Les recommandations des participants à l'apéritif-culture du mois de Mai

le .

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de mai a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

 

Le thème de cet apéritif était Le Mensonge.

Voilà nos recommandations:

 

Les romans :

« Moi et toi », Niccolo Ammaniti

          Depuis toujours, Lorenzo est l’un de ces enfants que l’on dit « différent ». Selon le professeur Masburger, le psychiatre auquel il a été confié tout jeune, il souffre d’un sentiment hypertrophique de soi, un dérèglement narcissique, un « ego grandiose ». Conséquence logique : il est en perpétuelle inadéquation avec le groupe, et ce depuis son entrée à l’école. Ses parents s’en trouvent totalement démunis. Les années passant, de peur de chagriner une maman qu’il aime plus que tout, Lorenzo choisit alors la fiction. À quatorze ans, il fait semblant d’avoir des amis, de s’intégrer, de jouer dans l’équipe de football de son collège. Ainsi il parvient à la fois à la rassurer et à se prémunir de la violence que les adolescents testent sur les plus faibles. Le jour où il monte tout un stratagème pour faire croire qu’il a été invité à partir skier à Cortina avec trois camarades de classe, il vise au pur chef-d’œuvre mythomane. Mais, s’il s’est montré à la hauteur du défi – en préparant méthodiquement de quoi tenir un siège au fond d’une cave abandonnée –, il n’a pu cependant imaginer qu’une lointaine demi-sœur bousculerait tous ses plans. Émaciée, épuisée, en pleine crise de manque, elle pense, elle aussi, se dérober au regard des autres en se réfugiant justement dans cette cave. Cette cohabitation forcée, ce refuge de fortune qu’ils vont partager dans des conditions difficiles, fera voler en éclats les faux-semblants dont ils ont chacun paré leurs vies. Lorenzo apprendra qu’être nécessaire à la vie des autres donne le sentiment d’exister. Et, confrontée au regard de ce demi-frère inconnu, Olivia devra elle aussi se livrer à un examen de conscience pour se dévoiler. Entre eux, qui ont triomphé secrètement d’une terrible épreuve, se crée un lien indéfectible et se noue la promesse mutuelle d’un retour à la vie. Oui, mais…

« Une vie d’emprunt », Boris Fishman

          Slava, jeune Juif russe, est un modèle d'intégration à Manhattan. Il a fui sa communauté et, à défaut de réaliser ses rêves d'écrivain, a dégoté un poste de larbin pour la prestigieuse revue Century, et une petite amie américaine branchée. La mort de sa grand-mère le ramène brutalement parmi les siens, à Brooklyn, chez son grand-père notamment. Le vieux Guelman a souffert dans la vie parce qu'il était juif, citoyen de seconde zone en Union soviétique, puis immigré russe en proie au mépris d'une Amérique triomphante. Il voudrait bien, aujourd'hui, obtenir réparation mais n'est éligible à aucun programme d'indemnisation. Or son petit-fils sait écrire des histoires… Un portrait saisissant de ces communautés passées sans transition d'une société soviétique à l'american way of life.

« Le mystère Henri Pick », David Foenkinos

          En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination? Récit d’une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu’un roman peut bouleverser l’existence de ses lecteurs

« La cicatrice », Bruce Lowery

          « J'étais, sans le savoir, un enfant heureux, relativement heureux, il est vrai. Mais ce n'était qu'une impression d'ensemble. Car ma vie, même alors, ne manquait pas de petits malheurs auxquels je n'arrivais pas à m'habituer. Il faut remonter à novembre 1944. J'avais treize ans. » Jeff porte sur la lèvre un petit bec-de-lièvre que tout le monde nomme la « cicatrice ». Une infirmité dont il ne connaît pas la cause et qui lui vaut moqueries et méchancetés de toutes sortes. Parce qu'il ne sait s'en défendre, il intériorise toute cette douleur, toutes ces blessures morales répétées. A cet âge si sensible, s'enfermant peu à peu, il souffre et fait souffrir ceux qui l'aiment sans réserve...

« Le secret du mari », Liane Moriarty

          Jamais Cecilia n'aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l'enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : "A n'ouvrir qu'après ma mort". Quelle décision prendre ? Respecter le voeu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité et découvrir un secret qui risque de bouleverser sa vie ?

« 1984 », George Orwell

          «De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée.»

 

Les Bds :

« V pour Vendetta », Alan Moore

          Londres, fin du XXe siècle : plus personne n'ose résister au "Système". L'œil et l'oreille espionnent, le nez enquête, la bouche désinforme et la main fait régner l'ordre et la terreur. L'Angleterre a pris les couleurs du fascisme. La culture a été effacée. Pourtant quelqu'un ou quelque chose rôde dans les ruelles sombres. Il est vêtu comme un comédien, masqué d'un éternel sourire, cite Shakespeare, sauve les innocents, pose des bombes et préserve ce qu'il reste de la culture dans son musée des ombres. Un anarchiste s'est glissé au cœur du système. Ni comédien ni tragédien, ni bouffon ni fou, ni fanatique ni terroriste, ou peut-être tout cela à la fois, il n'a pour nom qu'une initiale : V. V pour Vendetta. V pour Vengeance. À moins que ça ne soit pas aussi simple que ça... Après les Watchmen, Alan Moore confirme son incomparable talent de scénariste et son habilité à construire des histoires complexes aux personnages fouillés, aussi riche en références littéraires et philosophiques que palpitant de bout en bout. Un univers unique remarquablement restitué par le trait épais et les couleurs pâles de David Lloyd.

 

Les films :

« Avanti », Billy Wilder

          Wendell Armbruster, Jr. est un PDG américain venu en Italie pour faire rapatrier le cadavre de son père, mort dans un accident de voiture dans l'ile d'Ischia. Il apprend à cette occasion que son père avait une maîtresse, morte dans l'accident, et tombe amoureux de la fille de cette dernière.

 

La musique :

« The Mercy Seats », Johnny Cash

 

Tous ces ouvrages vont être disponibles dans votre médiathèque.

