Apéritif-culture le 8 Juin

le .

Image3Exceptionnellement, l'apéritif-culture du mois de Juin se tiendra le vendredi 8 juin, au lieu du vendredi 1 juin.

Le thème de ce mois-ci est: Les chats et les chiens.

 

Venez nombreux!

La cabane à histoires fait des heureux

le .

Le club de couture s'est donné du mal, mais le résultat est à la hauteur des efforts fournis!

Grâce au travail de nos couturières hors pairs, les enfants peuvent désormais, lors des accueils de classe, écouter les histoires dans notre splendide cabane à histoire.

 

IMG 20180515 100819  IMG 20180515 105147
 IMG 20180515 113208  IMG 20180515 105154

 

La cabane à histoire a été testée et approuvée par les enfants!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 14 mai

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 14 mai:

IMG 20180410 191343  IMG 20180514 181800 

 

Jeunesse :

« Mon premier guide nature », Vincent Albouy, Virginie Chiodo

          Mammifères, oiseaux, insectes, arbres, fleurs... Retrouve dans ce guide les principales espèces d'animaux et de végétaux qui peuplent les régions de France. Balade-toi dans ta ville, et observe le martinet, en forme de croissant, haut dans le ciel. Et si tu te promènes dans la garrigue, froisse des feuilles de thym et de romarin entre les doigts, tu en sentiras le bon parfum ! Grâce à ce guide, les plus petits vont apprendre à diriger leur regard pour observer la nature qui les entoure. Un véritable éveil à la faune et à la flore de nos régions ! Un index est disponible en fin d'ouvrage.

 

Albums :

« Y’a plus de papier ! », Céline Claire, Mademoiselle Caroline

          Un petit livre amusant pour aborder l’écologie en toute légèreté et voir la vie en vert ! A lire aux WC...ou ailleurs! Y'a plus de papier !! Cette phrase souvent criée depuis cette petite pièce solitaire tout au bout du couloir vous est familière à vous aussi ? Que feriez-vous s’il n’y avait plus de papier, plus du tout, nulle part ? Si même l’usine n’avait plus de quoi en fabriquer ? C’est la question que se pose cette famille lorsque cela leur arrive réellement et qu’elle constate les dégâts de la déforestation. Elle décide alors de partirà l’aventure à travers le monde afin de trouver des alternatives plus durables…

« Le chevalier noir », Michaeël Escoffier, Stéphane Sénégas

          Le chevalier noir est le plus fort. C'est une évidence. C'est donc sûr de lui qu'il se présente devant le château de la jolie Princesse... Mais la princesse, de son côté, n'est pas la petite princesse esseulée et perdue, à la recherche du prince charmant...Non. Cette demoiselle là, serait plutôt du genre à ne pas croire tout ce qu'on lui raconte et à mettre systématiquement en doute tout ce qu'un chevalier sûr de lui pourrait lui raconter. Très vite, la discussion se transforme en duel. Chacun sort son meilleur atout. Ogre contre fée, qui sera le plus fort ? Les deux risquent d'être déçus...A moins que...cette histoire ne donne naissance à une certaine... complicité !

« Personne n’aime les Gobelins », Ben Hatke

          Un gentil petit gobelin vit dans le donjon d'un vieux château avec son meilleur ami, Squelette. Tous les jours, ils s'amusent dans la salle du trésor. Un jour, un groupe de « valeureux chevaliers » débarque, et c'est la débandade ! Ces malotrus saccagent le donjon, volent le trésor, mais surtout embarquent Squelette ! Le petit gobelin se retrouve tout seul. Osera-t-il affronter le monde pour sauver son meilleur ami ? Une très belle histoire sur la différence et l'amitié.

« Les billes de Pétronille », Mélanie Hillairet

          Voici contées les aventures saugrenues de la famille De Larouille... En ces temps obscurs où une drôle d'épidémie infeste villes, bourgs et campagnes, Suzi et les siens vivent reclus dans leur manoir. Et la vie est dure au château pour la jeune fille entre les persécutions de la vieille tante et les brimades de son oncle. Suzi se demande bien comment tromper l'ennui au milieu de tant de noirceur. Jusqu'au jour où l'une de ses billes vient à rouler sur le vieux parquet du salon vers un passage secret... Un nouveau monde et d'étonnantes découvertes risquent de changer sa vie !

« Le bateau rouge d’Oscar », Jo Hoestlandt, Amandine Piu

          Oscar a reçu un bateau rouge pour son anniversaire. Il l'aime beaucoup et l'emporte partout, même à la mer. Oscar rêve de partir à l'aventure avec lui. Mais il est encore trop petit, et son bateau aussi. A moins que cet été ne soit l'occasion de grandir...

« Franz, Dora, la petite fille et sa poupée », Didier Lévy, Tiziana Romanin

          Un superbe album au message fort : rien n’est jamais totalement perdu.Franz – Kafka – se promène au parc avec sa belle fiancée solaire, Dora. L’écrivain est fatigué, désenchanté. Quand il croise Ingrid, une petite fille en pleurs qui a perdu sa poupée. Aus- sitôt, Franz imagine pour elle une histoire : sa poupée est partie en voyage ! D’ailleurs, elle va bientôt lui écrire. Et le soir même, Franz reprend sa plume pour composer, jour après jour, les lettres que la poupée « envoie » à Ingrid. Peu à peu, la fillette retrouve le sourire… et l’écrivain, le goût d’écrire. Malgré les doutes de l’artiste sur son travail, et la maladie qui va bientôt l’emporter, il ressent la joie d’avoir « quand même réussi quelque chose » en remettant cette petite fille sur les rails de sa vie. D’après l’histoire vraie racontée par Dora dans ses mémoires. 

