Votre médiathèque célèbre la nature

le .

fl images

 

Depuis le 2 juin, et grâce, notamment, au travail de Bruno de Foucault, Roullens dispose de son propre sentier botanique.

Afin de nous associer à cet événement, et grâce à la Bibliothèque Départementale de l’Aude, votre médiathèque met à votre disposition, pendant tout le mois de Juin, une exposition sur la nature audoise, ainsi qu’une sélection inédite de livres (herbier, documentaires sur les plantes, guides natures…).

 

Venez en profiter!

Les samedis d'ouverture du mois de juin

le .

Les samedis d'ouverture au mois de juin seront les 9 et 23.

Venez découvrir nos nouveautés, écouter la lecture en anglais à 11h, profiter de nos jeux, tester votre logique, prendre une tasse de thé ou de café, ou tout simplement passer un moment convivial et agréable.

Fermeture exceptionnelle de la médiathèque les 31 mai et 1 juin

le .

Exceptionnellement, votre médiathèque sera fermée jeudi 31 mai et vendredi 1 juin.

 

A lundi!

Atelier généalogique le mardi 5 juin

le .

Arbre Gnalogique de Gustave Courbet cr par Claude Coulet et expos la Ferme Courbet de Flagey

 

Comme tous les premiers mardis du mois, Michel Daydé organise son atelier généalogie dans l'enceinte de la bibliothèque, à partir de 15h.

Si vous souhaitez commencer une recherche sur vos origines mais que l'ampleur de la tâche vous fait peur, Michel pourra vous donner les ficelles pour démarrer dans de bonnes conditions.

De  même, si vous êtes déjà un généalogiste éclairé, n'hésitez pas à venir échanger sur le sujet ou partager votre expérience avec notre expert ou avec les autres participants.

A mardi!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 28 mai

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 4 septembre:

 IMG 20180528 190607  IMG 20180528 191147

 

 

Jeunesse :

Albums :

« Tous les monstres ont peur du noir », Michaël Escoffier, Kris Di Giacomo

          Quel est donc ce murmure au fond du placard? Ce leger tremblement derrière les rideaux? Ce n'est pas le vent, ce n'est pas la pluie. Et si le monstre qui te fait peur avait encore plus peur que toi?

« Olivia fait son cirque », Ian Falconer

          Aujourd’hui, c’est au tour d’Olivia de raconter ses vacances devant toute la classe. Elle va épater ses copains : lors d’une visite au cirque avec maman, Olivia a dû remplacer les artistes, tous malades. Tour à tour femme tatouée, dompteuse de lions, funambule, jongleuse, clown, trapéziste ou dresseuse de chiens, Olivia s'en sort comme une chef ! Toute seule ! C’est comme ça qu’elle est devenue très célèbre. "C’est bien vrai tout ça ?" demande le maître. "Assez vrai", répond Olivia...

« L’arbre à pluie », Agnès de Lestrade, Claire Degans

          Alors que les habitants d'un village du désert africain n'espèrent plus la pluie, une jeune garçon repère et prend soin d'une jeune pousse verte qui s'érige d'une fissure de la terre. La plante devient bientôt un arbre immense qui fournit à l'oasis une ombre et des gouttes d'eau salvatrices. La rumeur de cet enchantement se répand et les habitants assoiffés du village voisin viennent quémander de quoi boire. Le chef du village le leur refuse, ce qui fait d'abord disparaître l'arbre, puis le déplace entre les deux oasis. Ce n'est que lorsque les villageois auront démontré plus de générosité et de solidarité envers leurs voisins que l'arbre les abreuvera de nouveau. -- Un conte africain prônant le partage, magnifiquement illustré d'aquarelles atmosphériques représentant les peuples du désert sous des tonalités terreuses accentuées de roses et de bleus.