 

Bonne lecture!

Vendredi 20 avril: soirée de découverte des applications BDs

le .

29496146 816692825186690 3182962106576142336 n

Bullez numérique:

Vendredi 20 avril
À partir de 18h
Au foyer

Dans le cadre de la 5eme édition de Sortie de Case, votre médiathèque organise une soirée consacrée à la BD numérique.

 

Venez découvrir de fantastiques applications bande dessinées: Anuki, Phallaina, Framed, Le dernier Gaulois, Gorogoa, Agent A, Boum!...

Vous pourrez découvrir et essayer ces applications.

 

Une sélection inédite de BDs vous attend également.

 

Petits et grands sont conviés et trouveront leur bonheur!

 

Une petite collation cloturera ce moment de convivialité

Le programme des animations des vacances à la médiathèque

le .

IMG 20180405 152359  IMG 20180405 152419 

En raison de notre participation à cette 5eme édition de Sortie de Case, l'accent sera mis sur les bande-dessinées.
Une nouvelle sélection inédite attend donc petits et grands.


Suite au prêt par le département de tablettes numériques pour ce mois d'avril, notre sélection d'activités s'enrichit  !Grâce aux contes numériques, venez découvrir les aventures interactives de Moutcho et Pitrouille, Léon, Sam, La Fabrique des mots, 10 petits monstres, Avec quelques briques...
(à partir de 3 ans)

La créativité sera à l'honneur. Venez voir vos coloriages prendre vie (Quiver, Wakatoon), créer un imagier, ou imaginer un film d'animation.
Tous les enfants sont invités à venir décorer nos murs avec les visages créés à la façon d'Arcimboldo.

Grands et petits pourront découvrir notre sélection d'applications jeux (d'aventure, de logique, de stratégie...) : Monument Valley 1 et 2,  Little things, Prune, Inventions, Framed, Agent A, The Room...

Et parce que les applications peuvent également être éducatives, venez découvrir la vie des Gaulois (Le dernier gaulois), l'engouement déclenché par l'histoire d'Anne Frank au Japon (Anne Frank au Pays du Manga), Pierre et Le Loup, les créations folles d'Arcimboldo...

 

Afin de vous faciliter la vie, nos activités ne seront pas limitées à certains créneaux horaires.

 

Et notez bien sur vos agendas, le 20 avril, à partir de 18h au foyer, nous organisons une soirée de présentation des applications.

 

Fermeture exceptionnelle de la médiathèque les 12, 13 et 14 avril

le .

Exceptionnellement, votre médiathèque sera fermée les jeudi, vendredi et samedi 12, 13 et 14 avril.

Mais elle reste ouverte toutes les vacances scolaires, et vous pourrez bientôt découvrir le programme de nos animations.

A lundi!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 9 avril

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

 

Les nouveautés du 9 avril:

IMG 20180410 191343 

Jeunesse :

Albums :

« Parfait est amoureux », Nathalie Dargent

          C’est quoi ce truc qui donne le tournis à Parfait quand il aperçoit la petite fille aux boucles brunes au parc ? Il est tout simplement amoureux. Va-t-il réussir à lui avouer ce sentiment ? Et comment va-t-il surmonter son départ à la fin des vacances ? Encore une fois, les Inséparables vont se serrer les coudes pour aider leur copain à traverser cette épreuve.

« Parents : mode d'emploi », Michaël Escoffier

          Félicitations ! Tu viens d’adopter un couple de parents qui, nous l’espérons, te donneront entière satisfaction. Voici tout ce que vous devez savoir sur les parents. Ce que vous devez éviter à tout prix. L’hygiène, le dressage, les sorties, les idées reçues... Tout ce qu’il faut savoir ! Un livre à lire à tous âges !

« Emma à New York », Claire et Etienne Frossard

          Emma et ses parents coulent des jours heureux à New York, au cœur de Central Park. Mais un matin, Emma prend une grande décision : elle veut partir à l’aventure. Elle veut voir Paris, la tour Eiffel… Un long voyage, qui commence dans les rues de New York : de Broadway Avenue au quartier de Little Italy, du Flatiron building au pont de Brooklyn, Emma nous entraîne dans une visite enchantée de Big Apple.Claire Frossard est diplômée des Arts décoratifs de Strasbourg (Atelier Claude Lapointe). Depuis, elle consacre son temps à imaginer petites et grandes histoires dans son atelier à Strasbourg pour la presse et l’édition jeunesse (Mango, Fleurus, Auzou, Nathan).

« Super lion », Philippe Jalbert

          Un festival de surprises et d’humour pour les petits, dès 2 ans ! Amuse-toi à deviner ce qui se cache derrière chaque petit rond de couleur.Puis tourne la page pour découvrir la réponse !

« L’apprenti Pirate », Agnès Laroche, Camille Jourdy

          Pour devenir un pirate, il faut quitter son papa et sa maman, partir sur l'océan avec des grands et se présenter tout seul au capitaine Tonnerre... Allez, courage, petit caneton !

« Les robots », Stéphanie Ledu

          « Mes docs à coller » : donner à découvrir aux petits leurs premiers savoirs documentaires par le biais d’autocollants à positionner sur de grandes images. Sur les thèmes majeurs des 3-7 ans, l’enfant apprend en positionnant des stickers aux bons endroits. Idéal pour découvrir le monde en collant et en s’amusant !

« Les couleurs : ni oui ni non », Agnès de Lestrade, Rémi Saillard

          Dis, on joue à « Ni oui ni non » ? Ce livre propose 12 devinettes dont les réponses se cachent, en images et en mots, sous les volets. Attention, «oui » et «non » ne sont pas autorisés !

