Les nouveautés dans votre médiathèque: 20 novembre

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 20 novembre:

 

 IMG 20181120 191112  IMG 20181120 191402

Jeunesse :

Albums :

« Le capitaine étoile de mer », Davina Bell, Allison Colpoys

Demain, c’est le grand concours de déguisements à l’école. Et le thème, cette année : le monde sous-marin. Voilà Nathan bien préoccupé. D’accord, son costume de Capitaine Étoile-de-mer est prêt. Mais il ne se sent pas l’étoffe d’un héros, du tout même. Il a cette sensation désagréable, comme la veille de la course, quand il était sûr d’arriver dernier… Non décidément, Nathan n’est pas prêt. Il confie son secret aux cow-boys de son papier peint : maman sera-t-elle fâchée ?

« Un loup au paradis », Dedieu

Loupi ne se sent pas comme les autres. Dans son clan règne la violence et la compétition. C'est celui des loups. Il est d'ailleurs le descendant d'une grande lignée des plus féroces d'entre eux. Lui, n'a d'yeux que pour les moutons. Il aime leur caractère paisible et rêve de faire partie du troupeau plutôt que de la meute. Chaque jour, il fait un pas de plus vers eux. Pas facile quand on a de grandes oreilles et de grandes dents de gagner la confiance des moutons. Pour ça, il doit cesser de hurler et se mettre à bêler, changer son alimentation, bref, ne plus être tout à fait lui-même. Une fable sur l'identité. Ou comment rentrer dans le rang des moutons quand on est un loup plein de dents!

« Je veux ces bottes », Mymi Doinet

Les petites bottes rouges rêvent de sauter dans les flaques d'eau. Qui viendra les acheter ? Oh ! Surtout pas cette dame affreuse avec son drôle de chapeau noir et biscornu ni ce grand et gros bonhomme terrifiant !

« Un pas puis mille », Séverine Vidal, Julien Castanié

J’ai d’abord fait un pas, et puis mille. J’ai dit « Je pars », je le fais. À moi la grande vie, à moi le rêve et la nature sauvage ! Un enfant accepte difficilement que ses parents ait décidé de déménager. Alors, il décide de partir. Après un long détour en compagnie de son nouvel ami, un serpent rouge nommé Pesco, une certaine conclusion s’impose pour notre jeune aventureux…

 

BDs :

« Une aventure de Spirou et Fantasio. Le journal d’un ingénu », Emile Bravo

Un jeune journaliste inconscient dénommé Fantasio déclenche l'apocalypse !
Et pourtant cette guerre aurait pu être évitée ! Des pourparlers entre émissaires polonais et Karl Von Glaubitz, premier secrétaire du ministre allemand des affaires étrangères Von Ribbentrop,, à Bruxelles, étaient dans une impasse lorsqu'un jeune groom du Moustic Hôtel, prénommé Spirou, a proposé une solution tout à fait originale au problème délicat de Dantzig qui semblait convenir à toutes les parties en présence. C'est à ce moment-là que le jeune Fantasio, un de nos collaborateurs à la rubrique des chiens écrasés, a surgi et tenté d'obtenir des informations auprès du délégué allemand. Devant le refus de celui-ci, une rixe éclata au cours de laquelle le jeune inconscient aurait flanqué son poing dans la figure du dignitaire nazi qui l'aurait assez mal pris. On s'attend à des représailles imminentes de la part de l'Allemagne. Des bombardiers de la Luftwaffe auraient décollé à l'aube en direction de la frontière polonaise...

« Petit Robot », Ben Hatke

D'un côté, il y a une petite fille. Elle est bricoleuse et débrouillarde. De l'autre un petit robot tombé d'un camion... La rencontre a lieu et l'aventure commence. Il faut tout d'abord réparer ce petit robot qui visiblement est cassé. Mais heureusement la petite fille a de l'idée. Et les voilà bien vite à marcher tous les deux. Elle lui montre son univers. Mais à l'usine, les machines implacables donnent l'alerte. Il manque un robot... Bientôt, les deux amis jouent ensemble. Après une course dans la forêt, ils se retrouvent tous les deux face au grillage de l'usine et découvrent un énorme trou. Un énorme robot a pour mission de retrouver l'élément manquant. La course-poursuite entre les deux robots commencent. Et le duel est inégal. Petit robot se retrouve vite à l'usine, de nouveau prisonnier. C'est sans compter sur l'imagination bricoleuse de la petite qui va bien vite trouver la solution et libérer le petit Robot. Ils vont retrouver la liberté... et de nombreux amis, car la demoiselle n'a pas chômé. Elle a réparé et "redonné vie" à de nombreuses machines. La balade et la complicité entre la petite et le robot peut reprendre son cours...

« Les Schtroumpfs et le cracoucass », Peyo

Qui ne connaît les Schtroumpfs ? Ces gentils lutins bleus à gros bonnet blanc se ressemblent tous, même s'ils ont chacun leur caractère, et parlent une curieuse langue dans laquelle la plupart des mots sont remplacés par "schtroumpf" ou "schtroumpfer". Sous l'autorité débonnaire du grand Schtroumpf, ce sympathique petit peuple organise sa vie et lutte contre l'abominable sorcier Gargamel, qui ne rêve que de les détruire. Une adorable fantaisie qui séduira les plus petits et distraira leurs aînés.

« Le petit spirou présente. Mon prof de gym », Tome, Janry

Le meilleur des gags du "Petit Spirou" mettant en scène Monsieur Mégot, le fameux prof de gym. Les gags sont complétés par un portrait du personnage, une lettre écrite par le Petit Spirou, des pages de garde amusantes autour de l'univers du personnage et une couverture inédite.

Manga :

« My hero academia », Kohei Horikoshi

          Dans un monde où 80 % de la population possède un super‑pouvoir appelé alter, les héros font partie de la vie quotidienne. Et les super‑vilains aussi ! Face à eux se dresse l'invincible All Might, le plus puissant des héros ! Le jeune Izuku Midoriya en est un fan absolu. Il n'a qu'un rêve : entrer à la Hero Academia pour suivre les traces de son idole. Le problème, c'est qu'il fait partie des 20 % qui n'ont aucun pouvoir... Son destin est bouleversé le jour où sa route croise celle d'All Might en personne ! Ce dernier lui offre une chance inespérée de voir son rêve se réaliser. Pour Izuku, le parcours du combattant ne fait que commencer !

