Les samedis d'ouverture du mois d'avril

le .

Writer Landscape Book Read Paper Background 1014197

La médiathèque sera ouverte les samedi 13 et 27 de 9h à 12h30.

Venez découvrir nos nouveautés et l'exposition Welcome, profiter de nos jeux, tester votre logique, prendre une tasse de thé ou de café, ou tout simplement passer un moment convivial et agréable.

Ouverture d'un "livre service"

le .

54727857 331243650855419 7973517355214962688 n 55635120 331243524188765 1575790992294936576 n

 

Une envie de lire ou de culture cela n’attend pas. Par conséquent, une boite à livres vient d'être installée devant votre médiathèque. 

Vous pouvez en toute liberté déposer les livres dont vous ne voulez plus, et prendre ceux qui vous intéressent.

Vous pouvez les ramener plus tard, ou les garder à votre domicile.

 

Ateliers gratuits autour de la BD en avril

le .

bandeau visuel SdC 270x139

Avec le retour des beaux jours, Sortie de Case revient!

Votre médiathèque, avec le soutien du Conseil départemental, organise deux ateliers gratuits.

 

Mercredi 10 avril (15h-17h)

"Atelier le tunnel des Curiosités"

Lors de cet atelier, l'artiste Mickaël Jourdan apprendra aux enfants (dès 7 ans), à créer leur propre cabinet des curiosités.

 

Mercredi 24 avril (14h-16h30)

Atelier planche naturaliste

Lors de cet atelier, l'artiste Sophie Vissière apprendra aux participants (de 9 à 99 ans) à créer leurs propres planches naturalistes. Toutes les techniques (collage, pochoirs, tampons..) sont les bienvenues.

 

Inscrivez-vous vite, le nombre de place est limité.

 

Et si vous souhaitez découvrir le reste de la programmation, suivez le lien:

http://www.aude.fr/841-actualite-sortie-de-case-2019.htm

 

 

Nouveautés musicales dans votre médiathèque

le .

Untitled design

 

Votre médiathèque, grâce à la Bibliothèque départementale, a procédé à un échange de ses documents sonores.

Plus de 450 nouveaux cds (musique classique, variété internationale, jazz, variété française...) et livres audios (enfants et adultes) vous attendent.

Venez vite les découvrir!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 25 mars

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 26 mars:

 IMG 20190328 171046  IMG 20190328 171431

Jeunesse

Albums

« Mon panda », Ramona Badescu, Chiaki Miyamoto

Un doudou disparu : un sujet qui parle aux petits. Un graphisme sobre composé de traits et d'aplats à l'encre noire. Des zones de couleur composées de collages de papier japonais illuminent l'ensemble et apportent une touche vive et chaleureuse.

« Rafara. Un conte populaire africain », Anne-Catherine De Boel

Conte traditionnel africain autour d'une rivalités entre soeurs. Entre Cendrillon et Gretel, Rafara, l'héroïne de ce conte traditionnel africain, est abandonnée dans la forêt, capturée par un monstre qui l'engraisse pour la dévorer. L'intervention d'une souris et le recours à la magie lui permettront de se sauver. Les illustrations permettent de travailler sur la notion de plan et utilisent souvent un collage de tissus ethniques.

« Biquette et les choux », Elsa Huet

Ah ! Tu sortiras, Biquette, Biquette. Ah ! Tu sortiras, de ces choux là.

« Un oiseau en hiver », Hélène Kérillis, Stéphane Girel

Mayken aime patiner sur le lac gelé : elle a l’impression de fendre l’air, comme si elle volait. Un soir, sur le chemin du retour, elle découvre un oiseau blessé…

« Pingouin glacé », Constance V. Kitzing

Sur la banquise le pingouin grelotte. Comment se réchauffer par des froids aussi polaires ? L’écharpe ne suffit pas, faire un feu n’est pas une très bonne idée… Seuls les bras, heu les ailes !, d’un autre pingouin, réussiront à dégeler le corps et le cœur de l’animal. Un album doux comme une peluche qui fera fondre petits et grands.