« Mamie faut pas gâcher », Mariko Shinju

          Mamie « Faut pas gâcher » est une vieille dame astucieuse toujours prête à donner des conseils pleins de sagesse pour ne pas gaspiller. Elle n’a pas son pareil pour expliquer de quelle façon recycler les déchets, réutiliser les objets du quotidien, économiser les ressources naturelles ! Ne pas laisser couler l’eau du robinet quand on se brosse les dents, se resservir des vieilles feuilles de papier pour en faire un beau déguisement, récupérer les épluchures de clémentine pour parfumer l’eau du bain… Chaque occasion est bonne pour apprendre qu’être écolo, c’est rigolo ! Engagée dans la défense de l’environnement, Mariko Shinju a créé ce personnage pour réintroduire une notion qui se perd peu à peu dans notre société de consommation : la lutte contre le gaspillage.

 

BDs :

« Myrmidon. Myrmidon au pays des cow-boys », Loïc Dauvillier

          Lorsque Myrmidon enfile un déguisement, le monde qui l'entoure n'est plus le même... Et quand un chapeau de cow-boys lui tombe sur la tête, les flèches se mettent à pleuvoir et les indiens ne sont pas loin.

« Petit Poilu 17. A nous deux », Céline Fraipont

          Petit Poilu explore les coulisses d'un théâtre de marionnettes. Il y rencontre les mains de Nono le marionnettiste qui, très inspiré, fabrique une marionnette à l'image de notre Petit Poilu fort intrigué... Et plus encore quand ce double de chiffon se met à copier toutes ses attitudes, provoquant chez notre petit héros des réactions pour le moins étonnantes ! Une fable muette et burlesque qui parle de l'image de soi, pour les tout jeunes lecteurs, dès 4 ans.

« Super patate 1 « , Artur Laperla

          Le maléfique Docteur Malévolo a transformé Supermax, le défenseur de la justice le mieux peigné du monde, en patate. Tout ne serait pas si terrible s'il ne menaçait pas tous ceux qui le contredisent de les transformer en pomme de terre à leur tour. Mais ce dont il ne se doutait pas, c'est que Supermax, même réduit à l'état de patate n'est pas un simple tubercule. C'est Superpatate !

« L'élève Ducobu. Ducobu, élève modèle », Godi, Zidrou

          Ducobu ne recule devant rien pour changer d'image et passer pour un élève modèle : il fait appel aux services de Mme Futurina voyante aux prédictions concoctées par lui-même, pose pour une photo avec Léonie, il joue même au ping-pong avec M. Latouche. Mais il n'en oublie pas pour autant d'inventer de nouveaux procédés pour tricher en toute discrétion et copier les réponses de sa chère voisine.

« Kid Paddle. Jeux de vilains », Midam

          PADDLE : 1. TECHN. Manette de jeu (synonyme de joystick). 2. NOM PROPRE. Prénom : Kid. Nom du meilleur joueur de jeu vidéo du journal de Spirou. Particularités : porte toujours sa casquette verte (à l'endroit ou à l'envers, selon son humeur), capable d'exploser tous les records sur tous les jeux, ennemi juré de "Mirador", surveillant de Citygame, salle d'arcade où il traîne avec ses copains. 3. NOM PROPRE.

« Game Over 5. Walking blork », Midam

          Quand Kid Paddle joue aux jeux vidéo, il a son avatar : le Petit Barbare.

« Titeuf. L'amour c'est pô propre », Zep

          Si on est amoureux, il faut mettre sa langue dans la bouche d'une fille et puis tourner dedans (pour chercher quelque chose sûrement)... Si on trouve rien, il faut prendre une pelle et puis on lui roule une pelle (enfin, je crois). Enfant des années 90, Titeuf connaît les joies de l'apprentissage du savoir. Comment marche une Game Boy ? Paul Verlaine est-il un écrivain rigolo ? Pourquoi les filles c'est pas fait pareil que les garçons ?... Le chômage c'est quoi ? Bref, le B.A. BA de l'éducation d'un futur grand petit homme défile en une succession de gags succulents. Grand reporter des cours d'écoles,Zep traque le rire avec un zeste de sensibilité et un soupçon de vacherie.

 

Romans :

L'intégrale « Jade et le royaume magique », Marc et Isabel Cantin

          Jade, installée depuis peu au Japon, se voit investie d'une drôle de mission : empêcher la guerre entre nodjis et jodis. Mais difficile de faire entendre raison à ces turbulentes créatures.

 

Adultes :

« Le rêve brisé : histoire de l'échec du processus de paix au Proche-Orient », Charles Enderlin

          D'offensives en ripostes, d'attaques terroristes en représailles, Charles Enderlin a suivi les soubresauts de la guerre, tant au coeur des territoires occupés que dans les salons feutrés des ambassades. Il nous livre à la fois le récit des événements et leurs coulisses diplomatiques, apportant de nombreuses révélations sur les contacts secrets entre Israéliens et Palestiniens. Voici donc l'histoire de l'échec du processus de paix au Proche-Orient, de l'assassinat de Rabin à l'offensive lancée par Sharon contre Arafat.

« Zomia ou l’art de ne pas être gouverné », James C. Scott

          Depuis deux mille ans, les communautés d’une vaste région montagneuse d’Asie du Sud-Est refusent obstinément leur intégration à l’État. Zomia : c’est le nom de cette zone d’insoumission qui n’apparaît sur aucune carte, où les fugitifs – environ 100 millions de personnes – se sont réfugiés pour échapper au contrôle des gouvernements des plaines. Traités comme des « barbares » par les États qui cherchaient à les soumettre, ces peuples nomades ont mis en place des stratégies de résistance parfois surprenantes pour échapper à l’État, synonyme de travail forcé, d’impôt, de conscription. Privilégiant des modèles politiques d’auto-organisation comme alternative au Léviathan étatique, certains sont allés jusqu’à choisir d’abandonner l’écriture pour éviter l’appropriation de leur mémoire et de leur identité. James C. Scott propose ici une étonnante contre-histoire de la modernité. Car Zomia met au défi les délimitations géographiques traditionnelles et les évidences politiques, et pose des questions essentielles : que signifie la « civilisation » ? Que peut-on apprendre des peuples qui ont voulu y échapper ? Quelle est la nature des relations entre États, territoires, populations, frontières ? L'histoire de la rebelle Zomia nous rappelle que la « civilisation » peut être synonyme d’oppression et que le sens de l’histoire n’est pas aussi univoque qu’on le croit.

