.Des photos, des illustrations, des schémas et des pages hors-série pleines de surprises (portfolios, interview, reportages en images, herbier...) rythment ce parcours très informé, qui propose aussi des recettes gourmandes et un quiz.

 

Romans :

L’intégrale « Les Gens de la Paulée », Hugues Douriaux

           En cette année 1938 chez les Theuvenot, la saison des vendanges approche et rien ne semble la différencier des précédentes. Rien ? Pas si sûr. Tandis que Lucien assiste avec impuissance à la déliquescence de son couple, son frère Maurice multiplie les frasques retentissantes dans le pays. Et puis, les amitiés allemandes entretenues par leur père, alors que les accords de Munich annoncent un avenir bien sombre, ne seront-elles pas lourdes de conséquences ?

«L’invention des corps », Pierre Ducrozet

           Dès les premières pages, L’invention des corps s’élance dans le sillage d’Álvaro, jeune prof mexicain, surdoué de l’informatique, en cavale après les tragiques événements d’Iguala, la nuit du 26 septembre 2014 où quarante-trois étudiants disparurent, enlevés et assassinés par la police. Rescapé du massacre, Álvaro file vers la frontière américaine, il n’est plus qu’élan, instinct de survie. Aussi indomptable que blessé, il se jette entre les griffes d’un magnat du Net, apprenti sorcier de la Silicon Valley, mécène et apôtre du transhumanisme, qui vient de recruter une brillante biologiste française. En mettant sa vie en jeu, Álvaro s’approche vertigineusement de l’amour, tout près de trouver la force et le désir d’être lui-même. Exploration tentaculaire des réseaux qui irriguent et reformulent le contemporain – du corps humain au World Wide Web –, L’invention des corps cristallise les enjeux de la modernité avec un sens crucial du suspense, de la vitesse et de la mise en espace. Il y a une proportion élevée de réalité dans cette histoire étourdissante, sans doute sa part la plus fantastique, la plus effrayante. Mais c’est dans sa foi butée, parfois espiègle, en l’être humain que ce roman d’alerte déguisé en page-turner puise son irrésistible force motrice.

L’intégrale « Les Piliers de la terre », Ken Follett

            Dans l’Angleterre du XIIe siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent pour s’assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l’amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d’épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles… et de saintes ruses. La haine règne, mais l’amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes. Abandonnant le monde de l’espionnage, Ken Follett, le maître du suspense, nous livre avec Les Piliers de la Terre une œuvre monumentale dont l’intrigue, aux rebonds incessants, s’appuie sur un extraordinaire travail d’historien. Promené de pendaisons en meurtres, des forêts anglaises au cœur de l’Andalousie, de Tours à Saint-Denis, le lecteur se trouve irrésistiblement happé dans le tourbillon d’une superbe épopée romanesque dont il aimerait qu’elle n’eût pas de fin.

« Nocturnes : cinq nouvelles de musique au crépuscule », Kazuo Ishiguro

           Un crooner prêt à tout pour un drôle de come-back, un mélomane qui tente de percer... Des amis liés par la passion d’un même genre musical, un saxophoniste en mal de reconversion ou bien encore un violoncelliste faussement naïf... Les principaux personnages de ces histoires sont en quête d’un autre mouvement à jouer dans cette symphonie si singulière qu’est la vie. Mais si ces cinq nouvelles ont pour fil conducteur la musique, toutes parlent aussi d’amours et des possibles variations qui en découlent. Tel un compositeur hors pair, Kazuo Ishiguro sait orchestrer avec brio les drames et les rêves qui se cachent derrière les passions et les désillusions humaines. Les intrigues rythmées par une narration alliant crescendo et decrescendo sont autant de « nocturnes » / « concerto » littéraires d’une rare délectation.

« Céline, une vie toute simple », Marie de Palet

           La Grande Guerre a rendu à Céline son frère Henri, mais elle a gardé Paul, son fiancé. La jeune femme noie ses regrets dans le travail de la terre. Un voisin fortuné la remarque et la poursuit d'une cour assidue. Un jour, c'est sûr, il lui demandera sa main, mais en attendant, Céline continue de rêver à une vie simple et belle.

L’intégrale « Jalna », Mazo de la Roche

           Depuis le mariage de Philippe et d'Adeline au milieu du XIXe siècle jusqu'au centenaire de Jalna, quatre générations se succèdent dans l'inoubliable domaine. Un best-seller mondial depuis les années 1930.

