Apéritif-culture reporté au 14 décembre

le .

L'apéritif-culture du mois de décembre aura lieu le vendredi 14 au lieu du vendredi 7.

Le thème est: le voyage!

A vos lectures!

La sélection de Noël

le .

Noël est déjà dans votre médiathèque.

Venez découvrir notre sélection spéciale pour petits et grands.

 

IMG 20181204 160557   IMG 20181204 160126

Albums jeunesse :

« Nouvelles histoires à raconter pour faire venir le Père Noël »

Voici 24 histoires à raconter pour attendre sagement le père Noël ! Largement illustrées, ces petites histoires feront patienter les petits et les plus grands.

« Le Noël du hérisson », Christina Butler

Par un beau matin de Noël, Petit Hérisson est tiré de son long sommeil d'hiver. Il a froid, bien trop froid pour se rendormir. Heureusement, le père Noël lui envoie un superbe cadeau bien chaud !

"Joyeux Noël!", Muriel Chamak, Anne Sol

Cette nuit, c’est au pied du sapin que l’on déposera les cadeaux. Les décorations attendent… Elles sont impatientes de voir le Père Noël ! Des cris, des chuchotements, des voix. On dirait que…

« Le plus beau de tous les Noëls », Chih-Yuan Chen

Chacun de nous a sa madeleine : un souvenir affectueux de notre enfance, un moment parfumé, sucré ou doux qui nous réconforte, nous console. Ce conte de Noël, très tendre, pourrait être la madeleine de tous.

« L'incroyable catalogue de noël », Nathalie Choux, Rémi Saillard

Des cadeaux pour se défouler, se régaler, se protéger contre des monstres qui permettront aux lecteurs de s'émerveiller et de rédiger des listes de cadeaux de Noël de leurs rêves.

« Mimi prépare Noël », Lucy Cousins

C'est la veille de Noël. Mimi a invité tous ses amis à fêter Noël avec elle. Tout doit être parfait et il reste à Mimi tant de choses à faire... Charlie aide Mimi à préparer le repas, Cyril et Tallulah décorent le sapin et la maison. Mais Eddie n'est toujours pas là... Que fait-il ? Où est-il ?

« Pierre Noël », Vincent Cuvellier, Emre Orhum

Pierre Noël est un gros bonhomme à la vie réglée comme du papier à musique. Benjamin est quant à lui un jeune garçon plein de fougue qui recherche l'adresse du Père Noël dans l'annuaire et tombe sur Noël, Pierre... La rencontre des deux est explosive !

« La poupée de Noël », Cathy Dal Magro

A la veille de Noël, le souhait le plus cher de Lili est de rencontrer le Père Noël pour lui parler de sa poupée préférée Martha qui dort tout le temps. Alors, Lili ne sait jamais si elle écoute.

« Le Festin de Noël », Nathalie Dargent, Magali Le Huche

L'histoire d'un renard affamé et d'une dinde rusée qui refuse obstinément de servir de pâtée. Un conte de Noël plein d'humour et de fantaisie ! Miam miam ! Renard a volé une dinde ! Ses compères Loup et Belette se pourlèchent déjà les crocs : le traditionnel festin de Noël sera formidable ! Le problème, c'est que Dame Dinde est une « dure à cuire » (c’est le case de le dire !) et qu'elle n'a pas l'intention de se laisser cuisiner aux petits oignons... Mieux : elle décide même de mettre un peu d’ordre dans la vie de ces trois balourds de compères. Qui vont vite regretter de ne pas être végétariens ! Noël approche. Mais quel sera le menu… ? Car les plus malins et les plus méchants ne sont pas toujours ceux que l'on croit... Mené avec humour et talent par Nathalie Dargent et Magali Le Huche, voici un conte de Noël, un vrai, avec une dinde pas comme les autres au menu !

« Les Rennes de Noël », Dedieu

C’est l’angoisse en Laponie, pays du Père Noël. Ses rennes viennent de découvrir le contenu du colis qui lui était destiné : un scooter des neiges. Pour les assistants dévoués du plus célèbre barbu de la planète, cela ne présage rien de bon mais plutôt le chômage à l’horizon. Après une assemblée générale, nos compères décident de surpasser le véhicule de malheur. Une seule solution : il leur faut réussir à voler. Autrement dit, c’est pas gagné !

« Catastrophes au pays du père noël », Franck le Gall

Panique chez le Père Noël : 126 479 commandes de jouets, qui avaient été bloquées par une grève au pays des hommes, arrivent en toute dernière minute ! Barbutin Vert, le fabricant de jouets électroniques, pique une colère et décide de partir pour une île tropicale. Avec pour seuls aides huit autres Barbutins, l'ours polaire et le Troll, le Père Noël a bien peur de ne pas parvenir à honorer toutes ces commandes et de devoir annuler purement et simplement sa tournée.

« Noël pour tous ! », Antoine Guilloppé

La nuit de Noël est synonyme de tout sauf de repos pour le père Noël qui doit tout préparer. Et cette année, la tournée s'avère riche en péripéties, fantaisies et acrobaties ! Heureusement, à son retour, il découvrira le bonheur d'être à nouveau un enfant, à qui l'on pense tendrement...

« La Souris qui rêvait de rencontrer le Père Noël », Hervé Le Goff

Pour Noël, comme cadeau, la souris voudrait rencontrer le petit papa Noël. Elle va se coucher tôt, mais à minuit, toujours pas l'ombre de la barbe à papa Noël. Tric trac troc, elle décide d'aller à sa rencontre.

« La botte du père noël », Magdalena Romain Mennetrier

D'où vient cette tradition d'accrocher une botte à la cheminée ou au sapin ? Il était une fois une nuit de Noël, un Père Noël tellement gourmand qu'il se trouva bien ennuyé au moment de ressortir par la cheminée... Attention Père Noël, n'aurais-tu pas oublié quelque chose ?

« Journal d’un sapin de Noël », Gérard Moncomble, Claude Cachin

Journal de la vie d'un sapin, son déracinement en forêt, son installation dans une famille pour Noël et son merveilleux voyage autour du monde. Ne croyez-pas que les sapins finissent à la poubelle après les fêtes, ils partent pour de grandes envolées et on peut les apercevoir les soirs de tempête ou dans un ciel étoilé...

« Les contes de Noël de Pierre Lapin », Beatrix Potter

Un magnifique recueil rassemblant huit contes de Beatrix Potter, dont deux inédits, et des cartes de Noël illustrées par l'auteur.

