Les nouveautés dans votre médiathèque: 25 mars

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 26 mars:

 IMG 20190328 171046  IMG 20190328 171431

Jeunesse

Albums

« Mon panda », Ramona Badescu, Chiaki Miyamoto

Un doudou disparu : un sujet qui parle aux petits. Un graphisme sobre composé de traits et d'aplats à l'encre noire. Des zones de couleur composées de collages de papier japonais illuminent l'ensemble et apportent une touche vive et chaleureuse.

« Rafara. Un conte populaire africain », Anne-Catherine De Boel

Conte traditionnel africain autour d'une rivalités entre soeurs. Entre Cendrillon et Gretel, Rafara, l'héroïne de ce conte traditionnel africain, est abandonnée dans la forêt, capturée par un monstre qui l'engraisse pour la dévorer. L'intervention d'une souris et le recours à la magie lui permettront de se sauver. Les illustrations permettent de travailler sur la notion de plan et utilisent souvent un collage de tissus ethniques.

« Biquette et les choux », Elsa Huet

Ah ! Tu sortiras, Biquette, Biquette. Ah ! Tu sortiras, de ces choux là.

« Un oiseau en hiver », Hélène Kérillis, Stéphane Girel

Mayken aime patiner sur le lac gelé : elle a l’impression de fendre l’air, comme si elle volait. Un soir, sur le chemin du retour, elle découvre un oiseau blessé…

« Pingouin glacé », Constance V. Kitzing

Sur la banquise le pingouin grelotte. Comment se réchauffer par des froids aussi polaires ? L’écharpe ne suffit pas, faire un feu n’est pas une très bonne idée… Seuls les bras, heu les ailes !, d’un autre pingouin, réussiront à dégeler le corps et le cœur de l’animal. Un album doux comme une peluche qui fera fondre petits et grands.

« Les petites ballerines et la Belle au bois dormant », Grace Maccarone, Christine Davenier

Quelle chance pour les élèves de Madame Adeline ! Ils vont danser La Belle au bois dormant avec le Grand Ballet de la ville. Il faut deux rats pour le carrosse de la fée Carabosse, et huit danseuses pour la valse des guirlandes de roses. Célestine est désignée comme rat, mais voilà, être un rat ne lui convient pas ! Et si quelqu'un tombait malade, pense Célestine, j'aurais la chance de valser en portant des roses ! Son voeu se réalise dès le lendemain : Sabine est grippée et Célestine la remplace. Mais danser avec des roses s'avère plus épineux qu'il n'y paraît... Au point que Célestine veut retrouver son rôle de rat poilu..

« Attention, fais marcher ton imagination. Mais ne souhaite pas n’importe quoi ! », Nicola O’Byrne

Un jour, Lapin s'ennuyait très fort. Alors qu'il se demandait quoi faire, Loup apparaît et lui propose d'inventer une histoire pour parer à l'ennui. Qui sait jusqu'où l'Imagination peut nous mener ?

« Mon grand rêve », Lucie Papineau, Virginie Egger

Paola Papillon est une drôle de petite fille qui a comme animal de compagnie un cochon d'Inde… qui se prend pour un lapin ! Depuis qu'elle a vu le spectacle de ballet de sa cousine Clara, elle rêve de devenir ballerine quand elle sera grande. Tout l'été, les deux fillettes s'amusent à inventer des histoires et à présenter des spectacles de danse à leur grand-père. Choco Dindon, le drôle de cochon d'Inde, y joue évidemment les premiers rôles! Au retour des vacances, Paola s'inscrit enfin à un cours de danse. Elle s'aperçoit toutefois que ce n'est pas du tout comme chez son grand-père.
Ce grand rêve était-il vraiment celui de Paola ?

« On n’a pas sommeil », James Stevenson

Pour endormir ses petits enfants, grand-père leur raconte ses extravagantes aventures de jeunesse: comment il a traversé l'océan à la nage, affronté l'ours polaire, etc. Un album où l'humour et la fantaisie se conjuguent harmonieusement dans le texte, l'illustration et la mise en pages.

« L’attrape-lune », Séverine Vidal, Barroux

Mon papy a toujours des histoires folles à raconter. Et je le crois. Il a fait tous les métiers du monde, il a même croisé une sirène… Pour moi, il pourrait décrocher la lune. Il a sur sa tête, toujours, son petit chapeau rouge. Un jour, plus tard, dans longtemps, demain, il me le donnera…

« J’ai vu un dinosaure », Jan Wahl, Chris Sheban

Après une visite au Muséum d'Histoire naturelle, une petite fille voit des dinosaures partout : sur la route qui longe le parc, devant la station-service, sur la chaise de sa chambre… Des brontosaures, des stégosaures, des dimétrodons, des tricératops… Chaque animal est décrit en quelques lignes à la fin de l'histoire (taille, nourriture, habitat).

 

BDs

« Cruelle Joëlle », Davide Cali, Ninie

Cruelle Joëlle grandit seule avec sa mère, la très pimpante Madame Lamort. Celle-ci travaille pour la société Trépas : chaque jour, elle se charge d'envoyer de nouveaux "candidats" vers l'au-delà... Rien de plus normal, pour Joëlle. Jusqu'au jour ou elle découvre que le prochain "candidat" choisi par sa mère... n'est autre que le père de son meilleur ami ! Elle va devoir intervenir !

« L’élève Ducobu. Pas vu, pas pris ! », Godi, Zidrou

Alors que le duo comique préféré des cours d'école s'apprête à fêter son 500e gag, Godi et Zidrou nous en apprennent un peu plus sur la vie privée et le passé de Léonie Gratin et de l'Elève Ducobu. L'occasion de constater que la propension de Ducobu à chercher l'inspiration sur les copies de sa muse ne date pas d'hier. Non, tout ça remonte en fait à la maternité ! Mais si, 13 albums plus tard, le couple fonctionne comme au premier jour, sans doute est-ce parce que Léonie commence à comprendre combien est salutaire le grain de folie que Ducobu sème dans nos vies !

« Cheval de bois, cheval de vent », Wilfrid Lupano, Gradimir Smudja

Le roi n’en peut plus d’impatience… C’est son anniversaire et qui dit anniversaire dit gâteau… Mais deux gamins juchés sur un cheval de vent viennent de le lui voler avant même qu’il ait pu en goûter une miette ! Tout ce que le château contient de gardes et de serviteurs se précipite alors en un instant, portant en tête de colonne sa majesté et sa monture de bois, à la poursuite des maraudeurs…

« Game Over 17 », Midam

Dans l’univers virtuel du Petit Barbare, les morts se suivent et ne se ressemblent pas. Préférez-vous le voir transpercé, déchiqueté, brûlé, écrasé ou dévoré ? Pour le faire passer de vie à trépas, vous avez l’embarras du choix ! Car Midam rivalise encore d’ingéniosité pour malmener notre pauvre Petit Barbare dans un florilège de Game Over aussi cruels qu’hilarants. Des gags muets et toujours aussi efficaces qui font de cette série un monument de l’humour absurde

« La cantoche. A consommer sans modération », Nob

L'heure du repas a sonné ! Tous se retrouvent dans ce lieu mythique, qu'on connaît forcément de près ou de loin... La cantine. On y rencontre le cuisinier fan de légumes verts et les enfants qui les détestent, on y voit des batailles de nourriture, des disputes, de la rigolade et de bons copains... Et même quand on y est pas, on en parle ! Tout est bon pour parler de la prochaine pause repas ou de son plat préféré. Les gags s'enchaînent autour de cet univers délicieux, les héros changent et ne se ressemblent pas... On en redemanderait bien !

