Atelier musical tous publics le mercredi 1 septembre

le .

Atelier musical tous publics avec Antoine Ona mercredi 1 septembre  15h30  la mdiathque Ouvert  tous Sur inscription 1

Dans le cadre de l'opération 100 spectacles pour un été, et avec le soutien du département, votre médiathèque vous propose un atelier musical animé par un vrai professionnel (promis, nous ne nous mettrons pas à chanter!).
Un moment aussi divertissant que ludique!
Réservez vite votre place!!

Les nouveautés dans votre médiathèque, 16 août

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 16 août

 

thumbnail 20210816 144003 thumbnail 20210816 142822

 

Jeunesse

Albums

« Je conduis comme un grand »

               Sur chaque double page, un véhicule à conduire comme un grand : le camion des pompiers, le train, le bateau, la voiture et l'avion ! Avec boutons, cadrans, leviers, volants et manettes !

«Lise se brosse les dents », Kathleen Amant

               C'est le soir. Lise a sommeil. Il est temps d'aller dormir! Mais d'abord, Lise doit se brosser les dents. Elle prend sa brosse à dents. Maman dépose dessus un peu de dentifrice pour enfants. Lise commence à se brosser les dents. Une histoire joyeuse et tendre, et une petite chanson qui fait du brossage un moment amusant. Pour les petits à partir de 24 mois.

«Terminus », Matt de la Pena

Chaque dimanche, Tom et sa mamie traversent la ville en bus, jusqu’au terminus. Mais aujourd’hui, Tom traîne des pieds. Pourquoi doit-il attendre le bus sous la pluie ? Pourquoi doit-il toujours aller là-bas ? Pourquoi certains ont ceci ou cela et pas lui ?
Au fil du voyage, sa mamie répond avec humour et bon sens aux jérémiades de son petit-fils, lui ouvrant les yeux sur la beauté du monde qui l’entoure. Arrivé à destination – la soupe populaire d’un quartier de la ville, où sa grand-mère est bénévole –, Tom se réconcilie avec lui-même : qu’il est bon de retrouver les habitués, de se sentir utile, d’être capable de donner…

«Le jardin de Jaco », Marianne Dubuc

               ​Il était une fois un jardin. Un jardin tout ce qu'il y a de plus ordinaire, avec des fleurs, des plantes et des habitants qui vivent là toute l'année. Mais un jour, une graine tombe du ciel et vient chambouler l'existence paisible du petit monde du jardin.

« Nuit étoilée», Jimmy Liao

Une fille incomprise de ses parents et en deuil de son grand-père se lie d’amitié avec un garçon solitaire nouveau venu dans sa classe. Le harcèlement à l’école et les brutalités urbaines les poussent à partir. Leur périple les mène à la maison de grand-père près d’un lac en montagne. À leur retour, il déménage. Elle ne le reverra pas mais désormais la vie est plus légère. De l’obscurité de la nuit traversée, reste la beauté des étoiles comme celles de la toile de Van Gogh.

« Apprends-moi les lettres», Pittau, Gervais                        

            Un petit escargot baveux arpente frénétiquement un sous-bois. Son itinéraire se suit à la trace. De A à Z, ses pérégrinations et autres circonvolutions forment des lettres.

 

BDs

« Basket dunk 1», Cazenove, Plumeri, Mauricet

Défier les lois de la gravité pour faire le smash qui tue, devenir un pro du shoot à 3 points, inviter les filles à faire un entre-deux ou porter les dernières fringues à la mode pour épater la galerie... Telles sont les préoccupations de Markus, Rudy, Coffee ou Freddie, une bande d'ados qui n'a d'yeux que pour la balle orange. En club ou sur le parking du coin, ils se livrent à des matchs impitoyables pour devenir le nouveau Jordan. Si comme tout basketteur qui se respecte vous avez besoin de détente, précipitez-vous sur les gags riches en rebondissement de Cazenove, Plumeri et Mauricet : grâce à Basket Dunk, vous serez peut-être le prochain seigneur de l'anneau !

« Monster allergy. Au cœur de l’arbre creux», Centomo, Enoch, De Martino

Il était une fois un garçon courageux et un mauvais sort... Il était une fois, mais rein n'a changé depuis ! tandis que Timothy affronte une nouvelle menace dans le sous-sol d'Odmill Village, nos héros se lancent sur les traces d'une bande de sorcières. Accompagnez Zick et Elena dans une aventure entre conte de fées et réalité, surmontez les dangers et ne vous laissez pas prendre aux pièges du bois de Ciam amis surtout... ne vous fiez pas aux Anguanes.

« Les p’tits diable. Frère power », Dutto

Nina, la célébrissime pire des pires soeur et son non moins fameux frère Tom sont de retour pour un album tout en quiétude, paix et amour. VOUS NE ME CROYEZ PAS???! Bon, vous avez raison, planquez vos vases, vos livres, vos meubles, votre chat, Tom et Nina sont à nouveau là et ça va bouger.

« Les p’tits diable. Un frère, ça sert toujours ! », Dutto

            Les rapports entre frères et soeurs, un vrai casse-tête que cette série très attachante dépeint de façon hilarante. Une série dont les filles, les garçons, les parents et même les chats... sont fans !!! Tu as déjà un frère et ça suffit ? Tu as une soeur, et c’est déjà beaucoup pour toi ? Tom et Nina sont à 100% d’accord avec toi !

« Chevalier des sables », Fabien Grolleau, Robin Raffalli

La première croisade vue par Sigismond, jeune chevalier aussi froussard que chanceux, ça vaut le détour ! Sigismond rêvait d’aventure, le voilà servi ! Petit protégé de son oncle, le très pieux et bouillonnant chef des croisés Godefroy de Bouillon, le frêle chevalier traîne sa cotte de mailles sous le torride soleil de Jéricho… Jusqu’à ce qu’un colosse au bras tentaculaire vienne semer la terreur dans les rangs des envahisseurs. Pour régler l’affaire, Godefroy mande son neveu et l’affreux Renaud de Châtellerault, chevalier cruel et sanguinaire ! Haro ! Haro ! Héros malgré lui, Sigismond va user de ruse plu- tôt que de force pour percer à jour le secret du redoutable colosse. Un récit épique où la légende laisse la part belle à l’humour ! Mêlant habilement Histoire et fiction, ce récit teinté d’humour nous entraîne en Judée sur les traces d’un colosse légendaire.Le cœur de Jéricho bat pour son colosse !

« Sybil la fée cartable », Rodrigue, Dalena, Razzi

Les aventures modernes, mordantes et teintées de "fantasy" d'une préadolescente garçonne et ronchonneuse, Nina, catapultée dans un univers magique lorsqu'elle découvre une fée dans son cartable et qu'elle en fait son alliée. Sybil l'aide ainsi à réaliser ses obligations quotidiennes (devoirs, ménage, punitions, etc.) et la venge de l'insupportable Lorie, tandis que Nina accompagne Sybil dans sa quête sous la menace d'une terrible prophétie qui va s'immiscer dans sa propre réalité.

 

Documentaire

« Les plantes sauvages comestibles », François Couplan, Florian Kaplar

Ce guide pratique est compagnon idéal du promeneur curieux des plantes comestibles. Il permet de reconnaître sans erreur et d'utiliser en cuisine :
- Les 200 plantes sauvages comestibles les plus courantes et les plus consommées
- Pour chaque plante, les informations botaniques de base, les principaux critères de reconnaissance, des dessins et des photographies en couleurs
- Quelles parties de la plante consommer, quand la récolter, quel est son goût
- Les composants de chaque plante et leurs propriétés médicinales
- Une description des plantes toxiques avec lesquelles existent des risques de confusion
- Un tableau des saisons de récolte pour l'ensemble des plantes.

 

Romans

« Le roi des ogres ne veut pas s’excuser », Didier Levy, Anne Wilsdorf

Bouba veut goûter à tous les plats avant le repas. Mais cette fois, Waldemar se fâche et rend son tablier. Le roi, au comble de la colère, recrute d'autres cuisiniers. Mais il ne trouve satisfaction auprès d'aucun d'entre eux. Bouba dépérit jusqu'à ce qu'il accepte de s'excuser. L'enfant découvre que s'excuser, c'est aussi savoir respecter autrui et apprendre à grandir.

« Le bus 666», Colin Thibert

Au lieu de monter dans le bus 66 qui devait l'amener au collège, Chloé a pris place à bord du bus 666. Une étourderie qui la conduit dans un monde fantastique peuplé de squelettes, sorcières et vampires... Un roman drôle et léger qui fait référence aux classiques du roman d'épouvante.

 

Adultes

« Pensées en chemin», Axel Kahn

Axel Kahn marcheur ? On le savait généticien, médecin, humaniste. On le découvre ici randonneur de haut niveau, capable d'avaler deux mille kilomètres en parcourant « sa » France, de la frontière belge dans les Ardennes à la frontière espagnole sur la côte atlantique, au Pays basque. Itinéraire buissonnier qui le conduit de la vallée de la Meuse à Saint-Jean-de-Luz, en passant par Vézelay, le Morvan, la Haute-Loire, les Causses et le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce livre est tout à la fois un carnet de voyage drôle et rêveur, une sorte de manuel d'histoire, où remontent à notre mémoire certains lieux historiques, ainsi qu’une réflexion sur l'état de notre pays, la désertification de beaucoup de régions, la pauvreté de certaines, les effets ravageurs de la mondialisation. C’est aussi l'occasion de rencontrer des hommes et des femmes qui racontent chacun un bout de la France d'aujourd'hui, celle dont on n'entend jamais parler.