« Exit le fantôme », Philip Roth

           Après onze ans de réclusion volontaire dans la campagne du Massachusetts, Zuckerman remet les pieds à New York, pour une intervention bénigne mais qui le renvoie à sa déchéance physique. Dans la ville accablée par la réélection inattendue de George W. Bush, trois rencontres vont bouleverser ses plans : Amy Bellette, vieillie et presque mourante, elle qui, dans l'éclat de sa jeunesse, fut la muse de E. I. Lonoff, son mentor ; Richard Kliman, jeune arriviste insupportable qui le harcèle parce qu'il veut révéler les secrets de Lonoff ; et puis, surtout, un jeune couple d'écrivains avec qui il envisage un échange de maisons. Et voilà Zuckerman, qui se croyait immunisé, en proie à un dernier coup de foudre. Pour Jamie, la très charmante jeune femme du couple. Va-t-il passer à l'acte? Ou se servir de ce dernier amour pour écrire encore – traduire dans une fiction les fantasmes qu'il lui inspire?

« Le ministère du bonheur suprême », Arundathi Roy

           Le Ministère du Bonheur Suprême nous emporte dans un voyage au long cours, des quartiers surpeuplés du Vieux Delhi vers la nouvelle métropole en plein essor et, au-delà, vers la Vallée du Cachemire et les forêts de l’Inde centrale, où guerre et paix sont interchangeables et où, de temps à autre, le retour à «l’ordre» est déclaré. Anjum, qui fut d’abord Aftab, déroule un tapis élimé dans un cimetière de la ville dont elle a fait son foyer. Un bébé apparaît soudain un peu après minuit sur un trottoir, couché dans un berceau de détritus. L’énigmatique S. Tilottama est une absence autant qu’une présence dans la vie des trois hommes qui l’aiment. Cette histoire d’amour poignante et irréductible se raconte dans un murmure, dans un cri, dans les larmes et, parfois, dans un rire. Ses héros sont des êtres brisés par le monde dans lequel ils vivent, puis sauvés, réparés par l’amour et l’espoir. Aussi inflexibles que fragiles, ils ne se rendent jamais. Ce livre magnifique et ravageur repousse les limites du roman dans sa définition et dans sa portée. Vingt ans après Le Dieu des Petits Riens, Arundhati Roy effectue un retour époustouflant à la fiction.

 

Roman policier :

« Gravesend », William Boyle

           Gravesend, un quartier de Brooklyn pauvre peuplé de Russes et d'Italiens. Il ya 16 ans, Duncan, le frère aîné de Conway, a été renversé par une voiture alors qu'il tentait d'échapper à un gang de jeunes animés par la haine homophobe. Aujourd'hui, le chef du gang est en prison, mais il va bientôt sortir. Conway l'attend de pied ferme pour se venger. Mais sa vengeance va tourner court et Alessandra, son amour de jeunesse, va réapparaître dans le quartier... Désir, fantasme, désespérance et noirceur sont les maîtres mots de ce roman à la profonde humanité.

« Que la mort vienne sur moi », J. David Osborne

           Premier roman d'un jeune éditeur américain passionné de littérature noire. Entre Raymond Carver et Jim Thompson, l'histoire des rêves fracassés de jeunes gens désespérés dans une petite ville de l'Oklahoma. Arlo et Sepp Clancy vivent dans une petite ville de l'Oklahoma. Arlo est marié, travaille dans un magasin et rêve à une vie meilleure que l'existence étriquée qu'il mène dans son mobile-home. Sepp vient de sortir de prison mais, lassé des boulots ingrats, il préfère se livrer au trafic de pilules sur internet. Lors d'une expédition de pêche au poisson-chat, les deux frères découvrent une tête humaine dans la vase ; ils choisissent pourtant de ne rien dire à la police. Dans la même ville, Danny Ames, videur dans un club, joue les gros bras pour un caïd local. Il est à la recherche de son frère qui a disparu. Sa trajectoire va croiser celle d'Arlo et Sepp Clancy… Que la mort vienne sur moi est une formidable peinture de l'Amérique profonde, entre Daniel

 

Société :