 

Romans

« La famille Royale. Vacances en château pliable », Christophe Mauri

Les aventures trépidantes et drôles d'une famille royale d'aujourd'hui. «Non, non, non! Pas de pluie pendant l'été!» crie la foule en colère. Alors papa, qui est le roi, a promis le soleil et, dès le lendemain, il nous emmenait en vacances au bord de la mer, maman, mon petit frère Louis-Junior et moi, Alice. Sans oublier Bozzo, l'éléphant en peluche! On allait faire du camping pour la toute première fois..

« La drôle d’évasion », Séverine Vidal

Cette année, Zach passe ses vacances à San Francisco avec ses parents. Ce qui l'intéresse surtout, c'est de visiter la prison d'Alcatraz, devenue un musée. Son projet secret est de s'y faire enfermer afin de relever un pari de taille : réussir à s'en évader.

 

Adultes

Art 

« La couleur. Cours pratique », David Hornung

La couleur est une composante omniprésente du monde dans lequel nous évoluons. En tant que fonction de la lumière, variable s'il en est, la couleur est sans doute l'un des éléments physiques les plus insaisissables et les plus énigmatiques à comprendre et à maîtriser. D'autant que cette notion relève d'un contexte culturel, avec des implications psychologiques, sociologiques, politiques et religieuses. Cet ouvrage a pour but de démythifier le phénomène couleur et de le rendre accessible aux artistes, illustrateurs, graphistes et à toute personne ayant à manipuler la couleur pour créer images et objets. Il explicite les notions théoriques fondamentales, et favorise une approche expérimentale à la fois pragmatique et logique.

 

BDs :

« Celestin Gobe-la-lune », Lupano, Corboz

Abandonné à la naissance, Célestin, gueux et doux rêveur, est persuadé qu'il est issu d'une haute lignée. Il entend bien retrouver son rang. Pour cela, un seul moyen : épouser une digne héritière. Après de multiples aventures sans lendemain avec les meilleurs partis du royaume et lassé de n'être traité qu'en amant et jamais en mari potentiel, il jette son dévolu sur Pimprinule, la fille du roi

« Paroles d’honneur », Leïla Slimani, Laetitia Coryn

Rabat, été 2015. Suite à la parution de son livre "Dans le jardin de l'ogre", un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l'addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine franco-maghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l'auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d'une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité. Le code pénal punit toute transgression : un mois à un an de prison pour les relations hétérosexuelles hors mariage, six mois à trois ans de prison pour les relations homosexuelles, un à deux ans de prison pour les adultères. Soumises au mensonge institutionnalisé, ces femmes nous racontent les tragédies intimes qui égrènent leurs vies et celles des femmes qui les entourent : IVG clandestines, viols, lynchages, suicides. Toutes sont tiraillées entre le désir de se libérer de cette tyrannie et la crainte que cette libération n'entraîne l'effondrement des structures traditionnelles. A travers cette BD, il s'agit de faire entendre la réalité complexe d'un pays où l'islam est religion d'Etat. Et où le droit des femmes passera, avant tout, par la défense de leurs droits sexuels.

 

Histoire

« La révolution de 1917 », Marc Ferro

Quitter le devant de la scène, celle où s'affrontent les personnages principaux de l'Histoire, pour rejoindre la société et ses aspirations ; confronter le système des grandes idées (bolchevisme, communisme, etc.) aux comportements des hommes vivants (ouvriers, paysans, soldats), dont les projets rencontrent ou contredisent ceux des partis et des organisations : Ces déplacements dans l'analyse caractérisent la magistrale synthèse de Marc Ferro. Ni fruit d'une nécessité historique, ni accident dû à la guerre et la défaite, la Révolution d'Octobre redevient un événement qui s'intègre à une histoire de longue durée, ouvrant un cycle qui, après quatre-vingts ans, n'est toujours pas clos.
Comprendre la naissance et la nature de la société soviétique ainsi que son évolution reste un des enjeux majeurs de notre temps.

 

Romans

« Au bord de la rivière », Michel David

Nouvelle saga, nouvel univers. Cette fois, Michel David nous plonge dans le XIXe siècle, plus précisément en 1870, au moment de la création d'un petit village sur les bords de la rivière Nicolet. Nous sommes donc dans une période de colonisation, de défrichage, de construction. Au centre de toute cette activité on retrouve les Beauchemin, menés par Baptiste, le chef de famille. Travailleur acharné, Baptiste est un des premiers arrivants de l'endroit et souhaite, après plus de 25 ans d'efforts, la reconnaissance qu'il considère mériter. Dans un patelin dépourvu de maire et de curé, il se plaît à jouer le rôle de l'homme important du village. De l'autre côté, on retrouve la famille Ellis, d'origine irlandaise, ayant à sa tête Samuel. Entre les deux hommes, la rivalité est forte. Si l'un veut que la future chapelle soit construite en haut de la côte, son vis-à-vis exige qu'elle le soit en bas, près de chez lui. Si l'un veut un pont conçu de telle façon, l'autre défend l'idée contraire. Bref, l'un dit blanc, l'autre noir, et si l'un le dit en français, l'autre le dit évidemment en anglais! Chacun occupera à tour de rôle des fonctions décisives dans l'établissement d'un vrai village, et les commères du coin ne se gênent pas pour prendre le parti de l'un ou de l'autre, sans jamais oser beaucoup s'impliquer. Autour de ces deux adversaires, on retrouve toute une galerie de personnages attachants comme Bernadette, l'institutrice qui aime se faire désirer des jeunes hommes ; Camille, l'aîné des Beauchemin, qui s'investit beaucoup pour venir en aide à la famille voisine dont la mère est décédée ; sans parler de Marie, Liam, du curé Ouellet ou encore de Constant Aubé. Ambiance magnifique, personnages colorés et dialogues savoureux. On en redemande!

« L’amie prodigieuse », Elena Ferrante

« Je ne suis pas nostalgique de notre enfance: elle était pleine de violence. C'était la vie, un point c'est tout: et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l'école pour travailler dans l'échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s'éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. Formidable voyage dans l'Italie du boom économique, L'amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu'Elena Ferrante traque avec passion et tendresse.

« Le gang des rêves », Luca Di Fulvio

New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

« Une femme aimée », Andrei Makine

Défendre cette femme... Effacer les clichés qui la défigurent. Briser le masque que le mépris a scellé sur son visage. Aimer cette femme dont tant d’hommes n’ont su que convoiter le corps et envier le pouvoir. C’est cette passion qui anime le cinéaste russe Oleg Erdmann, désireux de sonder le mystère de la Grande Catherine. Qui était-elle? Une cruelle Messaline russo-allemande aux penchants nymphomanes? Une tsarine clamant son « âme républicaine »? La séductrice des philosophes, familière de Voltaire et Diderot, Cagliostro et Casanova? Derrière ce portrait, Erdmann découvre le drame intime de Catherine – depuis son premier amour brisé par les intérêts dynastiques jusqu’au voyage secret qui devait la mener au-delà de la comédie atroce de l’Histoire. L’art de ce grand roman transcende la biographie. L’effervescence du XVIIIe siècle européen se trouve confrontée à la violente vitalité de la Russie moderne. La quête d’Erdmann révèle ainsi la véritable liberté d’être et d’aimer.