 

Art

«L’art jusqu’à la folie», Alain Vircondelet

Camille Claudel, Séraphine de Senlis, Aloïse Corbaz : trois femmes, trois immenses artistes que la puissance de leur génie a conduites à la folie et à la solitude des asiles. Ces trois personnalités, aux destins parallèles, revivent ici grâce à des témoignages nouveaux et inédits, ainsi qu'à des archives et des correspondances. Vies délirantes au sens propre du terme, vies peuplées de mondes connus d'elles seules, vies de souffrances aussi, prix à payer de leur quête d'absolu. Vies minuscules devenues majuscules, inséparables de l'histoire de l'art du XXe siècle.

 

BDs   

L’intégrale «Le grand mort», Loisel, Mallié

L'histoire de deux mondes parallèles dépendants l'un de l'autre, mais censés ne jamais se rencontrer : le nôtre et celui habité par le « Petit Peuple ». Ce dernier est organisé en clans, et son équilibre est fondé sur un partage équitable de la connaissance. Cette fragile harmonie reposant sur un rite ancestral est bouleversée quand un événement improbable vient perturber l'ordre des choses. Le chaos qui en résulte dirige l'humanité à sa perte ! Une seule personne est capable de passer d'un monde à l'autre pour tenter d'agir...

«Idéal standard», Aude Picault

Claire, trentenaire, infirmière en néonatalogie, voit défiler ses relations amoureuses et désespère de construire un couple – le vrai, le bon, l'idéal. En choisissant de vivre avec Franck, elle croit enfin y être arrivée. Mais la réalité standardisée de ce qui l'attend n'est pas à la hauteur... Aude Picault aborde avec grâce et humour des thèmes essentiels aux femmes d'aujourd'hui : le couple, le désir, la recherche de soi, la jouissance, etc. Remarquable !

 

Mangas

L’intégrale « Arte», Kei Ohkubo

Florence. Début du XVIe siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l'art s'épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville... Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n'était pas concevable qu'une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d'Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

 

Nature

« Les plantes aromatiques», Jean-Claude Lamontagne

Florence, début du XVIe siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

 

Romans

« Le courage des autres», Hugo Boris

Hugo Boris vient de passer sa ceinture noire de karaté lorsqu'il fait face à une altercation dans le RER. Sidéré, incapable d'intervenir, il se contente de tirer la sonnette d'alarme. L'épisode révèle une peur profonde, mélange d'impuissance et de timidité au quotidien. Trait de caractère personnel ou difficulté universelle à affronter l'autre en société ? Ce manque de courage l'obsède. Sa femme lui suggère de " se faire casser la gueule une bonne fois pour toutes " pour l'exorciser. Mais Hugo Boris est écrivain, alors, pendant quinze ans, il consigne sur le vif ces situations d'effroi dans les transports en commun. Il peint aussi le ravissement d'une rencontre, l'humanité d'un dialogue, l'humour d'un échange imprévu. A travers ces miscellanées heureuses ou tragiques, il décrypte une mythologie contemporaine, celle du métro et du RER, et cherche à appréhender ses craintes, à la maîtriser par la distance, la littérature ou...la lecture de Dragon Magazine ! Il tente aussi de conjurer sa peur en guettant le courage des autres sous toutes ses formes, profondément admiratif de tous ceux qui parviennent à intervenir lorsqu'une situation les interpelle, les sollicite, exige une prise de parole, un geste. Il dessine un hommage à tous ceux qu'il a vu avoir, sous ses yeux, le cran qui lui manquait. Et se demande si le courage est contagieux.

« Quatre amours», Cristina Comencini

Marta et Andrea. Laura et Piero. Deux couples. Quatre amis inséparables qui ont partagé chaque moment clef de leur vie : rencontre, mariage, enfants. Quand, à l’approche de la soixantaine, leurs mariages respectifs volent en éclats au même moment, c’est la sidération. Il y a d’abord Marta qui décide de partir, sans raison véritable, si ce n’est cette envie irrépressible d’être enfin seule. Puis c’est au tour de Piero, mari chroniquement infidèle, de quitter Laura, son épouse dévouée, sous prétexte qu’il ne se sent plus aimé.Comment vit-on la séparation après vingt-cinq ans de vie commune ? Que reste-t-il de toutes ces années passées ensemble ? Comment apprivoiser et profiter de cette solitude nouvelle ?Dans cette comédie douce-amère aux accents de Woody Allen, les quatre protagonistes prennent la parole à tour de rôle pour revisiter leur histoire, du mariage à la séparation et raconter cette nouvelle vie qui s’offre à eux et qu’il faut avoir l’audace de saisir.Traduit de l’italien par Dominique Vittoz 

« La fille du traître », Leif Davidsen

Juste avant la chute du Mur, un officier de renseignement danois est exfiltré de RDA. Puis disparaît, passe à l'Est, et refait sa vie en Russie. Sa fille Laila a grandi dans la honte de cette trahison. Adulte, elle renonce à une carrière d'officier interprète après deux missions traumatisantes en Irak et s'occupe d'un camping au Danemark. Lorsqu'elle reçoit la visite de deux ex-agents, décidés à reprendre du service, et qui ont besoin d'elle. La fille du traître. Un drame passionnant sur la loyauté, les secrets de famille, et les tensions politiques actuelles entre la Russie, l'Ukraine, les pays baltes et l'Occident.

« Chambres noires», Karine Giebel

Après D'ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés. Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires. Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d'être sale, d'être rien, moins que rien. Ces dangers qu'on n'a pas vus venir, ces risques qu'on n'a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n'a pas eu la force de résister. Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs. Il y a ce manque de chance. Il y a cette colère, ce dégoût. Il y a... Des fois où on préférerait être mort.

« Quand nos souvenirs viendront danser », Virginie Grimaldi

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. » À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

« Si ça saigne», Stephen King

Les journalistes le savent : si ça saigne, l'info se vend. Et l'explosion d'une bombe au collège Albert Macready est du pain bénit dans le monde des news en continu. Holly Gibney, de l'agence de détectives Finders Keepers, travaille sur sa dernière enquête lorsqu'elle apprend l'effroyable nouvelle en allumant la télévision. Elle ne sait pas pourquoi, mais le journaliste qui couvre les événements attire son attention… Quatre nouvelles magistrales, dont une suite inédite au thriller L'Outsider , qui illustrent une fois de plus l'étendue du talent de Stephen King.

« Norma», Sofi Oksanen

Le corps d’Anita Ross vient d’être retrouvé dans le métro de Helsinki. Les témoins sont unanimes : elle s’est jetée sur les rails. Norma, sa fille unique, refuse d’y croire. Anita ne l’aurait jamais laissée seule avec son secret : ses cheveux sont vivants, ils ressentent des émotions, s’animent et poussent si vite qu’elle est obligée de les couper plusieurs fois par jour. Prête à tout pour connaître la vérité, Norma décide de retracer les derniers jours de sa mère, allant jusqu’à se faire embaucher dans le salon de coiffure où elle travaillait. Ses découvertes font ressurgir un passé trouble qui n’est pas sans susciter l’attention d’un puissant clan de la mafia locale…

« Tous, sauf moi », Francesca Melandri

2010, Rome. Ilaria, la quarantaine, trouve sur le seuil de sa porte un jeune Éthiopien qui dit être à la recherche de son grand-père, Attilio Profeti. Or c’est le père d’Ilaria. À quatre-vingt-quinze ans, le patriarche de la famille Profeti est un homme à qui la chance a toujours souri : deux mariages, quatre enfants, une réussite sociale éclatante. Troublée par sa rencontre avec ce migrant qui déclare être son neveu, Ilaria commence à creuser dans le passé de son père. À travers l’enquête d’Ilaria qui découvre un à un les secrets sur la jeunesse de son père, Francesca Melandri met en lumière tout un pan occulté de l’histoire italienne : la conquête et la colonisation de l’Éthiopie par les chemises noires de Mussolini, de 1936 à 1941 – la violence, les massacres, le sort tragique des populations et, parfois, les liens qu’elles tissent avec certains colons italiens, comme le fut Attilio Profeti. Dans ce roman historique où l’intime se mêle au collectif, Francesca Melandri apporte un éclairage nouveau sur l’Italie actuelle et celle des années Berlusconi, dans ses rapports complexes avec la période fasciste. Naviguant habilement d’une époque à l’autre, l’auteur nous fait partager l’épopée d’une famille sur trois générations et révèle de façon bouleversante les traces laissées par la colonisation dans nos sociétés contemporaines.

« Naissance d’un Goncourt», Yann Queffelec

En 1976, Yann Queffélec, marin passionné, accoste à Belle-Ile après une croisière mouvementée. L'éditrice Françoise Verny l'attend sur le quai. Elle le convainc qu'il est fait pour être écrivain. Le récit du chemin que parcoururent ensemble ce jeune homme encore inconnu et cette femme emblématique de l'édition française.

« Tout cela je te le donnerai », Dolores Redondo

Interrompu un matin dans l'écriture de son prochain roman, Manuel Ortigosa, auteur à succès, trouve deux policiers à sa porte. Cela aurait pu n'être qu'un banal et triste accident – une voiture qui, au petit jour, quitte la route de façon inexpliquée. Mais le mort, Álvaro Muñiz de Dávila, est le mari de Manuel, et le chef d'une prestigieuse dynastie patricienne de Galice. Dans ce bout du monde – sublime peut-être, mais aussi le plus archaïque de toute l'Espagne –commence alors pour Manuel un chemin de croix, au fil duquel il découvre qu'Álvaro n'était pas celui qu'il croyait. Accompagné par un garde civil à la retraite et par un ami d'enfance du défunt, il plonge dans les arcanes d'une aristocratie où la cupidité le dispute à l'arrogance. Il lui faudra toute sa ténacité pour affronter ces fantômes de secrets impunis, pour lutter contre ses propres démons, et apprendre qu'un rire d'enfant peut mener à la vérité aussi sûrement que l'amour.