 

BDs :

Afin de célébrer le mois de la bande-dessinée dans l’Aude, notre sélection de bds a fait le plein !

« Au centre du Nowhere 1. L'oreille du saumon », Jean-Luc Cornette

          Etablis aux USA, les Edison sont de pauvres pêcheurs. Randolph, le père, se réjouit du mariage de son fils. Elmore a en effet obtenu la main de la riche héritière de biscuiteries célèbres. En essayant son unique et antique costume, Randolph s'aperçoit qu'il manque un bouton à son pantalon, le bouton taillé dans l'oreille d'un saumon pêché par le plus ancien des Edison. Cette perte plonge Randolph dans une profonde dépression... Hélas, la race des saumons-feuilles de chou a totalement disparu il y a plus de deux siècles Appelé au chevet de Randolph, un shaman parvient à retracer le parcours du bouton perdu. Celui-ci serait maintenant en possession d'un certain Double-Tronche, terrifiant joueur de poker et tueur sanguinaire. Résolu à le retrouver, Elmore s'achète un mulet et s'embarque pour le Centre du Nowhere où l'individu vivrait...

« L'homme gribouillé », Serge Lehman, Frederik Peeters

          Dans la famille Couvreur, il y a Maud, 75 ans, auteur de romans pour enfants dont le succès n'a d'égal que la discrétion. Il y a Betty, sa fille au caractère ombrageux, sujette à des crises d'aphasie qui la privent littéralement de parole. Et il y a Clara, la fille de Betty, lycéenne brillante et fabulatrice qui rêve d'aller vivre avec son père à Londres… Un matin de décembre, Maud fait un AVC dans son sommeil. Clara, qui vit provisoirement chez sa grand-mère, tente d'appeler les secours mais un homme étrange fait irruption. Il dit s'appeler Max et affirme que Maud devait lui remettre un paquet. Clara essaie de le repousser mais Max subit alors une hideuse métamorphose et menace la jeune fille avant de disparaître en laissant derrière lui deux plumes noires. Déboussolées par l'hospitalisation de Maud et l'intrusion de Max, Betty et Clara n'ont d'autre choix que de se lancer dans une enquête sur les secrets de la famille Couvreur. Une enquête qui va insensiblement se transformer en voyage initiatique au pays des monstres et des merveilles avec au bout, peut-être, un secret venu du fond des âges.

L'intégrale « A game of throne », George R. R. Martin

          Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu’en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le duc Eddard Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s’est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L’heure est grave, d’autant qu’au-delà du Mur qui protège le royaume depuis des siècles, d’étranges créatures rôdent.

« Iba » Pierre Maurel

          À petites touches glaçantes, Pierre Maurel tient avec brio une chronique faussement banale qui dérape peu à peu vers l'épouvante.Malgré le soutien de ses vieilles amies, Élise peine à se remettre d’un récent chagrin d’amour. Faible, vulnérable et à fleur de peau, elle est assaillie par ce qui ressemble à des visions. Leur personnage central est une étrange jeune femme aux yeux vides qu’Élise seule paraît capable de voir. Ce spectre un peu effrayant n’est pourtant pas une inconnue : Iba, ainsi que la nomme Élise, est depuis toujours sa compagne silencieuse mais ô combien présente, jouant auprès d’elle le rôle de l’ami(e) imaginaire que s’inventent de nombreux enfants. Alors, simple résurgence d’une enfance enfouie ? Pas seulement. Car à mesure qu’Élise reprend en main sa propre vie, les apparitions d’Iba se font plus nombreuses, plus pressantes, plus violentes. Quel rôle joue exactement Iba ? Protectrice ? Gardienne ? Ou compagne dévorante dont Élise, désemparée, ne sait plus comment contenir les appétits et les sanglantes exigences

« From Hell », Alan Moore, Eddie Campbell

          Whitechapel, 1888 : au cœur de ce quartier pauvre de Londres, où la misère rime avec la déchéance la plus totale, cinq prostituées vont être retrouvées assassinées dans des conditions terrifiantes. Étranglées, éventrées, mutilées de la plus atroce des façons, elles sont les victimes de celui qui allait devenir le plus célèbre serial killer de l'histoire, et dont l'identité reste aujourd'hui une énigme : Jack l'éventreur. Et si, derrière ce nom qui a fait couler tant d'encre, se cachait bien plus qu'on a voulu le dire ? Un invraisemblable complot qui réunirait quelques-uns des plus éminents représentants de l'aristocratie britannique, décidés à sauver la couronne d'un terrible scandale. Un complot dont l'instigatrice n'aurait été autre que la Reine Victoria elle-même, et l'exécuteur des basses œuvres, son chirurgien, le Dr Gull... En choisissant une des nombreuses hypothèses concernant l'identité de Jack l'éventreur, Alan Moore (Watchmen, V pour vendetta) construit une fois de plus un scénario d'une formidable complexité, truffé de références et très rigoureusement documenté. Un thriller qui est aussi un témoignage sur l'Angleterre des laissés-pour-compte, auquel le trait à la fois rigide et minutieux d'Eddie Cambell confère une noirceur inégalée. Une œuvre majeure, justement couronnée par de nombreux prix. --

« Kobane Calling », Zerocalcare

          Envoyé par l’Internationale (le Courrier International italien), Zerocalcare part aux confins de la Turquie, de l’Irak et du Kurdistan syrien pour rejoindre la ville de Kobané, à la rencontre de l’armée des femmes kurdes, en lutte contre l’avancée de l’État islamique. À partir de ce voyage, Zerocalcare livre un reportage d’une sincérité poignante, un témoignage indispensable et bouleversant qui s’efforce de retranscrire la complexité et les contradictions d’une guerre si souvent simplifiée par les médias internationaux et le discours politique. Le tout avec l’inimitable ton, extrêmement drôle et touchant, le langage et l’univers d’un auteur qui sait interpréter comme personne, le quotidien, les craintes et les aspirations de sa génération.