« L’art de la joie », Goliarda Sapienza

Il était une fois une enfant, Modesta, née le 1er janvier 1900, dans un monde frustre et rapidement englouti... Non, L'Art de la joie résiste à toute présentation. Roman d'apprentissage, il foisonne d'une multitude de vies. Roman des sens et de la sensualité, il ressuscite les élans politiques qui ont crevé le XXe siècle. Ancré dans une Sicile à la fois sombre et solaire, il se tend vers l'horizon des mers et des grandes villes européennes...
"Pourquoi faut-il lire ce livre ? Parce qu'il est un hymne à la joie. A la joie la plus simple qui soit, celle qui émane de la conscience et de l'acceptation sereine de sa propre existence et de celle des autres, personnes et choses, sans lesquelles le bonheur serait absolument impossible. Le XXe siècle, époque de tragédies horribles et d'esprits brillantissimes, se révèle sous un angle différent et les événements qui le caractérisent - guerres et révolutions, sciences et techniques, art et philosophie - portent les stigmates d'une seule femme, Modesta, qui assume les espoirs et la volonté de toutes les autres." Luca Orsenigo, Corriere della sera.

 

Romans policiers

« La sorcière », Camilla Lackberg

Nea, une fillette de 4 ans, a disparu de la ferme isolée où elle habitait avec ses parents. Elle est retrouvée morte dans la forêt, à l’endroit précis où la petite Stella, même âge, qui habitait la même ferme, a été retrouvée assassinée trente ans plus tôt. Avec l’équipe du commissariat de Tanumshede, Patrik mène l’enquête, tandis qu’Erica prépare un livre sur l’affaire Stella. Sur la piste d’une très ancienne malédiction, les aventures passionnantes d’Erica et de Patrik continuent, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

« Le petit bleu de la côte Ouest », J.-P. Manchette

Le malaise des cadres, c'est pas rien! Vous avez femme, enfants, bagnole, télé, et voilà que vous vous sauvez. Tout ça parce que deux rigolos essaient de vous flinguer. Et vous savez même pas pourquoi. Un jour, camarade, il faudra quand même comprendre...

« L’homme de Lewis », Peter May

En rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage. Impuissant et résigné, il a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l'océan qui s'abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s'élèvent en un chant tribal : il pense pouvoir retrouver ici un sens à sa vie. Mais, Fin à peine arrivé, on découvre le cadavre d'un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de l'amour de jeunesse de Fin, et font de lui le suspect n° 1. C'est une course contre la montre qui s'engage alors : l'inspecteur principal est attendu sur l'île pour mener l'enquête et il n'épargnera pas le vieil homme, atteint de démence sénile. Au rythme des fulgurances qui traversent l'esprit malade de Tormod, le passé ressurgit, douloureux, dramatique, et dévoile le sort que la société écossaise a réservé pendant des décennies aux "homers" : ces enfants orphelins ou abandonnés que l'Église catholique envoyait sur les îles Hébrides.

« Surtensions », Olivier Norek

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels - un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur - se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ? Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance... Pour cette nouvelle enquête du capitaine Coste, Olivier Norek pousse ses personnages jusqu'à leur point de rupture. Et lorsqu'on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

Bonne lecture !                                                    

Fermeture de la médiathèque les 18 et 19 mars

le .

Exceptionnellement, votre médiathèque sera fermée lundi 18 et mardi 19 mars.

A mercredi!

Le thème de l'apéritif-culture du mois d'Avril

le .

countryindia

 

Le vendredi 5 avril, nous partagerons nos coups de coeur sur l'Inde.

A vos lectures!

Les recommandations des participants à l'apéritif-culture de Mars

le .

Comme tous les premiers vendredis du mois, l’apéritif-culture du mois de mars a permis de mettre en valeur certaines œuvres particulièrement appréciées par les participants.

 

Le thème de cet apéritif était La cuisine.

Voilà nos recommandations:

 

 

Les études :

« Languedoc, la cuisine rustique »

 

« Le festin occitan », Prosper Montagné

 

« Les gueuletons de nos ancêtres », Monique Pivot

 

Les films:

« Le festin de Babette », Gabriel Axel

Un soir d'orage de 1871, Babette débarque sur la côte danoise. Elle fuit Paris et la répression qui s'abat sur la Commune. Dans un petit village du Jutland, elle se présente à la demeure de Filippa et Martine, deux vieilles demoiselles. Babette trouve à s'y employer comme servante. Elle s'intègre au pays, son seul lien avec la France étant un billet de loterie qu'elle rejoue tous les ans. Un beau jour, elle gagne le gros lot.

"The Lunchbox", Ritesh Batra

Veuf asocial, Saajan, chef comptable depuis trente-cinq ans dans la même entreprise, est sur le point de prendre sa retraite. Un jour, on lui livre par erreur une lunchbox contenant les bons petits plats qu'elle a préparés pour son mari, un homme qui la délaisse et fait peu cas de ses efforts pour attirer son attention et le séduire. La jeune femme comprend vite que le porteur de gamelles, pourtant réputé infaillible, a commis une erreur.

Les musiques :

« Les oignons », Samuel Bechet

https://www.youtube.com/watch?v=pznf_72IjB0

« Un cake d’amour », Jacques Demy

https://www.youtube.com/watch?v=lckuX1aaslg

 

Les romans :

« Chemin de tables », Maelys de Kerangal

Brasserie parisienne, restaurant étoilé, auberge gourmande, bistrot gastronomique, taverne mondialisée, cantine branchée, Mauro, jeune cuisinier autodidacte, traverse Paris à vélo, de place en place, de table en table. Un parcours dans les coulisses d’un monde méconnu, sondé à la fois comme haut-lieu du patrimoine national et comme expérience d’un travail, de ses gestes, de ses violences, de ses solidarités et de sa fatigue. Au cours de ce chemin de tables, Mauro fait l’apprentissage de la création collective, tout en élaborant une culture spécifique du goût, des aliments, de la commensalité. A la fois jeune chef en vogue et gardien d’une certaine idée de la cuisine, celle que l’on crée pour les autres, celle que l’on invente et que l’on partage.

« La colère des aubergines », Bulbul Sharma

Les histoires racontées, pleines d'odeurs de cuisine, puissamment évocatrices des rapports et des conflits entre les membres d'une maisonnée indienne, soulignent bien sûr le rôle déterminant qu'y jouent la nourriture et celles qui la préparent. Des femmes croquées sur le vif y livrent des instants de bonheur, des secrets de famille, d'amour, d'enfance qui ont parfois la violence du désir ou l'amertume de la jalousie. Mais les véritables héroïnes sont ces recettes : qu'il s'agisse de confectionner un pickle de mangue, un gâteau de carottes ou un curry d'aubergines au yaourt, le lecteur goûtera, du palais et de la langue, l'alchimie des aromates indiens.

 

Tous ces ouvrages sont déjà, ou vont être rapidement disponibles dans votre médiathèque.

Bonne découverte!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 11 mars

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 11 mars:

 

IMG 20190312 175137  IMG 20190312 174733 

Jeunesse :

Albums :

« Hiver », David A. Carter

La neige tombe doucement du ciel, la nature se repose et quelques animaux pointent le bout de leur nez... C'est l'hiver! Pour découvrir les saisons en pop-up, avec le génial David A. Carter.

« Un hiver de rêve », Hans de Beer

Boule, le petit ours brun, est triste en cette fin d'automne. Il va devoir passer les longs mois d'hiver tout seul dans une grotte, pour hiberner. Et pourquoi n'irait-il pas vers le sud ensoleillé, comme son amie, l'hirondelle ? Mais Bulle s'y prend un peu tard et se fait surprendre par les premières neiges. Il finit par trouver un abri et aussi trois amis en compagnie desquels il va finalement passer un hiver de rève.