« Tatie Noël », Elise Primavera

Sophie trouve sa tante Noël bien mystérieuse. D'abord, elle porte un manteau rouge bordé de fourrure blanche et, à son cou, une clef en diamant. Sa drôle de tante lui rappelle toujours « qu'il vaut mieux donner que recevoir ». Mais plus étrange encore, chaque année, après l'Halloween, sa tante Noël part en « voyage d'aff aires » pour ne revenir qu'à la Saint-Valentin... Cette année, Sophie décide qu'il est temps de découvrir le secret de sa tante. Elle entre sans bruit dans son appartement, se cache dans une boîte et part elle aussi en « voyage d'affaires ».

« Joyeux Noël, Splat », Rob Scotton

Pour Noël, Splat sait ce qu'il veut un grOOOOs cadeau ! Mais pour recevoir un gros cadeau, il faut être un chaton très très sage. Splat s'interroge : a-t-il été très très sage? Dans le doute il décide de l'être encore plus, mais tous ses efforts virent à la catastrophe. C'est donc un petit chat très très angoissé qui se couche le 24 décembre : que trouvera-t-il au pied du sapin le lendemain matin? ...

« Le noël de Boulie », Matjilde Stein, Chuck Groenink    

           Boulie, le petit cochon, a déménagé dans la forêt. Et depuis, à Noël, plus un seul cadeau pour lui sous le sapin... Pourtant, Boulie a été bien sage ! Comment aider le Père Noël à retrouver le chemin de sa maison ?

« Eloise à Noël », Kay Thompson, Hilary Knight

Eloïse, bien au chaud là-haut, tout en haut de l'hôtel "Plaza", prépare Noël à sa façon. Elle met des clochettes autour de son cou et va ding-donguer un peu partout où on a besoin d'elle pour mettre un peu de joie : dans l'ascenseur, dans le hall, dans tous les couloirs. Elle accroche du houx et des pompons aux boutons de sonnettes, écrit «Joyeux Noël» sur les murs, chante des cantiques à chaque étage, s'invite à toutes les fêtes... et rentre bien vite se réfugier auprès de sa Nanny chérie! Et le père Noël, aura-t-il le temps de penser à elle?

 

Cuisine :

« Desserts de fête », Sylvie Aï-Ali

« Noël maison », Trish Deseine

Quand tous les sous sont partis dans les cadeaux : on veut du luxe par petites touches, faire éclater sa créativité dans l'upcycling culinaire, du snacking festif à volonté, des idées pour improviser et offrir des étincelles à ses invités. Carnet de recettes et d'inspirations par Trish Deseine pour passer de bonnes et délicieuses fêtes toutes simples !

« La bûche », Valéry Drouet

De la classique bûche garnie de la crème au beurre à la bûche des nuls ou, au contraire, celle des pros, en passant par la bûche igloo, voici 30 recettes pour régaler famille et amis. Pour accompagner les bûches, des petits « plus » gourmands : coulis, sauce chocolat, crème anglaise sont également proposés. L'ouvrage est illustré de photos « pas à pas » pour apprendre à réaliser un biscuit roulé, une mousse au chocolat (au café, au caramel), une mousse aux fruits, une crème au beurre.

« Noël. 100 recettes pour un repas de fête »

100 recettes pour un repas de fête. Sangria aux épices de Noël, Macarons au foie gras, Pâté en croute, Jambon glacé aux groseilles, sauce au madère, Roulés de lotte à la figue et au bacon, Pintade aux morilles et au vin jaune, Risotto à la truffe, Bûche glacée, Bonshommes en pain d'épices... De l'apéro au dessert, profitez du meilleur des fêtes! Des sommaires thématiques illustrés Des listes d'ingrédients accompagnés de QR code à flasher pour faciliter vos courses. Plus besoin de les prendre en note ! Carrément cuisine, c'est carrément bon et facile !

Les nouveautés dans votre médiathèque: 3 décembre

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 3 décembre:

IMG 20181204 162422

Jeunesse :

« Apprends à coder avec Star Wars »

Le codage est devenu incontournable aujourd'hui, il est même enseigné à l'école. Alors, autant s'amuser tout en apprenant ce langage du futur ! Et Star Wars est l'univers idéal pour devenir un expert en codage tout en découvrant le célèbre et vaste univers de la saga. Prêt à embarquer dans ce voyage fantastique ?

Roman :

« Tobie Lolness », Timothée de Fombelle

Un millimètre et demi d'héroïsme! «Tobie Lolness mesurait un millimètre et demi, ce qui n’était pas grand pour son âge.» Ainsi commence le récit des aventures du jeune Tobie, qui appartient au peuple du grand chêne. Ce peuple ne connaît pas d’autre univers que celui de l’arbre, creusant ses maisons dans les branches, traçant ses chemins dans les sillons de l’écorce, faisant travailler les charançons, élevant leurs larves pour se nourrir. Le père de Tobie, savant génial et sage, a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire qui permet de transformer la sève de l’arbre en énergie motrice. Il sait que certains s’en serviraient au détriment de l’arbre. Furieux, le Grand Conseil a condamné la famille Lolness à l’exil dans les Basses-Branches, territoire sauvage et sombre, près de la frontière des Pelés. Là pourtant, Tobie vit heureux et rencontre Elisha qui devient son amie. Mais les Lolness sont rejugés et, cette fois, condamnés à mort.

 

Adultes :

BDs :

« Cher pays de notre enfance. Enquête sur les années de plomb de la Ve République », Etienne Davodeau, Benoît Collombat

C’est la mort du juge Renaud, à Lyon, le 3 juillet 1975, premier haut magistrat assassiné depuis la Libération. Ce sont des braquages de banques, notamment par le fameux gang des Lyonnais, pour financer les campagnes électorales du parti gaulliste au pouvoir. Ce sont les nombreuses exactions impunies du SAC (le Service d’Action Civique), la milice du parti gaulliste, dont la plus sanglante fut la tuerie du chef du SAC marseillais et de toute sa famille à Auriol en 1981 (ce massacre aura bouleversé la France entière, et aura entraîné la dissolution du SAC par le parlement en août 1982). C’est l’assassinat de Robert Boulin, ministre du Travail du gouvernement de Raymond Barre, maquillé en suicide grossier dès la découverte du corps dans cinquante centimètres d’eau, le 30 octobre 1979, dans un étang de la forêt de Rambouillet. Ce sont 47 assassinats politiques* en France sous les présidences de Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing ! Avec, en arrière-plan, le rôle actif joué par le SAC, la milice gaulliste engagée alors dans une dérive sanglante. C’est une page noire de notre histoire soigneusement occultée, aujourd’hui encore. En nous faisant visiter les archives sur le SAC, enfin ouvertes, en partant à la rencontre des témoins directs des événements de cette époque – députés, journalistes, syndicalistes, magistrats, policiers, ou encore malfrats repentis –, en menant une enquête approfondie et palpitante, Étienne Davodeau et Benoît Collombat nous font pénétrer de plain-pied dans les coulisses sanglantes de ces années troubles et nous convient à un voyage étonnant, instructif et passionnant à travers les heures sombres de la Ve République.