L’intégrale « Les sept soeurs», Lucinda Riley

À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Maia d'Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève. Pour héritage, elles reçoivent chacune un mystérieux indice qui leur permettra peut-être de percer le secret de leur origine.

« Ultimes rituels», Yrsa Sigurdardottir

Novembre 2005, Reykjavik. Un étudiant allemand est retrouvé mort, atrocement mutilé. Le jeune homme étudiait l'histoire islandaise et portait un intérêt tout particulier à ses heures les plus sombres. Sa famille ne se satisfait pas des conclusions de la police et décide de louer les services de l'avocate islandaise Thora Gudmundsdottir et de l'ancien inspecteur Matthew Reich, un Allemand, afin qu'ils poussent l'enquête plus avant. Elle est sociable et insouciante ; lui est rigide et sévère.Leur enquête parallèle révèle que l'étudiant assassiné avait recueilli des informations conséquentes au sujet de documents très anciens, et qu'il était membre d'un mystérieux groupuscule, composé d'Islandais fascinés par les événements historiques liés aux méthodes de torture et d'exécution. En outre, le jeune homme avait retiré une importante somme d'argent sur un compte à son nom et était sur le point d'acheter un équipement de sorcellerie. Qui a pu vouloir sa mort? Quel lien existe-t-il entre cette tragédie et les événements atroces qui se sont déroulés par le passé? On assiste ici aux débuts d'Yrsa Sigurdardottir dans l'univers du roman policier. A en croire les critiques, Ultimes rituels est "un roman policier parfaitement réussi", "impossible à lâcher", "intelligemment écrit" et mettant en scène "un personnage envoûtant". Publié en Islande en 2005, Ultimes rituels a connu un succès inouï et est resté depuis en tête des ventes, il est en cours de traduction dans plus de trente langues.

« Le faucon», Gilbert Sinoué

« Me voici au couchant de ma vie. Je suis né le 6 mai 1918. J’ai quatre-vingt-six ans. Une certitude : j’ai mille ans de souvenirs. En cette heure où le jour décline, assis en tailleur au sommet de cette dune de sable, comme du temps de ma jeunesse au milieu des Bédouins de ma tribu, ces souvenirs je les vois qui défilent en cortège sur la ligne d’horizon. Je vois des villes qui s’enchevêtrent dans la chevelure du temps. Des villes aux vastes avenues se dressent désormais ici, sur ma propre terre où n’existaient alors que les routes du vent. Je vois des gratte-ciel et des jardins, là où ne poussait que la rocaille. Des palmiers, des nuées de palmiers. Des écoles, des universités, des hôpitaux, des musées, et tant d’autres rêves devenus vrais. Un mirage devenu pierre et acier. Ce ne fut pas simple, mais ce fut exaltant. J’ai tiré des entrailles du désert un pays dont les gens d’Occident savent le nom : le “père de la Gazelle”. Mon nom, lui, vous est peu connu. Je m’appelle Cheikh Zayed. » Gilbert Sinoué est né au Caire. Avec ce nouveau roman, l’auteur de L’enfant de Bruges confirme son talent de conteur. Grand connaisseur de l’histoire et des mythes du Moyen-Orient, il exhume à travers ces pages le destin hors du commun de Cheikh Zayed, l’un des hommes les plus fascinants du XXe siècle.

Bonne lecture !                                                  

Les nouveautés dans votre médiathèque, 2 août

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 2 août

 

 20210805 145344  20210805 144016

 

Jeunesse

Albums

« Mon imagier des camions »

               Découvre au fil des pages un gros camion de pompiers rouge qui fonce à travers la ville, un véhicule d'assistance dans le désert et de nombreux autres camions en pleine activité. Mon imagier des camions Découvre au fil des pages un gros camion de pompiers rouge qui fonce à travers la ville, un véhicule d'assistance dans le désert et de nombreux autres camions en pleine activité.    

«Très, très fort ! », Trish Cooke, Helen Oxenbury

Ils ne font rien de spécial, Maman et Petit Homme, non, rien de spécial... Quand tout à coup, DING DONG! on sonne. Qui voilà ? Petit à petit, la famille se réunit pour serrer Petit Homme dans leurs bras, TRÈS, TRÈS FORT!

« Prosper et le joyeux anniversaire », Geraldine Cosneau

               Prosper, le koala, a peu de temps pour organiser l' anniversaire-surprise de son amie Suzette. Trouver la bonne tenue, préparer un gâteau, faire ses achats, rassembler les invités : Prosper va avoir besoin d'aide pour y arriver.

«Ada la grincheuse en tutu!», Elise Gravel

Ada est une grincheuse.  Elle n’aime pas les samedis, ni les ballades en voitures et surtout, elle déteste le ballet…  Qu’est-ce qui pourrait bien lui redonner le sourire?

«Un escargot à la porte », Lo Gruhier

               Ptit cochon voudrait jouer. Comment ? Il a perdu son yoyo et sa maman n'a pas le temps. Tout triste, il râle et ronchonne, mais sort pour essayer de ne plus s'ennuyer. Il aperçoit un escargot. Vite, allons chercher une loupe pour l'observer de plus près car son chemin de bave est très intéressant. Ptit cochon scrute attentivement, mais cet escargot est si lent que bientôt il s'endort en le regardant. Il ne sait pas encore qu'il aura une, et même plusieurs surprises en se réveillant !

« Captain Lapin», Antonin Louchard

Après Captain America, attention, voici Captain Lapin ! Ce super-héros a plein de pouvoirs, notamment celui de rendre les mamans dingos ! Au moment de partir chez le Docteur Migeot, notre charmant petit lapin a décidé de revêtir son habit de super-héros : un masque et un tee-shirt tout neuf artistiquement décoré d'un L (au feutre indélébile) qui veut dire "Captain Lapin". Pas peu fier, il est bien décidé à énumérer à sa mère tous les super-pouvoirs qu'il détient. Et en l'occurence, le pouvoir de se téléporter directement dans la salle d'attente du médecin. Tour à tour amusée, agacée puis franchement exaspérée, Maman lapin va déployer des trésors d'imagination pour décider son fils à quitter la maison par des voies plus habituelles.

« Le peintre», Kaho Nashiki, Iku Dekune                        

            Shinya, jeune peintre en bâtiment, est apprenti. Il fait un double apprentissage, celui de la vie, sur les traces d’un père qu’il n’a pas connu, et celui des couleurs, dont la palette infinie exprime la gamme tout aussi complexe des sentiments. Sur le bateau qui le mène à la recherche de la tombe de son père, une mystérieuse inconnue lui remet le pinceau de celui-ci, qui était peintre lui aussi. Un jour, il devra l’utiliser pour peindre ce bateau en blanc. Mais pas de n’importe quel blanc… du blanc d’Utrillo. Tout au long de sa vie, ce pinceau inspirera Shinya dans sa quête du coloris juste, celui qui rendra les gens heureux.

 

BDs

« Basket dunk », Cazenove, Plumeri, Mauricet

Défier les lois de la gravité pour faire le smash qui tue, devenir un pro du shoot à 3 points, inviter les filles à faire un entre-deux ou porter les dernières fringues à la mode pour épater la galerie... Telles sont les préoccupations de Markus, Rudy, Coffee ou Freddie, une bande d'ados qui n'ont d'yeux que pour la balle orange. En club ou sur le parking du coin, ils se livrent à des matchs impitoyables pour devenir le nouveau Jordan. Si comme tout basketteur qui se respecte vous avez besoin de détente, précipitez-vous sur les gags riches en rebondissement de Cazenove, Plumeri et Mauricet : grâce à Basket Dunk, vous serez peut-être le prochain seigneur de l'anneau !

« Monster allergy. L’abriteur du phare», Centomo, Enoch, De Martino

Une promenade au phare, ça tombe à pic pour tester de nouveau pouvoirs, aider une amie et saluer ceux qui, malheureusement, doivent nous quitter. Mais pendant son périple, Zick devra affronter des dangers en tous genres : évasions rocambolesques, monstres marins affamés, sabotages et... champs de lavande en fleurs !. Êtes-vous prêts à plonger avec lui dans l'inquiétante baie des Krabysses ?.

« Les zindics anonymes », James Christ, Carbone

Quand on a un paternel capitaine de police judiciaire, les soirées sont souvent solitaires. Tom est bien placé pour le savoir. Mais quand l'enquête sur laquelle travaille son père implique Fabian, un ancien surveillant de son lycée, Tom décide de tirer lui-même les choses au clair. Aux côtés de Lilia, sa meilleure amie, il endossera le rôle d'indic pour la police... en tout anonymat !

« Les p’tits diable. On est tous sœurs ! », Dutto

LA BD DES FRÈRES ET SOEURS EN PLEINE ASCENSION !Les rapports entre frères et soeurs, un vrai casse-tête que cette série très attachante dépeint de façon hilarante. Une série dont les filles, les garçons, les parents et même les chats... sont fans !!!Tu as déjà un frère et ça suffit ?Tu as une soeur, et c'est déjà beaucoup pour toi ?Tom et Nina sont à 100% d'accord avec toi !