« Papa poubelle », Peter Bently, Russell Ayto

Papa est une vraie poubelle sur pattes ; il déteste que l'on jette de la nourriture, alors il finit toutes les assiettes de la famille, jusqu'à manger tout et n'importe quoi. Jusqu'au jour où il avale par erreur une casserole entière de revigorant pour le chat, et commence alors à se transformer... Voici un livre plein d'humour dont les illustrations modernes et colorées sont remplies de détails amusants. Un album à lire et à relire qui ne donne qu'un conseil aux enfants : finir leur assiette ! Un album irrésistible pour aborder le thème de la nourriture et du gaspillage alimentaire.

« Et toi que manges-tu ? », Carly Gledhill

Les enfants découvrirons ce que mangent les autres enfants de 14 pays à travers le monde. Ils pourront aussi s'amuser à comparer ce que mangent les animaux qui représentent ces 14 pays. Ils traverseront le Japon, le Congo, l'Inde, le Portugal, l'Italie, la Suède, le Royaume-Uni, le Maroc, la Chine, le Brésil, le Canada, la Turquie, l'Allemagne et le Chili.

« Mon papy est un pingouin », Morag Hood

Une petite fille s’en va passer ses vacances chez son papy adoré. Seulement, depuis qu’ils sont allés au zoo ensemble, ce dernier agit de manière bien étrange et ne se comporte vraiment pas comme d’habitude : il parle beaucoup de pêche, il se déplace en glissant sur le ventre et il semble drôlement aimer le froid… Bref, ne deviendrait-il pas un peu zinzin ?! Une histoire hilarante et touchante à partager en famille et qui fera autant rire les enfants que les grand-papys ! Avis aux petits amateurs de pingouins !

« Madame la flemme », Mayana Itoïz

Madame la flemme est arrivée et s'est installée chez la petite fille. Et depuis, elle l'englobe, la recouvre, l'écraaaabouille, l'étouuuuuuufe. A cause d'elle, chaque geste du matin est un obstacle, une épreuve : elle se glisse dans les draps au moment où il faut se lever, elle envahit le petit-déjeuner... A cause d'elle, impossible d'arriver à l'école avant la sonnerie ! Oui, c'est une bien belle grosse flemme qui tient chaud, mais qui sait parfois être une canaille. Et rien, non rien ne peut la faire fuir, la flemme. A moins qu'une certaine madame patate ne change la donne ? En créant ce personnage rondouillard et tendre aux allures sympathiques qui met des bâtons dans les roues des enfants, Mayana Itoïz trouve un moyen amusant et inattendu de leur expliquer que la flemme n'est pas une fatalité et qu'il existe bien des moyens pour la combattre !

« Bouh : Le livre qui fait le plus peur du monde », Antonin louchard

Faire peur, c'est tout un travail, ça s'apprend. Mais à défaut d'effrayer ses lecteurs, ce petit fantôme les fera beaucoup rire.

« Qui mange quoi ? », Annette Tamarkin

Une carotte géante et son petit lapin, un gros poisson rouge qui avale un petit cœur… un livre pour les tout-petits, plein de surprises sous les rabats, des couleurs vives toute la simplicité et le talent de Annette Tamarkin qui enchanteront une fois de plus petits et grands !

« La chanson de petit loup », Britta Teckentrup

Petit Loup vit très haut, dans les montagnes enneigées. Tout est parfait, ou presque... car Petit Loup ne sait pas hurler comme les autres loups. Jusqu'au jour où...

« L’ourson qui faisait Bouh », David Walliams

Un petit Ours polaire passe ses journées à hurler « bouh ! » pour faire sursauter quiconque croise sa route. C'est plus fort que lui, il s'écroule de rire à chaque fois ! Un jour, un explorateur débarque sur la banquise pour tourner une émission de télé sur le Pôle Sud. Les animaux sont ravis, ils vont devenir célèbres ! C'est sans compter notre Ourson, qui, facétie après facétie, sème la zizanie et compromet le tournage de l'émission...

 

BDs :

« Petit poilu. Chandelle-sur-Trouille», Pierre Bailly, Céline Fraipont

Petit Poilu découvre le pays d'Allume et d'Allumette, un petit couple en détresse. Dans leur univers brûlant, des boules explosent à tour de bras, des filets de lave rouge et brûlante dégoulinent de-ci de-là, il est grand temps de quitter cette terre hostile avant de ressembler à un véritable poulet rôti ! Petit Poilu et ses deux nouveau amis se lancent à l'aventure en espérant vivre des jours meilleurs. Après une épuisante traversée, le trio aborde le rivage du paisible village de Chandelle-sur-Trouille. Mais pas de chance, les Chandellains et les Chandellaines semblent être extrêmement trouillards et finissent par chasser les trois rescapés à coups de fourche ! Petit Poilu et ses amis sont obligés de partir en laissant derrière eux le rêve d'un avenir plus doux... Et pour aller où ?

« Les Ravencroft », Cali, Brancati

Ashley et Joyce Ravencroft ont perdu leurs parents, archéologues, dans un accident d'avion. Ils sont accueillis chez les très bizarres oncle Marcus et tante Zelda, quand ils reçoivent un colis préparé par leur mère juste avant sa mort. A l'intérieur, cinq statuettes et un petit billet : Chaque chose à sa place.

« Game over. No problemo », Midam

Kid Paddle n'est pas qu'un écolier peu sage, fan de gore et de trash. C'est aussi le plus redoutable dégommeur de monstres gluants et terrifiants ! Il peut ainsi passer des heures sur sa console à s'éclater sur les jeux dont le petit barbare, son double virtuel, est le héros. Des heures de stress et de coups fourrés en perspective ! Car le petit héros numérique va devoir affronter les pires ennemis jamais croisés dans un jeu vidéo : les redoutables Blorks, qui le poursuivent inlassablement jusqu'au GAME OVER final.

« Game over. Blork raider », Midam

Quand Kid Paddle, Big Bang et Horace s'enferment pour passer la nuit à jouer sur leur console de jeu, on se doute qu'ils vont vivre quelques heures particulièrement éprouvantes. Au menu : TOUS les jeux dont le petit barbare est le héros. Des heures de stress et de coups fourrés en perspective ! Car le petit héros numérique va devoir affronter les pires ennemis jamais croisés dans un jeu vidéo : les infâmes et redoutables Blorks, qui le poursuivent inlassablement jusqu'au GAME OVER final.

« Léonard. Dodo de génie », Turk, De Groot

Qui arrêtera le Léonard de Turk et de Groot ? Toujours aussi fantasque et incontrôlable, ce Vinci-là passe son temps davantage à persécuter son disciple Basile qu'à accoucher d'inventions réellement probantes. Une fois n'est pas coutume, cet album voit le vieux barbu convoquer les plus mythiques coups de maillet et de tromblon afin de secouer le "disciplus simplex" qui lui tient lieu de faire-valoir.

 

Documentaire :

« Dinosaures. Larousse explore »

Les 9-12 ans vont se l'arracher ! Cette encyclopédie thématique est un livre à tiroirs fantastique : différents codes d'accès à l'information, plusieurs niveaux de lecture, des rubriques avec chacune un logo qui lui est propre, un "zapping" qui permet de naviguer dans le livre pour en savoir plus et un festival d'images en 3D digitalisées, de nombreuses photographies et dessins, des avis de spécialistes et d'experts... Une vraie bible pour tout savoir sur ces espèces disparues.

