Horaires modifiés à la médiathèque pour août

le .

Entre le 3 et le 21 août, votre médiathèque ouvrira de 16h à 19h.
 

La peinture à l'honneur en août à la médiathèque

le .

Clbration des grandes oeuvres en aot

Du 3 au 28 août, la peinture est à l'honneur dans votre médiathèque.

Les artistes en herbe pourront s'exercer lors des ateliers créatifs les mardis, mercredis et jeudis, de 16h à 17h.

Ils pourront également participer à la chasse au trésor ( dès 7 ans) ou profiter de notre grande exposition.

 

Ouverture de la bibliothèque à 17h lundi et mardi

le .

Lundi 20 et mardi 21, votre bibliothèque ouvrira à 17h.
 
Bon week-end!

Partir en livre à la médiathèque en juillet

le .

CNL Partir En LIvre 1600x600px Couverture
 
Votre médiathèque participe chaque année à Partir en livre, la grande fête du livre jeunesse.
Cette année, la programmation a du s'adapter au contexte de pandémie, et les animations en lignes ont été privilégiées.
Mais c'est aussi dans votre médiathèque.
Veuillez découvrir, jusqu'au 31 juillet, nos coloriages, notre jeu de l'oie, et notre memory l'école des loisirs.

Fermeture de la bibliothèque lundi et mercredi

le .

La bibliothèque sera fermée lundi 13 et mercredi 15 juillet.
A jeudi!

Renouvellement de documents sonores

le .

changement des documents sonores
 
Votre médiathèque vient d'effectuer l'échange de ses documents sonores.
Grâce à la Bibliothèque départementale, près de 500 nouveaux cds, dvds musicaux, partitions, et livres sonores vous attendent!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 22 juin

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 22 juin

 

IMG 20200623 143234  IMG 20200623 141613 


Jeunesse

Albums

« Bon voyage bébé ! », Beatrice Alemagna

C’est le moment : il faut se préparer, choisir les jouets à ranger dans sa valise, enfiler la tenue adaptée, embrasser papa et maman, surtout ne pas oublier son livre préféré et… plonger dans son lit ! Cet album aborde avec humour et finesse le rituel quotidien, si important mais parfois source d’angoisses, du moment du coucher chez les tout-petits, en le transformant en un voyage drôlement organisé.

« Le slip du cauchemar », Claudine Aubrun, Magali Le Huche

Comme tous les enfants de leur âge, Nine et Doux se réveillent souvent, terrorisés par un mauvais rêve. Alors Doux raconte à Nine comment il a réussi à faire fuir son cauchemar une bonne fois pour toutes : une nuit comme une autre, le monstre est entré dans sa chambre. Il respirait fort à côté de son lit. Doux a pensé que c'était une ruse pour lui faire peur. Mais non ! Le cauchemar était enrhumé ! En le regardant du coin de l'oeil, Doux l'a même vu se décrotter le nez. Il s'est alors caché derrière son fauteuil, pour l'observer tout à son aise… Quelle blague, ce cauchemar ! Il portait un slip en laine ! Avec un fil qui dépassait ! Doux a eu une idée : il a attrapé le bout du fil et a couru tout autour de la chambre. Un tour, deux tours, trois tours... Au bout du quatrième, le slip n'était plus qu'un long fil détricoté, et le cauchemar tout nu avait l'air bien honteux. Heureusement que Doux n'est pas rancunier : pour se faire pardonner, il lui a prêté un caleçon. Et le cauchemar, reconnaissant, s'en est allé pour toujours.

« Les p’tits explorateurs en voyage», Sonia Baretti

Un joli documentaire avec des volets à soulever à chaque page, pour découvrir le monde en s'amusant.

« Tout un monde », Katy Couprie, Antonin Louchard

Un inventaire hétéroclite du monde à travers une multitude d'images : gravure, peinture, dessin, photographie, image numérique... À regarder dans n'importe quel sens et dans n'importe quel ordre !

« Le bois dormait », Rebecca Dautremer

Deux personnages, dont l’un semble un prince, s’engagent sur un chemin. Ils bavardent, remarquent un papillon, une grenouille, un lièvre, un éléphant… un cavalier – tous endormis. Pénétrant dans les faubourgs d’une ville, ils découvrent cette fois un enfant sur une balançoire, tout un orchestre et plus loin un balayeur, deux boxeurs, un roi et une reine – guère plus éveillés. Nul doute, nous sommes dans l’univers étrange de La Belle au bois dormant, sans les codes visuels habituels. Inutile de raconter le conte, tout le monde connaît. C’est plutôt l’occasion ici de jouer avec le lecteur (et le prince du début). Tu crois qu’ils sont morts ? Allons, tu en avais entendu parler ! 100 ans, à ce qu’on dit ? Mais qu’attendent-ils pour se réveiller ? Il n’y en a pas un qui ait envie que ça change… ? Et donc, un baiser d’amour suffirait à secouer ce monde-là ? Tu y crois, toi ?