 

Roman :

« Mathilde et le fantôme », Wilson Gage

La fermière Mathilde a des draps dans son armoire et du foin dans sa grange. Tout irait bien, sans ce fantôme entêté. Mathilde ne craint pas les fantômes mais comment peut-elle s'en débarrasser? Elle ne manque pas d'idées. Le fantôme non plus…

 

Adultes :

« Jeux et énigmes geek », Stéphanie Bouvet

Amis des Sept Royaumes, de Tatooine, d’Ankh Morpok et des confins des galaxies connues et inconnues, réjouissez-vous ! C’est le moment de voir si votre intelligence est plus qu’artificielle. L’heure de dépasser vos limites a sonné. Vous allez être confronté au plus grand défi que l'univers connu et inconnu ait jamais… connu. Près de 200 énigmes vous attendent et sachez-le, vous n'en sortirez pas indemne ! Voici les différents mondes que vous allez rencontrer : Star Wars, Tolkien, Manga et animation, Jeux vidéo, Comics et super héros…

 

BDs :

« Quelques mois à l’Amélie », Jean-C Denis

A travers la dérive d'un écrivain en manque d'inspiration et d'amour, récit d'une grande maîtrise graphique et littéraire, Quelques mois à l'Amélie est une remarquable leçon de vie et confirme Jean-C. Denis comme l'un des auteurs de bande dessinée contemporains les plus accomplis.

« Ces jours qui disparaissent », Timothé Le Boucher

Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps... Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?

 

Cuisine :

Gastronogeek”, Thibaud Villanova, Maxime Léonard

42 recettes créatives et gourmandes autour de 15 thèmes incontournables de la culture geek. De Harry Potter à Star Wars, en passant par Dragon Ball, un hommage gastronomique à des références cultes et une série d'énigmes pour tester vos connaissances geek.

 

Poésie :

« Petite bibliothèque de poésie contemporaine. », Zéno Bianu, Sophi Nauleau, André Velter

«Concernant la poésie, les idées reçues sont irrecevables. Elles ont néanmoins la vie dure. Génération après génération, on se lamente sur la perte d'audience des poètes contemporains, comme si leurs aînés avaient toujours connu, en leur temps, une exceptionnelle faveur. Aussi faut-il contrecarrer résolument ce penchant morose, objecter à ce lancinant refrain qui ne doit qu'à la paresse et à la nostalgie. Aussi faut-il proposer aujourd'hui, sinon imposer, les voix affirmées, marquantes, éclairantes et, à bien des égards, activement dérangeantes, de Guillevic, André Frénaud, René Daumal, Armand Robin, Edmond Jabès, Ghérasim Luca, Aimé Césaire, Yves Bonnefoy, Henri Pichette, André du Bouchet, Lorand Gaspar, Philippe Jaccottet. Douze parcours, du lapidaire au volcanique, du révolté au méditatif, du polyphonique au loufoque, du stupéfiant au transparent, du tellurique au sensuel, du dépouillé au luxuriant... Douze parcours pour changer d'univers, fût-ce dans la même galaxie.»

« Poésie irlandaise contemporaine : anthologie », Martine Chardoux, Jacques Darras

Cette anthologie de poésie irlandaise contemporaine (textes parus depuis l’année 2000) vient combler un manque important dans la connaissance de la poésie européenne contemporaine. La présentation de cette poésie en France se limite en effet à un seul ouvrage d’envergure, Anthologie de la poésie irlandaise du XXe siècle (Verdier, 1995). Un livre aujourd’hui épuisé. "Existe-t-il écrivain plus ancré dans sa terre natale et ses légendes, et en même temps plus ouvert au monde, que le poète irlandais ?" s’interroge Jacques Darras dans son éclairante préface. Cette poésie a reçu la consécration grâce au prix Nobel de littérature reçu par Seamus Heaney en 1995. Cette anthologie s’intéresse aux héritiers directs de W.B. Yeats (1865-1939), la génération née à la fin des années 1920 et dans les années 1930 (Thomas Kinsella, John Montague, Seamus Heaney, Michael Longley), avant de présenter les auteurs par décennies de naissance, les plus jeunes étant nés dans les années 1970. La grande originalité de cette anthologie consiste à présenter essentiellement des poèmes édités au XXIe siècle.

 

Romans :

« La Miaulemort », Daniel Cario

Le petit Sylvain Brisaille vit entre étangs et marais, dans le coeur du Berry au début du XXe siècle. Son père, agriculteur, lui a défendu d'aller au-delà de l'étang des Touchières, où sévirait la Miaulemort, une créature monstrueuse. Intrigué par une étrange musique, Sylvain brave l'interdit et découvre, dans une masure, un vieux saltimbanque jouant de la vielle. Mais cette rencontre insolite entre le vieillard et l'enfant provoque, curieusement, la fureur du père...

« Mort à crédit », Louis-Ferdinand Céline

Deuxième grand roman de Louis-Ferdinand Céline, "Mort à crédit", publié en 1936, raconte l'enfance du Bardamu de "Voyage au bout de la nuit", paru quatre ans auparavant. Après un prologue situant son présent, médecin dans les années trente, le héros narrateur, Ferdinand, se rappelle ses jeunes années, dans un milieu petit bourgeois, vers 1900. Il est fils unique, élevé dans un passage parisien entre une grand-mère éducatrice fine et intuitive, une mère sacrificielle propriétaire d'un petit magasin de dentelles et objets de curiosité et un père violent et acariâtre, employé dans une compagnie d'assurances. Il grandit maladroitement, sans cesse victime des reproches amers de ses parents, multiplie les apprentissages et les échecs sentimentaux et professionnels, séjourne dans un collège anglais avant de voir son destin basculer avec la rencontre d'un inventeur loufoque, Léonard de Vinci de la fumisterie scientifique, pour vivre des aventures toujours tragi-comiques...

« Sous un autre jour », Jens Christian Grondhal

Irene Beckman est une femme comblée. Une belle carrière d'avocate, un mariage heureux, deux enfants et une villa dans les beaux quartiers de Copenhague. À cinquante-six ans la vie semble lui sourire. Mais un soir, elle tombe sur une conversation enregistrée par erreur sur son répondeur téléphonique et apprend que son mari lui est infidèle. Au même moment, sa mère – qui doit subir une intervention chirurgicale dont l'anesthésie générale n'est pas sans risque – lui remet une enveloppe en lui demandant de l'ouvrir seulement après sa mort. Irene, aux prises avec elle-même depuis la séparation d'avec son mari, ne respecte pas cette injonction. Elle découvre alors, dans un cahier écrit en 1948, une brève confession de sa mère et le prénom d'un homme, Samuel, qui serait son vrai père...

L’intégrale « La tapisserie de Fionavar », Guy Gavriel Kay

Ils sont cinq, femmes et hommes, tous vivant à Toronto au Canada ; ils sont jeunes, étudiants ou déjà dans la vie active, tous rationnels. Or, les voici projetés dans Fionavar, le Grand Univers dont le nôtre n'est qu'une ombre bien pâle! Malgré la protection offerte par Mantel d'Argent le magicien, ils sont aussitôt pris dans les premières escarmouches de la guerre qui oppose les forces des Lumières à celles des Ténèbres. Car Rakoth Maugrim, le dieu renégat, a trouvé moyen de se libérer de sa prison millénaire... Avec dextérité, Guy Gavriel Kay tisse, dans LArbre de l'été, premier volet de La Tapisserie de Fionavar, une intrigue complexe et surprenante où surgissent tout à tour des esprits des bois et des eaux, des animaux surnaturels et une magie titanesque, celle des dieux de l'univers de Fionavar...