« Les petites ballerines et la Belle au bois dormant », Grace Maccarone, Christine Davenier

Quelle chance pour les élèves de Madame Adeline ! Ils vont danser La Belle au bois dormant avec le Grand Ballet de la ville. Il faut deux rats pour le carrosse de la fée Carabosse, et huit danseuses pour la valse des guirlandes de roses. Célestine est désignée comme rat, mais voilà, être un rat ne lui convient pas ! Et si quelqu'un tombait malade, pense Célestine, j'aurais la chance de valser en portant des roses ! Son voeu se réalise dès le lendemain : Sabine est grippée et Célestine la remplace. Mais danser avec des roses s'avère plus épineux qu'il n'y paraît... Au point que Célestine veut retrouver son rôle de rat poilu..

« Attention, fais marcher ton imagination. Mais ne souhaite pas n’importe quoi ! », Nicola O’Byrne

Un jour, Lapin s'ennuyait très fort. Alors qu'il se demandait quoi faire, Loup apparaît et lui propose d'inventer une histoire pour parer à l'ennui. Qui sait jusqu'où l'Imagination peut nous mener ?

« Mon grand rêve », Lucie Papineau, Virginie Egger

Paola Papillon est une drôle de petite fille qui a comme animal de compagnie un cochon d'Inde… qui se prend pour un lapin ! Depuis qu'elle a vu le spectacle de ballet de sa cousine Clara, elle rêve de devenir ballerine quand elle sera grande. Tout l'été, les deux fillettes s'amusent à inventer des histoires et à présenter des spectacles de danse à leur grand-père. Choco Dindon, le drôle de cochon d'Inde, y joue évidemment les premiers rôles! Au retour des vacances, Paola s'inscrit enfin à un cours de danse. Elle s'aperçoit toutefois que ce n'est pas du tout comme chez son grand-père.
Ce grand rêve était-il vraiment celui de Paola ?

« On n’a pas sommeil », James Stevenson

Pour endormir ses petits enfants, grand-père leur raconte ses extravagantes aventures de jeunesse: comment il a traversé l'océan à la nage, affronté l'ours polaire, etc. Un album où l'humour et la fantaisie se conjuguent harmonieusement dans le texte, l'illustration et la mise en pages.

« L’attrape-lune », Séverine Vidal, Barroux

Mon papy a toujours des histoires folles à raconter. Et je le crois. Il a fait tous les métiers du monde, il a même croisé une sirène… Pour moi, il pourrait décrocher la lune. Il a sur sa tête, toujours, son petit chapeau rouge. Un jour, plus tard, dans longtemps, demain, il me le donnera…

« J’ai vu un dinosaure », Jan Wahl, Chris Sheban

Après une visite au Muséum d'Histoire naturelle, une petite fille voit des dinosaures partout : sur la route qui longe le parc, devant la station-service, sur la chaise de sa chambre… Des brontosaures, des stégosaures, des dimétrodons, des tricératops… Chaque animal est décrit en quelques lignes à la fin de l'histoire (taille, nourriture, habitat).

 

BDs

« Cruelle Joëlle », Davide Cali, Ninie

Cruelle Joëlle grandit seule avec sa mère, la très pimpante Madame Lamort. Celle-ci travaille pour la société Trépas : chaque jour, elle se charge d'envoyer de nouveaux "candidats" vers l'au-delà... Rien de plus normal, pour Joëlle. Jusqu'au jour ou elle découvre que le prochain "candidat" choisi par sa mère... n'est autre que le père de son meilleur ami ! Elle va devoir intervenir !

« L’élève Ducobu. Pas vu, pas pris ! », Godi, Zidrou

Alors que le duo comique préféré des cours d'école s'apprête à fêter son 500e gag, Godi et Zidrou nous en apprennent un peu plus sur la vie privée et le passé de Léonie Gratin et de l'Elève Ducobu. L'occasion de constater que la propension de Ducobu à chercher l'inspiration sur les copies de sa muse ne date pas d'hier. Non, tout ça remonte en fait à la maternité ! Mais si, 13 albums plus tard, le couple fonctionne comme au premier jour, sans doute est-ce parce que Léonie commence à comprendre combien est salutaire le grain de folie que Ducobu sème dans nos vies !