 « Le carnaval des dragons», Max Ducros

À Draguignan, c’est l’année du dragon. Un appel est lancé aux inventeurs du monde entier, le plus beau dragon présenté deviendra l’emblème de la ville. Les enfants de l’école se piquent aussitôt d’imaginer un animal extraordinaire. Mais le concours est réservé aux adultes… Qu’à cela ne tienne, le jour du défilé, une belle surprise attend tout le monde : petits et grands !

« Bob et Marley, un métier », Marais, Dedieu

Marley, c'est le grand, et Bob le petit. Nos deux ours mal dégrossis sont de retour. Aujourd'hui, Bob cherche un métier pour plus tard. Marley va-t-il pouvoir l'aider ?

 « L’album d’Adèle», Claude Ponti

Petit mode d'emploi à l'usage des parents. Quand Adèle entre dans son album, elle peut s'en faire une tente. Surtout, elle peut rencontrer ses amis. Au début, ils ont l'air aussi sage qu'elle. En réalité, ils ont des vies terriblement agitées. Les poussins ne font que des bêtises, la tortue a l'air perplexe, l'ours et la poupée s'embrassent comme des fous. On n'en finit pas de regarder tous les détails, on apprend à voir, on voit ce qui change d'une page à l'autre…

« Petit bateau », Stephen Savage

               Petit Bateau, le remorqueur, n'est peut-être pas très grand ni très rapide, mais quand les gros bateaux ont besoin d'aide dans le port, ils savent qu'ils peuvent compter sur lui. Mais que se passe-t-il lorsque Petit Bateau est fatigué?

« Fleur d’eau », Marceline Truong

Il y avait autrefois, en pays d'Annam, la modeste échoppe d'une famille d'artisans qui confectionnaient depuis toujours des lampions multicolores. Océan, son épouse Reflet de Lune et la mère de celle-ci, Mme Prune, vivaient en bonne harmonie. Mais il y avait tout de même un nuage dans leur ciel : Reflet de Lune et Océan restaient sans enfant...

 

BDs

« Billy Brouillard, le petit garçon qui ne croyait plus au père noël », Guillaume Bianco

Père Noël, Croquemitaine... : rêve et cauchemar... Billy gardera-t-il la foi ? Le chat de Billy, Brouillard est mort. Et même le Père Noël semble incapable de le ramener à la vie. Comment alors avoir foi en lui… surtout lorsque le jeune garçon découvre un jour, un faux costume de Père Noël, caché dans la chambre de ses parents ? « Le Père Noël » : ne serait-il qu’un subterfuge des adultes afin de discipliner les enfants crédules ? Faut-il malgré tout y croire, afin de ne pas réveiller le mystérieux et terrifiant Croquemitaine ?

« AST Encore plus méchant !», CED, Morin

            Pour ce tome 2, notre minuscule anti-héros, l’Apprenti Seigneur des Ténèbres toujours accompagné de sa fidèle garde rapprochée, composée de Gonzague gobelin bossu et stupide (quoique) et Slurp monstre aussi sympathique que doux, va devoir affronter le terrible Stéaras, Le Maître du Mal disparu depuis 3 siècles, et qui veut – à n’importe quel prix – reprendre possession de son château…Un terrible combat des tyrans, pardon, des chefs se prépare… Qui de Stéréas ou d’A.S.T. va être le plus méchant ? Qui de A.S.T. ou de Stéréas va conquérir le royaume et le cœur de la princesse ?

« Lili crochette et monsieur Mouche », Joris Chamblain, Olivier Supiot

La petite Elizabeth, fille unique du gouverneur, a un caractère bien trempé. Elle n’a pas la langue dans sa poche et a sans cesse la bougeotte ! A la moindre occasion, elle se transforme incognito en Lili Crochette. Prête pour l’aventure, elle peut compter sur l’aide de Monsieur Mouche, le plus malin des colibris.