« La poursuite du bonheur », Douglas Kennedy

Un jour d'enterrement bien triste. Une vieille dame, dans le cortège, qu'elle n'a jamais vue. Kate Malone l'ignore encore mais, alors que son passé entre en terre, un autre, inconnu, s'apprête à éclater au grand jour... Cette histoire occulte commence à Greenwich Village, au lendemain de la guerre. Tout ce que la jeunesse de Manhattan compte d'artistes excentriques et prometteurs tente d'oublier trois ans d'horreur dans l'appartement enfumé du dramaturge Eric Smythe. Un premier Thanksgiving sous le signe de la paix. Dans le joyeux désordre de ce soir de fête, Jack Malone liera à jamais son destin à celui de Sara. Malgré l'ombre grandissante de la chasse aux sorcières, malgré la mort, malgré l'Amérique, ces deux-là se battront, jusqu'au bout, pour leur droit au bonheur...

« Traité des bons sentiments », Mériam Korichi

Que se cache-t-il aujourd'hui derrière l'expression « bons sentiments », expression résolument péjorative, reflet d'un état d'esprit contemporain qui semble refuser toute place aux émotions et à la sensibilité ? Le dénigrement des bons sentiments caractérise l'homme de la rue comme l'Académicien, l'homme politique comme le philosophe. L'usage négatif s'est à ce point répandu qu'il a presque vidé l'expression de tout contenu clair et distinct. Critiqués, suspectés, honnis, rejetés, les « bons sentiments » en sont venus à signifier le contraire de ce qu'ils affirment littéralement. C'est un voyage dans l'histoire de la langue commune et philosophique que Mériam Korichi propose dans ce livre qui prend la forme d'un traité, en suivant à la fois une méthode analytique pour retracer l'origine des sens positifs et négatifs de l'expression « bons sentiments » et une méthode génétique pour établir la signification qu'elle peut prendre aujourd'hui au-delà de son caractère dépréciatif. Si l'on admet que la sensibilité à l'égard de l'autre est une base pour la fondation des relations entre les individus, on comprendra en quoi les bons sentiments sont au coeur de la mêlée des idées contemporaines relatives à l'avenir social de l'humanité.

« 14 juillet », Eric Vuillard

La prise de la Bastille est l’un des événements les plus célèbres de tous les temps. On nous récite son histoire telle qu’elle fut écrite par les notables, depuis l’Hôtel de ville, du point de vue de ceux qui n’y étaient pas. 14 Juillet raconte l’histoire de ceux qui y étaient. Un livre ardent et épiphanique, où notre fête nationale retrouve sa grandeur tumultueuse.

 

Romans policiers :

« La disparition de Stephanie Mailer », Joël Dicker

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres. L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque. Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer ? Qu’a-t-elle découvert ? Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?

« Justice dans un paysage de rêve : une enquête de l’inspecteur Cooper », Mala Nunn

Un capitaine de police blanc ayant été abattu dans une ville de la province sud-africaine au cours des années cinquante, l’inspecteur Cooper arrive de Johannesburg pour mener l’enquête. Il doit se frayer un chemin dans le labyrinthe des clivages raciaux et sociaux qui divisent la communauté. L’éminente et très respectable famille de la victime l’observe d’un oeil soupçonneux, et l’enquête est rapidement récupérée par la Security Branch. Cooper poursuit néanmoins ses recherches et, en découvrant la double vie du capitaine défunt, est entraîné dans une affaire qui révélera que la couleur de peau compte bien plus que la justice…

Société :

« Bien entendu… c’est off : ce que les journalistes ne racontent jamais », Daniel Carton

Dans un avion qui le ramène de La Réunion, Jospin confie ce qu'il pense réellement de Chirac. Rapporté, le propos suscite la stupeur de celui qui vient de le proférer : " C'était off. " Les qualificatifs désobligeants appartenaient à cette litanie de confidences que les journalistes écoutent mais ne doivent pas répéter. " Off " les guérillas entre ministres, Ferry contre Darcos, Mer contre Lambert. " Off " Michel Rocard, l'homme du " parler vrai " caché dans le jardin de l'Élysée. " Off " aussi les journalistes qui prêtent leur plume à l'un ou à l'autre et qui cornaquaient Noir ou Tapie. Au fil de sa carrière de journaliste politique à La Voix du Nord, La Croix, Le Monde et Le Nouvel Observateur, Daniel Carton a relevé nombre d'exemples de cette connivence intéressée qui voit le silence des uns payé par les services des autres : un logement, des voyages, des places à l'Opéra ou à la Comédie-Française... Cette complicité faite de bronzage en commun sous le commode prétexte d'"universités d'été ", voire plus si affinités, et d'une subtile pratique du tutoiement scelle le pacte qui unit " la France d'en haut ". Daniel Carton, pour sa part, a choisi de se situer délibérément du côté de cette " France d'en bas " sans cesse manipulée et qui n'a pas le droit de savoir ce qui se chuchote " off ". La politique comme on ne la raconte pas.

« Un type bien ne fait pas ça… Morale, éthique et itinéraire personnel », Axel Kahn

"Par deux fois mon père m'a lancé des injonctions qui n'ont cesse de me poursuivre: "Un garçon bien ne dit pas ça" après que, à l'âge de sept ans, j'ai interpellé un petit camarade avec des accents racistes. Et "Il faut faire durement les choses nécessaires, sois raisonnable et humain" dans la dernière lettre qu'il écrivit avant de se jeter d'un train à pleine vitesse. Déchiffrer ces messages a été l'un des fils rouges de mon itinéraire intellectuel et de ma vie d'homme. Je ne suis pas certain d'y être parvenu dans le sens exact que Jean Kahn donnait à ses propos, mais j'ai élaboré moi-même un corpus de valeurs que je suis capable d'expliciter, de fonder en logique, de telle sorte que mes interlocuteurs et lecteurs puissent s'en saisir pour les contredire ou se les approprier." Dans ce nouvel ouvrage, le célèbre généticien revisite les fondamentaux de sa réflexion éthique à la lumière de sa propre vie. Il montre comment s'élabore une réflexion approfondie autour de questions aussi cruciales que la procréation pour autrui, l'homoparentalité, l'euthanasie... et s'insurge contre les " icônes corruptrices " (dévalorisation de l'Autre, utopie scientiste, passion, argent...) qui peuvent fausser le jugement des médecins ou des scientifiques, même les plus éminents. Salutaire.