« La banque, comment Goldman Sachs dirige le monde », Marc Roche

           Goldman Sachs ? C'est aujourd'hui LA Banque.C'est aussi un vrai pouvoir dans le monde entier. Sa force ? Un goût obsessionnel du secret. Et aussi une certaine arrogance, puisqu'elle est sortie renforcée du krach de 2008 qui lui a également permis de se débarrasser de son principal concurrent, Lehman Brothers. Marc Roche, correspondant du Monde à la city de Londres depuis vingt ans, nous fait entrer dans les coulisses de ce Temple de l'argent. On y découvre les relations aussi étroites que secrètes avec certaines multinationales comme la sulfureuse compagnie BP. On apprend comment cette banque qui cultive autant les réseaux que le goût frénétique de la spéculation aide les États comme la Grèce à camoufler leurs dettes. Usant de méthodes légales mais souvent immorales, la banque organise aussi des raids d'une extrême brutalité comme l'OPA réussie en 2006 par le groupe indien Mittal sur le sidérurgiste européen Arcelor.Cette enquête très documentée et sans parti pris dévoile une puissance du capitalisme qui est l'un des rouages de la mondialisation actuelle et qui fait peur à la plupart des gouvernements. Voilà la face invisible d'un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais.

 

Bonne lecture!

Les recommandations des participants à l'apéritif-culture du mois de Juillet

le .

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de juin a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

Le thème de cet apéritif était Les arbres et les plantes.

Voilà nos recommandations:

Les romans :

« Eloge des arbres », Andrée Corvol

         La tempête de décembre 1999 et les terribles ravages qu'elle provoqua dans nos forêts et dans nos parcs ont fait prendre conscience à beaucoup d'entre nous combien notre attachement aux arbres était profond, fort. Combien aussi ils étaient nécessaires à l'équilibre de notre environnement et combien nous les connaissions mal... Pour la première fois, un livre nous parle des arbres comme s'ils étaient des personnages de l'histoire... Avec passion et érudition, Andrée Corvol nous raconte leurs origines botaniques, leur beauté, leurs mystères, leurs relations avec les hommes, utilitaires ou sacrés. Du chêne au baobab, du châtaignier à l'acajou, du bouleau au cèdre, du tilleul au gingko, elle a retenu pour ce livre vingt essences choisies pour leur magie, leur exotisme, leur gigantisme ou leur rareté. C'est aussi l'occasion de nous rapporter les légendes, la mythologie, les citations littéraires et même des recettes de cuisine avec leurs fruits ou leurs feuilles.

« Le radeau des Cimes », Francis Hallé

          Au moment de la sixième mission du radeau des cimes, Francis Hallé nous raconte cette formidable aventure et le rêve rendu possible par cet outil de prospection inédit : aller observer de près la canopée des forêts, séjourner à plusieurs dizaines de mètres du sol, découvrir l'inconnu végétal. Histoire de réaliser le plus vieux rêve enfantin, mais aussi de percer des mystères biologiques dont la connaissance pourrait rendre bien des services aux hommes qui vivent sur terre.

«Le canal du Midi et Pierre-Paul Riquet», Jacques Morand

        

« Wangari Maathai, la femme qui plante des milliers d’arbres », Franck Prévot

          Persuadée bien avant la « mode verte » qu’en préservant la Terre, on protège les hommes, Wangari Maathai a lancé une opération, vaste et symbolique, de reboisement de l’Afrique par les femmes. Trente millions d’arbres ont déjà été plantés en trente ans. Mais les droits des femmes, la démocratie, la non-violence sont aussi au cœur de tous les combats qui font sa vie. Elle a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2004.

« Le journal intime d’un arbre », Didier Van Cauvelaert

          Il s’appelait Tristan, il avait trois cents ans, il avait connu toute la gamme des passions humaines. Une tempête vient de l’abattre, et c’est une nouvelle vie qui commence pour lui. Planté sous Louis XV, ce poirier nous entraîne à la poursuite du terrible secret de ses origines. Des guerres de religion à la Révolution française, de l’affaire Dreyfus à l’Occupation, il revit les drames et les bonheurs dont il a été le témoin, le symbole ou la cause. Mais, s’il est prisonnier de sa mémoire, il n’en reste pas moins lié au présent, à travers ce qui reste de lui : des racines, des bûches, une statue de femme sculptée dans son bois, et les deux êtres qui ont commencé à s’aimer grâce à lui… Comment « fonctionne » un arbre ? De quoi se compose sa conscience, de quelle manière agit-il sur son environnement ? Son récit posthume nous fait voir le monde, la nature et les hommes d’une manière nouvelle, par le biais d’une pensée végétale qui évolue au rythme d’un véritable suspense. Captivant, drôle et poignant, Le Journal intime d’un arbre apporte une réponse inédite à une question universelle : quelle est, pour un arbre comme pour un être humain, la meilleure façon de ne pas mourir ?