« Pirates de bonbons », Alan Mets

          Lucien a les moyens d’acheter tous les bonbons de la boulangerie et moi je réussis juste à me payer un petit chewing-gum… Mais Lucien est victime d’un affreux terroriste : Charles, le racketteur de réglisse. Mon sang ne fait qu’un tour. J’interviens ! C’est la bagarre. Je suis battu. Lucien et moi, nous devenons amis pirates, et dégustateurs de trésor, à la vie à la mort. Il n’a plus d’argent, Lucien, et j’ai encore faim… Que faire ? Retournons au magasin. Un pirate, ça vole. Le problème, c’est que Charles la brute est de retour, lui aussi.

 

BDs :

« Petit Poilu. Le Prince des oiseaux », Pierre Bailly, Céline Fraipont

          Dans le monde des oiseaux où Petit Poilu s'est cette fois retrouvé parachuté règne un prince bien malheureux. Prisonnier d'une grande cage dorée, le prince comme le décor qui l'entoure sont en noir et blanc. La faute à Topor, un sinistre corbeau qui le suit à la trace. Petit Poilu essaie tant bien que mal d'insuffler un peu de joie au prince avec des jouets colorés, mais le satané corbeau les détruit à chaque fois… Inébranlable, notre petit héros préféré sort alors de son sac à dos peintures et palette et entreprend de repeindre le triste prince et son monde. Avec succès : les couleurs s'étalent, la vie reprend ! Et, cette fois, le prince ne se laissera pas faire. En quelques habiles coups de pinceau, il transforme le vilain Topor en oiseau rose à pois verts et s'affranchit même de sa cage ! Avec cette nouvelle fable juste, sensible et ludique, Petit Poilu apprend aux petits lecteurs comment réagir aux influences néfastes.

« Kid Paddle. Men in Blork », Midam

          Plus c’est gore, plus il adore ! Entre expériences scientifiques bizarres qui dégénèrent, cauchemars à base de licornes en peluche, fraude au cinéma pour adultes, massacres de blorks dans une salle d’arcade au gardien aussi teigneux que son molosse : la vie de Kid Paddle n’est jamais sereine, mais toujours drôle ! Retrouvez votre gamer favori dans ce nouvel album rempli de gags savoureux, entre humour trash et références et geek, où le réel est aussi fou que le virtuel.

« On ne schtroumpfe pas le progrès », Peyo

          Quand le Grand Schtroumpf est en voyage, il se passe de drôles de choses au village des Schtroumpfs. Ceux-ci en profitent souvent pour faire mille et une bêtises. Cette fois-ci, le Schtroumpf Bricoleur a décidé d'inventer des machines pour alléger le dur labeur du Schtroumpf Boulanger, du Schtroumpf Meunier et du Schtroumpf Bûcheron. Très vite, ces inventions suscitent l'intérêt de toute la communauté. Séduits par la vie facile, les Schtroumpfs réclament tous des mécaniques qui les aideront à accomplir leurs tâches quotidiennes, même les plus banales. Bientôt, le village est ainsi envahi par une multitude de robots aux fonctions les plus variées...

« Trappeurs de rien », Thomas Priou, Pog, Corgié

          L’hiver est là. Croquette, Mike et Georgie décident d’élire domicile dans un chalet en pleine forêt afin de vaquer à leur occupation favorite : la chasse. Quelle sera la proie des trois intrépides compagnons dans ce premier volet ? Le grand caribou, bien entendu !Croquette est une véritable légende du Grand Nord, un trappeur intrépide, un chasseur mythique, un pisteur infaillible. Enfin, c’est ce dont sont convaincus Georgie et Mike, ses meilleurs amis, ses fidèles compagnons.

«Nathalie. C’est pas le bout du monde », Sergio Salma

          Comme à son habitude, Nathalie met son imagination au pouvoir et sa créativité et son talent au service de tous. Dans un monde où le rêve et la réalité ne cessent de s’imbriquer, les adultes ne s’y retrouvent pas toujours... Avec la complicité - bon gré, mal gré - de son oncle et grâce à la présence de son petit frère, Nathalie peut continuer de mettre à l’oeuvre ses multiples talents : lanceuse de couteaux, photographe, championne de canoë-kayak, elle a toujours beaucoup à faire. Parfois au grand dam de ses parents, qui ne savent plus où donner de la tête et finissent souvent par se payer une bonne migraine. Nathalie est aussi bourrée d’humour, et, si elle s’irrite souvent devant les réactions des adultes, elle s’octroie aussi de bonnes tranches de rigolade. Enfin le 10e volume des facéties de la délicieuse Nathalie. Le personnage créé par Sergio Salma nous reconnecte à l’univers délirant et cocasse de l’enfance : avec Nathalie, nous pouvons enfin nous livrer à toutes les expériences que nous n’avions pas jusqu’ici eu le temps de faire ! Les aventures de Nathalie sont toujours une bouffée de bonne humeur.

« Titeuf. La loi du préau », Zep

          "Cool !" Nous dirions même plus: "Mégamortel !" En un mot, c'est "mégatopgénial !" : Titeuf revient ! La star des cours de récré est de retour avec sa mèche blonde dressée sur le crâne, ses expressions inimitables et ses interrogations sur les filles, le sens de l'existence ou l'obligation de manger sa soupe. Entre deux virées au parc d'attractions de Megafunland, Titeuf poursuit son apprentissage de la vie, la vraie. Il expérimente les bonbons au diziak – les bonbons aphrodisiaques, si vous préférez. Dommage qu'il manque d'empoisonner Nadia au passage… Mais que voulez-vous, personne n'est parfait. Même Nadia exagère, d'ailleurs, dans ce nouvel album, elle décide de s'habiller sexy. Du coup, Titeuf se fâche tout rouge à l'idée que ses copains la voient "presque toute nue". "Tu peux pô te balader comme ça, tout le monde va te regarder!", s'exclame-t-il. "Macho!", lui répond Nadia, "t'es pas du tout sexy! T'as toujours le même look, on dirait que tu te changes jamais!". Décidément, les filles sont vraiment compliquées… Dans "La Loi du préau", Zep poursuit l'éducation sentimentale et sociale de son héros, devenu une référence-culte des ados et préados.