« Jack le téméraire», Ben Hatke

L’été approche, ce qui est loin de ravir Jack qui, comme chaque année, va devoir s’occuper de sa jeune soeur Maddie, autiste et mutique, pendant que sa mère, célibataire, prend un deuxième boulot pour joindre les deux bouts. Mais les choses s’annoncent un peu différentes cet été : déjà, ils font connaissance avec leur nouvelle voisine, Lilly, bien délurée. Mais surtout, tout bascule lorsque Maddie se met à parler pour convaincre Jack d’acheter des graines à planter… qui vont s’avérer magiques, voire maléfiques ! Une étrange jungle pousse alors dans leur jardin, où ils feront d’étranges rencontres, seront l’objet d’attaques multiples, jusqu’à l’enlèvement de Maddie. Jack et Lilly vont devoir grandir bien vite pour tenter de contrôler la situation

 

Romans

« Le mystère Vandam Pishar », Anne-Gaëlle Balpe

            Un nouveau est arrivé à l’école en plein hiver. Il s’appelle Vandam Pishar. Il prétend qu’il vient d’Inde. Pourtant, il parle très bien français. Il marche comme un robot et garde toujours ses gants, même en classe. Pourtant, il paraît qu’il est champion de ski. Il affirme aussi qu’il n’a pas le temps de se faire des amis. Pourtant, il a l’air de s’entendre très bien avec la maîtresse remplaçante. On dirait vraiment que Vandam Pishar vient d’une autre planète. Une autre planète ? Et pourquoi pas ?

 

Adultes

« Les chants de Pyrène. Voyage à travers les Pyrénées légendaires », Jean-Claude Pertuzé

"Les Chants de Pyrène" est une compilation de contes, légendes, traditions, récits historiques des Pyrénées, présentées sous forme d'un voyage pédestre par deux personnes : un fils de notaire aisé, et un paysan de la vallée d'Ossau qui sert de guide, de porteur et de compagnon de voyage. L'action se situe en 1850, période où le costume traditionnel est à son apogée et où le « tourisme » se développe.

 

BDs

L’intégrale « Traquemage», Lupano, Relom

Le pécadou, étonnant fromage de cornebique, fait la fierté de Pistolin. Mais avec la guerre que se livrent les mages, la vie dans la montagne est devenue impossible. Après avoir été le témoin de l'extermination de son troupeau, notre héros fait le serment de traquer les mages et de les tuer tous. Accompagné par Myrtille, l'unique survivante de son troupeau, Pistolin part accomplir sa vengeance.

« Notre mère la guerre», Maël, Kris

Janvier 1915, en Champagne pouilleuse. Cela fait six mois que l’Europe est à feu et à sang. Six mois que la guerre charrie ses milliers de morts quotidiens. Mais sur ce lieu hors de raison qu’on appelle le front, ce sont les corps de trois femmes qui font l’objet de l’attention de l’état-major. Trois femmes froidement assassinées. Et sur elles, à chaque fois, une lettre mise en évidence. Une lettre d’adieu. Une lettre écrite par leur meurtrier. Une lettre cachetée à la boue de tranchée, sépulture impensable pour celles qui sont le symbole de la sécurité et du réconfort, celles qui sont l’ultime rempart de l’humanité. Roland Vialatte, lieutenant de gendarmerie, militant catholique, humaniste et progressiste, mène l’enquête. Une étrange enquête. Impensable, même. Car enfin des femmes… c’est impossible. Inimaginable. Tout s’écroulerait. Ou alors, c‘est la guerre elle-même qu’on assassine…

« Saint Rose, à la recherche du dessin ultime», Hugues Micol

Alors voilà… Hugues Micol est un auteur de bandes dessinées. Un soir, dans une boite de nuit, alors qu’il fait un extra sur le thème des Impressionistes, au milieu des fêtards, il réalise le dessin ultime : un trait nouveau, une piste graphique pleine de promesses, bref, un miracle s’est produit. Il a l’impression que ce dessin marque un tournant dans sa vie d’artiste… Mais hélas, le temps de prendre un verre pour fêter ça, le dessin a disparu. À côté du chevalet, une plume de cigogne noire. Le lendemain, il se rend chez Santorin Saint Rose, le fameux détective aventurier, afin qu’il retrouve son dessin. Pour Saint Rose et son équipe, pas de doute, l’oiseau est migrateur, il a dû migrer vers le sud, avec escale à Macao. Il faut lever l’ancre sur le champ. Sans plus hésiter, Hugues Micol décide de délaisser le confort de sa table à dessin pour suivre l’enquête qui le mènera à l’autre bout du monde !