« Cheval de bois, cheval de vent », Wilfrid Lupano, Gradimir Smudja

Le roi n’en peut plus d’impatience… C’est son anniversaire et qui dit anniversaire dit gâteau… Mais deux gamins juchés sur un cheval de vent viennent de le lui voler avant même qu’il ait pu en goûter une miette ! Tout ce que le château contient de gardes et de serviteurs se précipite alors en un instant, portant en tête de colonne sa majesté et sa monture de bois, à la poursuite des maraudeurs…

« Game Over 17 », Midam

Dans l’univers virtuel du Petit Barbare, les morts se suivent et ne se ressemblent pas. Préférez-vous le voir transpercé, déchiqueté, brûlé, écrasé ou dévoré ? Pour le faire passer de vie à trépas, vous avez l’embarras du choix ! Car Midam rivalise encore d’ingéniosité pour malmener notre pauvre Petit Barbare dans un florilège de Game Over aussi cruels qu’hilarants. Des gags muets et toujours aussi efficaces qui font de cette série un monument de l’humour absurde

« La cantoche. A consommer sans modération », Nob

L'heure du repas a sonné ! Tous se retrouvent dans ce lieu mythique, qu'on connaît forcément de près ou de loin... La cantine. On y rencontre le cuisinier fan de légumes verts et les enfants qui les détestent, on y voit des batailles de nourriture, des disputes, de la rigolade et de bons copains... Et même quand on y est pas, on en parle ! Tout est bon pour parler de la prochaine pause repas ou de son plat préféré. Les gags s'enchaînent autour de cet univers délicieux, les héros changent et ne se ressemblent pas... On en redemanderait bien !

 

Romans

« La famille Royale. Vacances en château pliable », Christophe Mauri

Les aventures trépidantes et drôles d'une famille royale d'aujourd'hui. «Non, non, non! Pas de pluie pendant l'été!» crie la foule en colère. Alors papa, qui est le roi, a promis le soleil et, dès le lendemain, il nous emmenait en vacances au bord de la mer, maman, mon petit frère Louis-Junior et moi, Alice. Sans oublier Bozzo, l'éléphant en peluche! On allait faire du camping pour la toute première fois..

« La drôle d’évasion », Séverine Vidal

Cette année, Zach passe ses vacances à San Francisco avec ses parents. Ce qui l'intéresse surtout, c'est de visiter la prison d'Alcatraz, devenue un musée. Son projet secret est de s'y faire enfermer afin de relever un pari de taille : réussir à s'en évader.

 

Adultes

Art 

« La couleur. Cours pratique », David Hornung

La couleur est une composante omniprésente du monde dans lequel nous évoluons. En tant que fonction de la lumière, variable s'il en est, la couleur est sans doute l'un des éléments physiques les plus insaisissables et les plus énigmatiques à comprendre et à maîtriser. D'autant que cette notion relève d'un contexte culturel, avec des implications psychologiques, sociologiques, politiques et religieuses. Cet ouvrage a pour but de démythifier le phénomène couleur et de le rendre accessible aux artistes, illustrateurs, graphistes et à toute personne ayant à manipuler la couleur pour créer images et objets. Il explicite les notions théoriques fondamentales, et favorise une approche expérimentale à la fois pragmatique et logique.

 

BDs :

« Celestin Gobe-la-lune », Lupano, Corboz

Abandonné à la naissance, Célestin, gueux et doux rêveur, est persuadé qu'il est issu d'une haute lignée. Il entend bien retrouver son rang. Pour cela, un seul moyen : épouser une digne héritière. Après de multiples aventures sans lendemain avec les meilleurs partis du royaume et lassé de n'être traité qu'en amant et jamais en mari potentiel, il jette son dévolu sur Pimprinule, la fille du roi

« Paroles d’honneur », Leïla Slimani, Laetitia Coryn

Rabat, été 2015. Suite à la parution de son livre "Dans le jardin de l'ogre", un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l'addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine franco-maghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l'auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d'une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité. Le code pénal punit toute transgression : un mois à un an de prison pour les relations hétérosexuelles hors mariage, six mois à trois ans de prison pour les relations homosexuelles, un à deux ans de prison pour les adultères. Soumises au mensonge institutionnalisé, ces femmes nous racontent les tragédies intimes qui égrènent leurs vies et celles des femmes qui les entourent : IVG clandestines, viols, lynchages, suicides. Toutes sont tiraillées entre le désir de se libérer de cette tyrannie et la crainte que cette libération n'entraîne l'effondrement des structures traditionnelles. A travers cette BD, il s'agit de faire entendre la réalité complexe d'un pays où l'islam est religion d'Etat. Et où le droit des femmes passera, avant tout, par la défense de leurs droits sexuels.