« Mortelle Adèle. Big bisous baveux », Mr Tan, Diane Le Feyer

            « Jennyfer, c’est un cauchemar sur pattes. Collante comme un chewing-gum, mielleuse… insupportable ! Et moi qui croyais avoir créé la pire des horreurs sur terre avec Owen… Faudrait que je demande la recette aux parents de Jennyfer, tiens ! Quand Jennyfer, l’autoproclamée « meilleure amie » de Mortelle Adèle, décide de ne plus la lâcher d’une semelle, c’est l’angoisse ! Comment se dépêtrer d’un pareil pot de colle ? Pire : malgré tous ses efforts, Adèle ne parvient pas à lui faire comprendre que… Eh bien… Ce n’est pas réciproque. Et pourtant, ce n’est pas faute d’envoyer des messages MORTELS…

 

Documentaire

« Mon premier potager », Eliana Contri, Ermes Lasagni

Avez-vous déjà montré à votre enfant comment planter un petit noyau de pêche, faire germer des lentilles, faire pousser un haricot comme dans la légende ? Il s'agit là du B.A.-BA du jardinage et nul besoin de posséder un jardin pour s'y initier. Qu'il ait cinq ans et découvre les joies du jardinage ou qu'il ait dix ans et maîtrise déjà bien les maniements des outils de base, ce petit ouvrage gai, tout en couleurs, conçu comme un livre de jeu, l'aidera à progresser rapidement dans l'art de réaliser un jardin miniature. Etape par étape, l'enfant découvrira dans un ordre de difficultés croissant comment semer et voir grandir les tomates, des plantes aromatiques, des haricots dans de jolis pots ou de beaux vases transparents. Libre à lui d'apporter ensuite sa touche personnelle en conservant son propre mini-jardin, en le décorant de petits objets qu'il aura réalisés lui-même ou de jolis coquillages et cailloux qu'il aura ramassés en vacances... Quel bonheur de conserver dans sa chambre un petit bout de nature 

 

Mangas

L’intégrale « Chocola et Vanilla », Moyocco Anno

De la romance, du mystère, un duel... Et de la magie ! Suivez les aventures de Chocola et Vanilla, deux petites sorcières prétendantes au trône du royaume magique et prêtes à déployer tous leurs charmes pour s'en emparer !Chocola et Vanilla, deux charmantes sorcières, débarquent dans le monde des humains ! Toutes deux prétendantes au trône du royaume magique, elles vont s'affronter dans un combat romantique pour les cœurs humains. Laquelle sera la plus populaire !?

 

Romans

L’intégrale « La quête d’Ewilan », Pierre Bottero

            La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule le jour où elle pénètre accidentellement dans un univers parallèle, nommé Gwendalavir. Elle ignore tout de ce monde où, pourtant, on semble la reconnaître sous le nom d’Ewilan. Accompagnée dans sa quête par son ami Salim, elle réalise qu’elle possède un don prodigieux et que tout un peuple l’attendait pour reconquérir sa liberté et sa dignité. Camille doit vite apprendre à maîtriser son pouvoir, l’art du Dessin…

« Parfait est amoureux», Nathalie Dargent, Yannick Thomé

C'est quoi ce truc qui donne le tournis à Parfait quand il aperçoit la petite fille aux boucles brunes au parc ? Il est tout simplement amoureux. Va-t-il réussir à lui avouer ce sentiment ? Et comment va-t-il surmonter son départ à la fin des vacances ? Encore une fois, les Inséparables vont se serrer les coudes pour aider leur copain à traverser cette épreuve.

« Une vague d’amour sur un lac d’amitié », Marie Depleschin

L'obsession des parents pour les résultats scolaires a parfois du bon. Un jour, Suzanne fait la connaissance de Tim, un étudiant anglais censé lui faire faire des progrès faramineux dans cette langue. L'anglais est très vite mis de côté car ce qui intéresse Suzanne comme Tim, c'est d'avoir de longues conversations sur des sujets graves et passionnants, ce qui est absolument impossible quand on ne sait dire que hello, good-bye et what time is it? Tim, lui, parle français. Un français plein de fautes délicieuses, mais assez riche pour pouvoir s'entretenir des livres de Rudyard Kipling, de la vie, de l'amitié et de l'amour. C'est la première fois que Suzanne rencontre un adulte qui apporte de vraies réponses à de vraies questions, et le fait même avec plaisir. Pourtant, un jour, une ombre s'installe : Tim est malheureux parce qu'il s'est disputé avec sa fiancée, et que le mal lui paraît irréparable. Suzanne est fermement décidée à lui venir en aide.

« Le grand mensonge de la famille Pommerol», Valentine Goby, Lili Cortina

Ils ont programmé un grand voyage en Chine depuis des mois, averti tout le monde, et patatras ! Le père perd son travail, il faut tout annuler. Pour ne pas a ronter la honte, ils vont faire semblant d'être partis et vivre cloîtrés au rythme chinois dans la maison bouclée, documentation à l'appui (merci Internet !) pour rapporter des anecdotes et des souvenirs crédibles. Mais Juliette n'aime pas mentir (d'ailleurs, c'est interdit d'ordinaire de mentir). Di cile de tenir le coup.

 

Adultes

« L’art d’être oisif dans un monde de dingue», Tom Hodgkinson

Un an après L'art d'être libre ? plus de 10.000 ex ?, Tom Hodgkinson revient en France avec un véritable manuel pratique de l'oisiveté. Drôle et éclectique, nourri de réflexions à la fois historiques, métaphysiques et littéraires, L'art d'être oisif redonne à la philosophie hédoniste toute son actualité. En réaction à une modernité aliénante, l'auteur britannique prône un rapport à l'existence fondé sur les plaisirs de la vie. 24 chapitres, un pour chaque heure de la journée, pour construire une contre-hygiène de vie, aux antipodes des habitudes de labeur et de consommation de nos sociétés occidentales.

 

BDs   

« Big girls don’t cry», Nine Antico

Les filles sont toutes différentes, et toutes pareilles. Elles veulent être originales, mais malgré leurs efforts finissent par se ressembler. Incarnations de la fraîcheur et de la jeunesse, elles se complaisent parfois dans une mélancolique indolence qui leur donne un peu de sérieux au milieu d’une déferlante de futilités.Avec cet album d’histoires courtes, la talentueuse Nine Antico scrute de près les émois de la vie de jeunes adolescentes parisiennes. Elle oscille entre tendresse et cruauté, entre trait art nouveau et motifs contemporains. Et nous, on suit sans hésiter son inexorable ascension dans le cœur des chroniqueurs de magazines branchés, et des teenagers à lunettes Wayfarer. Nine Antico, c’est déjà une icône de la nouvelle génération, notamment depuis son album à l’Association, Coney Island Baby.

«Le château des animaux», Delep, Dorison

Quelque part dans la France de l’entre-deux guerres, niché au cœur d’une ferme oubliée des hommes, le Château des animaux est dirigé d’un sabot de fer par le président Silvio… Secondé par une milice de chiens, le taureau dictateur exploite les autres animaux, tous contraints à des travaux de peine épuisants pour le bien de la communauté… Miss Bengalore, chatte craintive qui ne cherche qu’à protéger ses deux petits, et César, un lapin gigolo, vont s’allier au sage et mystérieux Azélar, un rat à lunettes pour prôner la résistance à l’injustice, la lutte contre les crocs et les griffes par la désobéissance et le rire…

«Calfboy», Rémi Farnos

Chris Birden a un problème : il ne se rappelle plus trop où il a enterré le butin de leur dernier braquage de train… Il promet à son frère de retrouver l’argent en trois jours. Ce qui semble, à première vue, un défi plutôt facile à relever mais la rencontre d’un orphelin, d’une voleuse de chevaux et de quelques indiens compliqueront quelque peu les choses…

 

Couture

«  Couture simple, pour enfants sages », Emma Hardy

25 modèles à créer soi-même: robe chasuble, pyjama japonisant, bermuda de baroudeur, robe de fête, chapeau... Simples à réaliser, ces modèles personnalisés sont accompagnés de patrons détachables à taille réelle.

 

Cyclisme

« L’EuroVelo 6, de Nantes à Budapest, la plus longue piste cyclable du monde», Michel Bonduelle

Sécurisée, balisée, sans risque, sans dénivelé, la véloroute/voie verte de l'EuroVelo 6 relie déjà - sur près de 3 000 km - Nantes à Belgrade. Elle joindra bientôt l'Atlantique à la mer Noire, mettant en continuité cyclable dix pays, trois fleuves, deux estuaires, une mer et un océan. L'objectif de ce "Compostelle de la roue libre" est d'inviter le plus grand nombre à découvrir enfin une Europe transversale et à visiter, sans empreinte carbone, ses plus beaux paysages, patrimoines et cultures, depuis le Val de Loire jusqu'aux confins de la Mitteleuropa, en passant par la Saône, le Doubs, le Rhin et le majestueux Danube. Initier, aussi, aux plaisirs de la roue libre toutes celles et tous ceux qui n'ont pas encore découvert ce type de loisir actif, l'extraordinaire sentiment de liberté qu'il confère, la forme physique qu'il induit, le bonheur qu'il procure, tout cela dans le plus pur respect de l'environnement.

 

Romans

« Les petits de décembre», Kaouther Adimi

C’est un terrain vague, au milieu d’un lotissement de maisons pour l’essentiel réservées à des militaires. Au fil des ans, les enfants du quartier en ont fait leur fief. Ils y jouent au football, la tête pleine de leurs rêves de gloire. Nous sommes en 2016, à Dely Brahim, une petite commune de l’ouest d’Alger, dans la cité dite du 11-Décembre. La vie est harmonieuse, malgré les jours de pluie qui transforment le terrain en surface boueuse, à peine praticable. Mais tout se dérègle quand deux généraux débarquent un matin, plans de construction à la main. Ils veulent venir s’installer là, dans de belles villas déjà dessinées. La parcelle leur appartient. C’est du moins ce que disent des papiers « officiels ». Avec l’innocence de leurs convictions et la certitude de leurs droits, les enfants s’en prennent directement aux deux généraux, qu’ils molestent. Bientôt, une résistance s’organise, menée par Inès, Jamyl et Mahdi. Au contraire des parents, craintifs et résignés, cette jeunesse s’insurge et refuse de plier. La tension monte, et la machine du régime se grippe. A travers l'histoire d’un terrain vague, Kaouther Adimi explore la société algérienne d'aujourd'hui, avec ses duperies, sa corruption, ses abus de pouvoir, mais aussi ses espérances.