Roman :

« Juliette raconte des mensonges », Nathalie Dargent, Yannick Thomé

          Mentir peut aider à sortir d’un mauvais pas et même à se faire valoir aux yeux des copains. Trop fastoche ! Mais ça finit pas se gâter ! Le rêve se transforme en cauchemar, et Juliette va en faire l’expérience. Heureusement, elle peut compter sur les Inséparables pour l’aider à se sortir d’affaire.

 

Adultes :

« Plaidoyer pour la fraternité », Abdennour Bidar

          « Ces attentats nous ont tous sidérés, bouleversés, meurtris. Mais immédiatement, ils ont produit l’effet contraire de celui que les terroristes recherchaient : au lieu de nous terroriser, ils nous ont donné du courage ; au lieu de nous diviser, ils nous ont rassemblés ! Ils nous ont rassemblés de façon instinctive contre le fanatisme en nous faisant prendre conscience qu’il fallait maintenant changer d’ère : passer du “choc des civilisations” à celui de la fraternité des cœurs et des cultures. Ce plaidoyer propose des pistes de réflexion, d’engagement et d’actions concrètes. »

« Sagesses pour notre temps », Frédéric Lenoir, Leila Anvar

          Toute sagesse accordée à notre temps et à ses rythmes saccadés est une forme de contemplation. Dans ce volume, elle se décline suivant les arts de la vie : elle est poétique avec Christian Bobin, philosophique avec Marcel Conche, écologique avec Pierre Rabhi, picturale avec Fabienne Verdier, spirituelle avec Abdenour Bidar, sociétale avec Patrick Viveret.Comme le soulignent Frédéric Lenoir et Leili Anvar, le sage est celui qui part au combat, non pas avec ses armes, mais avec ses dons créatifs. Car la sagesse n'est jamais acquise, toujours à venir, comme un horizon ouvert à l'infini . Ces pages sont une invitation à vivifier, par tous les temps, cette puissance créatrice.Ces entretiens sont issus de l'émission Les Racines du Ciel, diffusée sur France Culture chaque dimanche de 7h05 à 8h00.Frédéric Lenoir et Leila Anvar y évoquent toutes les formes de spiritualité, d'hier et d'aujourd'hui, d'Orient et d'Occident, ancrées ou pas dans une tradition religieuse.

 

BD :

« Roman et Augustin. Un mariage pour tous », Thomas Cadène, Didier Garguilo, Joseph Falzon

          C'est l'histoire d'une demande en mariage, des préparatifs jusqu'au grand jour. C'est aussi l'histoire des gens qui entourent les mariés, ceux qui les comprennent comme ceux qui n'acceptent pas. Thomas cadène, Didier Garguilo et Joseph Falzon posent un regard juste et sensible sur le mariage pour tous.

« Aspic. Détectives de l’étrange », Thierry Gloris, Jacques Lamontagne

          De la plus célèbre des médiums parisiens que consultait le Tout-Paris de ce XIXe siècle en pleine révolution moderniste, ne reste aujourd’hui que deux globes oculaires sanguinolents parmi des poupées de porcelaines brisées jonchant le sol…Ne se croirait-on pas dans un feuilleton à deux sous dont la population raffole ? Pour Auguste Dupin, fin limier et scientifique pointilleux, l’explication est logique. Il suffit de la trouver. C’est sans compter sur son extravagante assistante, Flora Vernet, qui voudrait bien voler de ses propres ailes depuis qu’elle est sortie de Polytechnique… Une femme diplômée ! Allons donc… la futilité féminine reprendra bientôt le dessus, Dupin en est sûr ! Or Flora est têtue, ambitieuse et audacieuse. N’en déplaise au rigoriste « enquêteur phénoménologue », il devra compter avec sa jolie assistante pour faire la lumière sur cette cruelle affaire !

« Sept mages. Sept maîtres des mystères contre la mort en marche », Serge Lehman, Emmanuel Roudier

          Dans un Moyen Âge de légende, le royaume de Cocaigne est dirigé par le bienveillant Féric, que son frère Jean le Nécromant veut renverser. Conseillé par l'esprit du dieu Herne, Féric fait appel à sept mages issus de traditions diverses. Mais les puissances païennes, la sagesse romaine, la philosophie grecque et la charité chrétienne sauront-elles surmonter leurs divisions pour repousser l'armée des goules qui se masse aux frontières ?

« Sens », Marc-Antoine Mathieu

           Case à case, sans un mot, Marc- Antoine Mathieu raconte le voyage initiatique d'un homme. Que cherchet- il ? Où va-t-il ? Ce marcheur anonyme erre dans un univers épuré, traversé par l'esprit du labyrinthe... Temps, espace, hasard : au fil de ce récit quasiméditatif se dessine pas à pas une forme contemporaine de vanité. Un album à la croisée des arts.

« Edelweiss », Mayen, Mazel

          Été 1947, Boulogne-Billancourt. Lors d’un bal typique de l’après-guerre, Edmond, jeune ouvrier chez Renault, rencontre Olympe, fille de politicien. Il ne se doute pas qu’elle va bouleverser sa vie. Passionnée d’alpinisme, la jeune femme n’a qu’un rêve : escalader le Mont-Blanc pour égaler la prouesse de son aïeule Henriette d’Angeville. Malgré son manque d’expérience, Edmond promet qu’il l’aidera à le réaliser. Seulement, le train-train quotidien et plusieurs drames vont petit à petit émousser leur détermination... Mais qu’importe, l’amour est plus fort que tout, dit-on. Et s’il est capable de déplacer des montagnes, il peut aussi aider à les gravir.