« Marchands d’armes. Enquête sur un business français », Romain Mielcarek

Plus de 160 000 personnes travaillent dans l’industrie de l’armement. D’ici peu il y aura presque autant d’employés dans l’armement que dans l’automobile, la chimie et la pharmacie réunies. Les milliards pleuvent sur ce secteur qui fabrique sous-marins, avions, hélicos et blindés. La France, troisième exportateur d’armes dans le monde, parvient de mieux en mieux à vendre son savoir-faire technologique. Reste à savoir à qui et à quelles conditions. Tout l’appareil d’État est mobilisé pour soutenir cette industrie : les politiques, les diplomates et les militaires aident les vendeurs d’armes partout où ils le peuvent. À tel point qu’on ne sait plus s’il s’agit de défendre les intérêts de la France ou ceux de l’industrie de l’armement. Cette enquête inédite au coeur du complexe militaro-industriel français nous entraîne dans les coulisses de ce secteur si juteux de l’économie française et nous fait découvrir ses règles et ses acteurs.

Bonne lecture !

Les recommandations des participants à l'apéritif-culture de Novembre

le .

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de novembre a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

Le thème de cet apéritif était L'enfance.

Voilà nos recommandations:

 

Les BDs:

"Calvin et Hobbes", Bill Watterson

L'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

 

Les romans :

« Neverland », Timothée de Fombelle

         Neverland est l’histoire d’un voyage au pays perdu de l’enfance, celui que nous portons tous en nous. À la fois livre d’aventure et livre-mémoire, il ressuscite nos souvenirs enfouis. Après son immense succès en littérature jeunesse (Tobie Lolness, Vango, Le livre de Perle), Timothée de Fombelle signe son premier livre pour adultes.

« Paroles d'étoiles », Jean-Pierre Guéno

          729 000 enfants d'origine juive vivaient en France en 1939. Ils ont été jetés dans la guerre, marqués de l'étoile jaune, et souvent séparés de leurs parents... 12 000 ont été éliminés. 60 000 ont survécu : beaucoup parce qu'ils ont été cachés. A l'âge où ils n'auraient dû traverser que des petits chagrins d'enfance, il leur a fallu apprendre à ne pas exister. Ils ont enduré les heures les plus terribles de notre histoire. Leurs souvenirs sont souvent amers et douloureux, ils peuvent être aussi réconfortants car certains ont trouvé un véritable amour auprès de ces " justes " qui les ont dissimules en bravant tous les dangers. Plus de huit cents personnes ont répondra à l'appel de l'ensemble des stations de Radio France, elles retrouvent, pour exprimer leurs émotions, les yeux des enfants ou des adolescents qu'elles étaient entre 1940 et 1944. Un témoignage inestimable, pour que l'oubli ne submerge ni la part d'ombre ni la part de lumière qui caractérisent notre histoire...

« Histoires inédites du Petit Nicolas. Volume 2 », Goscinny, Sempé

         Ce qui est bien à la maison, c'est qu'on peut s'amuser avec maman, faire des mots croisés très difficiles avec papa ou téléphoner à Alceste. Mais, en train ou en avion, en Bretagne ou en Espagne, quand on part en vacances, on est drôlement content parce que c'est toujours une aventure terrible! Après, on a des tas de souvenirs à raconter aux copains quand on rentre à l'école...

« Petite soeur mon amour », Joyce Carol Oates

          Bliss, princesse des glaces qui a remporté tous les prix de patinage, a été assassinée. Pourtant, tout le monde l'aimait. Son frère Skyler, psychotique, un peu jaloux de son succès. Sa mère, prête à tout pour faire de Bliss une star : maquillage outrancier, tenues sexy et produits dopants. Ses fans qui l'adulent jusqu'à l'obsession. Oui, tout le monde aime Bliss, mais trop d'amour peut tuer...

«Le champ de personne», Daniel Picouly

        Comment affronter le monde quand on a dix ans, qu'on est le dernier d'une famille de douze enfants et qu'on vit dans un pavillon minuscule depuis que le grand frère a mis le feu à la maison d'avant? En s'inventant un monde extraordinaire, et en faisant toujours plus de bêtises, si c'est possible! Comme oublier le vélo de maman, après l'avoir emprunté sans rien dire pour arriver fier comme un coq au "Champ de personne" et épater les copains qui attendent pour jouer au foot. Sauf qu'on a oublié de revenir avec, et qu'à présent, il va falloir tout dire à maman... À dix ans, on s'invente des catastrophes, on fait des bêtises, on est "dilettante" à l'école, et comme toutes les nuits le père se lève pour aller faire son mystérieux travail, on a vite fait de le transformer en héros : il n'est plus chaudronnier, il est Chaudrake et c'est bien sûr à lui que le général de Gaulle fait appel pour chaque mission importante... Récit jubilatoire sur mode d'enfance, le roman de Daniel Picouly se lit avec bonheur et euphorie. --Karla Manuele

 

Les films:

"Capharnaum", Nadine Labaki

L'histoire raconte la vie d'un "enfant des rues", le jeune Zain, qui vit d'expédients dans un quartier misérable de Beyrouth avec sa famille. "Le garçon livre les commandes de ses voisins, essaie de soutirer quelques pièces aux automobilistes, aide sa mère à trafiquer des médicaments stupéfiants". Au cours d'une fugue il rencontre une immigrée éthiopienne Rahil sans papiers et son bébé Yonas ; en l'absence de Rahil, le préadolescent s'occupe comme un frère du tout jeune Ethiopien qui autrement serait mort de faim.

 
Vicky nous a fait le plaisir de partager ses poèmes avec nous:
"L'enfance sacrifiéeé, "Un petit prince est mort", "Terreurs d'enfants"

Tous ces ouvrages vont être disponibles dans votre médiathèque.

Bonne découverte!

Fermeture de la médiathèque du 12 au 16 novembre

le .

Votre médiathèque sera fermée la semaine du 12 au 16 novembre.

Elle sera uniquement ouverte le mercredi 14 de 17h à 19h.

Bonne semaine!

Le thème de l'apéritif-culture du mois de Décembre

le .

Le thème de l'apéritif-culture du mois de Décembre est Les voyages.

 

travel background 1469438756vUG voyage

Le prochain apéritif-culture aura lieu le 7 décembre.


A vos lectures!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 8 novembre

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 8 novembre:

 

IMG 20181108 171035  IMG 20181108 172838 

Jeunesse :

Albums :

« Le prince hibou », Pierre Coran

Il était une fois un château qui ressemblait à un cube de gruyère. La veille de Noël, des souris géantes le prirent d'assaut, crotti-crottant partout. Le roi eut beau tempêter, les gardes se rebeller, les chats essayer de chasser, rien n'y fit ! C'est alors que la princesse eut l'idée de conclure un bien étrange marché, qui allait à jamais bouleverser sa vie.