« Qui a une taille de guêpe », M. C. Beaton

Hamish pensait savourer les plaisirs bien mérités d'un été dans les Highlands. Mais c'était avant que la pluie s'abatte sur les lochs et que sa chère Priscilla Halburton-Smythe débarque au bras d'un nouveau fiancé. Pour couronner le tout, Trixie Thomas, épouse modèle, vient de s'installer à Lochdubh et arrive à convaincre les dames du coin de se mettre au régime, de bannir l'alcool et d'entrer en communion avec la nature... ce qui n'est pas du tout du goût de leurs maris ! Aussi quand l'épouse modèle est empoisonnée, Hamish Macbeth n'a pas le choix : il doit renoncer au repos et reprendre du service en interrogeant voisins et amis...

« Le double secret de Bigaroque», Guillemette de La Borie

Rien ne prédestinait Margot Cantagreilh au malheur ni au silence. Mais la vie est passée par là, lui ravissant un fiancé, disparu la guerre à peine déclarée, avant de lui prendre, quelques mois plus tard, un second amour, interdit celui-là, avec un officier ennemi. Passion paradoxale puisque la jeune femme oeuvrait secrètement pour la Résistance. Depuis, Margot, emmurée dans ses souvenirs et repliée sur ses secrets, vit recluse à Bigaroque, la chartreuse familiale, au coeur du Périgord. Ces secrets, c'est Maud, une jeune femme, qui à force de persévérance va les révéler. Mieux, les comprendre, et découvrir, soixante ans après les drames, une sublime filiation.

« Prodigieuses créatures», Tracy Chevalier

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces "prodigieuses créatures" dont l'existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d'un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique, exclusivement composée d'hommes, qui la cantonne dans un rôle de figuration. Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue. Celte vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l'accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d'une rivalité, elle reste, face à l'hostilité générale, leur meilleure arme.

« Jours de crime », Stéphane Durand- Souffland, Pascale Robert-Diard

« “Celui-là, je vais le tuer.” L’accusé est un homme – plus rarement une femme – qui, un beau jour, s’est dit que la seule chose à faire pour rendre sa vie meilleure était d’en supprimer une autre. Peu à peu, l’idée du crime s’est imposée, un scénario s’est élaboré, la main s’est armée. » Ici, tout est vrai. Les mots d’une fillette face à l’homme qui a tué sa mère, les confessions d’un fou, le vertige d’un aveu. On voit Guy Georges, Yvan Colonna, les innocents d’Outreau, des juges, des avocats, des jurés. La gouaille des voyous se mêle à la verve des grands du barreau. On pleure et on rit, on éprouve de la colère ou de la tendresse, on est devant le nu de la vie. Car aux assises la justice décape, même ceux qui n’ont rien à cacher.

« Les nuits d’été», Thomas Flahaut

Thomas, Mehdi et Louise se connaissent depuis l’enfance. À cette époque, Les Verrières étaient un terrain de jeux inépuisable. Aujourd’hui, ils ont grandi, leur quartier s’est délabré et, le temps d’un été, l’usine devient le centre de leurs vies. L’usine, où leurs pères ont trimé pendant tant d’années et où Thomas et Mehdi viennent d’être engagés. L’usine, au centre de la thèse que Louise prépare sur les ouvriers frontaliers, entre France et Suisse. Ces enfants des classes populaires aspiraient à une vie meilleure. Ils se retrouvent dans un monde aseptisé plus violent encore que celui de leurs parents. Là, il n’y a plus d’ouvriers, mais des opérateurs, et les machines brillent d’une étrange beauté. Grande fresque sur la puissance et la fragilité de l’héritage social, Thomas Flahaut écrit le roman d’une génération, avec ses rêves, ses espoirs, ses désillusions.

« Toutes blessent, la dernière tue », Karine Giebel

Maman disait de moi que j'étais un ange. Un ange tombé du ciel. Ce que maman a oublié de dire, c'est que les anges qui tombent ne se relèvent jamais. Je connais l’enfer dans ses moindres recoins. Je pourrais le dessiner les yeux fermés. Je pourrais en parler pendant des heures. Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler… Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin… Frapper, toujours plus fort. Les détruire, les uns après les autres. Les tuer tous, jusqu’au dernier. Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures. Un homme dangereux. Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite ! Parce que bientôt, tu seras morte.

L’intégrale « Le puits des mémoires», Gabriel Katz

Trois hommes se réveillent dans les débris d'un chariot accidenté en pleine montagne. Aucun d'eux n'a le moindre souvenir de son nom, de son passé, de la raison pour laquelle il se trouve là, en haillons, dans un pays inconnu. Sur leurs traces, une horde de guerriers, venus de l'autre bout du monde, mettra le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués pour une raison mystérieuse, ils vont devoir survivre dans un monde où règnent la violence, les complots et la magie noire.

« Le front dans l’azur », Hélène Legrais

Été 36. Madeleine, élève-infirmière et athlète prometteuse, monte dans le train à destination de Barcelone pour participer avec la délégation française aux Olympiades populaires antifascistes, organisées en réaction aux Jeux olympiques de l’Allemagne nazie à Berlin. Des compétiteurs venus de tous les pays se retrouvent en Catalogne pour une grande fête du sport et de la fraternité. À l’hôtel, au stade de Montjuïc où ils s’entraînent, au gré des promenades dans une ville riche de découvertes, les amitiés se nouent dans la joie et l’enthousiasme. Mais, la veille de la cérémonie d’ouverture, le coup d’État militaire de Franco plonge Barcelone dans le chaos et signe le déclenchement de la guerre. Courtisée par Marcel, brigadiste libertaire parisien, et Aleix, militant catalan indépendantiste, Madeleine est emportée dans la tourmente qui s’empare de l’Espagne…

« L’inconnu du Grand canal », Donna Leon

Qui est ce cadavre défiguré qui flottait dans le canal ? Aucun élément d’identification possible – si ce n’est une chaussure, – pas de signalement de disparition dans la région de Venise. Le mystère semble bien épais pour le commissaire Brunetti. Mais, il en est sûr, ce visage ne lui est pas inconnu. C’est l’irremplaçable Mlle Elettra qui l’aide à retrouver la mémoire : l’homme avait été filmé lors des manifestations des agriculteurs, à l’automne. La piste est fragile, mais elle permet au commissaire Brunetti et à l’inspecteur Vianello de remonter jusqu’à un abattoir situé sur le continent, à Mestre, où règnent le chantage et la corruption. Après s’être révolté contre les pratiques frauduleuses du milieu bancaire et indigné contre des actions irresponsables pour l’environnement, Brunetti se retrouve plongé dans les scandales de l’industrie de la viande et confronté à des questions éthiques, notamment sur le droit des animaux, qui l’ébranlent profondément. La ville que Brunetti aime tant ne sera désormais pour lui plus tout à fait la même…

« Purge», Sofi Oksanen

En 1992, l’union soviétique s’effondre et la population estonienne fête le départ des Russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes. Ainsi, lorsqu’elle trouve Zara dans son jardin, une jeune femme qui semble en grande détresse, elle hésite à lui ouvrir sa porte. Ces deux femmes vont faire connaissance, et un lourd secret de famille va se révéler, en lien avec le passé de l’occupation soviétique et l’amour qu’Aliide a ressenti pour Hans, un résistant. La vieille dame va alors décider de protéger Zara jusqu’au bout, quel qu’en soit le prix. Sofi Oksanen s’empare de l’Histoire pour bâtir une tragédie familiale envoûtante. Haletant comme un film d’Hitchcock, son roman pose plusieurs questions passionnantes : peut-on vivre dans un pays occupé sans se compromettre ? Quel jugement peut-on porter sur ces trahisons ou actes de collaboration une fois disparu le poids de la contrainte ? Des questions qui ne peuvent que résonner fortement dans la tête des lecteurs français.

« Ceux du Nord Ouest», Zadie Smith

Leah, Nathalie, Félix et Nathan ont grandi dans la cité de Caldwell, au nord-ouest de Londres. Ils se sont connus, aimés, ou juste frôlés, puis ils ont pris leur envol. Mais à l'approche de la quarantaine, ils vivent toujours dans ce quartier cosmopolite, où cohabitent la misère et une certaine réussite sociale. Leah, qui semblait pleine de talent, végète dans une association caritative. Elle ne veut pas d’enfant, contrairement à son mari, alors elle prend la pilule en cachette. Nathalie n’a pas toujours été Nathalie : elle a choisi de changer de prénom, espérant ainsi effacer la trace de son héritage familial. Son angoisse? Ressembler à sa mère ou à sa sœur, qui triment pour payer leur loyer, nourrir leurs enfants, et se consolent en allant à l’église. Mais elle a réussi : mariée, mère de deux enfants, elle est devenue avocate. Nathan, lui, n’a pas su échapper à la drogue et son fantôme hante le quartier. Félix enfin croit bien s'en être sorti et s'apprête à conclure l'affaire du siècle. Pourtant un drame va traverser l'existence de ces personnages et d'une certaine manière les lier à tout jamais. Zadie Smith s’infiltre dans les pensées, les souvenirs de ses personnages, pour dresser un portrait impressionniste du quartier de son enfance, à la manière d'une Virginia Woolf du XXIe siècle.

Bonne lecture !                                                  

Fermeture exceptionnelle de la médiathèque jusqu'à mercredi

le .

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, la médiathèque sera fermée jusqu'à mercredi inclus.
A jeudi!

Soirée de découverte des nouveaux jeux!

le .

 
11
 
Vous avez envie de passer un moment drôle et agréable en famille ou entre amis?
Vous avez entre 2 ans et 99 ans (voire plus!)
Vous avez envie de tester votre rapidité, votre capacité de coopération ou votre imagination?
Alors rendez-vous à 20h à la médiathèque pour découvrir notre montagne de nouveaux jeux, choisis grâce aux conseils expert du Comptoir Ludique !