 

Manga :

L’intégrale « Fairy Tail », Hiro Mashima

          Les guildes magiques sont des associations. Elles proposent différentes tâches aux   magiciens, allant de la recherche d'un objet à l'attaque en règle. Lucy, une jeune fille, rêve de devenir magicienne. Un jour, elle rencontre Natsu, un magicien maitrisant le feu, ce dernier l'invite alors à rejoindre sa guilde. Il s'agit de la célèbre Fairy Tail, le sujet de tous les rêves de Lucy. Mais celle-ci est bien mystérieuse et semble être à l'origine de nombreux scandales...

 

Romans :

« Les moissonneurs de l’Opale », Daniel Cario

          1900. Dans le Nord, entre Etaples et Le Touquet, Angèle fait partie de la communauté des sautrières, ces moissonneuses de la mer qui, chaque jour, se réunissent pour pêcher la crevette. Personne ne sait rien d'elle et personne ne s'en soucie : elle n'est pas d'ici. Une seule chose étonne, son affection passionnelle pour Cathy, quatorze ans, fille de marin pleine de vie. Jusqu'à ce que déboule, dans cette existence seulement rythmée par les marées, Gabin, le petit-fils adolescent d'agriculteurs voisins, lui aussi fasciné par la jeune fille. Désormais au centre de l'éternelle rivalité qui oppose paysans et pêcheurs, Cathy doit affronter un inavouable secret. Un beau roman de tradition marine, empreint de mystères et de grâce adolescente.

L’intégrale « Le fou et l’assassin », Robin Hobb

          Fitz Chevalerie Loinvoyant, bâtard de la famille régnante des Six-Duchés et assassin royal à la  retraite, coule des jours paisibles dans sa propriété de Flétrybois avec son épouse Molly et ceux de leurs enfants qui ne sont pas encore partis de la maison. Mais, lors d'une fête de l'Hiver, trois inconnus se présentent en se disant ménestrels puis s'enfuient dans une tempête de neige, tandis que, la même nuit, une messagère envoyée à Fitz disparaît dans d'inquiétantes circonstances sans avoir eu le temps de lui remettre son message. Fitz voit sa vie se défaire, ses enfants s'en aller, sa femme vieillir et sombrer dans la démence, se découvrant enceinte à plus de cinquante ans, alors que lui garde toute sa jeunesse et son ardeur grâce à l'Art. Et il se désole de n'avoir plus reçu de nouvelles du Fou depuis quinze ans … Mais, pendant un voyage au Royaume des Montagnes où il se rend avec Kettricken, le roi Devoir et la reine Elliania, il retrouve la maison qu'occupait jadis son ami avec Jofron, fabricante de marionnettes. Cette dernière lui révèle que le Fou lui a écrit à plusieurs reprises, alors qu'il n'a jamais rien reçu. Une question le taraude alors : et si c'était lui qui avait envoyé en ultime recours la messagère assassinée ?

« L’homme qui avait soif », Hubert Mingarelli

          Japon, 1946, pendant l’occupation américaine. Démobilisé depuis peu, Hisao revient de la montagne avec une soif obsédante et des rêves qui le hantent. À bord du train qui doit le conduire vers la femme aimée, il commet une terrible erreur. Descendu pour boire, il voit le train repartir avec sa valise et l’oeuf de jade qu’il a prévu d’offrir à Shigeko. Alors qu’un suspens subtil mais intense invite le lecteur à suivre les péripéties d’Hisao courant après sa valise, se dessine la bataille de Peleliu où il a combattu aux côtés de Takeshi, jeune soldat troublant qui chante dans le noir. Et qui mourra à ses côtés. Dans ce roman aussi puissant que poétique, Hubert Mingarelli évoque avec une rare élégance l’amitié entre hommes et le Japon meurtri par la guerre. Hisao retrouvera-t-il sa valise et arrivera-t-il jusqu’au « mystère Shigeko » ?

« Mensonges d’été », Bernhard Schlink

          Tous les protagonistes des sept nouvelles rassemblées ici se retrouvent confrontés au mensonge. Par lâcheté, par confort, par peur ou par habitude, ils mentent – où on leur ment. Un modeste flûtiste ne veut pas avouer à la femme dont il vient de tomber amoureux que son argent lui pose problème, un écrivain croit que de petites cachotteries peuvent lui épargner de grandes explications, un homme pense sauver son mariage en coupant sa famille du monde... Mensonges par omissions, petits arrangements avec la vérité, fuite en avant, non-dits : le grand romancier allemand propose dans chaque nouvelle une variation sur ce thème fédérateur et ses conséquences plus ou moins dramatiques. Bernhard Schlink scrute ici non seulement le fonctionnement du couple, mais aborde aussi des problématiques aussi universelles que la jalousie, le conflit générationnel ou les regrets à la veille de la mort. Par ailleurs, sa capacité à esquisser des personnages incarnant des dilemmes et des…

« Le choeur des femmes », Martin Winckler

          Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de «Médecine de La Femme», dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit? Qu'il va m'enseigner mon métier? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas – et je ne veux pas – perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur cœur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre.

 

Roman policier :

« Corrosion », Jon Bassoff

          Un vétéran d’Irak au visage mutilé tombe en panne au milieu de nulle part et se dirige droit vers le premier bar. Peu après, un homme entre avec une femme, puis la passe à tabac. L’ancien soldat défiguré s’interpose, et ils repartent ensemble, elle et lui. C’était son idée, à elle. Comme de confier ensuite au vétéran le montant de l’assurance-vie de son mari qui la bat. Ce qu’elle n’avait pas réalisé, c’était qu’à partir de là, elle était déjà morte.