« L’ours qui jouait du piano », David Litchfield

          Ce matin-là, dans sa forêt, l'Ours découvre une chose étrange... C'est un piano abandonné qu'il va peu à peu apprivoiser. Ses sons enchantés attirent bientôt tous ses amis, mais aussi une petite fille et son papa. Conquis par le talent de cet incroyable musicien, ils lui proposent de l'emmener en ville. Voilà comment l'Ours quitte les siens pour suivre sa grande aventure ! Le succès est au rendez-vous, mais un jour il a le mal du pays… Une histoire enchanteresse portée par un gros ours terriblement attachant, où il est question de musique et de passion, de vie rêvée et d'amitié. Le tout premier album d'un jeune talent britannique à découvrir !

« La culotte du loup », Stéphane Servant, Laetitia Le Saux

          Comme dans la comptine, trois petits cochons interpellent le loup. « Loup y est-tu ? M’entends-tu ? Que fais-tu ? ». Et comme dans la comptine, le loup entreprend de s’habiller, mais s’aperçoit que sa culotte est toute trouée. Il file au magasin pour en acheter une autre. Rouge, avec des dentelles et des cochons imprimés, brodées à la main avec du joli fil doré… Les culottes ne manquent pas mais elles sont aussi très chères. Et le loup qui n’a qu’une seule pièce en poche… Qu’à cela ne tienne, le vendeur lui propose de travailler en échange de la culotte de son choix. Loup travaille alors d’arrache-pied, souffle et sue sous les yeux moqueurs et les sarcasmes des trois petits cochons…

« La sieste de Moussa », Zemanel

          Moussa est bien fatigué : il aimerait pouvoir dormir… Mais il lui faut d’abord chasser la souris qui grignote et crie, puis le chat qui ronronne et griffe, le chien qui jappe et aboie, et d’autres animaux encore plus bruyants… Un début de siester drôle et rythmé, raconté par Zemanel.

 

BDs :

« L’élève Ducobu. Un amour de potache », Godi, Zidrou

          Pour Ducobu, notre irréductible «z'héros» que nombre d'écoliers rêvent d'imiter, mais auquel aucun n'oserait ressembler, la liste des bévues s'allonge. Que les chiffres se multiplient, s'additionnent, se soustraient et se divisent en pagaille aux cours de maths, rien de plus logique. Mais s'il viennent en plus embrouiller l'Histoire, cela provoque immanquablement des histoires ! Surtout lorsque, plus hargneuse que jamais, votre voisine de classe Léonie omet sciemment de vous signaler que l'instit vient de passer d'une matière à l'autre. Alors, forcément, quand un 1515 vous arrive tel un uppercut en pleine sieste, cela surprend plus qu'un coup de massue à la bataille de Marignan... Et cela vous dérègle le compteur !

« Julia et les monstres perdus », Ben Hatke

          Julia et sa maison magique viennent d'arriver en ville. Elles s'installent près de la mer. Tout semble un peu trop calme pour la fillette qui décide d'accueillir les monstres en mal de foyer. Elle n'attend pas bien longtemps avant que des trolls, des gobelins, des sirènes, des fantômes et même des dragons ne frappent à sa porte... Fini l'ennui, bonjour les drôles d'amis ! Une histoire pleine de charme et de magie !

« Kid Paddle. Cherche et trouve », Midam

          Des heures d'amusement en perspective pour qui parviendra à repérer les personnages de Kid Paddle et les objets malicieusement cachés dans ces délirantes mises en scène illustrées où grouillent des blorks en folie.

« Mini chevalier, maxi fort », Pranas T. Naujokaitis

          Mini Chevalier et son acolyte Caramel ne sont pas contents. Maman leur a demande de mettre la table. Elle devrait pourtant savoir maman que les petits chevaliers ne mettent pas la table ! Ils preferent vivre des epopees super fantastiques. Alors quand une princesse-animal, aux allures de raton-laveur, leur demande de combattre le monstre vert qui est en train de detruire son royaume, ils n'hesitent pas une seconde. Les voici teleportes dans un autre univers. Wouahhh !

« Titeuf. Le sens de la vie », Zep

          Les lecteurs seront ravis de retrouver leur héros dans ce nouveau recueil intitulé judicieusement Le Sens de la vie. Cet album voit Titeuf s'interroger, avec une fraîcheur et un ton sans cesse renouvelé, sur le pourquoi de l’existence, plaçant ses questions sur de vertigineuses hauteurs philosophiques : la vie, l'amour, la mort, l'injustice, comme sur de petites choses triviales et quotidiennes, car au fond Titeuf n'a qu'une peur, celle de grandir.