 

Romans :

« L’homme qui en savait trop », Laurent Alexandre, David Angevin

          Héros méconnu de la Seconde Guerre mondiale et génie visionnaire – l'inventeur de l'ordinateur, c'est lui –, Alan Turing a révolutionné nos vies. Et il est mort en paria. Dans un futur proche. Les transhumanistes ont gagné. L'IA (intelligence artificielle) domine désormais le monde. Mais elle a une obsession : réhabiliter la mémoire de son " père ", le génial mathématicien anglais Alan Turing. Pour cela, il lui faut établir la preuve qu'il ne s'est pas suicidé, comme l'a toujours prétendu la version officielle, mais qu'il a été assassiné. En quête du moindre indice, elle remonte le fil de sa vie... En décodant Enigma, la machine de cryptage des forces allemandes, fierté du régime hitlérien sur laquelle les services secrets alliés se cassaient les dents, Alan Turing a largement influé sur le cours de l'histoire. En créant l'ordinateur, il a inventé le futur. Pourtant, ce jeune homosexuel au QI exceptionnel a connu un destin terrible : traité en renégat par sa propre patrie, il est mort d'empoisonnement au cyanure dans des circonstances suspectes en 1954, en pleine guerre froide, peu après avoir accepté la castration chimique pour échapper à la prison. Dans l'Angleterre puritaine et ultra-conservatrice de l'après-guerre, influencée par le maccarthysme américain, qui avait intérêt à faire éliminer Turing, l'homme qui en savait trop ? Entre histoire, espionnage, science et secrets d'État, un " biopic " mené comme un thriller où l'on croise Churchill, Eisenhower, Hitler, Truman, Staline, les espions de Cambridge, de Gaulle, et jusqu'à l'ombre inquiétante de John Edgar Hoover.


« La courée », Marie-Paul Armand

          Constance sort à peine de l'enfance lorsque son existence bascule brutalement dans l'horreur. Hier encore, elle jouait dans la "courée" de son immeuble. À quatorze ans, elle se retrouve orpheline et doit entrer en usine. Dès lors, chaque matin, elle sera réveillée à cinq heures par les cloches de la fabrique. Chaque soir, elle ressortira abrutie par le vacarme des métiers. Pour échapper à ce cauchemar, elle épouse Bart, un ouvrier belge. Trouvera-t-elle enfin auprès de lui le bonheur qui lui a toujours été refusé ? La suite de l'histoire, c'est Charlotte, sa fille aînée, qui nous la raconte. Ainsi se poursuit le voyage dans ce Nord de la fin du XIXe siècle qu'éclairent l'amitié, le courage et l'espoir. Un grand roman qui donne enfin une parole digne d'eux à ces gens du peuple qui, en leur temps, n'avaient guère le droit de la prendre.

« Les secrets de Fontvives », Alain Delage

          Paule doit trouver un nouveau mari ! Veuve trop jeune et mère de trois enfants, son choix se porte sur Bernard, l'ami de son défunt époux. Or cette nouvelle union si rapide déclenche la vindicte populaire. Pourquoi un tel déchaînement ? Désemparé, le couple n'a d'autre choix que de fuir mais Paule soupçonne-t-elle qu'elle va au-devant de bien des révélations ?

« Les oiseaux de bois », Asli Erdogan

          “Un souvenir est un pont qui se tend vers le passé, un pont de bois fragile, prêt à s’écrouler.” Un an après la mort de son amour, incapable de rester à Istanbul, un homme se perd dans le vaste monde. Sur les rives du lac Léman, il reprend ses carnets et revisite son histoire perdue. Six femmes cheminent sur un sentier de montagne. A peine vêtues, elles se dirigent vers un torrent écumant. Mais quelques beaux jeunes gens troublent leur cortège et viennent perturber l’accomplissement d’un rite étrange. Une jeune schizophrène est convoquée par les médecins, un événement qu’elle va vivre, commenter, interpréter à la faveur de son imaginaire. Face à la prison, une femme attend le jour. Elle relit les lettres censurées de celui qu’elle aime, tente de se croire différente depuis qu’elle est enceinte. Sur le mode d’une brillante évocation d’un moment de rupture qui va précipiter le narrateur dans l’infini voyage, d’une réflexion élégiaque sur le temps qui passe, d’un rituel envoûtant à l’humour dionysiaque ou d’une parodie très politique d’un séjour en hôpital psychiatrique, ces récits aux limites du réalisme sont toujours en écho avec l’état de la Turquie contemporaine. Ils entraînent le lecteur dans une plongée magistrale, au coeur même de l’oeuvre d’Aslı Erdogan.

« Les brumes du Causse », Marie de Palet

          C'est par une belle soirée d'été que sont découverts le corps sans vie du vieil Aristide, le maire du village, et un tout jeune enfant dans le potager de Marie Bernard. La brave Marie élève alors comme son fils celui qu'elle baptise Frédéric. Devenu un garçon courageux et travailleur, Frédéric est employé sur le causse à la ferme de Balduc. Se prenant d'affection pour ce domaine si haut perché, Frédéric voit son quotidien troublé par la visite d'un drôle d'inconnu. Et si un lien existait entre la mort du maire et son propre abandon ?

« Nos 14 novembre », Aurélie Silvestre

          « L’homme de ma vie et le père de mes enfants est mort sous les balles des terroristes. Je viens de passer une nuit avec cette nouvelle dont je ne sais que faire. Je me rends à l’Ecole militaire, où l’on reçoit les familles. Mon fils dort encore, je pose la main sur mon ventre pour sentir ma fille. Le soleil se lève sur la ville, toute la beauté du monde n’a pas disparu. Je me redresse, j’essuie les larmes qui coulent sur mes joues. Les suivantes déjà ne sont plus les mêmes, qui doucement font naître la décision la plus importante de mon existence : je vais continuer à vivre. Je lui dois bien ça, je nous dois bien ça. Nous serons heureux. »

 

Roman policier :

« Cérémonies barbares », Elizabeth George

          Le collège de Bredgar représente le comble du chic et de la bonne éducation. Comment cet établissement pour élèves privilégiés est-il devenu un lieu de supplice pour le jeune Matthiew Whateley?