 

Histoire

« La révolution de 1917 », Marc Ferro

Quitter le devant de la scène, celle où s'affrontent les personnages principaux de l'Histoire, pour rejoindre la société et ses aspirations ; confronter le système des grandes idées (bolchevisme, communisme, etc.) aux comportements des hommes vivants (ouvriers, paysans, soldats), dont les projets rencontrent ou contredisent ceux des partis et des organisations : Ces déplacements dans l'analyse caractérisent la magistrale synthèse de Marc Ferro. Ni fruit d'une nécessité historique, ni accident dû à la guerre et la défaite, la Révolution d'Octobre redevient un événement qui s'intègre à une histoire de longue durée, ouvrant un cycle qui, après quatre-vingts ans, n'est toujours pas clos.
Comprendre la naissance et la nature de la société soviétique ainsi que son évolution reste un des enjeux majeurs de notre temps.

 

Romans

« Au bord de la rivière », Michel David

Nouvelle saga, nouvel univers. Cette fois, Michel David nous plonge dans le XIXe siècle, plus précisément en 1870, au moment de la création d'un petit village sur les bords de la rivière Nicolet. Nous sommes donc dans une période de colonisation, de défrichage, de construction. Au centre de toute cette activité on retrouve les Beauchemin, menés par Baptiste, le chef de famille. Travailleur acharné, Baptiste est un des premiers arrivants de l'endroit et souhaite, après plus de 25 ans d'efforts, la reconnaissance qu'il considère mériter. Dans un patelin dépourvu de maire et de curé, il se plaît à jouer le rôle de l'homme important du village. De l'autre côté, on retrouve la famille Ellis, d'origine irlandaise, ayant à sa tête Samuel. Entre les deux hommes, la rivalité est forte. Si l'un veut que la future chapelle soit construite en haut de la côte, son vis-à-vis exige qu'elle le soit en bas, près de chez lui. Si l'un veut un pont conçu de telle façon, l'autre défend l'idée contraire. Bref, l'un dit blanc, l'autre noir, et si l'un le dit en français, l'autre le dit évidemment en anglais! Chacun occupera à tour de rôle des fonctions décisives dans l'établissement d'un vrai village, et les commères du coin ne se gênent pas pour prendre le parti de l'un ou de l'autre, sans jamais oser beaucoup s'impliquer. Autour de ces deux adversaires, on retrouve toute une galerie de personnages attachants comme Bernadette, l'institutrice qui aime se faire désirer des jeunes hommes ; Camille, l'aîné des Beauchemin, qui s'investit beaucoup pour venir en aide à la famille voisine dont la mère est décédée ; sans parler de Marie, Liam, du curé Ouellet ou encore de Constant Aubé. Ambiance magnifique, personnages colorés et dialogues savoureux. On en redemande!

« L’amie prodigieuse », Elena Ferrante

« Je ne suis pas nostalgique de notre enfance: elle était pleine de violence. C'était la vie, un point c'est tout: et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l'école pour travailler dans l'échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s'éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. Formidable voyage dans l'Italie du boom économique, L'amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu'Elena Ferrante traque avec passion et tendresse.