Les revues :

Télérama « L’appel de la forêt»

La forêt va bien. En France, en deux siècles, elle a doublé de surface et triplé sa production. La forêt va mal. Dans le Morvan ou le Limousin, la monoculture de conifères met à mal la qualité des sols, le régime des eaux, la beauté des paysages. Et au Brésil où elle fout le camp, Salgado le photographe plante des millions d’arbres. La forêt inspire. Dans ses frondaisons indomptées, Francis Hallé s'est arrêté dessiner. Dans ses bois noueux, les oiseaux trouvent refuge. Et les artistes, motifs, matières et cadres ; les Japonais, du bien-être, un chef suisse étoilé, de quoi faire son marché ; et Bernard Michaud, le scieur de bois de lutherie, l’épicéa plus que centenaire qui "sonnera" bien pour une contrebasse. A l'heure où l'arbre, nouveau héros de bestsellers, cache la forêt de sa jeune célébrité, ce Hors-Série de Télérama nous promène dans les bois où le loup, paraît-il, y est pour de vrai. Mais on ne le dira pas.

Tous ces ouvrages vont être disponibles dans votre médiathèque.

Bonne découverte!

Le thème de l'apéritif-culture du mois de Septembre

le .

Le thème de l'apéritif-culture du mois de Septembre est:    L'humour.

 

Ollyy Shutterstock 0

Le prochain apéritif-culture aura lieu le 7 septembre.

A vos lectures!

Fermeture exceptionnelle de la médiathèque le 31 juillet

le .

Exceptionnellement, votre médiathèque sera fermée le mardi 31 juillet.

 

Venez découvrir l'exposition sur la Première guerre mondiale

le .

 IMG 20180711 191901  IMG 20180711 191718
 IMG 20180711 191723  IMG 20180711 191707

 

Venez découvrir notre exposition sur la Première Guerre mondiale à la médiathèque le vendredi 27 à partir de 18h30.

Le verre de l'amitié sera partagé.

Un coin ludothèque à la médiathèque

le .

IMG 20180718 165459

 

Comme annoncé, votre médiathèque développe son coin ludothèque.

 

Petits et grands pourront trouver leur bonheur dans notre large sélection de jeux.

Dès 3 ans, les plus jeunes pourront jouer à "Hippos Gloutons" ou à "La chasse aux monstres".

Les enfants plus grands préfèreront "Le jeu du prince de Motordu", ou "Ghooost".

Les adultes pourront s'amuser avec "Celestia" ou tester leur logique et leur culture générale.

 

Venez vite les découvrir!

 

 

Les nouveautés dans votre médiathèque: 17 juillet

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 17 juillet :

 

 IMG 20180718 171556  IMG 20180718 165901

Jeunesse :

Albums :

« Si tu rencontres un loup dans la forêt », Céline Claire, Romain Guyard

          Tout ce qu'il faut faire, ou ne pas faire, en cas de rencontre avec un loup dans un bois.

« Ce n’est pas l’histoire », Michael Escoffier, Amandine Piu

          Un poussin traverse une succession de scènes insolites et de plus en plus effrayantes. A chaque fois on sait juste que "ce n'est pas l'histoire d'"...un éléphant qui vivait dans une boîte d'allumettes, d'un poney qui avait avalé une trompette, d'un mille-pattes qui voulait faire du vélo, d'une vache devenue super-héros, d'un petit pois dans un ascenseur, d'un lapin déguisé en chasseur, d'une baleine en maillot de bain, d'une girafe amoureuse d'un nain de jardin, d'une souris qui collectionnait les dents... Ce n'est pas l'histoire d'un monstre qui avait peur du blanc... C'est juste l'histoire d'un petit poussin qui avait perdu sa maman... Et qui la retrouva. Le poussin est toujours seul et chaque scène est illustrée par une "fausse" couverture de livre. Tout au long du livre, le lecteur se demande "Mais alors de quelle histoire parle-t-on ? Que fait ce poussin tout seul ?" La fin rassure et étonne. Les couvertures et titres des "faux livres" réveille l'imagination du lecteur. Un ouvrage pour parler des peurs différemment.

« Bonjour Facteur », Michael Escoffier, Matthieu Maudet

            La tournée de ce facteur passe par la savane, et va même jusqu’à la banquise. Pas étonnant que, parfois, il se mélange les pédales et ne donne pas le bon paquet à la bonne personne. Mais on ne lui en veut pas, c’est tellement bien de recevoir la visite du facteur !