 

Romans :

L’intégrale « La tribu », Sandrine Beau, Séverine Vidal

Alors que la radio annonce l'évasion de prison du dangereux Harold, pas très loin de chez eux, Betty et Roméo découvrent que Mémé Sardine, une "figure" du village, a disparu. Au même moment, leur voisin, un homme taciturne surnommé le Hollandais, transporte des tas de choses dans sa cave ! Il n'en faut pas plus pour que la tribu trouve ça louche et démarre son enquête !

L’intégrale «  Les chroniques de Narnia », C. S. Lewis

« À l'origine de tout chef-d'œuvre de la fantasy, il y a un moment magique, le moment de la traversée. La traversée de l'Armoire par la petite Lucy en 1950 est l'un des moments emblématiques de ce puissant genre de la fantasy dont "Le Seigneur des Anneaux" et "Harry Potter" sont parmi les jalons marquants. Une lignée qui remonte à ceux dont C. S. Lewis lui-même est l'héritier : les mythes grecs, le folklore irlandais, les contes de Grimm et d'Andersen... C'est avec des yeux d'enfant, de l'enfant que le Professeur Lewis n'a jamais oublié d'être, que nous entrons, comme Lucy, à travers l'Armoire, dans un monde où s'affrontent courage, loyauté et trahison, où s'accomplissent conflits héroïques et quêtes magiques, et où la présence la plus lumineusement humaine est celle d'un lion qui parle»

« Les enfants les pires du monde », David Walliams

Connaissez-vous les pires enfants du monde ? Ceux qui désobéissent, ceux qui pètent et mettent leurs doigts dans leur nez sans rougir, ceux qui peuvent pleurer sur commande, ceux qui n'ont jamais tort, ceux qui font un élevage de poux, ceux qui ne décollent pas de leur canapé ? David Walliams nous livre ici une galerie de 10 portraits truculents d'enfants aussi effrontés qu'insupportables en 10 chapitres généreusement illustrés par Tony Ross.

 

Adultes :

« De la joie d’être bordélique », Jennifer McCartney

 La magie du rangement a fait son temps. Faisons la peau à cette absurdité, et commençons à acheter plein de trucs, pour les semer partout où nous en avons envie !Savez-vous que la science a prouvé que les personnes désordonnées sont plus créatives (et aussi plus intelligentes et plus séduisantes) ? Mais être un vrai bordélique et se laisser aller est un art ! Ce livre va vous apprendre comment vivre dans le bazar (en toute chose et de la cave au plafond), en pleine conscience et dans la joie. Et le résultat est époustoufl ant : vos plantes vont cesser de mourir, votre bouteille de whisky ne s'asséchera plus jamais, vous allez pouvoir vous lâcher, et vous découvrirez que vous avez perdu du poids? Il est temps de reprendre votre vie en main et de la débarrasser de la manie du rangement.

 

BDs :

« Alive », Luz

Bientôt 20 ans que Luz raconte l'histoire du rock, qu'il en croque les scènes et les publics. Des croquis de concert publiés dans les Inrocks ou dans Charlie Hebdo, Tsugi ou ses propres fanzines. Qu'importe la tribune, Luz est féru d'une musique qui fait du bruit, qui fait danser, et vibrer. Cette anthologie personnelle conjugue des dessins connus et d'autres encore inédits, souvenirs de concerts et portraits de rockers qui ont donné le pouls à des générations, ses croquis depuis les fosses dansantes et portraits de foules joyeuses...

« Communardes. L’aristocrate fantôme », Lupano, Jean

1871. Élisabeth Dmitrieff, une belle jeune femme russe de tout juste vingt ans arrivée à Paris depuis une semaine à peine, devient la présidente du premier mouvement officiellement féministe d'Europe : l'Union des femmes pour la défense de Paris et l'aide aux blessés. Véritable passionaria socialiste et va-t-en-guerre, elle est envoyée par Karl Marx lui-même ! Sa beauté et sa verve, qui la distinguent des autres insurgées, d'origines plus populaires, suscitent l'intérêt des « hommes » jusqu'ici peu sensibles aux revendications des communardes. Ainsi, paradoxalement, l'une des premières grandes figures du combat pour le droit des femmes en France était... une aristocrate russe.

L’intégrale « Commandant Achab », Stéphane Piatzszek, Stéphane Douay

Flic unijambiste, fumeur de joints devant l'éternel et maître d'un vieux chat mauvais comme la gale, le commandant Achab a décidé de quitter ses chères archives du 36, Quai des Orfèvres. Le limier boiteux reprend du service et part à la chasse à l'assassin... Mais pourquoi l'arrivée du lieutenant Karim à la Criminelle a-t-elle tiré le commandant de sa torpeur ? Quel lien unit les deux hommes ? Quel secret Achab cache-t-il depuis 10 ans ?

« Cobalt », Pablo de Santis, Juan Saenz Valiente

M. Cobalt, un pharmacien sexagénaire, est en réalité un agent « endormi » depuis longtemps. M. Cuivre, une vieille connaissance, se rend à la pharmacie et lui demande de réaliser une toute dernière mission, éliminer quatre personnes ! Cobalt n’a aucune envie de reprendre du service mais il comprend vite qu'il n'a pas le choix car la situation est désespérée...

 

Climat :

« Que feriez-vous si vous saviez ? Des climatologues face à la désinformation », Eric et Catherine Guilyardi

Ce livre raconte l'aventure d'une communauté humaine, celle des climatologues, engagés comme peu de chercheurs avant eux et à cette échelle, dans un combat loin de leurs laboratoires. Et quel combat ! Comment, quand on est climatologue, faire entendre l'urgence climatique sans être ni inaudible, ni alarmiste ? Et ce dans un monde hypermédiatisé où les négateurs du climat ont tribune ouverte dans certains médias ? De l'autre côté du micro comment, quand on est journaliste, relayer la parole des spécialistes du climat sans la déformer ? Comment, pour l'un comme pour l'autre, arriver à toucher le citoyen et lui faire comprendre qu'il est encore temps d'agir ?

 

Histoire :

« L’Europe à deux visages », Edgar Morin

L'Europe en crise  doit apprendre à dépasser ses démons qui la menacent. Car il existe une barbarie européenne spécifique qui, entretient une relation complexe, à la fois antagoniste et complémentaire, de la culture européenne, qui, elle, au contraire est un foyer d'idées émancipatrices.

 

Romans :

« Le jour d’avant », Sorj Chalandon

« Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J’allais punir les Houillères, et tous ces salauds qui n’avaient jamais payé pour leurs crimes.

« Ça raconte Sarah », Pauline Delabroy-Allard

Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre, ça raconte le moment précis où l’allumette craque, le moment précis où le bout de bois devient feu, où l’étincelle illumine la nuit, où du néant jaillit la brûlure. Ce moment précis et minuscule, un basculement d’une seconde à peine.

« Nous avons toujours vécu au château », Shirley Jackson

"Je m'appelle Mary Katherine Blackwood. J'ai dix-huit ans, et je vis avec ma sœur, Constance. J'ai souvent pensé qu'avec un peu de chance, j'aurais pu naître loup-garou, car à ma main droite comme à la gauche, l'index est aussi long que le majeur, mais j'ai dû me contenter de ce que j'avais. Je n'aime pas me laver, je n'aime pas les chiens, et je n'aime pas le bruit. J'aime bien ma sœur Constance, et Richard Plantagenêt, et l'amanite phalloïde, le champignon qu'on appelle le calice de la mort. Tous les autres membres de ma famille sont décédés."