« Le gang des rêves », Luca Di Fulvio

New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

« Une femme aimée », Andrei Makine

Défendre cette femme... Effacer les clichés qui la défigurent. Briser le masque que le mépris a scellé sur son visage. Aimer cette femme dont tant d’hommes n’ont su que convoiter le corps et envier le pouvoir. C’est cette passion qui anime le cinéaste russe Oleg Erdmann, désireux de sonder le mystère de la Grande Catherine. Qui était-elle? Une cruelle Messaline russo-allemande aux penchants nymphomanes? Une tsarine clamant son « âme républicaine »? La séductrice des philosophes, familière de Voltaire et Diderot, Cagliostro et Casanova? Derrière ce portrait, Erdmann découvre le drame intime de Catherine – depuis son premier amour brisé par les intérêts dynastiques jusqu’au voyage secret qui devait la mener au-delà de la comédie atroce de l’Histoire. L’art de ce grand roman transcende la biographie. L’effervescence du XVIIIe siècle européen se trouve confrontée à la violente vitalité de la Russie moderne. La quête d’Erdmann révèle ainsi la véritable liberté d’être et d’aimer.

« L’art de la joie », Goliarda Sapienza

Il était une fois une enfant, Modesta, née le 1er janvier 1900, dans un monde frustre et rapidement englouti... Non, L'Art de la joie résiste à toute présentation. Roman d'apprentissage, il foisonne d'une multitude de vies. Roman des sens et de la sensualité, il ressuscite les élans politiques qui ont crevé le XXe siècle. Ancré dans une Sicile à la fois sombre et solaire, il se tend vers l'horizon des mers et des grandes villes européennes...
"Pourquoi faut-il lire ce livre ? Parce qu'il est un hymne à la joie. A la joie la plus simple qui soit, celle qui émane de la conscience et de l'acceptation sereine de sa propre existence et de celle des autres, personnes et choses, sans lesquelles le bonheur serait absolument impossible. Le XXe siècle, époque de tragédies horribles et d'esprits brillantissimes, se révèle sous un angle différent et les événements qui le caractérisent - guerres et révolutions, sciences et techniques, art et philosophie - portent les stigmates d'une seule femme, Modesta, qui assume les espoirs et la volonté de toutes les autres." Luca Orsenigo, Corriere della sera.

 

Romans policiers

« La sorcière », Camilla Lackberg

Nea, une fillette de 4 ans, a disparu de la ferme isolée où elle habitait avec ses parents. Elle est retrouvée morte dans la forêt, à l’endroit précis où la petite Stella, même âge, qui habitait la même ferme, a été retrouvée assassinée trente ans plus tôt. Avec l’équipe du commissariat de Tanumshede, Patrik mène l’enquête, tandis qu’Erica prépare un livre sur l’affaire Stella. Sur la piste d’une très ancienne malédiction, les aventures passionnantes d’Erica et de Patrik continuent, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

« Le petit bleu de la côte Ouest », J.-P. Manchette

Le malaise des cadres, c'est pas rien! Vous avez femme, enfants, bagnole, télé, et voilà que vous vous sauvez. Tout ça parce que deux rigolos essaient de vous flinguer. Et vous savez même pas pourquoi. Un jour, camarade, il faudra quand même comprendre...

« L’homme de Lewis », Peter May

En rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage. Impuissant et résigné, il a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l'océan qui s'abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s'élèvent en un chant tribal : il pense pouvoir retrouver ici un sens à sa vie. Mais, Fin à peine arrivé, on découvre le cadavre d'un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de l'amour de jeunesse de Fin, et font de lui le suspect n° 1. C'est une course contre la montre qui s'engage alors : l'inspecteur principal est attendu sur l'île pour mener l'enquête et il n'épargnera pas le vieil homme, atteint de démence sénile. Au rythme des fulgurances qui traversent l'esprit malade de Tormod, le passé ressurgit, douloureux, dramatique, et dévoile le sort que la société écossaise a réservé pendant des décennies aux "homers" : ces enfants orphelins ou abandonnés que l'Église catholique envoyait sur les îles Hébrides.

« Surtensions », Olivier Norek

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels - un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur - se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ? Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance... Pour cette nouvelle enquête du capitaine Coste, Olivier Norek pousse ses personnages jusqu'à leur point de rupture. Et lorsqu'on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

Bonne lecture !                                                    

Fermeture de la médiathèque les 18 et 19 mars

le .

Exceptionnellement, votre médiathèque sera fermée lundi 18 et mardi 19 mars.

A mercredi!

Le thème de l'apéritif-culture du mois d'Avril

le .

countryindia

 

Le vendredi 5 avril, nous partagerons nos coups de coeur sur l'Inde.

A vos lectures!