 

Bonne lecture !

Atelier d'écriture BD animé le 4 avril

le .

large

Avis à tous les artistes en herbe!

Votre médiathèque accueille un atelier créatif le 4 avril 2018, de 14h30 à 17h30.

Venez collaborer à la création collective de planches de bande dessinée lors d'un atelier animé par le scénariste Loïc Dauvillier.


A partir de 10 ans, sur inscription (places limitées)

 

Venez nombreux!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 12 mars

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 12 mars:

 

IMG 20180313 173951 IMG 20180313 174314  

 

Jeunesse :

« C’est toi le chef. Plus de 50 recettes simples à réaliser »

          Cet ouvrage apprend aux enfants à cuisiner en leur proposant de nombreuses recettes, des plus simples aux plus compliquées, des plus banales aux plus originales. Les étapes sont soigneusement expliquées et illustrées, avec de jolies photos qui représentent des enfants en train de les réaliser. Sur chaque page, la liste des ingrédients et des ustensiles spéciaux à utiliser sont bien visibles, tandis que dans un encadré « Le sais-tu ? » sont données les réponses aux questions que se posent habituellement les enfants:  pourquoi pleure-t-on quand on épluche un oignon ? Pourquoi les crevettes cuites sont-elles roses ? Pourquoi les muffins gonflent-ils au four ?

Albums :

« Pas de loup », Jeanne Ashbé

          A pas de loup vers la nuit, de tout petits mots deviennent de grandes aventures... La ballade nocturne d'un vaillant petit lapin au pays des sons qui racontent des histoires. Mais il est, où le loup?... Chuuut, dodo!

« Maisons extraordinaires », Cécile Becq

          Découvrez la maison de vos rêves… Qu’elle soit en hauteur, sous terre, dans l’eau, prestigieuse, rustique, étonnante ou même comestible, venez dénicher l’abri qui vous conviendra le mieux. On découvre avec émerveillement, dans ces 11 fabuleux tableaux, les cachettes de fées, la ville sous le lit, la grotte des nez gelés, le palais des sirènes ou encore le manoir hanté… Chaque double-page fourmille de détails et de surprises, comme une grenouille à retrouver à chaque fois ou encore un personnage de la maison précédente venu faire une visite, incognito, à ses voisins…

« La véritable histoire de Siam, éléphant d’Asie », Daniel Conrod, François Place

          Aujourd'hui Siam est mort. Aujourd'hui la vie de Siam commence dans la grande galerie de l'évolution à Paris. Aujourd'hui son soigneur lui rend hommage et raconte son histoire. Une histoire à rebours qui retrace la vie de ce grand pachyderme, venu d'Asie sur un bateau après avoir été acheté au plus grand marché d'animaux sauvages en Inde. Et puis, ce fut le cirque, le cinéma, le zoo? Une aventure riche, partagée entre l'Inde, la France et la Suisse. Un album très grand format à la taille de Siam, l'éléphant d'Asie. Les illustrations de François Place, majestueuses, lui offrent la plus belle des reconnaissances, pour la postérité !

« Grand loup et Petit loup », Nadine Brun-Cosme, Olivier Taillec

          Grand Loup est un loup solitaire. Difficile pour lui de partager son territoire, sa nourriture et sa couverture à l'arrivée de Petit Loup sous son arbre. Pourtant, lorsque Petit Loup disparaît, la vie n'a plus la même saveur pour Grand Loup et il se met à espérer que Petit Loup revienne...

« La véritable histoire du grand loup Mordicus », Didier Levy, Marie Novion

          Il a beau être tout petit, Félix, il est sacrément courageux. Il va s’enfoncer au cœur de la forêt, là où elle fait le plus peur, là où elle est la plus profonde, pour aller trouver le Grand Méchant Mordicus. Car Félix connaît le secret du vieux loup solitaire et, au moment de se faire croquer, il va lui révéler qui il est… Mystère et boule de gomme, secret de famille et retrouvailles, préparez vos mouchoirs !

« Le voyage de Petit Nuage », Jean-Marie Robillard, Florent Espana

          C'est une chanson fredonnée par les vagues qui pousse Petit Nuage à entreprendre un long voyage, des côtes de la Sierra Leone aux frontières du désert malien. Il va suivre ainsi, au gré du vent, le cours tranquille du fleuve Niger jusqu'aux terres arides du Pays Dogon. Mais pourquoi un si long voyage ?... La réponse est dans la chanson des vagues.

« Quel vilain oiseau », Sean Taylor, Dan Widdowson

         Un oiseau vole à travers le monde, s'amusant à faire tomber ses excréments sur d'autres animaux. Il s'attaque à un taureau dans une ferme, à un éléphant en Afrique, à un loup dans les montagnes, à un requin dans la mer, et à bien d'autres. Il trouve ce jeu très amusant jusqu'à ce qu'il aille trop loin et provoque un ours. L'oiseau a oublié que les ours grimpaient aussi aux arbres. L'ours grimpe à l'arbre alors que l'oiseau dort, s'installe sur la branche du dessus et lui retourne la pareille. Une histoire hilarante et pleine de malice, qui démontre aux plus jeunes que d'être méchant n'est pas une bonne idée. Les illustrations renforcent cette idée, accentuant les expressions de dégoût de chaque personnage, du taureau... à l'oiseau.