 

Histoire :

« Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française », Dominique Kalifa

"Biribi était le nom donné, au XIXe siècle, aux bagnes militaires installés par l'armée française en Afrique du Nord pour se débarrasser de ses "mauvais sujets" : rebelles, fortes têtes, condamnés des conseils de guerre, parfois aussi opposants politiques, homosexuels ou faibles d'esprit. L'auteur décrit l'histoire tragique de ces hommes soumis aux brimades et aux sévices infligés par des sous-officiers indignes, au travail harassant sous un soleil de plomb, à la violence de ce qui constituait les bas-fonds de l'armée. Mais il montre aussi comment le courage de quelques-uns - militants, médecins ou reporters, comme Albert Londres, contribua à faire prendre conscience au pays de l'horreur vécue dans ces camps disciplinaires. Les derniers "corps spéciaux" de l'armée française furent supprimés au début des années 1970."

 

Romans :

« Chronique d’hiver », Paul Auster

Trente ans après L’Invention de la solitude, Paul Auster pose sur son existence le regard du sexagénaire qu’il est devenu. Bien loin, cependant, du journal intime ou du classique récit autobiographique, cette Chronique d’hiver aborde la méditation sur la fuite du temps sous l’angle du compagnonnage que tout individu entretient avec son propre corps. C’est en effet de respiration, de sensation, de jouissance ou de souffrance, d’épiphanies charnelles ou de confrontations plus ou moins traumatiques avec la matière du monde qu’il est question à travers l’évocation, à la deuxième personne, d’un simple petit Américain du nom de Paul Auster, né dans l’immédiat après-guerre, et requis d’apprivoiser les espaces et le temps qui lui ont été impartis. Dans ces pages aussi sincères que retenues, Paul Auster se décrit moins en littérateur qu’en acteur convoqué sur la scène troublée de l’existence pour y incarner, à son tour, toute l’ardeur des passions humaines. De cet homme-cicatrice dont le corps exulte ou somatise, de ce fils hanté par la mort prématurée de son père et tourmenté par le destin chaotique de sa mère, de l’heureux citoyen de Brooklyn, époux et père aujourd’hui comblé, de cet héritier d’une lointaine Europe, amateur de baseball, fumeur invétéré et romancier fécond, de cet homme, enfin, qui souffre de ne pouvoir ou de ne savoir pleurer, le lecteur entendra ici le “grain de la voix” surgissant du savant puzzle où se déconstruit toute représentation univoque du moi afin que se produise, sous le signe d’une humanité partagée, la plus loyale des rencontres.

« Corne de brume », Michel Caffier

La fin d’un monde, celui de Germaine, fille de marin dans le premier port de pêche d’Europe. À travers la destinée de Germaine, fille d’un patron de pêche dans la France de l’entre-deux-guerres, Michel Caffier nous fait vivre au rythme des rêves et des épreuves d’une ville pittoresque, pleine de vie et de traditions, qui était alors l’un des plus grands ports d’Europe, Boulogne-sur-Mer : microcosme fourmillant où se côtoyaient pêcheurs de la Baltique et paysans de la côte d’Opale, voyageurs en escale des paquebots transatlantiques et ouvriers de la métallurgie, Anglais en goguette amenés par les ferries et pèlerins de Notre-Dame de Boulogne affluant de tout l’hexagone. La grande fête de 1936 fait oublier un temps la montée des périls européens à Germaine, engagée avec passion dans la vie de sa cité. Accueillis à bras ouverts, républicains espagnols et réfugiés politiques fuyant l’Allemagne nazie annoncent pourtant la catastrophe qui ravagera la ville…

L’intégrale « Hunger Games », Suzanne Collins

Les Hunger Games ont commencé. Le vainqueur deviendra riche et célèbre. Les autres mourront... Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur. Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l'arène: survivre, à tout prix. Quand sa petite sœur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n'hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. À seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature..

« La corne de Dieu », Alain Dubos

1953, en Chalosse, dans les Landes. À dix-neuf ans, Michel Lacaze, fi ls de métayers installés sur les terres de la famille de Salians, consacre le plus clair de son temps au jeu dangereux de la course landaise dont il est une étoile montante. Tout son petit monde rural bien ordonné vacille quand il se laisse séduire par une Bordelaise invitée pour les grandes vacances par les Salians. Son frère aîné, sous-offi cier en Indochine, prend cette liaison peu convenable avec philosophie, mais ses relations s’enveniment avec son autre frère, revenu infi rme de Buchenwald, qui le jalouse. L’affrontement devient inévitable quand l’aîné des Salians qui courtisait la vacancière, par représailles, incite ses parents à mettre un terme au contrat de métayage des Lacaze… Ancien vice-président de Médecins sans frontières, Alain Dubos mène de front sa carrière de pédiatre et une oeuvre d’écrivain qui trouve dans ses attaches landaises une inépuisable source d’inspiration. Par-delà ce qu’il révèle de la fraternité virile de l’arène landaise, de ses rites et de ses secrets, ce beau roman nous parle de l’éternel désir des hommes de sublimer, fût-ce par des esquives et des sauts acrobatiques, leur condition.

« L’héritage des rois passeurs », Manon Fargetton

Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu'on le connaît, sont les deux reflets déformés d'une même réalité. Enora est unique : elle peut traverser d'un monde à l'autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l'atteindre. Au royaume d'Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d'exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s'emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d'Ombre. Et elle n'est pas la bienvenue. Deux monde imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d'Ombre...

« Etre sans destin », Imre Kertész

"Et malgré la réflexion, la raison, le discernement, le bon sens, je ne pouvais pas méconnaître la voix d’une espèce de désir sourd, qui s’était faufilée en moi, comme honteuse d’être si insensée, et pourtant de plus en plus obstinée : je voudrais vivre encore un peu dans ce beau camp de concentration." De son arrestation, à Budapest, à la libération du camp, un adolescent a vécu le cauchemar d’un temps arrêté et répétitif, victime tant de l’horreur concentrationnaire que de l’instinct de survie qui lui fit composer avec l’inacceptable. Parole inaudible avant que ce livre ne la vienne proférer dans toute sa force et ne pose la question de savoir ce qu’il advient, quand il est privé de tout destin, de l’humanité de l’homme. Imre Kertész ne veut ni témoigner ni "penser" son expérience mais recréer le monde des camps, au fil d’une impitoyable reconstitution immédiate dont la fiction pouvait seule supporter le poids de douleur. Cette œuvre dont l’élaboration a requis un inimaginable travail de distanciation et de mémoire dérangera tout autant ceux qui refusent encore de voir en face le fonctionnement du totalitarisme que ceux qui entretiennent le mythe d’un univers concentrationnaire manichéen. Mis au ban de la Hongrie communiste, ignoré par le milieu littéraire à sa parution en 1975, Etre sans destin renaît après la chute du mur. Enfin reconnu, Imre Kertész a, depuis, reçu plusieurs prix prestigieux tant en Hongrie qu’en Allemagne.