« Histoire de dinosaures », Nathalie Dargent

Histoires tendres, drôles, pleines de rebondissements pour découvrir les dinosaures, comme on ne les a jamais vus !

« On verra demain », Michaël Escoffier

Peut aussi s’épeler ainsi : P. R. O. C. R. A. S. T. I. N. A. T. I. O. N. « On verra demain », répondait Paco lorsqu’on lui demandait de ranger sa chambre. « On verra demain », répétait-il au lieu d’aider les autres. « On verra demain... » Et puis, demain a fini par arriver.

« Aïcha et l’ogre », Praline Gay-Para

Aïcha vit dans une grande maison avec son père et son chat. Un jour, son père apprend qu’il doit partir pour un long voyage d’affaires. Pour protéger Aïcha, il construit autour de la maison une muraille haute, haute, haute, une muraille cent fois haute… Un conte tunisien

« Le jour où je suis devenu un dinosaure », Antoine Guillopé

Un dinosaure sort de son œuf et part à la recherche de sa maman.
Sa route croise toutes sortes d’autres dinosaures (diplodocus, ptérodactyles, stégosaures, tricératops, baryonyx…) et quelques péripéties avant de retrouver sa maman, une tyrannosaure rex.

« Petits contes zen », John J. Muth

Quand trois enfants font connaissance avec leur nouveau voisin, un gros panda adepte d'une sagesse zen qu'il va mettre en scène en racontant une petite histoire à chacun… L'auteur de La soupe aux cailloux et des Trois questions illustre son texte de ses splendides aquarelles, qu'il fait alterner ici avec des dessins à la plume au trait acéré.

« Rêve de ballerine », Jill Newsome, Claudio Munoz

Lily aime beaucoup danser, partout, tout le temps. Un malencontreux accident l'empêche pendant plusieurs mois de s'adonner à sa passion. Lily se demande si elle pourra danser à nouveau. Une poupée offerte par sa grand-mère la console et lui redonne espoir. Des illustrations au trait vif et délicat.

« Le miroir de madame Edouard », Bernard Villiot

Chaque soir, Madame Edouard reçoit dans son boudoir des animaux venus lui raconter leurs déboires. Alors, devant un grand miroir aux mystérieux pouvoirs, un chat noir se voit en noble léopard un pauvre loir en tamanoir... Mais quand le père Poulard se plaint de tous ces changements bizarres, est-ce encore de la magie noire ?

 

BDs :

« Elinor Jones », Algésiras, Aurore

Elinor Jones est très fière d’avoir été engagée par la célèbre maison Tiffany, réputée pour les créations sur-mesure de sa jeune prodige, Bianca, et pour ses bals qui rassemblent trois fois par an les dames les plus fortunées d’Angleterre. Son arrivée coïncide avec une dispute opposant Abel à sa sœur Bianca, l’anniversaire de celle-ci et la découverte des tissus rapportés de voyage par Madame Tiffany pour la collection du bal d’hiver. A l’instar de ses consœurs Macy, Rachel, Lodie et Siam, la jeune femme se met immédiatement au travail, confectionnant un présent pour la perle de l’enseigne et créant le patron d’une toilette festive pour la cliente qui lui a été attribuée, quitte à s’épuiser à la tâche. Mais Bianca ne semble pas apprécier le cadeau d’Elinor et s’emporte quand, quelques semaines plus tard, la veuve Bethania dénigre la robe conçue pour elle. Elinor se rend alors compte que travailler pour les Tiffany n’est pas aussi idyllique qu’elle le pensait et que le manoir recèle bien des tensions et des secrets...

« La pension Moreau. La peur au ventre », Benoît Broyart

Années 1930. Émile, un jeune garçon très silencieux et qui adore dessiner, vit à la Pension Moreau, un lieu de vie mystérieux, qui accueille des enfants « difficiles ». Heureusement, l’entraide et la solidarité permettent aux enfants de supporter les punitions et les privations. Mais, lorsque Paul revient après deux mois de cachot, plus rien n’est comme avant… Révolté, il compte sur Émile, Jeanne et Victor, ses camarades, pour organiser la résistance ! Émile, quant à lui, réussit régulièrement à s’évader dans la forêt aux alentours pour griffonner et créer en paix. Lors de l’une de ses escapades nocturnes, il est témoin d’une scène inquiétante… 

« Leonard 9. Génie civil », De Groot

Ca commence avec l'invention des bonnes manières puis du tank de dissuassion, du film publicitaire et de la demi-brique, et ça s'enchaine jusqu'à la radio en passant par le métro et la machine à insulte... Le tout parsemé d'accident saugrenus et ravageurs pour le disciple et de fines remarque du chat et autres petits personnages... A noter un surprenant retour de choses dans l'invention de la trousse médicale d'urgence ! Bref, une nouvelles flopée de gag tous plus léonardiens les uns que les autres !

« Leonard 29. Les bons contes font les bons amis », De Groot

Une machine à voyager dans le temps : vous l'avez rêvé ? Léonard l'a fait ! Quel formidable moyen d'évasion ! Que de fantastiques aventures en perspective ! Quel prodigieux instrument de découverte ! Mais cette machine s'avère être surtout utile pour Léonard et Basile lorsqu'il s'agit d'échapper à la police !

« Hilda et la parade des oiseaux », Luke Pearson

Venue avec sa maman vivre en ville, à Trollbourg, après avoir longtemps évolué au contact intime de la nature et de ses enchantements, Hilda essaie de s’accoutumer à sa nouvelle existence. Lors d’une sortie avec ses camarades, elle sauve un oiseau blessé par un jet de pierre et sympathise avec ce drôle de volatile. Mais l’oiseau, commotionné, a perdu la mémoire : il a oublié son propre nom, comment on faisait pour voler, ainsi que la mission, très importante semble-t-il, qui l’avait conduit jusqu’à Trollbourg. L’aide d’Hilda, qui s’est perdue dans cette ville qu’elle ne connaît pas, sera décisive pour l’oiseau, qui lui prouvera en retour, lors de la grande parade annuelle des oiseaux attendue avec ferveur, qu’il n’est vraiment pas un ingrat !

« Les schtroumpfs et le cracoucass », Peyo

Qui ne connaît les Schtroumpfs ? Ces gentils lutins bleus à gros bonnet blanc se ressemblent tous, même s'ils ont chacun leur caractère, et parlent une curieuse langue dans laquelle la plupart des mots sont remplacés par "schtroumpf" ou "schtroumpfer". Sous l'autorité débonnaire du grand Schtroumpf, ce sympathique petit peuple organise sa vie et lutte contre l'abominable sorcier Gargamel, qui ne rêve que de les détruire.
Une adorable fantaisie qui séduira les plus petits et distraira leurs aînés.