 

BDs :

« Petit poilu. Madame Minuscule », Pierre Bailly, Céline Fraipont

          Petit Poilu est un gourmand : quand de belles fraises sont sur son chemin, il ne résiste pas à l'envie de les croquer ! Au bout du tunnel où poussent ces fruits savoureux, il découvre une minuscule maison au milieu d'un jardin tout aussi minuscule. C'est le monde de Madame Minuscule, qui habite là avec sa chèvre Biquette Tagada. Madame Minuscule est aux anges. Généreuse et accueillante, elle s'empresse d'inviter Petit Poilu à partager son goûter. Mais, pour une fois, Petit Poilu est bien trop grand pour ce monde miniature. Madame Minuscule est très embêtée. Elle qui se réjouissait d'avoir un invité... Heureusement, notre petit-grand héros a de la suite dans les idées. Trop grand ou trop petit, peu importe, rien n'empêchera ces deux-là de se régaler !

 

Manga :

« Chi 3 », Konami Kanata

          Que faire quand on est un mignon petit chaton dans une maison qu’on ne connaît pas ?
Pleurer ? Ne rien faire ? Attendre ? Non, il y a plus drôle que ça : découvrir le monde ! De l’appareil photo aux oiseaux, des petites filles aux rideaux, des crabe aux doudous… La vie de chat est pleine de joies et de surprises. Et avec Chi, elle l’est encore plus ! Miaaaa…

 

Adultes :

« Cosmos », Michel Onfray

          Michel Onfray nous propose de renouer avec une méditation philosophique en prise directe avec le cosmos. Contempler le monde, ressaisir les intuitions fondatrices du temps, de la vie, de la nature, comprendre ses mystères et les leçons qu'elle nous dispense : telle est l'ambition de ce livre très personnel, qui renoue avec l'idéal grec et païen d'une sagesse humaine en harmonie avec le monde. Cosmos fut lauréat du prix Lire récompensant le meilleur livre de philosophie.

« Petit éloge des saisons », Pierre Pelot

          On sort tout juste de l'hiver. Au printemps, le ciel est bleu et lisse comme un crâne de Schtroumpf sans bonnet, les loups sont de retour, les pollens et le redoux se rappellent à notre bon souvenir. L'été peut cacher des ciels lourds d'un poids mouillé de linge sale, les orvets se coupent en deux, les renards pointent leurs reflets de flammes, et les brimbelles nous font les dents bleues. L'automne se mijote avec les patates au lard. Pour la Toussaint, on pourrait préférer le mimosa au chrysanthème. L'hiver crisse, la lumière du jour nous met en garde à vue basse, il nous faut faire des voeux en attendant le printemps. Bientôt. Pierre Pelot, habitant amoureux des Vosges, nous propose un texte qui se picore en petites scènes et vagabonde entre les mots et les sensations. Un livre qui virevolte comme la ronde des saisons : toujours changeante mais parfaitement immuable.

 

BD :

« Cavalera », Charles Burns

          Après Toxic et La Ruche, Charles Burns signe avec Calavera la fin de sa trilogie chez Cornélius ... Quelques années après l'épisode de La Ruche, nous retrouvons Doug, jeune adulte grassouillet et un peu perdu dans la vie. Poursuivi par des fantômes et des regrets, il continue de dérouler jusqu'au bout le fil de sa vie passée et décide de retrouver son amour d'adolescent: Sarah ... Calaveros boude avec maestria toutes les intrigues déroulées au fil des précédents tomes. De quoi s'alimentent réellement les peurs de Doug? Qu'a-t-il cherché à fuir? Comment son alter ego "tintinesque" se sortira-t-il de cet étrange pays peuplé de lézards au service de la Ruche? Explorant dans ce tryptique sa fascination pour Hergé et William Burroughs, Charles Burns, pour sa première bande dessinée en couleurs, réussit un objet obscur et limpide à la fois, perdant le lecteur dans les méandres d'un univers instable et fascinant éclairé par la rigueur graphique qu'on avait pu apprécier dans Black Hole, et sublimé par un découpage et un art de la mise en abyme à leur paroxysme.

« Légendes des contrées oubliées », Chevalier, Ségur

          Marchez, pauvres Nains, marchez jusqu'à en perdre votre dernier souffle ! Ainsi vont Aren, Noren et Oten, chargés de trouver leur nouveau roi. Où se niche-t-il donc, ce Raken de malheur ? Au domaine d'Ewandor, répond la légende... Mais elle est bien loin, cette contrée mythique. Face aux périls mortels qui les guettent, les Nains ont pour seuls alliés un guide voleur et un barbare stupide. Ils apprendront bientôt qu'à la Saison des Cendres, les larmes ont la couleur du sang...

 

Cuisine :

« 100 leçons de cuisine de l’école Ritz, Escoffier »

          "La bonne cuisine est la base du véritable bonheur", disait Auguste Escoffier, pionnier de la cuisine moderne et premier Chef de cuisine du Ritz Paris en 1898. Cet ouvrage, indispensable outil aux curieux qui souhaitent acquérir savoir-faire et techniques, est composé de 100 recettes organisées par thèmes : tradition, légumes, viandes, poissons, foie gras, pâtes et riz, cuisine du monde, Finger Food et desserts. Clairement expliquée, chaque recette est illustrée par une photographie et enrichie par des pas à pas montrant des techniques fondamentales. Rendant hommage au prestige de l'Ecole Ritz Escoffier, l'ouvrage est une référence qui transmet avec gourmandise les valeurs et les secrets d'un gastronome inspiré...

 

Romans :

« La liste des 7 », Mark Frost

          Un jour de Noël 1884, à Londres, un jeune médecin nommé Arthur Conan Doyle est convoqué à une séance de spiritisme. Il est lui-même un spécialiste de l'occulte, ayant écrit un roman sur le sujet, inspiré des écrits très mystiques de Madame Blavatsky. A la suite de cette séance, Doyle est en danger de mort, son appartement est incendié, sa voisine russe assassinée !... Un agent très spécial de la Reine vient à son secours et lui explique que son propre frère, qui a tué père et mère, s'est ligué avec quelques personnages éminents pour placer sur le trône d'Angleterre une réincarnation du diable. Or ces 7 conjurés sont les membres du conseil d'administration de la maison d'édition qui doit publier le roman de Doyle. Une histoire ébouriffante, pleine de violence, de visions effrayantes, de suspense, de rebondissements où l'auteur introduit le lecteur dans l'univers sombre du crime de l'Angleterre victorienne.