« Couleurs de l’incendie », Pierre Lemaitre

Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d'un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement. Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d'autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l'incendie qui va ravager l'Europe. Couleurs de l'incendie est le deuxième volet de la trilogie inaugurée avec Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013, où l'on retrouve l'extraordinaire talent de Pierre Lemaitre.

« Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil », Haruki Murakami

À douze ans, Hajime rencontre Shimamoto-san, sa petite voisine. Avec elle, il découvre la musique, les sourires complices, les premiers frissons sensuels... Et puis celle-ci déménage, laissant à son ami le goût amer de l'abandon. Lorsque, trente ans plus tard, elle réapparaît, Hajime, rongé par le désir et la nostalgie, est envoûté par cette femme énigmatique, reflet de ses rêves perdus. Mais sous les traits délicats du visage de Shimamoto-san se cachent la souffrance, la folie et la destruction. Conte moderne dont émane un érotisme discret mais obsédant, ce roman, servi par une écriture d'une formidable densité, entraîne le lecteur au cœur des contradictions de héros en quête d'un inaccessible absolu.

« Petites histoires douces amères », Claudine Vincenot

De ses expériences de vie en Bourgogne, à Paris et au Maroc, où elle enseigna pendant quinze ans, l'auteur a retiré une connaissance profonde des petites gens : paysans et vignerons bourguignons, Parisiens d'après-guerre, Berbères de l'Atlas ou petit peuple de Fès. Avec jubilation, elle entraîne ses personnages dans de courtes aventures douces amères. Amours interdites, amours déçues, amours joyeuses... À travers ces " petites histoires ", Claudine Vincenot nous fait partager son affection pour ses personnages, désemparés ou pleins d'astuce, mais toujours attachants, pour peu qu'on les accepte avec leurs différences, leurs rêves parfois illusoires et leurs contradictions. Son goût pour le mot juste fait mouche. Elle témoigne d'un sens de l'observation, d'une connaissance de la nature humaine et d'une tolérance amusée qui rappellent Henri Vincenot, l'auteur de La Billebaude.

 

Romans policiers :

« La prise de Karkass », Claude Boudet

Au-delà des mystères, plus obscur encore, il y a l'inexplicable. La Cité de Carcassonne a été prise, conquise... Pourquoi ? Par qui ? Nul ne le sait Pour essayer de le savoir le Commissaire Grassin va mener l'enquête la plus périlleuse de sa carrière. Au risque de sa vie. Des têtes coupées, comme ailleurs... Des bûchers, comme avant dans le lointain passé. Qui sont ceux qui ont envahi la Cité et en ont fait une ville morte ? De quelle époque ? De quel " monde " ? Et pourquoi invoquent-ils cyniquement un " principat " occitan de Karkass ? "On dirait des drones, murmura Dumoulin, de minuscules drones, des milliers et des milliers de drones..." Seul le Mal dans sa banalité quotidienne aura, peut-être, la réponse.

« La forêt des ombres », Franck Thilliez

Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans: ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d'un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d'argent. Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l'on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige...

 

Société :

« L’homme nu. La dictature invisible du numérique », Marc Dugain, Christophe Labbé

On les appelle les Big Datas. Google, Apple, Facebook ou Amazon, ces géants du numérique, qui aspirent à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies. Derrière cet espionnage, dont on mesure chaque jour l'ampleur, on découvre qu'il existe un pacte secret scellé par les Big Datas avec l'appareil de renseignement le plus puissant de la planète. Cet accouplement entre les agences américaines et les conglomérats du numérique, est en train d'enfanter une entité d'un genre nouveau. Une puissance mutante, ensemencée par la mondialisation, qui ambitionne ni plus ni moins de reformater l'Humanité. La prise de contrôle de nos existences s'opère au profit d'une nouvelle oligarchie mondiale. Pour les Big data, la démocratie est obsolète, tout comme ses valeurs universelles. C'est une nouvelle dictature qui nous menace. Une Big Mother bien plus terrifiante encore que Big Brother. Si nous laissons faire nous serons demain des " hommes nus ", sans mémoire, programmés, sous surveillance. Il est temps d'agir.

« La laïcité contre la fracture ? », Gilles Kepel

Comment expliciter la laïcité quand celle-ci ne semble plus faire consensus ? Quelle réponse apporter aux fractures identitaires en reconstruisant une laïcité concrète ? Alors que le djihadisme a causé plus de deux cent cinquante morts en France depuis les meurtres de Toulouse en mars 2012 et vise à fragmenter la société française sur des bases confessionnelles, il est plus urgent que jamais d'actualiser une laïcité dont l'enjeu aujourd'hui n'est plus tant la séparation que l'inclusion.

« La rumeur d’Orléans », Edgar Morin

Une rumeur étrange (la disparition de jeunes filles dans les salons d'essayage de commerçants juifs) s'est répandue, sans qu'il y ait la moindre disparition, dans la ville dont le nom symbolise la mesure et l'équilibre : Orléans. Edgar Morin et une équipe de chercheurs ont mené l'enquête sur place. Pourquoi Orléans ? Pourquoi des Juifs ? Pourquoi et comment se propage une rumeur ? Cette rumeur véhicule-t-elle un mythe ? Quel est ce mythe et que nous dit-il sur notre culture et sur nous-mêmes ? Des questions se posent : un antisémitisme jusqu'alors latent s'est-il à nouveau éveillé ? N'y a-t-il pas, dans nos cités modernes, un nouveau Moyen Age qui ne demande qu'à surgir à tout moment ?

« Diamants. Enquête sur un marché impur », Marc Roche

Le diamant a toujours fasciné. Dans cet univers, la discrétion est la règle absolue, ce qui fait qu’on y trouve les artifices fiscaux les plus sophistiqués, les connivences politiques les plus troubles, les fraudes les plus incroyables, les pots de vin fréquents, sans oublier les conditions trop souvent horribles de son extraction. Aujourd’hui, c’est un pur produit de la mondialisation. Jusque dans les années 1980, tout se joue en Europe. Désormais, il faut compter avec la montée en puissance de la Chine et des pays du Golfe et le rôle considérable joué par l’Inde dans la taille du diamant. À cela s’ajoute la production en masse de pierres synthétiques qui bouleverse ce marché. Pour la première fois, cette enquête nous introduit dans l’univers secret de l’extraction et de la taille des pierres précieuses jusqu’à leur vente sur les marchés du monde entier. Un voyage époustouflant de la mine à la bijouterie.