« Rien ne va plus », Douglas Kennedy

À Hollywood, comme chacun sait, tout va plus vite, plus haut, plus fort! Les succès peuvent être soudains et tonitruants, les chutes foudroyantes. David Armitage, scénariste en quête de reconnaissance va en faire la redoutable expérience... Alors qu'il écrit depuis plus de dix ans des textes qui ne recueillent que l'indifférence des grands pontes de l'usine à rêves, l'impensable se produit : son dernier scénario est acheté par une chaîne branchée du câble. Sa série adaptée se révèle un fabuleux succès public et critique et David devient du jour au lendemain la coqueluche du tout-Hollywood. Adieu les vaches maigres, bonjour les paillettes! La toute nouvelle star abandonne femme et enfant pour une productrice en vogue, troque sa vieille voiture pour une porsche et met à profit sa providentielle notoriété : les contrats pleuvent, les courtisans aussi, un Emmy award vient même récompenser la plume la plus convoitée du moment. Jusqu'au jour où tout bascule. Traîné dans la boue par un magazine people, David voit le rêve américain se transformer en cauchemar : la descente aux enfers sera totale ! Finis les contrats mirobolants, les soirées mondaines et les projets de superproduction, le jeune prodige est relégué au rang de paria. Suite de hasards malencontreux ou orchestration diabolique ? En conteur doué et expérimenté, Douglas Kennedy ménage suspense et rebondissements, histoire de mieux vous embarquer dans un roman qui se lit d'une traite et dont on regrette de tourner la dernière page.

« Une fille comme elle », Marc Levy

À New York, sur la 5e Avenue, s’élève un petit immeuble pas tout à fait comme les autres… Ses habitants sont très attachés à leur liftier, Deepak, chargé de faire fonctionner l’ascenseur mécanique, une véritable antiquité. Mais la vie de la joyeuse communauté se trouve chamboulée lorsque son collègue de nuit tombe dans l’escalier. Quand Sanji, le mystérieux neveu de Deepak, débarque en sauveur et endosse le costume de liftier, personne ne peut imaginer qu’il est à la tête d’une immense fortune à Bombay… Et encore moins Chloé, l’habitante du dernier étage. Entrez au N° 12, Cinquième Avenue, traversez le hall, montez à bord de son antique ascenseur et demandez au liftier de vous embarquer… dans la plus délicieuse des comédies new yorkaises !

« Et tu trouveras le trésor qui dort en toi », Laurent Gounelle

Tout commence le jour où Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d'enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles qui le suivent. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l'aider à sa manière. Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l'hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, Alice va découvrir une vérité universelle particulièrement troublante. Une vérité concernant l'homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles... Dans ce nouveau roman émouvant et captivant, Laurent Gounelle nous entraîne dans un univers passionnant à la découverte de ce qui permet à l'homme de s'élever dans une autre dimension, où ses actes sont puissants et sa joie, un état durable.

« Le restaurant de l’amour retrouvé », Ito Ogawa

Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d’un chagrin d’amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l’art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière. Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies. Un livre lumineux sur le partage et le don, à savourer comme la cuisine de la jeune Rinco, dont l’épice secrète est l’amour.

 

Romans policiers :

« Petite sœur la mort », William Gay

En 1982, David Binder, jeune auteur que son agent a convaincu d’écrire un roman d’horreur, s’installe avec femme (enceinte et réticente) et leur petite fille dans l’ancienne maison d’une famille de planteurs, à Beale Station, Tennessee. La demeure n’a pas bonne réputation : un fantôme cruel et facétieux y a tourmenté les Beale au début du XIXe siècle, persécutant plus particulièrement la jeune Virginia. David découvre sur la propriété la tombe de Jacob Beale : «1785-1844. Torturé par un esprit.». Il semblerait qu’elle (le fantôme est une dame, apparemment) rôde encore dans les murs et la vie quotidienne des Binder s’en ressent, jusqu’au drame. Mais David s’est laissé envoûter par le lieu…

« Cadres noirs », Pierre Lemaitre

Alain Delambre est un cadre de cinquante-sept ans anéanti par quatre années de chômage sans espoir. Ancien DRH, il accepte des petits jobs démoralisants. À son sentiment de faillite personnelle s’ajoute bientôt l’humiliation de se faire botter le cul pour cinq cents euros par mois… Aussi quand un employeur, divine surprise, accepte enfin d’étudier sa candidature, Alain Delambre est prêt à tout, à emprunter de l’argent, à se disqualifier aux yeux de sa femme, de ses filles et même à participer à l’ultime épreuve de recrutement : un jeu de rôle sous la forme d’une prise d’otages. Alain Delambre s’engage corps et âme dans cette lutte pour regagner sa dignité.
S’il se rendait soudain compte que les dés sont pipés, sa fureur serait sans limite.
Et le jeu de rôle pourrait alors tourner au jeu de massacre.

« L’île du serment », Peter May

De mémoire d'homme, aucun meurtre n'a jamais eu lieu sur l'île d'Entrée, située dans l'archipel de La Madeleine, à l'est du Canada, et peuplée par une poignée de familles d'origine écossaise pour la plupart. Jusqu'à cette nuit de tourmente où James Cowell est poignardé à mort. Sa femme prétend qu'un assaillant s'en est pris à elle avant de tuer son mari, mais tous suspectent cette épouse d'un couple vacillant. Tous, sauf Sime Mackenzie. Seul anglophone parmi les enquêteurs envoyés sur place, il éprouve un choc en découvrant Kirsty Cowell. Le sentiment irréfutable de la connaître depuis toujours. Isolé dans une équipe où œuvre comme spécialiste des scènes de crime son ex-femme Marie-Ange, meurtri par l'échec de son mariage, rompu par l'insomnie, Sime sombre dans un état second où la réalité se mêle à des rêves étranges, faisant ressurgir l'histoire de son aïeul, expulsé de l'île de Lewis dans les années 1850, au moment de la Famine de la pomme de terre. Avec la certitude folle que le destin de Kirsty comme le sien se sont noués là, quelque cent cinquante ans plus tôt, dans un amour interdit qui n'a cessé de brûler ni de hanter. Le face-à-face entre le détective et la suspecte sur une falaise escarpée de l'île d'Entrée se superpose à l'image sépia d'une adolescente embrassée à l'ombre des pierres levées puis perdue sur un quai de Glasgow, dans le tumulte d'un navire qui déporte des milliers de misérables vers le Nouveau Monde.

« Enterrez vos morts », Louise Penny

Tandis que le Vieux-Québec scintille sous la neige et s'égaye des flonflons du carnaval, Armand Gamache tente de se remettre du traumatisme d'une opération policière qui a mal tourné. Mais, pour l'inspecteur-chef de la SQ, impossible d'échapper longtemps à un nouveau crime, surtout lorsqu'il survient dans la vénérable Literary and Historical Society, une institution de la minorité anglophone de Québec. La victime est un archéologue amateur connu pour sa quête obsessive de la sépulture de Champlain. Existerait-il donc, enfoui depuis quatre cents ans, un secret assez terrible pour engendrer un meurtre ? Confronté aux blessures de l'histoire, hanté par ses dernières enquêtes, Gamache doit replonger dans le passé pour pouvoir enfin enterrer ses morts.

Bonne lecture !                                                    

Les samedis d'ouverture du mois de mars

le .

books 1617327 960 720

 

La médiathèque sera ouverte les samedi 2, 16 et 30 de 9h à 12h30.