« Le goût d’Emma », Takahama, Maisonneuve, Pavlowitch

À 30 ans, sur une simple candidature spontanée, Emma réalise son rêve d’enfant en rejoignant l’équipe des inspecteurs du prestigieux et mystérieux guide Michelin. Ses tournées d’inspection vont la mener sur les routes de France pour découvrir non pas les grandes tables étoilées qui la faisaient rêver – privilège des inspecteurs les plus anciens – mais des hôtels et des restaurants qui ne paient pas de mine.

 

Ecologie

«Penser et agir avec la nature», Catherine Larrère, Raphaël Larrère

Que signifie « protéger la nature » ? Répondre à cette question concrète, urgente, suppose d’affronter une question proprement philosophique. Car la notion même de « nature » ne va plus de soi. On a pris l’habitude d’aborder l’environnement à partir des oppositions entre nature et culture, naturel et artificiel, sauvage et domestique, que la globalisation de la crise environnementale a effacées : le changement climatique remet en cause la distinction traditionnelle entre histoire de la nature et histoire humaine.
Ces oppositions tranchées n’ont plus lieu d’être, mais leur effacement ne signifie pas pour autant le triomphe de l’artifice. On peut continuer à parler de « nature » et même en parler mieux, parce qu’il n’y a plus à choisir entre l’homme et la nature, mais plutôt à se soucier des relations entre les hommes, dans leur diversité, et la diversité des formes de vie. Que l’on s’intéresse à la protection de l’environnement, aux techniques ou à la justice environnementale, cet ouvrage montre qu’il est possible de concilier le souci de la nature, la diversité des cultures et l’équité entre les hommes ; et qu’il existe aussi des manières d’agir avec la nature et pas contre elle.

« Penser comme un arbre », Jacques Tassin

Depuis quelques années, dans le sillage d’importantes découvertes scientifiques liées à la communication végétale, une tendance de fond nous incite à prendre l’arbre pour modèle, voire à pénétrer les arcanes de sa « vie secrète ». Mais, au-delà des métaphores et des analogies faciles, que peut-on vraiment espérer de ce nouveau rapprochement avec l’arbre ? Une source d’inspiration, un modèle écologique, la clé d’un nouveau bien-être fait d’ouverture et de partage ? Un écologue passionné nous livre ses réponses empreintes de science, de sagesse et d’un infini respect pour l’arbre.

Histoire

«De Gaulle expliqué aujourd’hui», Marc Ferro

Tour à tour homme de guerre et politique, théoricien de génie, exaspérant, adulé ou décrié, le général de Gaulle a traversé son siècle sans laisser personne indifférent. De juin 1940 à Mai 68, de Londres à la crise algérienne, de la France libre à la Ve République, Marc Ferro retrace le destin exceptionnel de ce visionnaire à la plume d’acier qui s’est identifié à la nation française et a largement influé sur son destin. Comment de Gaulle s’inscrivit-il dans l’histoire ? Soucieux de la grandeur de l’État, au point de négliger les répercussions qu’elle entraîna sur les individus, que pensa-t-il réellement de la décolonisation ? De la construction européenne ? Ni plaidoyer ni procès, cet ouvrage explique sa politique, ses dilemmes et ses revirements sous un éclairage inédit.

Romans

 «L’enfant qui», Jeanne Benameur

                          Dans l'absence laissée par la disparition inexpliquée de sa mère, un enfant, son père et sa grand-mère partent chacun à la reconquête de leur place et de leur présence au monde. Dix-sept ans après le choc des Demeurées, Jeanne Benameur, fidèle aux âmes nues, pose avec L'enfant qui, texte talisman, une nouvelle pierre sur le chemin le plus juste vers la liberté. Porté par la puissance de l'imaginaire, L'enfant qui raconte l'invention de soi, et se déploie, sensuel et concret, en osmose avec le paysage et les élans des corps, pour mieux trouver l'envol.

« Les ronces », Cécile Coulon 

Les ronces convoquent le souvenir de mollets grifés, de vêtements déchirés, mais aussi des mûres, qu’on cueille avec ses parents dans la lumière d’une fn de journée d’été, alors que la rentrée scolaire, littéraire, approche. Entre les caresses et les crocs, Les Ronces de Cécile Coulon nous tendent la main pour nous emmener balader du côté de chez Raymond Carver. Sur ces chemins, elle croise des vendeurs de pantoufles, des chiens longilignes, un inconnu qui offre une portion de frites parce qu’il reconnaît une romancière… La poésie de Cécile Coulon est une poésie de l’enfance, du quotidien, de celles qui rappelle les failles et les lumières de chacun.