Bonne lecture !                                                                                                      

Fermeture de la médiathèque les 29 et 30 novembre

le .

Votre médiathèque sera fermée jeudi 29 et vendredi 30 novembre.

 

Bon week-end et à lundi!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 20 novembre

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 20 novembre:

 

 IMG 20181120 191112  IMG 20181120 191402

Jeunesse :

Albums :

« Le capitaine étoile de mer », Davina Bell, Allison Colpoys

Demain, c’est le grand concours de déguisements à l’école. Et le thème, cette année : le monde sous-marin. Voilà Nathan bien préoccupé. D’accord, son costume de Capitaine Étoile-de-mer est prêt. Mais il ne se sent pas l’étoffe d’un héros, du tout même. Il a cette sensation désagréable, comme la veille de la course, quand il était sûr d’arriver dernier… Non décidément, Nathan n’est pas prêt. Il confie son secret aux cow-boys de son papier peint : maman sera-t-elle fâchée ?

« Un loup au paradis », Dedieu

Loupi ne se sent pas comme les autres. Dans son clan règne la violence et la compétition. C'est celui des loups. Il est d'ailleurs le descendant d'une grande lignée des plus féroces d'entre eux. Lui, n'a d'yeux que pour les moutons. Il aime leur caractère paisible et rêve de faire partie du troupeau plutôt que de la meute. Chaque jour, il fait un pas de plus vers eux. Pas facile quand on a de grandes oreilles et de grandes dents de gagner la confiance des moutons. Pour ça, il doit cesser de hurler et se mettre à bêler, changer son alimentation, bref, ne plus être tout à fait lui-même. Une fable sur l'identité. Ou comment rentrer dans le rang des moutons quand on est un loup plein de dents!

« Je veux ces bottes », Mymi Doinet

Les petites bottes rouges rêvent de sauter dans les flaques d'eau. Qui viendra les acheter ? Oh ! Surtout pas cette dame affreuse avec son drôle de chapeau noir et biscornu ni ce grand et gros bonhomme terrifiant !

« Un pas puis mille », Séverine Vidal, Julien Castanié

J’ai d’abord fait un pas, et puis mille. J’ai dit « Je pars », je le fais. À moi la grande vie, à moi le rêve et la nature sauvage ! Un enfant accepte difficilement que ses parents ait décidé de déménager. Alors, il décide de partir. Après un long détour en compagnie de son nouvel ami, un serpent rouge nommé Pesco, une certaine conclusion s’impose pour notre jeune aventureux…

 

BDs :

« Une aventure de Spirou et Fantasio. Le journal d’un ingénu », Emile Bravo

Un jeune journaliste inconscient dénommé Fantasio déclenche l'apocalypse !
Et pourtant cette guerre aurait pu être évitée ! Des pourparlers entre émissaires polonais et Karl Von Glaubitz, premier secrétaire du ministre allemand des affaires étrangères Von Ribbentrop,, à Bruxelles, étaient dans une impasse lorsqu'un jeune groom du Moustic Hôtel, prénommé Spirou, a proposé une solution tout à fait originale au problème délicat de Dantzig qui semblait convenir à toutes les parties en présence. C'est à ce moment-là que le jeune Fantasio, un de nos collaborateurs à la rubrique des chiens écrasés, a surgi et tenté d'obtenir des informations auprès du délégué allemand. Devant le refus de celui-ci, une rixe éclata au cours de laquelle le jeune inconscient aurait flanqué son poing dans la figure du dignitaire nazi qui l'aurait assez mal pris. On s'attend à des représailles imminentes de la part de l'Allemagne. Des bombardiers de la Luftwaffe auraient décollé à l'aube en direction de la frontière polonaise...

« Petit Robot », Ben Hatke

D'un côté, il y a une petite fille. Elle est bricoleuse et débrouillarde. De l'autre un petit robot tombé d'un camion... La rencontre a lieu et l'aventure commence. Il faut tout d'abord réparer ce petit robot qui visiblement est cassé. Mais heureusement la petite fille a de l'idée. Et les voilà bien vite à marcher tous les deux. Elle lui montre son univers. Mais à l'usine, les machines implacables donnent l'alerte. Il manque un robot... Bientôt, les deux amis jouent ensemble. Après une course dans la forêt, ils se retrouvent tous les deux face au grillage de l'usine et découvrent un énorme trou. Un énorme robot a pour mission de retrouver l'élément manquant. La course-poursuite entre les deux robots commencent. Et le duel est inégal. Petit robot se retrouve vite à l'usine, de nouveau prisonnier. C'est sans compter sur l'imagination bricoleuse de la petite qui va bien vite trouver la solution et libérer le petit Robot. Ils vont retrouver la liberté... et de nombreux amis, car la demoiselle n'a pas chômé. Elle a réparé et "redonné vie" à de nombreuses machines. La balade et la complicité entre la petite et le robot peut reprendre son cours...

« Les Schtroumpfs et le cracoucass », Peyo

Qui ne connaît les Schtroumpfs ? Ces gentils lutins bleus à gros bonnet blanc se ressemblent tous, même s'ils ont chacun leur caractère, et parlent une curieuse langue dans laquelle la plupart des mots sont remplacés par "schtroumpf" ou "schtroumpfer". Sous l'autorité débonnaire du grand Schtroumpf, ce sympathique petit peuple organise sa vie et lutte contre l'abominable sorcier Gargamel, qui ne rêve que de les détruire. Une adorable fantaisie qui séduira les plus petits et distraira leurs aînés.

« Le petit spirou présente. Mon prof de gym », Tome, Janry

Le meilleur des gags du "Petit Spirou" mettant en scène Monsieur Mégot, le fameux prof de gym. Les gags sont complétés par un portrait du personnage, une lettre écrite par le Petit Spirou, des pages de garde amusantes autour de l'univers du personnage et une couverture inédite.

Manga :

« My hero academia », Kohei Horikoshi

          Dans un monde où 80 % de la population possède un super‑pouvoir appelé alter, les héros font partie de la vie quotidienne. Et les super‑vilains aussi ! Face à eux se dresse l'invincible All Might, le plus puissant des héros ! Le jeune Izuku Midoriya en est un fan absolu. Il n'a qu'un rêve : entrer à la Hero Academia pour suivre les traces de son idole. Le problème, c'est qu'il fait partie des 20 % qui n'ont aucun pouvoir... Son destin est bouleversé le jour où sa route croise celle d'All Might en personne ! Ce dernier lui offre une chance inespérée de voir son rêve se réaliser. Pour Izuku, le parcours du combattant ne fait que commencer !