« 364 pingouins », Jean-Luc Fromental, Joëlle Jolivet

          « Le premier de l’an, un livreur sonne à la porte. Dans le paquet : un pingouin. Avec une note qui l’accompagne :Je suis le numéro un, nourrissez-moi quand j’ai faim”… » Qui peut bien avoir envoyé ce cadeau insolite ? Seul indice, ce petit mot, qui ferait presque penser à quelqu’un. Bizarre !… Surtout que la famille reçoit à domicile et sans explication un pingouin par jour pendant un an ! Que faire ? Les situations cocasses s’enchaînent, avant de s’empirer : il faut les nourrir, les laver, les ranger… Un ouvrage où les premières notions de calcul sont abordées de manière ludique, au travers d’une histoire hilarante. Lorsque littérature et calcul font bon ménage… sous une avalanche de pingouins !

« Tof et la plante », Dominique Maes

          Où Tof découvre innocemment qu’une plante qu’on arrose peut vous jouer des tours.

« Tempête », Stéphane Servant

            Le petit nuage noir, personne ne l'a vu venir. Un beau matin, il était là. C'est tout. Avant ce jour, les bonnes gens n'en avaient jamais vu. " Ce sale petit nuage va finir par déguerpir ! " Un jour a passé. Puis deux, puis trois. Mais le petit nuage noir était toujours là.

« Mon bébé », Jeanette Winter

          Nakunté a appris de sa mère à confectionner le bogolan, étoffe peinte avec un mélange de boues et de feuilles, selon la technique ancestrale des femmes maliennes. Elle choisit le matériel avec soin et s'inspire du monde qui l'entoure pour imaginer les motifs. Nakunté grandit, devient une femme à son tour. Elle se marie. En attendant l'arrivée de son bébé, elle décrit les bruits de son pays, au fur et à mesure qu'elle peint un magnifique bogolan pour son enfant à naître.

 

BDs :

« Cinq enquêtes des enfants capables. Il faut sauver la reine », Nathalie Dargent, Lucie Bryon

          Rien ne se passe jamais simplement à Torteville. capitale du royaume de Patissurie. Dans ces cinq enquêtes, Capucine et Ben vont être conduits à retrouver la tenue de croquet de la Reine, à sauver le Royaume du dictat d'un perroquet, à affronter un mécanosaure terrifiant, à rechercher la couronne de la Reine et à sauver la recette de galette butinée à la Bettina de leur chère Marie-Line. Le don de résoudre des enquêtes de Capucine et celui pour la mécanique de Ben ne seront pas de trop pour les aider à élucider tous ces mystères. Une série pétillante au sein d'un univers steampunk où la technologie se mêle aux esthétiques rétro. Au programme : La vie en rose, Sa Majesté Perroquet, Le fantôme de la tour, Momie Noël et La galette des reines.

« Sale bête », Krassinsky, Maia Mazaurette

          « La Fabrique" n'est pas une entreprise comme les autres : elle vend des animaux de compagnie sur mesure. Poney bleu avec des ailes ou chat à motifs, tout est possible. Mais il suffit d'un grain de sable dans la machine pour que le hamster siglé que vous aviez commandé se transforme en un rat caractériel, prêt à tout pour vous pourrir l'existence...

« Kid Paddle. Waterminator », Midam

           Pas de pitié pour les jouets ! Pikurax ne lui résiste pas. Le sergent Déguelis Sulfurique en a peur. Brutor le cruel pleure à la simple mention de son nom. Quant à Cindy, la petite ballerine, la police enquête toujours sur sa mystérieuse disparition... Planquez vos jouets, protégez vos monstres préférés, Kid Paddle et sa bande sont de retour ! Entre leurs mains, le moindre objet anodin va se transformer en instrument de torture pour poupée trop maquillée. Et leurs imaginations débordantes ne laisseront aucun répit à sa famille, déjà ébranlée par les dernières expériences dans la cuisine.

 

Romans :

« Lilia graine de pirate », Valérie Weishar-Giuliani, Charlotte Cottereau

          Lilia part en week-end avec sa famille. Dans la voiture, elle emporte son livre sur les pirates ! Concentrée sur les illustrations, elle croit voir le gouvernail du bateau tourner et les vagues bouger. Elle n’est plus dans la voiture mais sur le bateau !