 

Romans :

« Zizou au désert », Elise Fontenaille-N’Diaye

           Dans le désert du Sahara, Zizou est le petit dernier d'une grande famille de fennecs. Le plus petit mais surtout le plus intrépide ! Dans la grotte où il habite, il fait la rencontre d'un djinn avec lequel il part à l'aventure, toujours plus près du monde des humains... Non loin de là, dans une oasis, la petite Ziza trompe l'ennui comme elle peut. Avec ses jambes de traviole, en plein désert, elle n'a pas grand chose à faire mis à part préparer de délicieux makrout où écouter les histoires de son cousin. Mais bientôt, ce dernier va lui apporter un sublime cadeau : un petit fennec...

«Histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler », Luis Sepulveda

          Zorbas le chat grand noir et gros a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon de couver son dernier oeuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler Tous les chats du port de Hambourg vont se mobiliser pour l’aider à tenir ces promesses insolites. A travers les aventures rocambolesques et drôles de Zorbas et Afortunada, on découvre la solidarité, la tendresse, la nature et la poésie.

« Les extraordinaires aventures d’Alfred Kropp», Rick Yancey

          Retrouver l'épée du roi Arthur, c'est l'incroyable mission qui attend Alfred Kropp. L'épée mythique et toute-puissante de la légende de la Table ronde, Excalibur, est tombée aux mains d'un homme diabolique. Alfred Kropp, l'anti héros : un jeune Américain de quinze ans, timide, maladroit, un géant solitaire et orphelin. Il va sauver le monde… par accident! Recueilli par son oncle Farrell après la mort de sa mère, Alfred n’a pas une vie très passionnante. Mais un jour, un certain M. Arthur Myers propose à son oncle de dérober une mystérieuse épée contre une forte récompense. Farrell demande à son neveu, méfiant, de l’accompagner. Cette arme suprême rend puissant celui qui la détient, elle ne doit donc pas tomber entre les mains de n’importe qui. Alfred va alors tout faire pour reprendre l’épée à M. Myers, agent des ténèbres…

 

Adultes :

BD :

« Mauvais genre », Chloé Cruchaudet

          Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d'identité, se travestir. Désormais il sera... Suzanne. [D'après l'essai La Garçonne et l'Assassin, éditions Payot]

« S’enfuir. Récit d’un otage », Guy Delisle

          En 1997, alors qu'il est responsable d'une ONG médicale dans le Caucase, Christophe André a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été enlevé en pleine nuit et emmené, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue. Guy Delisle l'a rencontré des années plus tard et a recueilli le récit de sa captivité – un enfer qui a duré 111 jours. Que peut-il se passer dans la tête d'un otage lorsque tout espoir de libération semble évanoui ?

L’intégralité « Metropolis », Serge Lehman, Stéphane De Caneva, Dimitris Martinos

          Capitale de tous les excès, de tous les délires urbanistiques. Carrefour de tous les mouvements politiques et artistiques. Centre névralgique de l’espionnage et des coups tordus. Metropolis possède ses zones d’ombres à l’instar des crimes atroces qui défraient depuis peu la chronique. Pour les résoudre, la police fait appel à un médecin autrichien, inventeur d’une science de l’esprit méconnue : le docteur Freud.

L’intégralité « Les vieux fourneaux », Wilfrid Lupano, Paul Cauuet

          Les Vieux Fourneaux raconte les aventures de trois septuagénaires, amis depuis leur plus tendre enfance: Antoine, Emile et Pierrot. Chacun a suivi sa route, chacun a fait ses choix, chacun a fondé (ou pas) une famille. Séquelles, souvenirs, fragments de vies (presque) passées. Il reste pourtant à ces trois-là de belles choses à vivre, et une solide amitié chevillée au corps. Les Vieux Fourneaux, à travers dʼincessants va-et-vient entre les années cinquante et les années 2010, raconte sur un mode tragi-comique notre époque, ses bouleversements sociaux, politiques et culturels, ses périodes de crise.