 

Roman :

« Mathilde et le fantôme », Wilson Gage

La fermière Mathilde a des draps dans son armoire et du foin dans sa grange. Tout irait bien, sans ce fantôme entêté. Mathilde ne craint pas les fantômes mais comment peut-elle s'en débarrasser? Elle ne manque pas d'idées. Le fantôme non plus…

 

Adultes :

« Jeux et énigmes geek », Stéphanie Bouvet

Amis des Sept Royaumes, de Tatooine, d’Ankh Morpok et des confins des galaxies connues et inconnues, réjouissez-vous ! C’est le moment de voir si votre intelligence est plus qu’artificielle. L’heure de dépasser vos limites a sonné. Vous allez être confronté au plus grand défi que l'univers connu et inconnu ait jamais… connu. Près de 200 énigmes vous attendent et sachez-le, vous n'en sortirez pas indemne ! Voici les différents mondes que vous allez rencontrer : Star Wars, Tolkien, Manga et animation, Jeux vidéo, Comics et super héros…

 

BDs :

« Quelques mois à l’Amélie », Jean-C Denis

A travers la dérive d'un écrivain en manque d'inspiration et d'amour, récit d'une grande maîtrise graphique et littéraire, Quelques mois à l'Amélie est une remarquable leçon de vie et confirme Jean-C. Denis comme l'un des auteurs de bande dessinée contemporains les plus accomplis.

« Ces jours qui disparaissent », Timothé Le Boucher

Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps... Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?

 

Cuisine :

Gastronogeek”, Thibaud Villanova, Maxime Léonard

42 recettes créatives et gourmandes autour de 15 thèmes incontournables de la culture geek. De Harry Potter à Star Wars, en passant par Dragon Ball, un hommage gastronomique à des références cultes et une série d'énigmes pour tester vos connaissances geek.

 

Poésie :

« Petite bibliothèque de poésie contemporaine. », Zéno Bianu, Sophi Nauleau, André Velter

«Concernant la poésie, les idées reçues sont irrecevables. Elles ont néanmoins la vie dure. Génération après génération, on se lamente sur la perte d'audience des poètes contemporains, comme si leurs aînés avaient toujours connu, en leur temps, une exceptionnelle faveur. Aussi faut-il contrecarrer résolument ce penchant morose, objecter à ce lancinant refrain qui ne doit qu'à la paresse et à la nostalgie. Aussi faut-il proposer aujourd'hui, sinon imposer, les voix affirmées, marquantes, éclairantes et, à bien des égards, activement dérangeantes, de Guillevic, André Frénaud, René Daumal, Armand Robin, Edmond Jabès, Ghérasim Luca, Aimé Césaire, Yves Bonnefoy, Henri Pichette, André du Bouchet, Lorand Gaspar, Philippe Jaccottet. Douze parcours, du lapidaire au volcanique, du révolté au méditatif, du polyphonique au loufoque, du stupéfiant au transparent, du tellurique au sensuel, du dépouillé au luxuriant... Douze parcours pour changer d'univers, fût-ce dans la même galaxie.»

« Poésie irlandaise contemporaine : anthologie », Martine Chardoux, Jacques Darras

Cette anthologie de poésie irlandaise contemporaine (textes parus depuis l’année 2000) vient combler un manque important dans la connaissance de la poésie européenne contemporaine. La présentation de cette poésie en France se limite en effet à un seul ouvrage d’envergure, Anthologie de la poésie irlandaise du XXe siècle (Verdier, 1995). Un livre aujourd’hui épuisé. "Existe-t-il écrivain plus ancré dans sa terre natale et ses légendes, et en même temps plus ouvert au monde, que le poète irlandais ?" s’interroge Jacques Darras dans son éclairante préface. Cette poésie a reçu la consécration grâce au prix Nobel de littérature reçu par Seamus Heaney en 1995. Cette anthologie s’intéresse aux héritiers directs de W.B. Yeats (1865-1939), la génération née à la fin des années 1920 et dans les années 1930 (Thomas Kinsella, John Montague, Seamus Heaney, Michael Longley), avant de présenter les auteurs par décennies de naissance, les plus jeunes étant nés dans les années 1970. La grande originalité de cette anthologie consiste à présenter essentiellement des poèmes édités au XXIe siècle.

 

Romans :

« La Miaulemort », Daniel Cario

Le petit Sylvain Brisaille vit entre étangs et marais, dans le coeur du Berry au début du XXe siècle. Son père, agriculteur, lui a défendu d'aller au-delà de l'étang des Touchières, où sévirait la Miaulemort, une créature monstrueuse. Intrigué par une étrange musique, Sylvain brave l'interdit et découvre, dans une masure, un vieux saltimbanque jouant de la vielle. Mais cette rencontre insolite entre le vieillard et l'enfant provoque, curieusement, la fureur du père...

« Mort à crédit », Louis-Ferdinand Céline

Deuxième grand roman de Louis-Ferdinand Céline, "Mort à crédit", publié en 1936, raconte l'enfance du Bardamu de "Voyage au bout de la nuit", paru quatre ans auparavant. Après un prologue situant son présent, médecin dans les années trente, le héros narrateur, Ferdinand, se rappelle ses jeunes années, dans un milieu petit bourgeois, vers 1900. Il est fils unique, élevé dans un passage parisien entre une grand-mère éducatrice fine et intuitive, une mère sacrificielle propriétaire d'un petit magasin de dentelles et objets de curiosité et un père violent et acariâtre, employé dans une compagnie d'assurances. Il grandit maladroitement, sans cesse victime des reproches amers de ses parents, multiplie les apprentissages et les échecs sentimentaux et professionnels, séjourne dans un collège anglais avant de voir son destin basculer avec la rencontre d'un inventeur loufoque, Léonard de Vinci de la fumisterie scientifique, pour vivre des aventures toujours tragi-comiques...

« Sous un autre jour », Jens Christian Grondhal

Irene Beckman est une femme comblée. Une belle carrière d'avocate, un mariage heureux, deux enfants et une villa dans les beaux quartiers de Copenhague. À cinquante-six ans la vie semble lui sourire. Mais un soir, elle tombe sur une conversation enregistrée par erreur sur son répondeur téléphonique et apprend que son mari lui est infidèle. Au même moment, sa mère – qui doit subir une intervention chirurgicale dont l'anesthésie générale n'est pas sans risque – lui remet une enveloppe en lui demandant de l'ouvrir seulement après sa mort. Irene, aux prises avec elle-même depuis la séparation d'avec son mari, ne respecte pas cette injonction. Elle découvre alors, dans un cahier écrit en 1948, une brève confession de sa mère et le prénom d'un homme, Samuel, qui serait son vrai père...