« Schtroumpferies », Peyo

Entre deux grandes aventures, les Schtroumpfs ne demeurent pas inactifs et leur inventivité s'exprime de multiples façons. Ces cinq recueils de 44 ""Schtroumpferies"" témoignent de la diversité de leurs aptitudes et illustrent autant de gags farfelus.

 

Romans :

« Le grand secret. Les gardiens », Christos

Joris pensait que sa vie était normale. Une vie sans histoire, pas le genre de vie qu’on raconterait dans un livre. Avec des supers copains, exactement le genre de copain qu’on inventerait s’ils n’existaient pas. Jusqu’au jour où il croise des créatures semblant sortir tout droit d’un manuel de mythologie grecque.

« Chevalier », Madeleine Deny

Avec ce livre interactif, tu construis ton aventure au fil des pages.

 

Adultes :

« Plaidoyer pour l’altruisme : la force de la bienveillance », Matthieu Ricard

Abreuvés d'images violentes, confrontés à une société en crise, on n'imagine pas la force de la bienveillance, le pouvoir de transformation positive qu'une véritable attitude altruiste peut avoir sur nos vies au plan individuel et, partant, sur la société tout entière. Moine bouddhiste depuis près de quarante ans, Matthieu Ricard, lui, expérimente les vertus de l'altruisme au quotidien. Au carrefour de la philosophie, de la psychologie, des neurosciences, de l'économie, de l'écologie, Plaidoyer pour l'altruisme est la somme d'années de recherches, de lectures, d'expériences, d'observation et de réflexion. Avec le sens de la pédagogie qui le caractérise et toujours en s'appuyant sur des exemples très concrets, l'auteur de Plaidoyer pour le bonheur démontre point par point que l'altruisme n'est ni une utopie ni un vœu pieux, mais une nécessité, voire une urgence, dans notre monde de plus en plus interdépendant à l'heure de la mondialisation. Un essai passionnant, inspiré par un humanisme et une lucidité qui emportent l'adhésion.

 

BDs :

« Eve sur la balançoire : conte cruel de Manhattan », Nathalie Ferlut

Evelyn « Eve » Nesbit (1884-1967) est la première pin-up du XXe siècle, la première muse d’une société de consommation qui fabrique l’image d’une vedette pour la brûler ensuite. Adolescente, Eve est magnifique. Chaperonnée par une mère abusive qui exploite outrageusement ses charmes naturels, elle arrive à 16 ans à New York, une mégapole alors en pleine explosion économique. Très vite, sa beauté rayonnante est captée par les peintres, les photographes et les publicitaires de la Belle Époque. Mais l’ascension de la « vraie Eve américaine » – « the true American Eve », comme on l’avait qualifiée – est aussi fulgurante que le sera sa chute, sordide. Dans ce roman graphique aux douces images aquarellées, Nathalie Ferlut a choisi de retracer les six années déterminantes de la vie d’Eve Nesbit, icône du début du XXe siècle. Une démonstration réussie de savoir-faire narratif et un bel exemple de « biopic » dessiné.

« La Guilde la mer », Nancy Pena

Dans la Grande Mer, les peuples ne cohabitent plus depuis fort longtemps, chacun vivant cantonné sur son île. Ils mènent leur propre politique et entretiennent des relations pas toujours cordiales, à l'image des Murides qui oppriment les Sinois. Parmi ces derniers, Gib, en fuite, découvre que la Guilde de la Mer n'est pas une légende : une communauté plus ou moins clandestine ayant la main mise sur le commerce des étoffes. Les différentes races y vivent en harmonie, en toute liberté, avec pour seule obligation de se vêtir comme ils le désirent !

 

Cuisine :

« I love cake », Trish Deseine

Tous mes gâteaux préférés, qu'ils soient classiques ou inclassables, sont ici. Vous trouverez le meilleur du best of mélangé à une belle collection de nouveaux. Tranches de Cake pour les ultra-simples, les basiques, les partageables au bureau... Natural born tartes pour profiter des fruits et des couleurs. Gorgeous chocolat, pour se faire du bien, direct, sans compromis. My Sweet World pour partager les nostalgiques de mon enfance. Une collection de Cookies, petits carrés pour coller à la mode. Et puis, WOW. Du glamour, pour tous les moments où l'on cherche l'effet sans l'effort

 

« Crêpes, blinis et pancakes », Laurence du Tilly

Une cuisine inventive au quotidien, simple et toujours délicieuse. Parce que cuisiner, c'est simple quand tout est expliqué ! Pour une chandeleur originale et des plaisirs de tous les jours, découvrez 27 recettes de blinis et de crêpes salés, 23 recettes de pancakes et de crêpes sucrés, le tout saupoudré de gourmandise !

 

Décoration :

« Décoration extérieure », Myriam Markiewicz

Cet ouvrage pédagogique à destination des étudiants et adultes en reconversion délivre les connaissances indispensables pour réussir des agencements d'espaces extérieurs, un nouveau et très prometteur débouché pour le décorateur de métier. La tendance inside/outside où balcons, terrasses, jardins de petite et moyenne taille sont perçus comme de véritables prolongements des espaces de vie intérieurs, s'est affirmée, générant de nouvelles pratiques professionnelles. Ce livre décrit la phase créative avec rappel des principales tendances dans le domaine, l'étape du relevé, celle du choix des matériaux et du mobilier (avec carnet d'adresses des principaux fournisseurs), enfin les techniques de représentation des projets.

 

Histoire :

« Nouvelle histoire de la légion étrangère », Patrick de Gmeline

La Légion étrangère, cette troupe d'élite composée de soldats étrangers commandés par des officiers français, mythique et enviée, est admirée par toutes les nations du monde. Depuis 1831, date de sa création, elle s'est distinguée sur nombre de champs de bataille. Du Mexique à l'Espagne, de l'Afrique-du-Nord à l'Indochine, des Emirats au Pacifique. Sans oublier la France, en 1870, puis pendant les deux guerres mondiales. Ce livre raconte l'histoire officielle mais aussi officieuse de ceux qui se sont fait appeler les « képis blancs », depuis l'origine du corps jusqu'à nos jours. Reconnaissables aujourd'hui à leur béret vert, ces soldats combattent pour la liberté dans le cadre des opérations extérieures et, face à la menace terroriste, assurent la sécurité dans les villes de France. Fruit de nombreuses années de recherches, cet ouvrage présente la Légion étrangère dans sa globalité, à travers les archives et les récits dont beaucoup inédits ou peu exploités : une saga qui honore à juste titre ces « Français par le sang vers dont les portraits émaillent cet ouvrage écrit d'une plume enlevée.