« Les Tommyknockers », Stephen King

          Tard, la nuit dernière et celle d’avant, Toc ! Toc ! à la porte – les Tommyknockers ! Les Tommyknockers, les esprits frappeurs… Je voudrais sortir, mais je n’ose pas, Parce que j’ai trop peur du Tommyknocker. Tout commence par les rythmes apaisants d’une berceuse ; et pourtant, sous la plume de Stephen King, les vers anodins se muent en une inoubliable parabole de l’épouvante, qui entraîne les habitants pourtant bien sages et terre à terre d’un paisible village dans un enfer plus horrible que leurs plus abominables cauchemars… ou que les vôtres. Une histoire fascinante et démoniaque que seul Stephen King pouvait écrire. Et lorsqu’on frappera à votre porte, par prudence, mettez la chaîne, si tant est qu’une chaîne suffise…

« La théorie de la tartine », Titiou Lecoq

          En 2006, lorsque Marianne découvre sur le net une sextape postée par son ex, elle ne trouve pour l'aider qu'un hacker immature et un journaliste visionnaire qui croit qu'Internet va transformer le monde. Dix ans – et les chocs de la jeunesse (travail, amours, enfants) – plus tard, que sont devenus l’ex-étudiante blogueuse, le jeune pirate et l'homme de presse idéaliste ? Internet a tout bousculé... Un roman juste et ultramoderne après le remarquable succès des Morues.

« La capitana », Elsa Osorio

          Il y a des vies qui sont des romans qu’aucun romancier n’oserait écrire par crainte d’être taxé d’invraisemblance. Mika, la Capitana d’Elsa Osorio, semble avoir eu l’habitude de se trouver à l’épicentre des convulsions qui ont secoué le monde contemporain depuis les années 30. Mika, Micaela Feldman de Etchebéhère (1902-1992), la Capitana, a réellement vécu en Patagonie, à Paris, à Berlin, en Espagne, elle a tenu toute sa vie des carnets de notes. À partir de ces notes, des rencontres avec les gens qui l’ont connue, des recoupements de l’Histoire, Elsa Osorio transforme ce qui pourrait n’être qu’une biographie en littérature. Mika a appartenu à cette génération qui a toujours lutté pour l’égalité, la justice et la liberté. Elle est allée à Paris avec son mari pour participer au mouvement intellectuel dans les années 30, ils ont fondé la revue Que faire ?. Puis ils sont allés vivre à Berlin dont les ont chassés la montée du nazisme, ainsi que les manipulations du mouvement ouvrier par le stalinisme. Enfin ils sont allés rejoindre les milices du POUM dans la guerre civile en Espagne. Dans des circonstances dramatiques, elle, qui ne sait rien des armes et des stratégies militaires, se retrouve à la tête d’une milice. Son charisme, son intelligence des autres, sa façon de prendre les bonnes décisions la rendent indispensable et ce sont les miliciens eux-mêmes qui la nomment capitaine. Poursuivie par les fascistes, persécutée par les staliniens, harcelée par un agent de la Guépéou, emprisonnée, elle sera sauvée par les hommes qu’elle a commandés. Elle a fini sa vie d’inlassable militante à Paris en 1992. Elsa Osorio, portée par ce personnage hors du commun, écrit un roman d’amour passionné et une quête intellectuelle exigeante en mettant en œuvre tout son savoir faire littéraire pour combler les trous de l’Histoire.

« Le village retrouvé », Marie de Palet

          Isidore avait quitté son village natal, il y a maintenant trente ans, pour échapper à sa vie misérable. Il y revient aujourd'hui et constate que rien n'a vraiment changé. Mais lui a côtoyé d'autres mondes, a appris à lire et à écrire, et retrouver la malheureuse existence de sa famille lui est insupportable. Il doit affronter le poids des souvenirs dans ce village où il est important de respecter les privilèges acquis. Il rencontre Mathilde, une ravissante jeune femme qui suscite déjà bien des convoitises...

« La maison des hautes falaises », Karen Viggers

          Hanté par un passé douloureux, Lex Henderson part s'installer dans un petit village isolé, sur la côte australienne. Il tombe très vite sous le charme de cet endroit sauvage, où les journées sont rythmées par le sac et le ressac de l'océan. Au loin, il aperçoit parfois des baleines. Majestueuses, elles le fascinent. Peu de temps après son arrivée, il rencontre Callista, artiste passionnée, mais dont le cœur est brisé. Attirés l'un par l'autre, ils ont pourtant du mal à laisser libre cours à leurs sentiments. Parviendront-ils à oublier leurs passés respectifs et à faire de nouveau confiance à la vie ? Dans la lignée de La Mémoire des embruns, un roman tout en finesse, véritable ode à la nature et à son admirable pouvoir de guérison.

 

Romans policiers :

« Les petits vieux d’Helsinski se couchent de bonne heure », Minna Lindgren

          Siiri, Irma et Anna-Liisa sont de retour au Bois du Couchant après leur petite Escapade en colocation. Cependant, l’endroit a bien changé, et plus aucun petit vieux ne s’y sent chez lui. Devenue une pointure technique  ans la gestion du troisième âge, la résidence fonctionne désormais en circuit fermé, sans plus aucun être humain pour la superviser, si ce n’est quelques volontaires d’une association chrétienne. Alors que les résidents subissent, non sans humour, les joies d’une technologie aussi moderne qu’absurde, le Bois du Couchant est peu à peu envahi par les rats et les bénévoles, lesquels se font prédicateurs et experts en droits de succession tout à la fois. Siiri et Irma sentent que quelque chose de peu catholique se trame et, une dernière fois, vont tout mettre en oeuvre pour que triomphent la vieillesse et la bonne humeur au sein d’une maison de retraite au crépuscule de son existence, à mesure que ses derniers habitants tirent leur révérence.

 

Bonne lecture!