L’intégrale « La tapisserie de Fionavar », Guy Gavriel Kay

Ils sont cinq, femmes et hommes, tous vivant à Toronto au Canada ; ils sont jeunes, étudiants ou déjà dans la vie active, tous rationnels. Or, les voici projetés dans Fionavar, le Grand Univers dont le nôtre n'est qu'une ombre bien pâle! Malgré la protection offerte par Mantel d'Argent le magicien, ils sont aussitôt pris dans les premières escarmouches de la guerre qui oppose les forces des Lumières à celles des Ténèbres. Car Rakoth Maugrim, le dieu renégat, a trouvé moyen de se libérer de sa prison millénaire... Avec dextérité, Guy Gavriel Kay tisse, dans LArbre de l'été, premier volet de La Tapisserie de Fionavar, une intrigue complexe et surprenante où surgissent tout à tour des esprits des bois et des eaux, des animaux surnaturels et une magie titanesque, celle des dieux de l'univers de Fionavar...

« La poursuite du bonheur », Douglas Kennedy

Un jour d'enterrement bien triste. Une vieille dame, dans le cortège, qu'elle n'a jamais vue. Kate Malone l'ignore encore mais, alors que son passé entre en terre, un autre, inconnu, s'apprête à éclater au grand jour... Cette histoire occulte commence à Greenwich Village, au lendemain de la guerre. Tout ce que la jeunesse de Manhattan compte d'artistes excentriques et prometteurs tente d'oublier trois ans d'horreur dans l'appartement enfumé du dramaturge Eric Smythe. Un premier Thanksgiving sous le signe de la paix. Dans le joyeux désordre de ce soir de fête, Jack Malone liera à jamais son destin à celui de Sara. Malgré l'ombre grandissante de la chasse aux sorcières, malgré la mort, malgré l'Amérique, ces deux-là se battront, jusqu'au bout, pour leur droit au bonheur...

« Traité des bons sentiments », Mériam Korichi

Que se cache-t-il aujourd'hui derrière l'expression « bons sentiments », expression résolument péjorative, reflet d'un état d'esprit contemporain qui semble refuser toute place aux émotions et à la sensibilité ? Le dénigrement des bons sentiments caractérise l'homme de la rue comme l'Académicien, l'homme politique comme le philosophe. L'usage négatif s'est à ce point répandu qu'il a presque vidé l'expression de tout contenu clair et distinct. Critiqués, suspectés, honnis, rejetés, les « bons sentiments » en sont venus à signifier le contraire de ce qu'ils affirment littéralement. C'est un voyage dans l'histoire de la langue commune et philosophique que Mériam Korichi propose dans ce livre qui prend la forme d'un traité, en suivant à la fois une méthode analytique pour retracer l'origine des sens positifs et négatifs de l'expression « bons sentiments » et une méthode génétique pour établir la signification qu'elle peut prendre aujourd'hui au-delà de son caractère dépréciatif. Si l'on admet que la sensibilité à l'égard de l'autre est une base pour la fondation des relations entre les individus, on comprendra en quoi les bons sentiments sont au coeur de la mêlée des idées contemporaines relatives à l'avenir social de l'humanité.

« 14 juillet », Eric Vuillard

La prise de la Bastille est l’un des événements les plus célèbres de tous les temps. On nous récite son histoire telle qu’elle fut écrite par les notables, depuis l’Hôtel de ville, du point de vue de ceux qui n’y étaient pas. 14 Juillet raconte l’histoire de ceux qui y étaient. Un livre ardent et épiphanique, où notre fête nationale retrouve sa grandeur tumultueuse.

 

Romans policiers :

« La disparition de Stephanie Mailer », Joël Dicker

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres. L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque. Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer ? Qu’a-t-elle découvert ? Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?

« Justice dans un paysage de rêve : une enquête de l’inspecteur Cooper », Mala Nunn

Un capitaine de police blanc ayant été abattu dans une ville de la province sud-africaine au cours des années cinquante, l’inspecteur Cooper arrive de Johannesburg pour mener l’enquête. Il doit se frayer un chemin dans le labyrinthe des clivages raciaux et sociaux qui divisent la communauté. L’éminente et très respectable famille de la victime l’observe d’un oeil soupçonneux, et l’enquête est rapidement récupérée par la Security Branch. Cooper poursuit néanmoins ses recherches et, en découvrant la double vie du capitaine défunt, est entraîné dans une affaire qui révélera que la couleur de peau compte bien plus que la justice…

Société :

« Bien entendu… c’est off : ce que les journalistes ne racontent jamais », Daniel Carton

Dans un avion qui le ramène de La Réunion, Jospin confie ce qu'il pense réellement de Chirac. Rapporté, le propos suscite la stupeur de celui qui vient de le proférer : " C'était off. " Les qualificatifs désobligeants appartenaient à cette litanie de confidences que les journalistes écoutent mais ne doivent pas répéter. " Off " les guérillas entre ministres, Ferry contre Darcos, Mer contre Lambert. " Off " Michel Rocard, l'homme du " parler vrai " caché dans le jardin de l'Élysée. " Off " aussi les journalistes qui prêtent leur plume à l'un ou à l'autre et qui cornaquaient Noir ou Tapie. Au fil de sa carrière de journaliste politique à La Voix du Nord, La Croix, Le Monde et Le Nouvel Observateur, Daniel Carton a relevé nombre d'exemples de cette connivence intéressée qui voit le silence des uns payé par les services des autres : un logement, des voyages, des places à l'Opéra ou à la Comédie-Française... Cette complicité faite de bronzage en commun sous le commode prétexte d'"universités d'été ", voire plus si affinités, et d'une subtile pratique du tutoiement scelle le pacte qui unit " la France d'en haut ". Daniel Carton, pour sa part, a choisi de se situer délibérément du côté de cette " France d'en bas " sans cesse manipulée et qui n'a pas le droit de savoir ce qui se chuchote " off ". La politique comme on ne la raconte pas.

« Un type bien ne fait pas ça… Morale, éthique et itinéraire personnel », Axel Kahn

"Par deux fois mon père m'a lancé des injonctions qui n'ont cesse de me poursuivre: "Un garçon bien ne dit pas ça" après que, à l'âge de sept ans, j'ai interpellé un petit camarade avec des accents racistes. Et "Il faut faire durement les choses nécessaires, sois raisonnable et humain" dans la dernière lettre qu'il écrivit avant de se jeter d'un train à pleine vitesse. Déchiffrer ces messages a été l'un des fils rouges de mon itinéraire intellectuel et de ma vie d'homme. Je ne suis pas certain d'y être parvenu dans le sens exact que Jean Kahn donnait à ses propos, mais j'ai élaboré moi-même un corpus de valeurs que je suis capable d'expliciter, de fonder en logique, de telle sorte que mes interlocuteurs et lecteurs puissent s'en saisir pour les contredire ou se les approprier." Dans ce nouvel ouvrage, le célèbre généticien revisite les fondamentaux de sa réflexion éthique à la lumière de sa propre vie. Il montre comment s'élabore une réflexion approfondie autour de questions aussi cruciales que la procréation pour autrui, l'homoparentalité, l'euthanasie... et s'insurge contre les " icônes corruptrices " (dévalorisation de l'Autre, utopie scientiste, passion, argent...) qui peuvent fausser le jugement des médecins ou des scientifiques, même les plus éminents. Salutaire.