« Histoire de l’armée française de 1914 à nos jours », Philippe Masson

Le XXe siècle est, pour l'armée française, celui des triomphes, des mécomptes, des déchirements et des bouleversements. Victorieuse à l'arraché en 1918, la voilà consacrée première armée du monde, mais incapable de résister plus de quarante jours au Reich. Écartelée en plusieurs forces jusqu'en 1945, elle se trouve ballottée de guerres coloniales en guerre froide, tout en s'adaptant à la révolution nucléaire. Enfin, vient l'heure des choix européens et de la professionnalisation, sources de nouvelles interrogations. Il faut la clarté de Philippe Masson pour pointer les enjeux de ce siècle de fer.

 

Jardinage :

« Projets pour petits jardins : 56 projets à réaliser pas à pas », Richard Bird

56 projets à réaliser soi-même pour aménager et décorer son jardin et en exploiter chaque recoin : cache-pot, jardinières, murets, tonnelles, arches de fleurs, patios... Tant d’idées originales pour embellir votre jardin avec : une liste détaillée du matériel et de l’équipement ; de nombreux conseils concernant le choix des plantes ; des pas-à-pas qui vous permettront de maîtriser toutes les étapes de vos projets. Du porche de chèvrefeuille à l'allée parfumée, ce livre est un condensé de bonnes idées pour tirer parti des plus petits espaces de son jardin .

« Le potager en lasagnes : remettez en une couche », Xavier Mathias

Remettez-en une couche ! Une pratique écologique originale qui consiste à empiler des couches de matériaux compostés de nature différente, recouverts d’une couche de terreau finale, pour y effectuer directement des plantations. Cela permet de jardiner là où il n’y a pas de sol, ou un sol de qualité médiocre (tout petits jardins, cours et balcons, sols et remblais, jardins à l’abandon...). Une couche de cartons, plusieurs couches de journaux pour un millefeuille de matériaux bruns (paille, taille de haie, copeaux de bois...) et de matériaux verts (tontes de gazon, déchets de cuisine...) et le tour est joué  !

 

Romans :

« Je t’enverrai des fleurs de Damas », Franck Andriat

S’expatrier et aller combattre pour une cause que l’on croit juste, donner sa vie pour la démocratie et la liberté, c’est bien. Sauf si l’on a quinze ans et qu’on s’est fait « tourner la tête » par des extrémistes qui, au nom de Dieu, envoient des jeunes à la mort. La guerre civile en Syrie a causé des dizaines de milliers de victimes et la communauté internationale n’en fait pas une priorité absolue. Pendant ce temps-là, des innocents meurent et, parmi ceux-ci, des adolescents venus de France, de Belgique et d’ailleurs. Ce roman à plusieurs voix raconte l’émoi soulevé par le départ pour la Syrie de deux adolescents sans histoire : la Syrie devient leur enfer, mais, pour ceux qui restent, c’est l’enfer aussi. Un livre qui ouvre à la réflexion et à la nuance : un outil pour former l’esprit critique et pour apprendre à se méfier des manipulateurs.

« Le manuscrit retrouvée », Paulo Coelho

14 juillet 1099. Alors que les croisés sont aux portes de la ville, les habitants de Jérusalem se pressent autour d'un homme mystérieux connu sous le nom du Copte pour entendre ses derniers enseignements. La foule, composée de chrétiens, de juifs et de musulmans qui vivaient jusqu'alors en parfaite harmonie, s'apprête à livrer combat et la défaite semble imminente. Mais loin de toute stratégie guerrière, c'est une véritable leçon de vie qui leur est dispensée. Le Manuscrit retrouvé est une invitation à repenser notre humanité qui pose une question d'une brûlante actualité : quelles valeurs subsistent lorsque tout a été détruit ?

« Un été d’ombre et de lumière », Martine Delomme

La sonnerie du téléphone interrompt la conversation. Juliette Leroux, maire de Sainte-Foy, met fin à l entretien qu elle a avec l un de ses administrés pour se rendre à la grotte des Aubiers. Sur place, un gendarme l informe qu un garçon a chuté dans une crevasse. Heureusement, plus de peur que de mal : le gamin secouru par les pompiers s en tire avec quelques ecchymoses et un bras cassé. Mais Juliette Leroux est bouleversée car les secouristes ont également remonté une gourmette sur laquelle est gravée Fabienne, le prénom de sa s ur disparue six ans plus tôt...

« La fille qui lisait dans le métro », Christine Féret-Fleury

Que vous aimiez lire dans votre bain ou par-dessus l’épaule de votre voisin, laisser votre roman dans un wagon de métro ou l’offrir à votre meilleure amie, partager vos lectures en famille ou seulement à deux, que vous collectionniez les marque-pages, les éditions rares ou les «poches» d’occasion, alors ce livre est fait pour vous… Juliette prend le métro tous les jours à la même heure. La ligne 6, le métro aérien. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est observer, autour d’elle, ceux qui lisent. La vieille dame, le collectionneur d’éditions rares, l’étudiante en mathématiques, la jeune fille qui pleure à la page 247. Elle les regarde avec curiosité et tendresse, comme si leurs lectures, leurs passions, la diversité de leurs existences pouvaient donner de la couleur à la sienne, si monotone, si prévisible. Jusqu’au jour où Juliette décide de descendre deux stations avant son arrêt habituel, et de se rendre à son travail en coupant par une rue inconnue ; un pas de côté qui va changer toute sa vie.

« Les funérailles de la grande mémé », Gabriel Garcia Marquez

Dans le village misérable et poussiéreux de Macondo s'agitent déjà les marionnettes qui peupleront le grand théâtre de l'univers romanesque de Gabriel Garcia Màrquez : caciques abusifs et nantis égoïstes côtoient un petit peuple naïf et truculent sous un ciel d'ennui, sur une terre de désolation. Mais la mort de " la souveraine absolue du royaume de Macondo " devient une joyeuse délivrance et une délirante kermesse à laquelle même le pape est convoqué avec sa gondole noire. " Il faut laisser la porte grande ouverte à l'invention, et même à tous les excès de l'imagination. "

« Surf maman : une femme à la recherche de l’amour, du bonheur et de la vague parfaite», Wilma Johnson

Wilma Johnson vivait sur la côte ouest de l’Irlande avec sa famille, essayant de concilier sa vie d’artiste, d’épouse et de mère de trois enfants jusqu’au jour où, à quarante ans, elle se rend soudain compte qu’il n’est plus temps d’attendre et qu’il lui faut apprendre à surfer. Où, mieux qu’à Biarritz ? Une fois en France, tout ne se passe pas comme prévu. Son mariage bat de l’aile, ses enfants ne parlent pas français et ses premières tentatives pour apprendre à surfer sont désastreuses .Pourtant, malgré les bleus, les fractures et un ego malmené, lorsque, enfin, elle prend sa première vague, l’ivresse est telle qu’elle décide de créer le Club des Mamas Surfeuses.Dans ce premier roman paru en 2014 chez Summersdale, à l’humour très « British », Wilma Johnson nous fait assister à sa renaissance laborieuse et joyeuse au sein de ce Pays basque qu’elle a appris à aimer et qu’elle ne voudrait désormais quitter pour rien au monde.