Venez découvrir nos nouveautés, profiter de nos jeux, tester votre logique, prendre une tasse de thé ou de café, ou tout simplement passer un moment convivial et agréable.

A samedi!

Les nouveautés dans votre médiathèque: 25 février

le .

Grâce au soutien de la bibliothèque départementale de l’Aude, tous les quinze jours de nouveaux livres sont mis à votre disposition au sein de la médiathèque de Roullens.

Les nouveautés du 25 février:

 

IMG 20190226 185048  IMG 20190226 185639 

Jeunesse :

Albums :

« Le livre de l’hiver », Rotraut Susanne Berner

Album sans texte sur le thème de l'été, montrant des personnages dans leur vie quotidienne, notamment dans des bâtiments dont on peut voir l'intérieur en coupe, telles des maisons de poupées. Ces planches très détaillées représentent des appartements, des commerces, une ferme, une gare, un centre culturel, une église, un jardin d'enfants, un parking, un centre commercial, un parc d'activités et la rue fourmillant de personnages et de véhicules.

« Princesse Astro. Première sortie dans l’espace », Benoît Broyart, Maria Karipidou

Dans son grand vaisseau, Princesse Astro rêve d'espace et d'aventures. Mais son père est catégorique : sortir du palais toute seule, c'est bien trop dangereux pour une fille de roi. Seulement, quand Lilo le cleptodon se retrouve en danger, Astro est prête à tout pour le sauver.

« Elle est bonne ? », Jean Gourounas

Baignade sur la banquise. Mmmmm… comme elle est bonne !

« Il était un croco… », Bruno Heitz

C’est une histoire à la fois très drôle et cruelle que celle de ce crocodile qui rêve d’un nayourt à la vanille… non un grouillourt à la vanille… et qui dévore tous ceux qui osent le reprendre sur ses difficultés de prononciation. Heureusement l’histoire finit bien grâce à un petit singe malin qui saura maîtriser le monstre grâce à... un dictionnaire!

« Un jardin en hiver », Pauline Kalioujny

Les arbres sont enfouis sous la crème chantilly de l’hiver. Couvert comme un oignon et l'imagination aux aguets, Micha part à l’aventure. Mais, à qui appartiennent ces empreintes sombres dans le givre clair ? Un jardin en hiver réserve décidément bien des surprises… Les arbres sont enfouis sous la crème chantilly de l’hiver.
Couvert comme un oignon et l’imagination aux aguets, Micha part à l’aventure. Marcher en faisant « scrontch, scrontch » dans la neige, construire une poule de neige avec une carotte et des bâtons, observer la nature qui  semble mystérieuse et endormie…
Mais, à qui appartiennent ces empreintes sombres dans le givre clair­? Un tigre de Sibérie ? Un loup noir des Steppes ? Un ours ? Mais non­! Cette grosse chose noire et poilue qui gigote en grognant, là, derrière le monticule de  neige, c’est Grand-père, avec sa barbe hirsute et sa chapka ! Un album tendre et plein de surprises tactiles pour encourager les plus petits à partir à l’aventure.

« Contes de la mer », Hélène Kérillis, Stéphane Girel

Un recueil de dix contes et légendes aux parfums d'embruns salés, dans lesquels résonnent le chant des sirènes et le souffle du vent du large. La mer, tour à tour mystérieuse, nourricière, protectrice et terrifiante, entraîne le lecteur de la banquise inuit aux mers du Sud, de la Scandinavie à la Polynésie française et du Danemark à la Chine, à la rencontre d'univers peuplés de créatures ensorcelantes, de vaisseaux fantômes, de pirates aux fabuleuses cargaisons, de princesses en quête de prétendants, de chasseurs de phoques qui découvrent l'amour au détour d'un rêve, etc. -- Des récits rédigés d'une plume riche et vivante, magnifiquement appuyés de peintures dans lesquelles les verts et bleus vibrants, rendant hommage à la profondeur océan, alternent avec de chaleureux rouges et orangés traduisant l'opulence des palais exotiques. Un glossaire conclut cet album de facture irréprochable.

« Le petit monde de Miki », Chiaki Miyamoto, Dominique Vochelle

Miki est née au Japon. Elle aime la nature et les saisons, la terre et la mer, la neige et la pluie. Miki voit beaucoup plus loin que le bout de son nez. Un courant d'air lui suffit : un rien l'enchante, sinon elle invente. Miki dit que son petit monde est grand comme un coeur d'enfant.

« La semaine de Quiriquiquiqui », Michel Piquemal, Pauline Comis

Premier bobo, première peur, premier fou rire, premier … mais CHUT ! C’est un secret ! C’est la vie de Quiriquiqui…

« Frileux, l’ours qui n’aimait pas l’hiver », Sandrine Vidal

Frileux déteste l’hiver, le froid qui pique et le vent glacé. Normal, c’est un ours. Alors l’hiver, il dort, attendant des jours meilleurs pour ses activités favorites, comme bronzer au soleil en mangeant des glaces ou sentir le sable chaud sous ses pattes. Son copain Ness, le minuscule oiseau rouge, fait de son mieux pour le garder éveillé : l’hiver, c’est long sans son meilleur copain ! Il l’entraîne tout ronflant dans une partie de pêche endiablée, une formidable chasse en forêt, une grande fête sous la lune… Mais rien n’y fait. Frileux ronfle encore. Un matin, l’infatigable Ness se réveille avec une nouvelle idée au bout du bec…

« L’ourson qui faisait Bouh », David Walliams

Un petit Ours polaire passe ses journées à hurler « bouh ! » pour faire sursauter quiconque croise sa route. C'est plus fort que lui, il s'écroule de rire à chaque fois ! Un jour, un explorateur débarque sur la banquise pour tourner une émission de télé sur le Pôle Sud. Les animaux sont ravis, ils vont devenir célèbres ! C'est sans compter notre Ourson, qui, facétie après facétie, sème la zizanie et compromet le tournage de l'émission...

« Marcelle Potoffeu », Yann Walcker, Gaia Guarino

Marcelle est la plus curieuse des concierges parisiennes ! Elle épie ses voisins, lit leurs lettres, écoute tous les ragots... Elle n'aime pas les secrets, elle les adore ! Mais, un jour, tous ces secrets accumulés vont la faire gonfler, gonfler, gonfler...

« Le lapin d’hiver », Patrick Yee

La neige tombant, Nic et Berny décident de faire un bonhomme de neige. Mais ce dernier s'est transformé en Lapin de Neige, qui s'anime et participe aux jeux de ses amis : bataille de boules de neige, glissades, rencontre avec les ours polaires. Après une nuit de repos,l e Lapin de Neige s'éclipsera.

 

BDs :

« Tom-Tom et Nana. Les deux terreurs »

On ne s'ennuie pas une seconde avec ces deux adorables affreux jojos pleins de ressources. Les gags s'enchaînent en avalanche. Même les enfants qui ne maîtrisent pas encore parfaitement la lecture peuvent se régaler du dessin : les plus petits commencent par déchiffrer les images, drôles et très narratives, et petit à petit, au fil des relectures, ils iront plus loin dans la compréhension en lisant aussi le texte des "bulles". Plaisir garanti : Tom-Tom et Nana sont les copains préférés des 7-10 ans qui collectionnent leurs incroyables aventures.