« Marchands d’armes. Enquête sur un business français », Romain Mielcarek

Plus de 160 000 personnes travaillent dans l’industrie de l’armement. D’ici peu il y aura presque autant d’employés dans l’armement que dans l’automobile, la chimie et la pharmacie réunies. Les milliards pleuvent sur ce secteur qui fabrique sous-marins, avions, hélicos et blindés. La France, troisième exportateur d’armes dans le monde, parvient de mieux en mieux à vendre son savoir-faire technologique. Reste à savoir à qui et à quelles conditions. Tout l’appareil d’État est mobilisé pour soutenir cette industrie : les politiques, les diplomates et les militaires aident les vendeurs d’armes partout où ils le peuvent. À tel point qu’on ne sait plus s’il s’agit de défendre les intérêts de la France ou ceux de l’industrie de l’armement. Cette enquête inédite au coeur du complexe militaro-industriel français nous entraîne dans les coulisses de ce secteur si juteux de l’économie française et nous fait découvrir ses règles et ses acteurs.

Bonne lecture !

Les recommandations des participants à l'apéritif-culture de Novembre

le .

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de novembre a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

Le thème de cet apéritif était L'enfance.

Voilà nos recommandations:

 

Les BDs:

"Calvin et Hobbes", Bill Watterson

L'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

 

Les romans :

« Neverland », Timothée de Fombelle

         Neverland est l’histoire d’un voyage au pays perdu de l’enfance, celui que nous portons tous en nous. À la fois livre d’aventure et livre-mémoire, il ressuscite nos souvenirs enfouis. Après son immense succès en littérature jeunesse (Tobie Lolness, Vango, Le livre de Perle), Timothée de Fombelle signe son premier livre pour adultes.

« Paroles d'étoiles », Jean-Pierre Guéno

          729 000 enfants d'origine juive vivaient en France en 1939. Ils ont été jetés dans la guerre, marqués de l'étoile jaune, et souvent séparés de leurs parents... 12 000 ont été éliminés. 60 000 ont survécu : beaucoup parce qu'ils ont été cachés. A l'âge où ils n'auraient dû traverser que des petits chagrins d'enfance, il leur a fallu apprendre à ne pas exister. Ils ont enduré les heures les plus terribles de notre histoire. Leurs souvenirs sont souvent amers et douloureux, ils peuvent être aussi réconfortants car certains ont trouvé un véritable amour auprès de ces " justes " qui les ont dissimules en bravant tous les dangers. Plus de huit cents personnes ont répondra à l'appel de l'ensemble des stations de Radio France, elles retrouvent, pour exprimer leurs émotions, les yeux des enfants ou des adolescents qu'elles étaient entre 1940 et 1944. Un témoignage inestimable, pour que l'oubli ne submerge ni la part d'ombre ni la part de lumière qui caractérisent notre histoire...

« Histoires inédites du Petit Nicolas. Volume 2 », Goscinny, Sempé

         Ce qui est bien à la maison, c'est qu'on peut s'amuser avec maman, faire des mots croisés très difficiles avec papa ou téléphoner à Alceste. Mais, en train ou en avion, en Bretagne ou en Espagne, quand on part en vacances, on est drôlement content parce que c'est toujours une aventure terrible! Après, on a des tas de souvenirs à raconter aux copains quand on rentre à l'école...

« Petite soeur mon amour », Joyce Carol Oates

          Bliss, princesse des glaces qui a remporté tous les prix de patinage, a été assassinée. Pourtant, tout le monde l'aimait. Son frère Skyler, psychotique, un peu jaloux de son succès. Sa mère, prête à tout pour faire de Bliss une star : maquillage outrancier, tenues sexy et produits dopants. Ses fans qui l'adulent jusqu'à l'obsession. Oui, tout le monde aime Bliss, mais trop d'amour peut tuer...

«Le champ de personne», Daniel Picouly

        Comment affronter le monde quand on a dix ans, qu'on est le dernier d'une famille de douze enfants et qu'on vit dans un pavillon minuscule depuis que le grand frère a mis le feu à la maison d'avant? En s'inventant un monde extraordinaire, et en faisant toujours plus de bêtises, si c'est possible! Comme oublier le vélo de maman, après l'avoir emprunté sans rien dire pour arriver fier comme un coq au "Champ de personne" et épater les copains qui attendent pour jouer au foot. Sauf qu'on a oublié de revenir avec, et qu'à présent, il va falloir tout dire à maman... À dix ans, on s'invente des catastrophes, on fait des bêtises, on est "dilettante" à l'école, et comme toutes les nuits le père se lève pour aller faire son mystérieux travail, on a vite fait de le transformer en héros : il n'est plus chaudronnier, il est Chaudrake et c'est bien sûr à lui que le général de Gaulle fait appel pour chaque mission importante... Récit jubilatoire sur mode d'enfance, le roman de Daniel Picouly se lit avec bonheur et euphorie. --Karla Manuele

 

Les films:

"Capharnaum", Nadine Labaki

L'histoire raconte la vie d'un "enfant des rues", le jeune Zain, qui vit d'expédients dans un quartier misérable de Beyrouth avec sa famille. "Le garçon livre les commandes de ses voisins, essaie de soutirer quelques pièces aux automobilistes, aide sa mère à trafiquer des médicaments stupéfiants". Au cours d'une fugue il rencontre une immigrée éthiopienne Rahil sans papiers et son bébé Yonas ; en l'absence de Rahil, le préadolescent s'occupe comme un frère du tout jeune Ethiopien qui autrement serait mort de faim.

 
Vicky nous a fait le plaisir de partager ses poèmes avec nous:
"L'enfance sacrifiéeé, "Un petit prince est mort", "Terreurs d'enfants"

Tous ces ouvrages vont être disponibles dans votre médiathèque.

Bonne découverte!

Fermeture de la médiathèque du 12 au 16 novembre

le .

Votre médiathèque sera fermée la semaine du 12 au 16 novembre.

Elle sera uniquement ouverte le mercredi 14 de 17h à 19h.

Bonne semaine!