 

Adultes

"Un été avec Montaigne", Antoine Compagnon

          «Longtemps, je me suis demandé si j'oserais citer la conclusion très irrévérencieuse des Essais, au risque d'effaroucher les oreilles délicates : "Ésope ce grand homme vit son maître qui pissait en se promenant, Quoi donc, fit-il, nous faudra-t-il chier en courant ? Ménageons le temps, encore nous en reste-t-il beaucoup d'oisif et mal employé." Toute une philosophie de la vie est ainsi résumée en quelques mots frappants. Les hommes de la Renaissance ne faisaient pas tant de manières que nous et disaient franchement ce qu'ils pensaient. Le dernier chapitre des Essais, "De l'expérience", expose la sagesse finale de Montaigne, souvent associée à l'épicurisme. Prenons le temps de vivre ; suivons la nature ; jouissons du moment présent ; ne nous précipitons pas pour rien.» En quarante chapitres, Antoine Compagnon nous invite à découvrir un Montaigne estival et tonique : de la notion d'engagement jusqu'au trône du monde, en passant par la conversation, l'amitié ou l'éducation, le temps perdu et même le surpoids. Il montre à la fois l'épaisseur historique et la portée actuelle des Essais.

"L'étrange cabaret des fées désenchantées", Hélène Larbaigt

          Dans une ambiance steampunk, Art nouveau et burlesque, Hélène Larbaigt nous livre une œuvre étonnante entre Lewis Caroll et Tim Burton. À la fois récits, portraits et contes, ce livre révèle 12 fées sombres et mystérieuses au travers de plus de 80 magnifiques illustrations, affiches, menus et documents facsimilés.

 

BD :

"Shelton et Felter. La mort noire", Jacques Lamontagne

          Boston, États-Unis, 1924. Isaac Shelton est un ex-boxeur, jeune journaliste à la plume encore mal dégrossie, qui traque le fait divers à la recherche du scoop qui pourrait booster sa carrière. Thomas Felter est quant à lui un libraire d'un certain âge, vivant seul avec ses chats, grand amateur de littérature policière et qui a aiguisé à travers ses lectures un esprit analytique hors du commun. Quand Shelton rencontre Felter, le premier convainc le second de l'aider à résoudre les grands mystères de la ville, ce qui lui permettra de pondre l'article qui fera de lui un journaliste reconnu. Jacques Lamontagne, au scénario et au dessin, propose avec Shelton et Felter une série BD policière intelligente, où le fantastique est latent et l'humour omniprésent, qui n'est pas sans rappeler la série culte Green Manor de Vehlmann et Bodart.

« Péchés mignons. Garce attack ! », Arthur de Pins

           Clara change de mec comme de culotte mais, pour elle, c'est toujours les fins de série! Au supermarché de la drague, même côté soldes, plus de princes charmants, juste un tas d'amants. Et si c'était mieux comme ça?

« Grandeur et décadence », Liv Stromquist

          La finance qui règne sans partage, le gouffre qui ne cesse pas de se creuser entre l’extrême richesse et l’extrême pauvreté, la mainmise de la classe aisée blanche sur la culture et le médias, la croissance infinie qui est en train de détruire la planète, la gauche qui a renoncé à faire de la politique et l’a remplacée par un creux moralisme, les gargouillis identitaires… Liv Strömquist s’éloigne le temps d’un livre des thématiques de Les sentiments du prince Charles et de L’origine du monde, pour brosser un portrait assez cinglant de nos chancelantes démocraties occidentales. Si le sujet a changé, la verve de l’auteure suédoise n’a nullement perdu de son mordant : partant une fois de plus d’une galerie d’exemples bien choisis – où l’on croise banquiers, princesses, philosophes, P-DG de l’industrie pétrolière et écrivains libertariens – le propos de Liv Strömquist est toujours documenté, brillant et – avant tout – très drôle. Liv Strömquist nous livre un manifeste politique limpide et humaniste, à la fois analyse des ravages du néolibéralisme et exhortation à construire une société différente.

 

Romans :

« Les extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé. Avant le déluge », Raphaël Albert

          Panam, dans les années 1880 : les humains ont repris depuis longtemps la main sur les Peuples Anciens. Sylvo Sylvain a posé son havresac dans la rue Farfadet, gouailleuse à souhait. Il exerce la profession exaltante de détective privé et les affaires sont nombreuses ! Des adultères, des maris jaloux, des épouses trompées, etc. Ni très rémunérateur, ni très glorieux... Alors Sylvo fréquente assidûment les bars et les lieux de plaisir en tout genre où son charme envoûte ces dames... Jusqu'au jour où lors d'une banale enquête de routine il se trouve mêlé à une machination dépassant l'entendement. Le voilà, bien malgré lui, chargé de l'affaire par l'un des trois puissants ducs de Panam. Saura-t-il tirer son épingle de ce jeu compliqué et dangereux ?