Les nouveautés dans votre bibliothèque, 19 juillet

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 19 juillet

 

 20210712 185644  20210712 160716

Jeunesse

Albums

« Le chantier », Sophie Amen, Aurélien Débat

               Dans la peau d'un chef de chantier, suis de A à Z les étapes de la construction d'un immeuble et observe le rôle de chaque artisan. Avec un système de volets en cascade, l'enfant regarde comme par transparence à l'intérieur des engins de construction et des bâtiments jusqu'à voir les jolis labyrinthes que forment les circuits d'eau, de gaz ou d'électricité.

« Le géant ou l’incroyable aventure des sentiments », Charlotte Belière, Ian de Haes

               "Sur la place du village, ce que les habitants prenaient pour un rocher est en fait un géant. Quand celui-ci se réveille, il détruit tout sur son passage. Les villageois se retrouvent confrontés à leurs émotions. Un album qui combine une aventure avec un cherche et trouve. Chaque double page illustre l'une des douze émotions."

 «Il est où mon p’tit loup !», Stephanie Blake

               Parmi les cochons ou les lapins, on se dit que c’est évident de retrouver le p’tit loup. Eh bien, pas du tout ! C’est encore plus ardu quand il se cache parmi les chiens, et c’est très amusant !

«Va-t-en bébé Cadum », Stephanie Blake

Simon veut construire un garage tout seul. Gaspard, son petit frère, veut ajouter des pompes à essence au garage. Et sans le faire exprès, Gaspard casse le garage de Simon ! Horreur ! Une méga GIGA grande bagarre éclate ! Mais deux frères devenus ennemis pourront-ils redevenir amis ?

 « Super nounours », Geraldine Elschner

Le narrateur possède un tas d'animaux en peluche. Mais le nounours qu'il préfère plus que tout est aussi grand qu'un géant, aussi costaud qu'un éléphant, aussi doux qu'un mouton, etc.

«Petit poisson blanc est tout content », Guido Van Genechten

               Grâce aux jeux très diversifiés qu'il partage avec ses nombreux copains, Petit Poisson blanc n'a pas une seconde pour s'ennuyer! Quel bonheur de faire la course avec le poisson orange, de donner des bisous esquimaux à l'escargot, de faire le petit train avec les étoiles de mer, de jouer à cache-cache avec le crabe, de faire des bulles avec la pieuvre, de se promener sur le dos de la tortue ou de danser avec la crevette! 

« Je veux un monstre», Elise Gravel

Julie veut un monstre, car tous ses amis en ont un. Elle supplie son père et il finit par accepter. Ils adoptent un bébé monstre, tout doux, tout rouge, qui sent les pieds de pirate : Gus. Julie va s'occuper de son éducation car il y a beaucoup à faire ! 

« Un castor très occupé», Nicolas Oldland                        

            C’est l’histoire d’un castor tellement occupé qu’il ne prend pas le temps de réfléchir. Un beau jour, l’arbre qu’il est entrain de ronger tombe sur sa tête. Alors, seulement, il réfléchit à son imprévoyance et décide de réparer ses erreurs.

« L’enfant qui avait peur du noir », Emma Yarlett

Hugo a peur… des guêpes, des monstres, des filles, des abris de jardin, des orages, des chiens, des araignées et des falaises, mais surtout, surtout, il a peur… du Noir !
Pars à l'aventure avec Hugo et découvre comment il surmonte sa peur la plus terrible et finit par trouver un ami ! Cet ouvrage traite d'un sujet connu de tous les enfants et propose, par le voyage d'un petit garçon à travers la nuit, de dédramatiser cette angoisse du noir, cette peur de se retrouver tout seul dans son lit. Les illustrations, très drôles et pleines de poésie contribuent à rassurer l'enfant et le préparent à aller se coucher, en compagnie de son nouvel ami, La Nuit noire.

 

BDs

L’intégrale, à ce jour , « Frnck », Brice Cossu, Olivier Boquet

Quand un orphelin de 13 ans part à la recherche de ses parents et se retrouve en pleine préhistoire, forcément, il doit tout faire : inventer le feu, le savon, les voyelles et tenter de survivre parmi des bestioles monstrueuses et des brutes épaisses... "Frnck", c'est de la grande aventure humoristique avec une vraie réflexion sur la modernité et l'humanité.

« Anatole Latuile. La vengeance des gnomes », Anne Didier, Olivier Muller

Le roi de la gaffe est de retour, avec de nouvelles idées encore plus catastrophiques ! Qu'il s'agisse de récupérer à tout prix une carte Startruc, de faire le mur pour échapper à une horrible baby-sitter, d'aider un copain à s'enfuir de colo ou de fabriquer un calendrier des écoliers, tout ce qu'il fait se termine en désastre. Et le pire, c'est qu'il ne s'arrête JA-MAIS !

« Anatole Latuile. Et que ça saute », Anne Didier, Olivier Muller

Le champion des bêtises revient, avec une imagination sans cesse renouvelée ! Rien ne lui fait peur : qu'il perde la gerboise de la classe, tente de se faire élire délégué ou essaie de recréer un marché de Noël alsacien, il a toujours mille idées à la minute... et évidemment, rien ne se passe comme prévu. Heureusement, ça finit dans un éclat de rire... enfin, la plupart du temps !

« Les sœurs Grémillet », Di Gregorio, Barbucci

            Toutes les familles ont des secrets. Les trois jeunes sœurs de cette famille vont en découvrir au fil des tomes de la série...

« Les p’tits diables. Super frèreman », Dutto

Nina, la célébrissime pire des pires soeur et son non moins fameux frère Tom sont de retour pour un album tout en quiétude, paix et amour. VOUS NE ME CROYEZ PAS???! Bon, vous avez raison, planquez vos vases, vos livres, vos meubles, votre chat, Tom et Nina sont à nouveau là et ça va bouger.

« Ducobu. Profession tricheur », Godi, Zidrou

En bon cancre, Ducobu n'en aime pas moins la langue française et ses figures de style quand elles lui permettent de parvenir à ses fins. Pour rendre chèvre l'instit Latouche, il n'hésite pas à faire montre d'un sens de la dialectique propre à en décourager plus d'un. Et quand il est question de changer la sacrosainte dictée de « La cueillette aux champignons » pour la remplacer par une pièce inédite rédigée par Léonie Gratin, il se montre le plus fervent défenseur des allitérations. Ducobu, un tricheur ? Ne serait-ce pas un pléonasme ?

 

Documentaire

« Questions réponses. Le potager »

Comment la graine sait qu'elle doit pousser ? Comment plante-t-on une pomme de terre ? Pourquoi met-on les carottes à côté des poireaux ? Pourquoi les tomates ont-elles besoin de piquets ? A quoi ça sert de ratisser la terre ? Que mangent les limaces ? Quand faut-il récolter ?… 60 questions pour tout savoir sur le potager ! Et sur chaque double page, un petit jeu de "cherche et trouve"

 

Mangas

« A silent voice », Yoshitoki Ōima

Shoko Nishimiya est sourde depuis la naissance. Même équipée d'un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d'elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l'abandonner, laissant sa mère l'élever seule.
Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle fait de son mieux pour dépasser ce handicap, mais malgré ses efforts pour s'intégrer dans ce nouvel environnement, rien n'y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible. Tour à tour psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes... jusqu'au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l'intervention du directeur de l'école. Ce jour-là, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusqu'ici ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable...

 

Romans

 « Blues cerise. L’ange des toits »

Octobre. Les vacances. Pour Zik, ça commence sur le toit de son immeuble pour finir dans une cave, dans un hallucinant concert de rock. Entre nulle part et demain. Et avec des musiciens d'avant-hier. Spécial.

« L’école de ma vie », Marie Depleschin

Ça y est, c’est les vacances. Fanta en a fini avec le CP, et Sylvie, une amie de sa maman, l’invite à la campagne. À elle les grandes découvertes ! Pour la première fois de sa vie, Fanta va monter dans un train, observer la nature et les animaux. Elle a bien l’intention de prendre du bon temps. Mais Sylvie veut aussi que Fanta lise tous les jours, et ça, c’est beaucoup moins drôle. Fanta fait tout pour esquiver l’épreuve quotidienne. Jusqu’au jour où elle va à la piscine. Et où l’on s’aperçoit qu’elle ne sait pas nager. Drôles de vacances ! Est-elle toujours obligée d’apprendre quelque chose ?

« L’énigme John Foggart. Expédition au-delà du cercle polaire», César Mallorqui

Avant d'embarquer sur le Britannia, le célèbre scientifique John T. Foggart a laissé à sa femme, lady Elizabeth Faraday., un coffre de reliques trouvées dans la crypte de saint Bowen, contenant, entre autres objets énigmatiques, des morceaux d'un métal inconnu. Il l'a aussi mise en garde contre un certain Aleksander Ardan, dirigeant de la société Ararat Ventures. Or, depuis, leur coffre a été cambriolé, et, lorsque le Britannia a fait escale en Norvège, il n'y avait plus trace de John Foggart. Lady Elizabeth, inquiète, convainc un ancien collègue de son mari, l'irascible professeur Zarco, d'organiser une expédition pour partir à sa recherche. En plus d'eux feront partie du voyage Katherine, la fille de lady Elizabeth, Adrian Cairo, l'homme de confiance de Zarco, le jeune photographe Samuel Durango et le chimiste Bartolomé Garcia. La seule piste qu'ils possèdent est un ancien code médiéval, le Codex Bowenus, qui les emmènera de Londres au cercle polaire et même au-delà ...