 

Société :

« Le génie féminin. Colette. Hannah Arendt. Mélanie Klein », Julia Kristeva

          Suspecté de perdre ses «valeurs», le XXe siècle a cependant ouvert des questions que l'humanité n'a jamais explorées avec autant de gravité, de risques et de promesses : qu'est-ce que la vie? où est la folie? que peuvent les mots? Hannah Arendt, philosophe et politologue (1906-1975), est tout entière prise dans une méditation sur la vie qui demeure notre bien ultime après la crise des religions et des idéologies. Vie menacée, vie désirable : mais quelle vie? Face aux camps des deux totalitarismes, c'est sur le miracle de la natalité que se concentre l'œuvre de cette rescapée du nazisme qui, en discussion avec Heidegger, et en rejetant l'automatisation moderne de l'espèce, pose les jalons d'une action politique envisagée en tant que pluralité vivante. Une utopie? À moins que ce ne soit une manière de pardon, et donc une promesse.

 

Bonne lecture!

Les recommandations des participants à l'apéritif-culture du mois de Mai

le .

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de mai a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

 

Le thème de cet apéritif était Le Mensonge.

Voilà nos recommandations:

 

Les romans :

« Moi et toi », Niccolo Ammaniti

          Depuis toujours, Lorenzo est l’un de ces enfants que l’on dit « différent ». Selon le professeur Masburger, le psychiatre auquel il a été confié tout jeune, il souffre d’un sentiment hypertrophique de soi, un dérèglement narcissique, un « ego grandiose ». Conséquence logique : il est en perpétuelle inadéquation avec le groupe, et ce depuis son entrée à l’école. Ses parents s’en trouvent totalement démunis. Les années passant, de peur de chagriner une maman qu’il aime plus que tout, Lorenzo choisit alors la fiction. À quatorze ans, il fait semblant d’avoir des amis, de s’intégrer, de jouer dans l’équipe de football de son collège. Ainsi il parvient à la fois à la rassurer et à se prémunir de la violence que les adolescents testent sur les plus faibles. Le jour où il monte tout un stratagème pour faire croire qu’il a été invité à partir skier à Cortina avec trois camarades de classe, il vise au pur chef-d’œuvre mythomane. Mais, s’il s’est montré à la hauteur du défi – en préparant méthodiquement de quoi tenir un siège au fond d’une cave abandonnée –, il n’a pu cependant imaginer qu’une lointaine demi-sœur bousculerait tous ses plans. Émaciée, épuisée, en pleine crise de manque, elle pense, elle aussi, se dérober au regard des autres en se réfugiant justement dans cette cave. Cette cohabitation forcée, ce refuge de fortune qu’ils vont partager dans des conditions difficiles, fera voler en éclats les faux-semblants dont ils ont chacun paré leurs vies. Lorenzo apprendra qu’être nécessaire à la vie des autres donne le sentiment d’exister. Et, confrontée au regard de ce demi-frère inconnu, Olivia devra elle aussi se livrer à un examen de conscience pour se dévoiler. Entre eux, qui ont triomphé secrètement d’une terrible épreuve, se crée un lien indéfectible et se noue la promesse mutuelle d’un retour à la vie. Oui, mais…

« Une vie d’emprunt », Boris Fishman

          Slava, jeune Juif russe, est un modèle d'intégration à Manhattan. Il a fui sa communauté et, à défaut de réaliser ses rêves d'écrivain, a dégoté un poste de larbin pour la prestigieuse revue Century, et une petite amie américaine branchée. La mort de sa grand-mère le ramène brutalement parmi les siens, à Brooklyn, chez son grand-père notamment. Le vieux Guelman a souffert dans la vie parce qu'il était juif, citoyen de seconde zone en Union soviétique, puis immigré russe en proie au mépris d'une Amérique triomphante. Il voudrait bien, aujourd'hui, obtenir réparation mais n'est éligible à aucun programme d'indemnisation. Or son petit-fils sait écrire des histoires… Un portrait saisissant de ces communautés passées sans transition d'une société soviétique à l'american way of life.

« Le mystère Henri Pick », David Foenkinos

          En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination? Récit d’une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu’un roman peut bouleverser l’existence de ses lecteurs

« La cicatrice », Bruce Lowery

          « J'étais, sans le savoir, un enfant heureux, relativement heureux, il est vrai. Mais ce n'était qu'une impression d'ensemble. Car ma vie, même alors, ne manquait pas de petits malheurs auxquels je n'arrivais pas à m'habituer. Il faut remonter à novembre 1944. J'avais treize ans. » Jeff porte sur la lèvre un petit bec-de-lièvre que tout le monde nomme la « cicatrice ». Une infirmité dont il ne connaît pas la cause et qui lui vaut moqueries et méchancetés de toutes sortes. Parce qu'il ne sait s'en défendre, il intériorise toute cette douleur, toutes ces blessures morales répétées. A cet âge si sensible, s'enfermant peu à peu, il souffre et fait souffrir ceux qui l'aiment sans réserve...

« Le secret du mari », Liane Moriarty

          Jamais Cecilia n'aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l'enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : "A n'ouvrir qu'après ma mort". Quelle décision prendre ? Respecter le voeu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité et découvrir un secret qui risque de bouleverser sa vie ?

« 1984 », George Orwell

          «De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée.»