« Les furies », Lauren Groff

« Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils, pour la plupart. D’omissions. Si tu devais exprimer ce que tu penses au quotidien de ton conjoint, tu réduirais tout en miettes. Elle n’a jamais menti. Elle s’est contentée de ne pas en parler. » Ils se rencontrent à l’université. Ils se marient très vite. Nous sommes en 1991. À vingt-deux ans, Lotto et Mathilde sont beaux, séduisants, follement amoureux, et semblent promis à un avenir radieux. Dix ans plus tard, Lotto est devenu un dramaturge au succès planétaire, et Mathilde, dans l’ombre, l’a toujours soutenu. Le couple qu’ils forment est l’image-type d’un partenariat réussi. Mais les histoires d’amour parfaites cachent souvent des secrets qu’il vaudrait mieux taire. Au terme de ce roman, la véritable raison d’être de ce couple sans accrocs réserve bien des surprises.

« Juillet », Marie Laberge

Une fête familiale, intime, toute simple. Une célébration orchestrée par Simon, aidé de son fils, de sa belle-fille et un peu de son petit-fils, Julien. Une sorte d'harmonie qui craque pourtant sous l'élan irrépressible du désir. Le désir dérangeant, inopportun, sauvage. Le désir et l'amour de Simon. Et ce n'est pas pour sa femme, la jubilaire, qu'en ce jour de juillet Simon brûle...

« Train de nuit pour Lisbonne », Pascal Mercier

Une femme penchée sur le parapet d'un pont, un matin à Berne, sous une pluie battante. Le livre, découvert par hasard, d'un poète portugais. Amadeu de Prado. Ces deux rencontres bouleversent la vie du sage et très érudit professeur Raimond Gregorius. Au milieu d'un cours de latin, soudain il se lève et s'en va. Il prend le premier train de nuit pour Lisbonne, tournant le dos à son existence anti-poétique et sans savoir ce que vont lui révéler la beauté étrangère de Lisbonne et le livre d'Amadeu. Fascinée par les profondeurs que ce texte lui ouvre sur l'amour, l'amitié, le courage et la mort. Il veut savoir qui était Amadeu de Prado : un médecin de génie, poète, militant engagé dans la Résistance contre la dictature de Salazar - un orfèvre des mots, un maître à penser, un explorateur de la vie à la manière des anciens navigateurs portugais. L'enquête menée par Gregorius l'entraîne dans une ronde de personnages fortement dessinés qui ont connu Amadeu. Leurs témoignages convergent vers cet homme et cernent en même temps la personnalité de Gregorius : " coupable " d'avoir trop peu osé. Un grand roman européen qui sonde les multiples territoires de l'âme et de la conscience de soi

« Cette chose étrange en moi », Orhan Pamuk

Comme tant d’autres, Mevlut a quitté son village d’Anatolie pour s’installer sur les collines qui bordent Istanbul. Il y vend de la boza, cette boisson fermentée traditionnelle prisée par les Turcs. Mais Istanbul s’étend, le raki détrône la boza, et pendant que ses amis agrandissent leurs maisons et se marient, Mevlut s’entête. Toute sa vie, il arpentera les rues comme marchand ambulant, point mobile et privilégié pour saisir un monde en transformation. Et même si ses projets de commerce n’aboutissent pas et que ses lettres d’amour ne semblent jamais parvenir à la bonne destinataire, il relèvera le défi de s’approprier cette existence qui est la sienne. En faisant résonner les voix de Mevlut et de ses amis, Orhan Pamuk décrit l’émergence, ces cinquante dernières années, de la fascinante mégapole qu’est Istanbul. Cette «chose étrange», c’est à la fois la ville et l’amour, l’histoire poignante d’un homme déterminé à être heureux.

« Les terres de Gabrielle », Judith Rapet

Lorsque Gabrielle et sa famille arrivent à la Guérinière, la jeune fille est immédiatement séduite par la grande maison des maîtres. Engagés comme métayers, ses parents ne ménagent pas leur peine pour satisfaire les Delavallée père et fils, propriétaires des lieux. Gabrielle, quant à elle, est tenue de servir ces derniers quand ils viennent s’assurer de la bonne tenue du domaine. Travailler sans cesse, obéir, chaque jour qui passe rend l’injustice de sa condition plus criante. Heureusement, Gabrielle s’échappe parfois quelques heures pour rendre visite à son amie, Julia. Et c’est lors d’une de ces escapades qu’elle va rencontrer Léandre. Leur amour réciproque ne fait plus de doute, mais Rodolphe Delavallée se déclare à son tour. Gabrielle, déterminée, a déjà fait son choix. Pourtant, la guerre qui s’annonce pourrait bien renverser le cours des choses.