« L’énigme des tableaux fantômes», Christos Ortiz

Monsieur Voltaire est un chien détective célèbre. C’est pour cela que Lord Sachat McGouttière a fait appel à ses services pour résoudre une affaire bien étrange : des fantômes hantent le manoir de Gouttière, frappés par une malédiction. Cela aurait commencé il y a plus de cent ans, au lendemain du mariage de Lady Ailein McGouttière et de Fergus McGouttière. Un chien en cavale recueilli au manoir avait accusé la portraitiste engagée pour immor ta liser les mariés de lui avoir volé sa boussole et sa carte qui indiquait l’emplacement d’un trésor de pirates. La peintre, irritée, aurait jeté une malédiction sur toute la famille pour se venger… Notre fin limier, Voltaire, n’aime guère les chats mais le salaire (un gros paquet de croquettes) est honnête et l’affaire intriguante. Bientôt, il ne tarde pas à faire la connaissance de son premier fantôme. Tour à tour, tous les esprits du manoir vont présenter à notre détective leur version des faits… Un roman policier palpitant et truffé d’humour qui met en scène un enquêteur cabot au flair expérimenté et à l’intelligence aiguisée. Et ces qualités lui seront bien utiles pour démêler le vrai du faux et venir à bout de cette étrange histoire de trésor volé et de malédiction. Il faut dire que les félins morts sont encore plus fourbes que les vivants !

 

Adultes

« Mes cosmétiques solides», Emilie Hébert

Baume démaquillant, sérum visage, contour des yeux, baume à lèvres, dentifrice, shampoing, masque, déodorant, barre de massage, gommage, bain moussant, gel douche, savon... Émilie Hébert, spécialiste en aromathérapie, vous propose de réaliser vous-mêmes vos cosmétiques solides ! En plus d’être très faciles à réaliser, ils sont : efficaces (car sans eau et très concentrés en principes actifs), écologiques (plus besoin d’emballages, ils sont « zéro déchet »), naturels (ils ne contiennent pas de parabènes, conservateurs ou silicones), économiques (plus concentrés, ils se conservent mieux et durent plus longtemps), pratiques (il suffit d’une petite boîte pour les transporter partout), et esthétiques (ils sont personnalisables et faciles à offrir). 40 recettes, avec en plus des infos sur les ingrédients et les ustensiles, des conseils, des astuces, des alternatives, des tableaux pour des recettes sur mesure et des photos en pas à pas !

 

BDs   

 «  Une vie avec Alexandra David-Néel», Fred Campoy, Mathieu Blanchot

Quand la plus grande aventurière du XXe siècle dévoile ses secrets… 1959. La jeune Marie-Madeleine entre au service d’une vieille femme despotique : Alexandra David-Néel, exploratrice, philosophe, écrivain, qui fut, au début du siècle, la première femme blanche à entrer au Tibet. Dans la villa de Digne où s’entassent les souvenirs de 14 années passées en Asie, Marie-Madeleine se retrouve plongée dans la vie exceptionnelle de l’aventurière.

 «Les filles de Salem», Thomas Gilbert

Une plongée passionnante et terrifiante dans l'univers étriqué et oppressant de la colonie de Salem, en Nouvelle-Angleterre, au 17e siècle. Un village dont le nom restera tristement célèbre pour l'affaire dite des "Sorcières" qu'Abigail nous raconte, elle qui, à 17 ans, fut une des victimes de l'obscurantisme et du fanatisme religieux à l'œuvre. Tout commence quand un jeune garçon lui offre un joli petit âne en bois sculpté...

 

Crochet

«  Crochet nature », Kristel Salgarollo

Découvrez 26 modèles au crochet uniquement confectionnés avec le fil DMC Natura XL. Ce fil 100% coton se décline dans de merveilleuses couleurs et sa grosseur permet de crocheter rapidement et facilement les superbes créations imaginées par Kristel Salgarollo. Elle aborde des thèmes variés et la maison toute entière se trouvera parée d'ouvrages séduisants 

 

Histoire

 « La grande tueuse. Comment la grippe espagnole a changé le monde », Laura Spinney

Comment un virus H1N1, dont la source et le nom demeurent troubles, a-t-il pu faire plus de ravages encore que la Peste noire du XIVe siècle ? À l'heure du 100e anniversaire de la pandémie de grippe espagnole, et alors que nous sommes à nouveau confrontés à de violentes épidémies - Ebola, SIDA, ZIKA -, Laura Spinney ravive la mémoire collective de cet événement inouï et adopte une approche narrative pour le restituer dans toute sa complexité. Elle revient aux origines de la maladie, étudie sa composition et ses particularités génétiques, reconstitue étape par étape le déroulement de la catastrophe au fil de tragédies individuelles poignantes, révèle la surprenante virulence, l'extrême étendue et la foudroyante rapidité de l'infection, et considère son impact non seulement sur les sociétés de l'époque, mais aussi sur la naissance des futures politiques de santé. Cette enquête entraîne le lecteur bien au-delà de l'Europe déchirée par la Première Guerre mondiale, des États-Unis à l'Iran, de l'Inde à l'Alaska, de la Russie à la Chine, en passant par le Brésil et l'Afrique du Sud, à mesure que sont tirés de l'oubli les témoignages de personnages, célèbres comme anonymes, confrontés à la maladie. À l'échelle du globe, avec ses 50 à 100 millions de morts, la grippe espagnole fit plus de victimes que les deux guerres mondiales réunies, et fut sans doute la plus grande pandémie que l'humanité ait jamais connue.

 

Mangas

L’intégrale « Black Clover », Yuki Tabata

Dans un monde régi par la magie, Yuno et Asta ont grandi ensemble avec un seul but en tête : devenir le prochain Empereur-Mage du royaume de Clover. Mais si le premier est naturellement doué, le deuxième, quant à lui, ne sait pas manipuler la magie. C'est ainsi que lors de la cérémonie d'attribution de leur grimoire, Yuno reçoit le légendaire grimoire au trèfle à quatre feuilles tandis qu'Asta, lui, repart bredouille. Or plus tard, un ancien et mystérieux ouvrage noir décoré d'un trèfle à cinq feuilles surgit devant lui ! Un grimoire d’anti-magie..

 

Romans

 « Cache-cache à l’hôtel », M. C. Beaton

Entre son agence de détective qui tourne au ralenti et les réunions des dames de Carsely, Agatha s’ennuie. Aussi est-elle enchantée lorsque son ex-mari James Lacey l’invite pour des vacances mais – horreur ! – sa conception d’un séjour idyllique est le petit hôtel décrépi de Burryhill-on-Sea où, enfant, il passait ses étés. Et tout va de mal en pis : quand un autre client de l’hôtel est assassiné, Agatha est la principale suspecte et se voit obligée de résoudre l’affaire depuis sa cellule de prison ! Avec plus de 800 000 exemplaires vendus, Agatha Raisin, l’héritière très spirituelle de Miss Marple version rock, a imposé sa personnalité loufoque et irrésistible. Vous reprendrez bien un peu de Worcestershire sauce dans votre thé ?

« Les limbes», Olivier Bal

Un thriller vertigineux, haletant et angoissant ! Vietnam, 1970. James Hawkins est une jeune recrue. Durant un assaut, il prend une balle dans la tête et croit mourir. Après un mois de coma, et tandis qu'il essaie de se rétablir dans un hôpital de Saigon, il découvre que quelque chose s'est éveillé en lui. Ses nuits deviennent des épreuves, son sommeil et ses rêves ne lui appartiennent plus. Désormais, lorsqu'il dort, il visite les songes des autres... Seuls les médicaments l'empêchent de rêver. Un an plus tard, un ancien frère d'armes, Nate Irving, vient frapper à sa porte. Il est venu le chercher pour participer à un projet secret sous la supervision de la CIA : Les Limbes. Direction une base perdue au fin fond de l'Alaska où James, accompagné d'autres individus dotés des mêmes capacités, va commencer à maîtriser ses aptitudes. Il découvrira ainsi qu'il peut non seulement explorer les rêves d'inconnus mais surtout en prendre le contrôle et les modifier. Mais certaines portes devraient rester fermées à jamais...

« La cousette de Commagnac», Guillemette de La Borie

Au XIXe siècle, entre le Périgord et Paris, la passionnante ascension de Marie-Antoinette, talentueuse couturière qui, dans le tourbillon des villes et des débuts de la mode, n'aspire qu'à retrouver sa liberté, ses origines périgourdines et sa région natale. Marie-Antoinette porte un prénom de reine et est élevée au château de Commagnac. Mais côté cuisine. C'est une petite bâtarde née des amours d'une servante et du maître des lieux. Devenue indésirable, elle doit quitter Commagnac. Vive et volontaire, Marie-Antoinette veut mettre à profit ses dons exceptionnels de couturière. A Périgueux, la jeune fille trouve à s'employer dans un atelier. Ses doigts de fée font merveille : elle devient bientôt la cousette la plus prisée de la ville. Alors, à nouveau, Marie-Antoinette disparaît, guidée par son ambition, mais elle reste hantée par la nostalgie de sa maison natale et la liberté de son enfance...

« Je vais beaucoup mieux que mes copains morts», Viviane Chocas

Jeune femme amoureuse mais tourmentée par l’absence d’un père, Blanche anime un atelier d’écriture dans une maison de retraite au coeur de la campagne normande. Derrière le ballet des robes de chambre et des corps qui flanchent, se prépare une joyeuse révolution. Bien malgré elle, Blanche se retrouve complice d’un improbable gang en cavale avec à sa tête un petit bout de femme en fauteuil roulant, une septuagénaire qui perd gentiment la boule et deux papis flingueurs. Ces vieux-là gardent le poing levé et sont bien décidés à faire danser encore un peu le monde sous leurs pieds. Avec Viviane Chocas, les vieux sont toujours bien vivants. Contre le sort indigne fait au grand âge, elle compose et invente une épopée subtile, drôle et désinhibée où la fiction insuffle un ébouriffant vent de liberté, à rebours des préjugés.