 

Romans :

« Quoi de neuf sur la guerre ? », Robert Bober

          Quoi de neuf sur la guerre ? En principe rien, puisqu’elle est finie. Nous sommes en 1945-1946, dans un atelier de confection pour dames de la rue de Turenne, à Paris. Il y a là M. Albert, le patron, et sa femme, Léa. Leurs enfants, Raphaël et Betty. Léon, le presseur. Les mécaniciens, Maurice, rescapé d’Auschwitz et Charles dont la femme et les enfants ne sont pas revenus. Et les finisseuses, Mme Paulette, Mme Andrée, Jacqueline. Et il y a l’histoire de leurs relations et de leur prétention au bonheur. Dans l’atelier de M. Albert, on ne parle pas vraiment de la guerre. On tourne seulement autour même si parfois, sans prévenir, elle fait irruption. Alors les rires et les larmes se heurtent sans que l’on sache jamais qui l’emporte. Alors, « ceux qui ont une idée juste de la vie » proposent simplement un café ou un verre de thé avec, au fond, un peu de confiture de fraises. 1981-1982. Le journal intime de Raphaël, alors qu’en France progressent les activités antisémites. Trente-cinq ans après, quoi de neuf sur la guerre ? Rien de neuf sur la guerre. Parce que, comme le disait M. Albert en 1945 : « Les larmes c’est le seul stock qui ne s’épuise jamais. »

« Le mystère Henri Pick », David Foenkinos

         En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination? Récit d’une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu’un roman peut bouleverser l’existence de ses lecteurs.

« Ecoutez nos défaites », Laurent Gaudé

          Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d'élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d'une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste... Un roman inquiet et mélancolique qui constate l'inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu'on meure pour elles.

« La serpe », Philippe Jaenada

          Un matin d’octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n’est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l’unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l’arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d’un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l’enquête abandonnée. Alors que l’opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s’exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud. Jamais le mystère du triple assassinat du château d’Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d’Henri Girard, jusqu’à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu’à ce qu’un écrivain têtu et minutieux s’en mêle… Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu’Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l’inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu’il n’y paraît), il s’est plongé dans les archives, a reconstitué l’enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l’issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans..

« L’arbre à pain », Christian Laborie

          Le mas isolé du Castenet abrite, depuis des générations, la famille huguenote des Monteil, paysans pauvres dont le vieil Élie est le dernier représentant. De ses trois petits-enfants, seul Isaac lui apporte l'espoir qu'après lui le mas de ses aïeux a encore une chance de survie. Mais la guerre en décide autrement.

« Le secret du mari », Liane Moriarty

          Jamais Cecilia n’aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort. » Quelle décision prendre ? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ? Tous les maris – et toutes les femmes – ont leurs secrets. Certains peuvent être dévastateurs.

« Madame Bâ », Erik Orsenna

          Pour retrouver son petit-fils préféré qui a disparu en France, avalé par l’ogre du football, Madame Bâ Marguerite, née en 1947 au Mali, sur les bords du fleuve Sénégal, présente une demande de visa. Une à une, elle répond scrupuleusement à toutes les questions posées par le formulaire officiel 13-0021. Et elle raconte alors l’enfance émerveillée au bord du fleuve, l’amour que lui portait son père, l’apprentissage au contact des oiseaux…, sa passion somptueuse et douloureuse pour son trop beau mari peul, ses huit enfants et cette étrange « maladie de la boussole » qui les frappe… Sans fard ni complaisance, c’est l’Afrique d’aujourd’hui qui apparaît au fil des pages, l’Afrique et ses violences, ses rêves cassés, ses mafias, mais aussi ses richesses éternelles de solidarité et ce formidable tissage entre les êtres.