« Les chevaux célestes », Guy Gavriel Kay

          On donne à un homme un coursier de Sardie pour le récompenser immensément. On lui en donne quatre ou cinq pour l'élever au-dessus de ses pairs, lui faire tutoyer l'élite - et lui valoir la jalousie, parfois mortelle, de ceux qui montent les chevaux des steppes. L'impératrice consort du Tagur venait de lui accorder deux cent cinquante chevaux célestes. À lui, Shen Tai, fils cadet du général Shen Gao, en reconnaissance de son courage, de sa dévotion et de l'honneur rendu aux morts de la bataille du Kuala Nor. On me tuera pour s'en emparer. On me réduira en charpie pour mettre la main sur ces chevaux avant même que j'aie regagné la capitale. » Deux cent cinquante sardiens, introduits par son entremise dans un empire qui éprouvait pour ces montures un désir insatiable, qui gravait à leur image des blocs de jade et d'ivoire, qui associait les mots de ses poètes au tonnerre de leurs sabots mythiques. Le monde vous offre parfois du poison dans une coupe incrustée de pierreries, ou alors des présents stupéfiants. Il n'est pas toujours facile de distinguer l'un de l'autre.

« Des feuilles dans la bourrasque », Gabriel Garcia Marquez

          Trois personnages sont réunis autour d'un mort : le grand-père, sa fille Isabelle et le fils de celle-ci, un enfant de onze ans. Trois regards qui observent, trois êtres qui s'interrogent et se souviennent, alors que se déroulent les préparatifs de l'enterrement. Un enterrement problématique, car le mort - un médecin qui s'est pendu le matin même - est un homme maudit que le village exècre depuis une nuit lointaine d'élections où il a refusé de soigner les blessés. Le curé est absent, le maire se fait tirer l'oreille pour accorder le permis d'inhumer, les villageois jubilent haineux en surveillant de leurs fenêtres les ultimes vicissitudes de celui qu'ils ont condamné de son vivant "à pourrir derrière ces murs". Mais qui était cet homme sans nom et sans origine connue, arrivé un jour au domicile du grand-père colonel et qui n'en est reparti que plusieurs années plus tard en enlevant la domestique, depuis mystérieusement disparue, assassinée peut-être par son amant ? Et quelle promesse étrange, quelle parole donnée obligent un vieillard à braver la colère du village entier et à encourir sa vengeance pour donner à tout prix une sépulture à celui qui a trahi sa confiance ? Un chassé-croisé de monologues reconstitue sans l'éclaircir totalement cette insolite complicité, dans un Macondo autrefois enrichi par une plantation bananière et aujourd'hui oublié et misérable dans sa solitude.

« La dernière neige », Hubert Mingarelli

          La Dernière Neige. «Et soudain elle m'a dit qu'elle pensait que je ne dormais pas. Ensuite elle a sangloté très doucement, et moi aussi, mais encore plus doucement qu'elle. Je sais faire ça tout à fait silencieusement. Et lorsqu'elle a commencé à dire ces choses à propos d'elle et de moi, et dont je n'ai pas envie de me souvenir, j'ai déroulé devant mes yeux ce long et majestueux vol plané de mon milan. Quand elle s'est arrêtée de me parler, mon milan volait toujours. Il a encore plané longtemps devant mes yeux après qu'elle est allée se coucher. Il planait en regardant son reflet sur la surface du lac parce que l'eau était calme comme un miroir posé dans l'herbe. Voilà comment a fini cet automne, car le lendemain il a neigé. Pas beaucoup, mais il a neigé.»

« Les sables du Jubaland », Yann Queffelec

          Zou vient de voler une chaîne d'or au cou d'un Blanc tombé sur le port. Une aubaine, alors qu'il n'a pas le premier des cinq cents dollars réclamés par le Belge, un trafiquant humain, pour les passer en bateau, Dalia et lui. Ils sont adolescents, miséreux, désœuvrés. Ils rêvent d'Europe, un rêve dangereux et secret. Ils vivent en communauté sur une plage du Jubaland, au sud de la Somalie. Les uns regardent les grands navires avec l'espoir de s'en emparer. Les autres se verraient bien dans la milice ou la mafia. Zou et Dalia sont décidés à filer en douce. Ils n'ont plus rien à perdre.