 

Les Bds :

« V pour Vendetta », Alan Moore

          Londres, fin du XXe siècle : plus personne n'ose résister au "Système". L'œil et l'oreille espionnent, le nez enquête, la bouche désinforme et la main fait régner l'ordre et la terreur. L'Angleterre a pris les couleurs du fascisme. La culture a été effacée. Pourtant quelqu'un ou quelque chose rôde dans les ruelles sombres. Il est vêtu comme un comédien, masqué d'un éternel sourire, cite Shakespeare, sauve les innocents, pose des bombes et préserve ce qu'il reste de la culture dans son musée des ombres. Un anarchiste s'est glissé au cœur du système. Ni comédien ni tragédien, ni bouffon ni fou, ni fanatique ni terroriste, ou peut-être tout cela à la fois, il n'a pour nom qu'une initiale : V. V pour Vendetta. V pour Vengeance. À moins que ça ne soit pas aussi simple que ça... Après les Watchmen, Alan Moore confirme son incomparable talent de scénariste et son habilité à construire des histoires complexes aux personnages fouillés, aussi riche en références littéraires et philosophiques que palpitant de bout en bout. Un univers unique remarquablement restitué par le trait épais et les couleurs pâles de David Lloyd.

 

Les films :

« Avanti », Billy Wilder

          Wendell Armbruster, Jr. est un PDG américain venu en Italie pour faire rapatrier le cadavre de son père, mort dans un accident de voiture dans l'ile d'Ischia. Il apprend à cette occasion que son père avait une maîtresse, morte dans l'accident, et tombe amoureux de la fille de cette dernière.

 

La musique :

« The Mercy Seats », Johnny Cash

 

Tous ces ouvrages vont être disponibles dans votre médiathèque.

 

Bonne lecture!

Fermeture exceptionnelle de la médiathèque les 12, 13 et 14 avril

le .

Exceptionnellement, votre médiathèque sera fermée les jeudi, vendredi et samedi 12, 13 et 14 avril.

Mais elle reste ouverte toutes les vacances scolaires, et vous pourrez bientôt découvrir le programme de nos animations.

A lundi!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 26 mars

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

 

Les nouveautés du 26 mars:

IMG 20180329 155240 IMG 20180329 160000

   

 

Jeunesse :

Albums :

« Le Bois des Ombres », Joan Aiken, Quentin Blake

           L'ours qui marche en dormant dans la forêt dira-t-il à Alyss le nom de celui qu'elle doit épouser ? La terrible sorcière du Bois des Ombres acceptera-t-elle de remplacer son balai par un aspirateur ? Peut-on appeler la planète Mars avec un radio-téléphone directionnel ? Quelle est cette silhouette sombre qui s'avance sans bruit sur le sol glacé ?

« Les fabuleuses poches d'Angélique Brioche », Quentin Blake

           Nous aimons Angélique Brioche avec son manteau plein de poches! Une poche pour les souris, une pour leur fromage, une autre poche pour les parapluies et une pour les maillots de bain, une poche pour les casseroles, les passoires, les poêles, les fourchettes... ou même un éléphant! Elles sont fabuleuses, les poches de notre Angélique Brioche!

« Les Groneuneux », Michaël Escoffier

          Ces Groneuneux sont à la fois cra-cra et terriblement attachants. En fait on s'y reconnaît un peu. Et pourtant, ils font vraiment n'importe quoi. Ils ne prennent apparemment aucun soin de la planète sur laquelle ils vivent. Partout où ils passent, ce n'est que détritus et destructions... Mais quand ils vont au zoo avec leurs parents et qu'ils découvrent des espèces disparues, dont nous, humains, alors la question se pose ! A quoi ressemblera notre planète dans le futur ? Bon, heureusement, l'auteur nous réconforte : "[...] Pour résumer, et à quelques détails près, Grobix est une planète où il fait bon vivre. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que les Groneuneux y ont élu domicile. Ils ne sont peut-être pas très intelligents, mais ils ne sont pas non plus complètement fous !"

« Hector, l'homme extraordinairement fort », Magali Le Huche

          Capable des exploits les plus incroyables sur la piste du cirque, Hector, l’homme extraordinairement fort, cache sa timidité et son secret au fond de sa caravane. Après son numéro, il s’y réfugie afin de tricoter pour sa bien-aimée…

« Etranges créatures », Cristobal Léon, Cristina Sitja Rubio

          Comment sensibiliser de tout jeunes lecteurs à des questions importantes du monde actuel sans faire de discours ni développer des explications? Tel est le défi que relève magnifiquement ce livre pour les enfants grâce à un graphisme et un scénario vivants, simples, efficaces. L'histoire touche à la fois à des problèmes de justice et de respect de l'environnement, en faisant comprendre que le milieu naturel où nous vivons ne peut être harmonieux qu'en accordant de l'attention à tout ce qui constitue le monde, sans établir de hiérarchie entre la flore, les espèces animales et l'espèce humaine. Le point de vue adopté pour raconter les événements est celui d'un groupe d'animaux habitant une forêt, qui sont témoins de la disparition de leurs "maisons", c'est-à-dire des arbres à l'abri desquels ils logent et qui leur fournissent leur nourriture. Ayant mené leur enquête, ils découvrent que ce sont d'étranges créatures - des hommes, donc - qui ont commis ce vol et débité en tronçons leur habitat. Dès lors, l'enjeu devient, pour les victimes, non seulement d'obtenir réparation, mais surtout de faire évoluer la situation. Et s'il est possible d'entrevoir une chance de résolution des conflits, c'est parce que les "adversaires" ont des intérêts communs à défendre, et donc qu'ils ont les uns et les autres tout à gagner à sortir d'une vision du monde centrée sur eux-mêmes.