« Tango », Elsa Osorio

          A Paris, au Latina on danse le tango. Luis invite Ana à danser. Elle est française et elle aime le tango avec passion. Il est argentin de passage à Paris pour une dernière tentative d’échapper à une crise économique et psychologique. Un projet de film sur le tango va les réunir. Tango recrée l’histoire d’une ville et d’une musique à travers la saga de deux familles, aux deux bouts de l’échelle sociale, une intrigue sans faille, des personnages attachants et hauts en couleur pour une œuvre littéraire forte où le fantastique revendique la force vitale de l’amour et de la danse. Un cocktail explosif d’amours, de luttes, de joies et de trahisons, et une danse dangereuse et sensuelle qui les réunit en une étreinte. Avec l’élégance d’une bonne danseuse, Elsa Osorio change de temps, de narrateur, d’espace comme on change de cavalier, et son écriture communique au lecteur le vertige de la danse, l’ivresse de la musique mêlée à la sensualité et au mouvement.

 

Roman policier :

« Le verger de marbre », Alex Taylor

          En plein Kentucky rural, la Gasping River déploie son cours au milieu des falaises de calcaire et des collines couvertes de champs de maïs et de soja. Un soir où il remplace son père, qui conduit le ferry parcourant la rivière dans les deux sens, le jeune Beam Sheetmire tue un passager qui tente de le dévaliser. Mais sa victime est le fils de Loat Duncan, puissant homme d’affaires local et assassin sans pitié. Toujours accompagné de ses chiens menaçants, Loat est lui-même porteur d’un lourd secret concernant le passé de Beam. Aidé par son père, le jeune homme prend la fuite, tandis que Loat et Elvis, le shérif, se lancent à ses trousses. Le Verger de marbre est un thriller littéraire à la prose incandescente dans la veine des grands textes sudistes de Cormac McCarthy ou Daniel Woodrell. Ce premier roman hypnotique est une inoubliable descente au cœur des ténèbres.

 

Société :

« Violence politique totale », Jérôme Ferret

          Du 11 septembre 2001 aux attentats de 2015, les sciences sociales se trouvent incontestablement perturbées dans leur capacité à expliquer la résurgence des formes de violence les plus radicales. Car plutôt que de parler de terrorisme, le sociologue Jérôme Ferret préfère qualifier ce phénomène de « violence politique totale ». Loin de constituer un phénomène nouveau, ces événements nous invitent à reconsidérer des questions sociologiques fondamentales, que cet essai recense et discute. Les sciences sociales, face à la concurrence des experts de tous ordres, sauront-elles de nouveau éclairer, expliquer le monde en train de se défaire 
et de se faire ?

« Le dossier Pinochet », Dominique Rizet, Rémy Bellon

          1973-1990 : les dix-sept années les plus noires de l'histoire du Chili. Deux grands professionnels ont remonté les filières du système Piriochet, fournissant à cet ouvrage son lot d'inacceptable : les atroces procédés de la DINA, la police personnelle du général, les prisons antichambres de la mort, les camions roulant sur les détenus, les pendaisons par les pieds, les décharges électriques du " gril ". Où la DINA a-t-elle appris la torture ? D'étonnantes découvertes judiciaires lèvent le voile à ce sujet... Mais les sévices du régime ne s'arrêtent pas aux frontières chiliennes. Partout. les opposants sont traqués éliminés. Aux États-Unis comme en Europe. C'est le fameux plan Condor, qui bénéficie de l'appui des organisations d'extrême droite, et aussi de la complicité de certains gouvernements. Le Dossier Pinochet : un livre aux allures de roman d'espionnage mais terrible dans sa vérité, avec des révélations inédites, et la mise à nu d'une organisation diabolique où sont impliqués des réseaux qu'on ne soupçonnait pas.

 

Bonne lecture!

Apéritif-culture le 8 Juin

le .

Image3Exceptionnellement, l'apéritif-culture du mois de Juin se tiendra le vendredi 8 juin, au lieu du vendredi 1 juin.

Le thème de ce mois-ci est: Les chats et les chiens.

 

Venez nombreux!

La cabane à histoires fait des heureux

le .

Le club de couture s'est donné du mal, mais le résultat est à la hauteur des efforts fournis!

Grâce au travail de nos couturières hors pairs, les enfants peuvent désormais, lors des accueils de classe, écouter les histoires dans notre splendide cabane à histoire.

 

IMG 20180515 100819  IMG 20180515 105147
 IMG 20180515 113208  IMG 20180515 105154

 

La cabane à histoire a été testée et approuvée par les enfants!