« Les révoltés de Cordoue », Ildefonso Falcones

1568. Si l'Espagne vit son âge d'or, ce n'est guère le cas de ses Maures - les musulmans sont expropriés, battus, humiliés par l'impitoyable Inquisition. La révolte gronde. À Juviles, royaume de Grenade, un jeune muletier est entraîné dans la tourmente des affrontements à venir. Fils d'une musulmane violée et d'un prêtre aux yeux bleus, rejeté par les deux camps, Hernando le Nazaréen vivra la misère et la gloire, la guerre et les fastes de Cordoue, sans jamais perdre l'espoir de réconcilier les fois et les peuples.

« A la demande d’un tiers », Mathilde Forget

C’est le genre de fille qui ne réussit jamais à pleurer quand on l’attend. Elle est obsédée par Bambi, ce personnage larmoyant qu’elle voudrait tant détester. Et elle éprouve une fascination immodérée pour les requins qu’elle va régulièrement observer à l’aquarium. Mais la narratrice et la fille avec qui elle veut vieillir ont rompu. Elle a aussi dû faire interner sa sœur Suzanne en hôpital psychiatrique. Définitivement atteinte du syndrome du cœur brisé, elle se décide à en savoir plus sur sa mère, qui s’est suicidée lorsqu’elle et Suzanne étaient encore enfants. Elle retourne sur les lieux, la plus haute tour du château touristique d’où sa mère s’est jetée. Elle interroge la famille, les psychiatres. Aucun d’eux ne porte le même diagnostic. Quant aux causes  : « Ce n’est pas important de les savoir ces choses-là, vous ne pensez pas ? » Déçue, méfiante, elle finit par voler des pages du dossier médical qu’on a refusé de lui délivrer. Peu à peu, en convoquant tour à tour Blade Runner, la Bible ou l’enfance des tueurs en série, en rassemblant des lettres écrites par sa mère et en prenant le thé avec sa grand-mère, elle réussit à reconquérir quelques souvenirs oubliés. Mais ce ne sont que des bribes. Les traces d’une enquête où il n’y a que des indices, jamais de preuves. La voix singulière de Mathilde Forget réussit à faire surgir le rire d’un contexte sinistre et émeut par le moyen détourné de situations cocasses. Sur un ton à la fois acide et décalé, elle déboussole, amuse et ébranle le lecteur dans un même élan.

« Satan était un ange », Karine Giebel

Tu sais Paul, Satan était un ange... Et il le redeviendra. Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder. Mettre la musique à fond pour ne plus entendre. Tic tac... Bientôt, tu seras mort. Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif qui tente d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse. La mort est certaine. L'issue, forcément fatale. Ce n'est plus qu'une question de temps. Il vient à peine de le comprendre. Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. Ne pas pleurer. Ne pas perdre de temps. Accélérer. L'échéance approche. Je vais mourir. Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble leurs destins différents. Rouler droit devant, admirer la mer. Faire ce qu'ils n'ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout... Car après tout, pourquoi tenter sans cesse de trouver des explications ?

 « Et que durent les moments doux», Virginie Grimaldi

L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite. C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin. Avec une infinie justesse et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi déroule le fil de leur existence et nous invite à partager leurs joies et leurs angoisses, mais aussi les souvenirs, les rêves et les espoirs.

« Zippo», Valentin Imhop

Lorsqu’ils se sont rencontrés, elle était très jeune. Il lui a fait porter un loup noir, il l’a appelée Eva, il lui a appris à jouer avec le feu. Il était le maître de ses émotions, de sa volonté, de sa souffrance. Il l’a perdue. Où qu’elle soit, où qu’elle se cache, il lui manque, il en est persuadé. Il ne cesse de la chercher, son zippo à la main, qu’elle reconnaîtra entre mille. Ce son unique quand il l’ouvre du pouce avant d’en faire rouler la molette, et le claquement sec du capot sur charnière qui étouffe abruptement la flamme charment sa solitude en ce neuvième anniversaire de leur rencontre. Mais comme elle tarde à ressurgir, il décide de lui laisser des messages. Et affole la police. Parce que ces blondes aux visages brûlés retrouvées mortes sur les bancs de Lincoln Park à Milwaukee, elles soulèvent les cœurs. Les lieutenants Mia Larström et Peter « Casanova » McNamara vont devoir faire la paix pour remonter jusqu’au tueur pyromane. Plus encore, démêler leurs parts de fureur et de nuit, se débattre avec les questions qui roulent dans leurs têtes jusqu’à l’usure, affronter ce qu’aucun lavage de cerveau n’a pu extraire de leurs mémoires. Avec ce roman ardent où des enquêteurs cagoulés de cuir traquent le détenteur d’un briquet à essence dans des loges de bondage, Valentine Imhof ouvre le reliquaire des douleurs du passé et nous donne la fièvre.

« En camping-car », Ivan Jablonka

Le camping-car nous a emmenés au Portugal, en Grèce, au Maroc, à Tolède, à Venise. Il était pratique, génialement conçu. Il m’a appris à être libre, tout en restant fidèle aux chemins de l’exil. Par la suite, j’ai toujours gardé une tendresse pour les voyages de mon enfance, pour cette vie bringuebalante et émerveillée, sans horaires ni impératifs. La vie en camping-car.

« L’enfant de la nuit », Jean Leclercq

1947. Antoine revient des camps de la mort après deux années d'hôpital. Le monde a bien changé depuis son arrestation au début de la guerre. Devenu un riche entrepreneur, Serge, son ami d'enfance, est de ceux qui comptent désormais dans sa petite ville natale du Morvan. Il a épousé Camille, autrefois fiancée à Antoine... La chance a voulu que Serge puisse s'échapper lorsque les Allemands ont encerclé le maquis et soit resté en vie après s'être conduit en héros. Mais pour Antoine qui le connaissait bien, ce nouveau rôle de « héros » pose bien des questions... Et il ne tarde pas à découvrir la réalité derrière la façade : de héros à salaud il n’y a qu’un pas... Mais qui est-il pour décider ce qui est juste ou ce qui ne l'est pas ? Alors, pour oublier ce monde des humains dans lequel il ne se reconnaît pas, Antoine va trouver le repos dans la solitude d’une petite rivière qu'il aime tant. C'est là qu'il rencontre Rémi, orphelin juif qui se cache là et qui survit seul depuis la guerre. Comme Antoine, le jeune garçon est un être blessé par la vie. Un garçon qui ne parvient pas à être en paix avec lui-même car il est en quête de ses origines. Pour l’aider à se reconstruire, Antoine va chercher avec lui à percer le secret de sa naissance. Mais ce secret, terrible, pourrait changer sa vie à tout jamais...

« Mamie Luger», Benoît Philippon

Six heures du matin, Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate. Huit heures, l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger passe aux aveux et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée, mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.

 « Comédies françaises», Eric Reinhardt

Fasciné par les arcanes du réel, Dimitri, jeune reporter de vingt-sept ans, mène sa vie comme ses missions : en permanence à la recherche de rencontres et d’instants qu’il voudrait décisifs. Un jour, il se lance dans une enquête sur la naissance d’Internet, intrigué qu’un ingénieur français, inventeur du système de transmission de données qui est à la base de la révolution numérique, ait été brusquement interrompu dans ses recherches par les pouvoirs publics en 1974.

«Darling River», Sara Stridsberg

Ainsi que l’indique le sous-titre du roman, Variations Dolorès, Darling River est une variation autour du thème de Lolita (diminutif de Dolorès) – tant le personnage fictionnel de Nabokov que la figure symbolique. Lo est l’une de ces Lolita. Elle a treize ans et, avec son père, elle parcourt les routes à bord d’une vieille Jaguar, sous les lueurs d’incendies de forêts et à travers un paysage apocalyptique. Dolorès Haze, elle, est la créature même de Nabokov, dont Sara s’empare pour imaginer son destin jusqu’à sa mort, en Alaska, alors qu’elle donne naissance à un enfant. Une autre héroïne est la femelle chimpanzé à laquelle un scientifique français du Jardin des Plantes aurait cherché à apprendre le dessin. Nabokov a confié qu’il s’était inspiré de cette histoire pour écrire sa Lolita. Le dernier personnage enfin est une mère anonyme errant sur les autoroutes qui entourent la ville. Le ton serein, léger, quasi aérien tranche avec le caractère parfaitement amoral du récit, empreint d’une étrange poésie. Nulle dénonciation ou discours féministe et pourtant un rapport ambivalent et critique à la maternité symbole de mort existentielle. Sara Stridsberg souligne qu’il faut « considérer ce roman comme un oiseau qui tournoierait au-dessus de ces quatre créatures et les observerait ».

« La personne de confiance », Didier Van Cauwelaert

Max, un petit gars de banlieue, conducteur grutier à la fourrière, vient d'enlever une voiture sur un emplacement livraison. C'est alors qu'il découvre, sur la banquette arrière, une vieille dame. Faute professionnelle qui risque de causer son renvoi... D'autant plus qu'il la reconnaît : c'est la chef d'entreprise Madeleine Lamor, héroïne de la Résistance, dont la tête orne ses paquets de galettes bretonnes. En pleine crise de confusion mentale, elle le prend pour son amant de 1944 traqué par la Gestapo. Obligé de gérer la situation pour sauver son emploi, Max se retrouve entraîné dans une aventure hallucinante: défendre cette merveilleuse vieille dame, que son neveu tente de rendre folle à coups de médicaments pour s'emparer de ses biscuiteries... 

Bonne lecture !                                              

L'été à la médiathèque

le .

217044176 1716609301861700 4176357145261703468 n