« Un homme de tempérament », David Lodge

Fervent défenseur de l'Amour libre, H.G. Wells a multiplié les aventures et mésaventures sexuelles qui lui ont compliqué sa vie privée et contrarié ses ambitions d'homme politique. Dans sa maison londonienne barricadée pendant le blitz de 1944, malade, il revient sur son existence peuplée d'incidents, de livres et de femmes. De sa plume claire, légère et drôle, David Lodge nous fait découvrir toute une époque, celle de l'expansion du socialisme et des théories féministes mais aussi de la bombe atomique, et nous montre Wells tel qu'il est : l'un des écrivains les plus prophétiques du XXe siècle

« Mythologies d’hiver », Pierre Michon

Il importe peu que le Gévaudan et l’Irlande soient les scènes où se jouent ces drames brefs. Ce qui importe, c’est qu’avec le monde on fasse des pays et des langues, avec le chaos du sens, avec les prés des champs de batailles, avec nos actes des légendes et cette forme sophistiquée de la légende qu’est l’histoire, avec les noms communs du nom propre. Que les choses de l’été, l’amour, la foi et l’ardeur, gèlent pour finir dans l’hiver impeccable des livres. Et que pourtant dans cette glace un peu de vie reste prise, fraîche, garante de notre existence et de notre liberté. Ce peu de vérité mortelle qui brûle dans le cœur froid de l’écrit, la beauté chétive de l’une et la splendeur impassible de l’autre, voilà ce que je me suis efforcé de dire ici.

« Les choses communes. Je me souviens », George Perec

C'est souvent entre amis que l'on ressuscite ce genre de souvenirs. Personnels bien que communs à tous, constitutifs de notre petite histoire, pas vraiment de la grande, et pourtant... Réunis entre 1973 et 1977, ces souvenirs minuscules et ordinaires "arrachés à l'insignifiance" rassemblent des instants, bribes et lambeaux d'une réalité dont Perec fut le témoin entre sa dixième et sa vingt-cinquième année, soit entre 1946 et 1961.

« Le jeu de l’ange », Carlos Ruiz Zafon

Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n'en a jamais existé, "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués", en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus. Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu'il aime le plus au monde. En moyennant son talent d'écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable ?

 

Romans policiers :

« Snjor », Ragnar Jonasson

Quand la mort vient frapper aux portes des honnêtes gens. Un village sans histoire, vraiment ? Un huis-clos à l’anglaise dans le plus grandiose des décors scandinaves. Jonasson, la nouvelle révélation du polar islandais.

« Trois jours et une vie », Pierre Lemaitre

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d'événements tragiques s'abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien.»

« La montagne rouge », Olivier Truc

Une pluie continue épuise les hommes et les bêtes. Alors que les éleveurs du clan Balva procèdent à l’abattage annuel des rennes, des ossements humains sont retrouvés dans l’enclos, au pied de la Montagne rouge. Or, le clan est opposé à un groupement de forestiers et de fermiers dans un procès exceptionnel à la Cour suprême de Stockholm. L’enjeu – le droit à la terre – est déterminant pour tous les éleveurs de rennes du pays : qui était là le premier ? La patrouille P9 de la police des rennes est chargée de l’affaire, mais l’identification du squelette, en l’absence de crâne, est difficile. Klemet et Nina commencent une enquête auprès des musées et des institutions, et découvrent un XIXe siècle collectionneur de types humains et un XXe siècle porté sur les idéologies purificatrices, perdus dans les tréfonds nauséabonds de l’histoire suédoise. Ils se heurtent à l’inertie, à la défiance voire à l’hostilité de l’administration. Ils découvrent aussi une mystérieuse vague de disparition d’ossements et de vestiges sami, autant de preuves potentielles de la présence originelle des Sami. Klemet, plus que jamais empêtré dans sa double identité lapone, et Nina, qui le supporte de moins en moins, croisent des personnages souvent ambigus. Des archéologues aux agendas obscurs qui s’affrontent. Petrus, le chef sami, écartelé entre son devoir, son fils et la poursuite des rêves de son père dans les paysages grandioses et désolés des forêts primaires du fin fond de la Laponie. Bertil l’antiquaire au passé politique douteux, et Justina l’octogénaire aux étranges talents de conductrice d’engins et son groupe d’adeptes de la marche nordique et du bilbingo. Sans oublier une masseuse thaïlandaise… Ce troisième tome des aventures de la police des rennes est passionnant et troublant, ses héros sont complexes et attachants, le talent de conteur d’histoires d’Olivier Truc se déploie entre suspense, émotion et humour, et prouve une fois de plus que les 22 jurys de lecteurs qui lui ont à ce jour décerné leurs prix ne se sont pas trompés.

 

Témoignage :

« Portrait Sépia », Isabel Allende

C'est la voix d'une jeune femme, Aurora del Valle, qui porte ce magnifique roman situé à la fin du xixe siècle en Californie, en Europe et au Chili. La très riche Paulina del Valle recueille Aurora, sa petite-fille âgée de cinq ans : elle est orpheline de mère, et son grand-père, le Chinois Tao Chi'en, vient de mourir. Paulina donne ce qu'il y a de mieux à Aurora, mais elle lui cache la véritable identité de ses parents. De son enfance, Aurora n'a conservé comme souvenir qu'un sanglant cauchemar. Bientôt la guerre du Pacifique, le terrible conflit frontalier qui opposait le Chili, le Pérou et la Bolivie, prend fin. Le mari de Paulina meurt. Celle-ci décide alors d'entreprendre un voyage en Europe pour parfaire l'éducation de sa protégée. A Paris, lors d'une réception à l'ambassade du Chili, la jeune Aurora fait la connaissance de Diego Dominguez, un séduisant officier de marine. De retour au pays, elle épousera ce fils de grands propriétaires terriens. Mais la lune de miel est douloureuse... Aurora souffre d'un traumatisme qui a toujours influencé sa façon d'être et a effacé le souvenir des cinq premières années de sa vie. Confrontée à la trahison de l'homme qu'elle aime et à la solitude, elle décide d'explorer son passé. Une oeuvre envoûtante qui plonge dans la profondeur de la mémoire et des secrets de famille.

Bonne lecture !

Soirée d'Halloween

le .

La soirée d'Halloween commence dès 18h30.

Rendez-vous au Lavoir pour vous lancer à la poursuite de Jack o'lantern et de son trésor!

Après-midi Harry Potter à la médiathèque

le .

Le 31 octobre, c'est le jour des sorciers et des sorcières.

L'après-midi Harry Potter commence dès 15h.

Au programme: lecture du premier livre, répartition dans les maisons de Poudlard, fabrication de baguette magique, et puzzle 3d du Chemin de Traverse