« La France sauvage racontée aux enfants », Fabrice Nicolino

          La France est un grand pays sauvage qui s’ignore. Fort de cette conviction, Fabrice Nicolino, écologiste et marcheur, emmène les enfants dans un grand tour de France des sites sauvages. En douze étapes coups de coeur, il partage avec eux ses émotions et ses découvertes, leur raconte les paysages et leur extraordinaire diversité, évoque ses rencontres avec la vie sauvage : plantes, fleurs, insectes, animaux…

- Douze illustrateurs différents se sont rendus sur place pour mettre en images cette échappée belle à la façon d’un carnet de voyage
-Transmettre la richesse et la beauté de ce patrimoine aux enfants

« Le problème avec les ours grognons », Myriam Ouyessad

          Le problème avec les ours grognons, c’est qu’ils ne font que grogner. Ils grognent le matin :— GRRR !! Je ne veux pas me lever ! Je suis encore fatigué ! Ils grognent le soir :
— GRRR !!! Je ne veux pas me coucher ! Je suis encore réveillé ! Les animaux de la forêt en ont assez d’entendre « GRR !! » toute la journée. Ils se réunissent en
secret… L’ours grognon va recevoir une bonne leçon !

« Faim de loup », Eric Pintus

          Encore une histoire qui commence par la faim. Celle qui fait mal au ventre, qui fait mal au cœur, fait mal à la tête, mal partout: la faim, c’est la faim. Loup, décidément pas dans son assiette, tombe dans une fosse, à ours. Il se prépare donc à vendre chèrement sa peau, lorsque les hommes arriveront. Le dénouement est proche puisqu’un bruit de pas se fait entendre, de petits pas, de tout petits pas… Arrive Lapin, poil aux mains, qui va profiter du fait que Loup ne puisse rien lui faire, coincé qu’il est au fond de son trou, pour régler des vieux comptes. Mais jusqu’où ira-t-il ?

 

BD :

« Enola et les animaux extraordinaires, Le Kraken qui avait mauvaise haleine », Joris Chamblain

          Caché au coeur d’un Muséum d’Histoire Naturelle se trouve le cabinet d’Enola, une vétérinaire hors du commun. Sa spécialité ? Les animaux des contes et légendes ! Centaures, trolls et autres licornes n’ont aucun secret pour elle. Avec son compagnon de route Maneki et à l’aide des inventions du génial Archibald, elle parcourt le monde pour soigner les maux des créatures extraordinaires. La petite souris n’est pas passée ? Votre minotaure semble égaré ? Demandez conseil à Enola, elle saura vous aider ! Un Kraken terrorise les pêcheurs et détruit les mâts de leurs bateaux. La capitaine Barbiche part en quête de la récompense offerte à celui qui s’attaquera au poulpe géant. Enola se jette à l’eau pour soigner le kraken ; y arrivera-t-elle avant l’intervention du terrible Barbiche ?

« Les Cosmonautes du futur », Lewis Trondheim, Manu Larcenet

           Ce récit est un récit férocement piégé. Il démarre dans une cour de récréation, puis dans une salle de classe, où la caméra graphique virtuose de Larcenet immobilise très vite deux gamins d'une dizaine d'années : Gildas et Martina. Tout aussi. Gildas (dont le cri de guerre est : "Cosmonaute du futur!") et Marina paraissent simplement un peu intoxiqués par la S.F., le fantastique. Ils voient des robots, des Aliens partout. Pour eux, tout n'est qu'apparences trompeuses. Un grand complot menace tout le monde !.. Le lecteur sourit et s'amuse. Et puis soudain, quelque chose bascule. Le lecteur bascule avec, de manière vertigineuse...

 

Adultes :

BD :

L'intégrale « Ida », Chloé Cruchaudet

           Suisse, 1887. Ida est une vieille fille trentenaire, hypocondriaque et. autoritaire. Lorsque son médecin lui prescrit d'aller respirer l'air marin, Ida découvre que ses symptômes disparaissent. Elle prend goût au voyage et rencontre à Tanger une Occidentale délurée, Fortunée. Engoncées dans leurs robes à crinoline et mues par leur intarissable curiosité, les deux femmes sillonnent l'Afrique.

« La terre des fils », Gipi

           On ne sait rien de ce pays dévasté, hanté par quelques survivants presque animaux, sinon qu’il y a des usines abandonnées et des terres ravagées, des étendues d’eau où surnagent des cadavres de toutes espèces. On ne sait rien, sinon que les champignons y poussent encore et que les cochons s’y épanouissent dans la boue mieux que les hommes. C’est là la terre des fils. Un père et ses fils survivent. Mutique et brusque, il leur apprend à être invincibles en bannissant toute tendresse. Le soir venu, il griffonne un carnet que les enfants illétrés, ne peuvent pas déchiffrer. A sa mort, les jeunes garçons n’ont d’autre but que de trouver quelqu’un qui puisse leur lire les lignes mystérieuses. Confrontés à un monde ravagé où la violence est devenue le seul langage, les adolescents font l’expérience d’une nouvelle perception du monde. Sans nostalgie du monde d’avant, ils portent en eux pourtant l’amour et le respect de l’autre. Chaque rencontre est dangereuse, autant avec les jumeaux Grosse tête qu’avec les Fidèles, adeptes fous furieux du dieu Trokool qui croupissent et sévissent dans un monde néfaste et noir. Mais une caresse a le pouvoir de changer le cours de leur histoire

« L'angélus de midi », Manu Larcenet

          Le célèbre Professor Pedro-Joao Himmelkopf, seul scientifique au monde à sintéresser à la crise de la quarantaine, nous propose de comprendre le comportement de l'humain face à ce douloureux problème. À mi-chemin entre le roman et la bande dessinée, L'Angelus de midi explore à travers un ton inédit chez Manu Larcenet, l'humour et la dérision. Second livre dans la collection Pas vu Pas pris, inauguré avec le maintenant célèbre Critixman.