« Un printemps en novembre », Jean-Paul Romain-Ringuier

Le monument aux morts de Saint-Pont-sur-Briance sera inauguré le 5 novembre…” Antoine n’en croit pas ses yeux et pourtant c’est ce qu’il lit dans le journal, ce matin-là. Étrange coïncidence pour cet homme qui, rentrant au pays après plusieurs années d’absence, vient d’apprendre que les autorités françaises l’ont considéré comme mort ! Il lui reste quatre jours pour être à la cérémonie. Il y sera ! Il le doit à tous ceux qui ont sacrifié leur vie, à ses trois frères… Sans oublier qu’il a un vieux compte à régler. Mais à cet instant il pense surtout à Marie, sa mère. À l’image de tant de ses compagnes, elle a tout supporté : des journées sans fin à besogner une terre de misère, un mari qui boit et les nombreux deuils qui ont parsemé son existence. Lorsqu’il arrive au village, la demie de onze heures frappe au clocher de l’église. Le drapeau claque au vent de l’Histoire. Antoine avance ; les gens rassemblés se retournent, s’écartent, la bouche ouverte, frappés de stupéfaction. Autour du père et de ses fils, des femmes héroïques défient l’Histoire, la fatalité, la lâcheté de certains hommes, et illuminent ce roman dense et généreux. Une intrigue fouillée et soutenue jusqu’aux derniers mots.

« L’autre comme moi », José Saramago

Tertuliano Maximo Afonso aperçoit dans un film son double parfait. Horrifié, il visionne d'autres vidéos qui confirment son intuition. Aidé de sa maîtresse, il part à la recherche d'Antonio Claro, cet autre lui-même. Mais deux êtres semblables ne peuvent coexister... Et du désordre de l'identité naît la tragédie.

Romans policiers

 « Plus jamais seul», Caryl Férey

Premières vacances pour Mc Cash et sa fille, Alice. L’ex-flic borgne à l’humour grinçant – personnage à la fois désenchanté et désinvolte mais consciencieusement autodestructeur – en profite pour faire l’apprentissage tardif de la paternité. Malgré sa bonne volonté, force est de constater qu’il a une approche très personnelle de cette responsabilité. Pour ne rien arranger, l’ancien limier apprend le décès de son vieux pote Marco, avocat déglingué et navigateur émérite, heurté par un cargo en pleine mer. Pour Mc Cash, l’erreur de navigation est inconcevable. Mais comment concilier activités familiales et enquête à risque sur la mort brutale de son ami?

« Code 93 », Olivier Norek

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire. Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 » ? Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

« Nos derniers festins »,Chantal Pelletier

Juin 2044. La prohibition alimentaire règne dans l'Hexagone, mafias du camembert et trafics de foie gras prospèrent, les partisans intégristes de régimes ennemis s'affrontent dans de violentes manifestations. Pour festoyer, on s'approvisionne au marché noir, on participe aux agapes de sociétés secrètes, on compte ses points sur son permis de table. Débarquant dans une Provence caniculaire, un contrôleur alimentaire, intimidé par sa cheffe goinfre et décomplexée, tente d'élucider le meurtre d'un jeune cuisinier dans un restaurant clandestin. Parallèlement, une ex-militaire au passé douloureux se bat pour sauvegarder son restaurant gastronomique et se réconcilier avec sa fille, dont la ferme est elle aussi en danger, comme toute la région. Tous liés au cuisinier assassiné, ils prennent ensemble la mesure de la menace.

 

Témoignage

« L’axe du loup »,Sylvain Tesson

Sylvain Tesson a refait le long voyage de la Sibérie au golfe du Bengale qu'effectuaient naguère les évadés du goulag. Pour rendre hommage à ceux dont la soif de liberté a triomphé des obstacles les plus grands, seul, il a franchi les taïgas, la steppe mongole, le désert de Gobi, les Hauts Plateaux tibétains, la chaîne himlayenne, la forêt humide jusqu'à la montagne de Daarjeling. A pied, à cheval, à vélo, sur six mille kilomètres, il a connu le froid, la faim, la solitude extrême. La splendeur de la haute Asie l'a récompensé, comme les mots d'une ancienne déportée : "On a le droit de se souvenir."

Bonne lecture !