« La folie Pinochet », Luis Sepulveda

          "J'écris parce que j'ai une mémoire et je la cultive en écrivant..."C'est cette mémoire qui nous rappelle l'existence d'un autre il septembre en 1973, il y a tout juste 30 ans. Ce jour-là, le général Pinochet prit le pouvoir au Chili, avec l'aide de la CIA, en assassinant la démocratie et des milliers de citoyens de ce pays. Le président de la République, Salvador Allende, mourut dans le palais de la Moneda bombardé et une répression sanglante s'abattit sur le pays. Luis Sepúlveda en fut victime, comme tant d'autres Chiliens. Le 16 octobre 1998, Pinochet fut arrêté en Angleterre à la demande du juge espagnol Baltazar Garzôn, puis remis au Chili parce que souffrant de folie. Luis Sepúlveda a écrit entre l'automne 1998 et 2000 dans différents journaux comme La Reppublica en Italie, El Pais en Espagne, TAZ en Allemagne, Le Monde en France, des textes entre articles politiques, chroniques et littérature, pour évoquer ces événements et leurs conséquences. Tous ces textes explorent la mémoire des vaincus qui ne veulent ni oublier ni pardonner. Aujourd'hui, pour ce 3ème anniversaire, ce livre est publié simultanément en Grèce, en France, en Italie et au Portugal.

 

Roman policier :

« Les jumelles », Claire Douglas

          Après un accident tragique, obsédée par la mort de sa soeur Lucy, Abi s’installe à Bath dans l’espoir de reprendre pied. Mais elle y rencontre Beatrice et Ben, un couple de jumeaux qui l’attirent dans leur univers privilégié et trouble… Invitée par Bea à vivre dans l’hôtel particulier qu’elle partage avec Ben, Abi met tout en oeuvre pour satisfaire les exigences de ses amis. Aimantée par eux mais déstabilisée par leurs comportements étranges, elle est poussée vers la folie quand elle est visée — mais l’est-elle vraiment — par des événements inquiétants qui se produisent dans la maison…

« Black cocaïne », Laurent Guillaume

          «Au Mali, tout est possible et rien n’est certain», ainsi parle Solo, ce Franco-Malien recherché par la police française qui a laissé derrière lui un passé obscur pour recommencer une nouvelle vie sur le continent noir. Ancien des stups respecté de la profession, Solo est devenu à Bamako un détective privé populaire. Même si les souvenirs douloureux le hantent souvent, Solo les noie avec application dans l’alcool. Jusqu’au jour où une belle avocate française l’engage pour faire libérer sa sœur arrêtée à l’aéroport avec de la cocaïne. Un dossier en apparence simple pour Solo, mais cette banale histoire de mule va prendre une tournure inquiétante. Ses vieux démons réveillés, l’ex-flic se lance dans cette affaire dangereuse, entre tradition et corruption, avec la détermination de celui qui n'a rien à perdre.

« Meurtres à Byzance », Julia Kristeva

          Sebastian Chrest-Jones, historien des migrations à Santa-Barbara, disparaît mystérieusement de son domicile et de son labo. Est-il sur les traces d'un ancêtre présumé, parti en 1045 de Vézelay ou du Puy-en-Velay avec la Première Croisade, traversant au XIe siècle ce que l'historien moderne croit être déjà l'Europe ? S'est-il égaré à Byzance ? Pendant ce temps, Santa-Barbara, lieu imaginaire, à moins que ce ne soit n'importe lequel des villages planétaires, est en pleine crise : sectes, mafias, manipulations en tous genres, sans parler d'un serial killer qui sévit dans la ville et signe ses forfaits d'un mystérieux emblème ésotérique ressemblant au chiffre 8. Le commissaire principal Northrop Rilsky est chargé de l'enquête, aidé pour ce faire par Stéphanie Delacour, journaliste à l'Evénement de Paris. Il s'efforce de ne pas y perdre complètement son latin et de démêler le double écheveau de cette intrigue : l'histoire de Sebastian, hanté par la figure emblématique d'Anne Comnène ? née en 1083, à ses yeux la première intellectuelle de l'Histoire, et l'obscur destin du tueur en série : le purificateur, l'homme secret, étranger parmi les étrangers.

« Rien ne nous survivra. Le pire est avenir », Maia Mazaurette

          Les jeunes ont rasé Paris, ont renversé les fondamentaux de notre société ; les jeunes ont osé briser le plus délicieux des tabous : tuer les vieux. Tous les vieux. À partir de vingt-cinq ans. Laissez les Théoriciens vous expliquer pourquoi. Dans cette atmosphère de guerre civile, de poudre et de béton calciné, deux snipers émergent. Silence, l’idole que les jeunes suivraient en enfer, et l’Immortel, qui compte bien faire vivre l’enfer à Silence. Quel meilleur terrain de chasse que les toits parisiens ? Avec un cynisme mordant, un humour corrosif, Rien ne nous survivra propose une variation sur notre société actuelle, tout en piétinant les présupposés de notre morale. Car au jeu de l’intolérance jeunes/vieux, qui a commencé?

 

Bonne lecture !