 

Cuisine :

« Ca chauffe dans mon assiette : des recettes pour sauver le climat », Yves Leers

          Près du tiers de nos émissions de gaz à effet de serre se cachent dans notre frigo : notre alimentation a un impact majeur sur le climat et inversement. Les changements attendus sont de taille, pas question de demeurer les bras croisés. Nous devons – et nous pouvons – nous adapter, à la fois au niveau de la production, de la distribution et de la consommation. Comment ? En limitant l’utilisation de pesticides (fabriqués à partir de pétrole fortement émetteur de CO2), en privilégiant les produits locaux et de saison, en mangeant moins de viande mais plus de légumes, de légumineuses, de fruits… Et ça tombe bien, tout cela est excellent pour notre santé. Il s’agit donc en effet d’une opportunité : celle de vivre mieux, en choisissant les aliments les moins contaminés, les moins industriels, les plus variés et les plus équilibrés. Nous devons nous réapproprier notre alimentation et « retrouver le jeu de cuisiner, c’est bon sur tous les tableaux », explique Olivier Roellinger dans la préface de ce livre dont le cahier de recettes « Bon pour le climat », proposées par des chefs engagés, donne des solutions concrètes pour une cuisine bas carbone savoureuse.

 

Histoire :

« L'archipel du mépris : histoire du camp de Rivesaltes », Joël Mettay

          Enquête sur les sept décennies d'histoire du camp de Rivesaltes, dans les Corbières françaises. De 1939 à 1942, les Espagnols d'abord, puis des Juifs, des tsiganes, des antifascistes chassés de l'Europe entière, y ont été parqués en criminels. Puis les déracinés des décolonisations dans les années soixante, comme les harkis.

 

Romans :

« Le Pain rouge », Marie-Paul Armand »

          Mathilde habite un petit village du Nord. Les évènements qui se préparent dans les grandes villes sont loin de ses préoccupations quotidiennes de fille de paysans. Et pourtant elle va être avec ses voisins plongée au cœur de ce tumulte qui a bouleversé des siècles de règles instaurées. Marie-Paule ARMAND nous entraîne dans les méandres de la Révolution: la persécution des religieux refusant la réforme, celle des nobles, l'incompréhension du petit peuple. Mais aussi les émeutes, les injustices et la violence qu'amènent toutes les grandes idées. Le meilleur des uns se révèle, tandis que d'autres montrent leur face la plus noire

 "Belgravia », Julian Fellowes

           Le 15 juin 1815, le bal devenu légendaire de la duchesse de Richmond réunit à Bruxelles tous les grands noms de la société anglaise. La plupart des beaux officiers présents ce soir-là périront quelques heures plus tard sur le champ de bataille de Waterloo, faisant de cette réception l'une des plus tragiques de l'histoire. Mais cette nuit va aussi bouleverser le destin de Sophia Trenchard, la ravissante fille du responsable de l'intendance du duc de Wellington. Vingt-cinq ans plus tard, les Trenchard, en pleine ascension sociale, se sont installés dans le nouveau quartier de Belgravia et pensaient laisser derrière eux ces terribles événements. Mais dans un monde en mutation où l'aristocratie côtoie désormais la classe émergente des nouveaux riches, certains sont prêts à tout pour que les secrets du passé ne menacent pas leurs privilèges...Amours contrariées, intrigues entre classes sociales, sans oublier le rôle des domestiques : on retrouve dans ce roman tout le talent et le charme de l'auteur de Downton Abbey.

« Le collier rouge », Jean-Christophe Rufin

          Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l'été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d'une caserne déserte. Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère. Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes. Trois personnages et, au milieu d'eux, un chien, qui détient la clef du drame... Plein de poésie et de vie, ce court récit, d'une fulgurante simplicité, est aussi un grand roman sur la fidélité. Être loyal à ses amis, se battre pour ceux qu'on aime, est une qualité que nous partageons avec les bêtes. Le propre de l'être humain n'est-il pas d'aller au-delà et de pouvoir aussi reconnaître le frère en celui qui vous combat?

 

Témoignages :

« Cette nuit la mer est noire », Florence Arthaud

          «J'ai basculé en une fraction de seconde. Je suis dans l'eau. Il fait nuit noire. Je suis seule [...]. Dans quelques instants, la mer, ma raison de vivre, va devenir mon tombeau.» Le samedi 29 octobre 2011, alors qu'elle naviguait seule à bord de son voilier, Florence Arthaud tombe à l'eau, au large du cap Corse. Isolée, en pleine nuit, sans gilet de sauvetage, la navigatrice va affronter la mort pendant de longues heures. Elle restera en vie grâce à une série de petits miracles : une lampe frontale, un téléphone portable étanche, du réseau et sa mère qui veillait en pleine nuit. Dans ce livre confession, Florence Arthaud revient sur cet épisode tragique. Elle livre les sentiments, les pensées et les souvenirs qui l'ont accompagnée alors qu'elle se noyait en pleine mer.

« Chroniques au long cours », Isabelle Autissier

          La navigatrice propose une sélection de ses chroniques composées pour la revue«Bateaux». Elle décrit ses souvenirs de voyage les plus marquants, ses lieux de prédilection, la beauté et la singularité des paysages traversés, la faune sauvage qu'elle y a rencontré.

Bonne lecture !

Atelier généalogique le mardi 6 mars

le .

Arbre Gnalogique de Gustave Courbet cr par Claude Coulet et expos la Ferme Courbet de Flagey

Comme tous les premiers mardis du mois, Michel Daydé organise son atelier généalogie dans l'enceinte de la bibliothèque, à partir de 15h.

Si vous souhaitez commencer une recherche sur vos origines mais que l'ampleur de la tâche vous fait peur, Michel pourra vous donner les ficelles pour démarrer dans de bonnes conditions.

De  même, si vous êtes déjà un généalogiste éclairé, n'hésitez pas à venir échanger sur le sujet ou partager votre expérience avec notre expert ou avec les autres participants.

A mardi!