« Le loup en slip. 3 », Lupano, Itoïz, Cauuet

La forêt est en ébullition : la course annuelle « Rapide & Furieux ! » va bientôt commencer ! Pourtant, quelqu'un ne semble pas partager cette allégresse générale. Toutes les affiches de la course sont vandalisées ! Les habitants ne comprennent pas. Car enfin, faire la course, c'est super cool, n'est-ce pas ? La compétition, la sélection, c'est génial, non ? Le loup en slip mène l'enquête, et découvre que le responsable des dégradations n'est pas la bête féroce que l'on pense

« Boulard. En mode écolo », Mauricet, Erroc

Boulard a flashé sur Chloé. Le problème, c’est que pour plaire à sa copine, il lui faudrait devenir écolo, sauver les chats abandonnés dans les poubelles, ou partir en croisade contre les OGM. Surtout qu’un autre gars, Cyril, avec sa ceinture noire d’écologie, commence à lui faire de l’ombre. Alors cette fois, c’est décidé, Boulard va se retrousser les manches, décrocher un job d’été et leur montrer qui il est... dès qu’il n’y aura plus rien de beau à la télé !

« Légendes de la garde », David Petersen

Depuis la nuit des temps, la Garde protège les souris des mille dangers qui menacent leur existence. Trois de ses membres les plus solides, Kenzie, Saxon et Lieam, découvrent lors d’une mission de routine un noir complot ourdi dans la ville de Barkstone. Trop tard! Lieam est fait prisonnier, les deux autres sont laissés pour mort aux portes de la ville et une armée traîtresse marche déjà vers Lockhaven, la légendaire forteresse de la Garde.

« Le schtroumpfeur de bijoux », Peyo

Deux humains ont emmené le Schtroumpf farceur... Dans le but de dévaliser les riches habitants de leurs bijoux. Une nuit, en cambriolant, le Schtroumpf farceur s'est retrouvé en présence du fils d'un Grand-Duc activement recherché et retenu en otage. Venue à la rescousse, toute la communauté des petits lutins bleus a été prise au piège des ravisseurs...

« Léonard. Poil au génie », Turk, De Groot

Le disciple de Léonard doit tester tour à tour les inventions du plus farfelu de tous les inventeurs : la lotion capillaire, la magie, l'autoroute à péage, le produit qui rend invisible, celui qui réduit à la taille d'un puceron... On en passe et des meilleures!

 

Romans :

« Le livre de Perle », Timothée de Fombelle

Tombé dans notre monde une nuit d'orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d'exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d'amour, est aussi une quête mystérieuse. Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l'a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l'ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour? Perle a-t-il raison de penser que la fille qu'il aime l'attend toujours là-bas?

« Un chien à New York », Brock Cole

Quel plaisir de se promener dans les rues chic de New York! Le chien Gulliver est heureux avec son maître, un professeur tout ce qu'il y a de plus distingué. Mais quand ce dernier tombe amoureux d'une Française allergique aux chiens, rien ne va plus. Voilà l'animal abandonné aux soins d'une turbulente famille d'un quartier populaire. Un véritable choc des cultures... Des personnages hauts en couleur, beaucoup de charme, d'humour et d'émotions... Un régal d'un bout à l'autre!

 

Adultes :

« Inégalités », Anthony B. Atkinson

Le succès mondial du dernier livre de Thomas Piketty, qui fut l’élève d’Anthony Atkinson, a remobilisé l’attention sur le fléau que constitue l’explosion des inégalités dans les pays riches. Le diagnostic est désormais bien connu. En revanche, trop peu d’économistes s’attachent à nous expliquer comment inverser la tendance. Et tant d’autres nous désespèrent en ressassant les arguments qui donnent aux gouvernants autant de prétextes pour ne rien faire : l’intervention de l’État affaiblirait l’économie ; la mondialisation rendrait toute action impossible au niveau national ; de nouvelles mesures seraient au-dessus de nos moyens, etc. Atkinson met en pièces ces contre-vérités et propose un programme complet, concret et réalisable, même au niveau d’un seul pays. Le problème, souligne-t-il, n’est pas seulement que les riches s’enrichissent toujours plus. Nous sommes aussi inopérants dans la lutte contre la pauvreté, car l’économie change vite, et la majorité de la population ne peut pas suivre. Pour réduire l’inégalité, nous devons faire plus que lever de nouveaux impôts sur les riches. Atkinson prescrit donc des politiques innovantes et ambitieuses dans cinq domaines : le changement technologique, la recherche du plein-emploi, la sécurité sociale, le partage du capital et la fiscalité progressive. Dans ce texte vivant, accessible, Atkinson nous livre une somme incontournable sur le sujet et un message d’espoir dans les possibilités de l’action politique.

 

BDs :

« Le perroquet », Espé

Bastien a 8 ans. Et sa maman est malade. Souvent, elle fait ce que son papa et ses grands-parents appellent des "crises". D’après les médecins, elle souffrirait de "troubles bipolaires à tendance schizophrénique". c’est pour ça qu’il faut régulièrement l’emmener à l’hôpital, dans des établissements spécialisés, pour prendre des médicaments. Bastien n’aime pas trop ça car quand elle revient, elle ne réagit plus à rien. elle n’a plus aucun sentiment. Plus aucune envie. S’inspirant de son propre vécu, Espé livre un récit aussi personnel qu’universel, celui d’un enfant perdu dans une réalité où l’imaginaire est le seul refuge ; dans son regard, on ne lit qu’incompréhension et douleur face à la maladie de sa mère.

« La princesse des glaces », Camilla Lackberg

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête (à moins qu’une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l’oeuvre), Erica se convainc très vite qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres –, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.
A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge dans les strates d’une petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d’autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d’un peintre clochard – autre mise en scène de suicide.
Au-delà d’une maîtrise évidente des règles de l’enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et – tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol – disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu’on ne le pense.

L’intégralité « Magasins général », Régis Loisel, Jean-Louis Tripp

Une comédie truculente dans la campagne québécoise des années 20, premier volet de la trilogie distillée par Régis Loisel (La Quête de l'oiseau du temps, Peter Pan) et Jean-Louis Tripp (Jacques Gallard, Paroles d Anges). Réalisant ensemble le scénario aussi bien que le dessin, Loisel et Tripp ont conjugué leurs talents pour donner naissance à un auteur virtuel.

 

Romans :

« Les gens de Mogador », Elisabeth Barbier

Du Second Empire à la Seconde Guerre mondiale, trois femmes, Julia, Ludivine et Dominique Vernet, se succèdent pour diriger le domaine provençal de Mogador. Trois femmes qui, chacune à sa manière et selon son époque, luttent au nom de l'amour, de la liberté individuelle et du bonheur contre les antagonismes de la politique, les fatalités de la guerre et les interdits de la morale. Une chronique intimiste où la langue authentique et riche, la psychologie chaleureuse, l'occitanisme fervent de l'auteur se mêlent pour créer un climat romanesque singulier fait de parfum de vendanges, de goût de la passion et d'énergie féminine.

« La symphonie du hasard », Douglas Kennedy

À New York, dans un bureau, une éditrice lit un manuscrit. Une œuvre qui la trouble et qui va la replonger dans son passé et celui de sa famille. Sur le papier, une famille comme tant d’autres au pays de l’Oncle Sam, un bonheur propret, une vie plutôt confortable. Et pourtant… Aux années soixante insouciantes vont succéder les années soixante-dix tumultueuses. Et faire exploser au passage toutes ces familles qui croyaient encore au rêve américain…

« Avec toutes mes sympathies », Olivia de Lamberterie

Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux. Moi, je ne voulais pas me taire. Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste. Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »

« On regrettera plus tard », Agnès Ledig

L'irruption d’Éric et d'Anna-Nina un soir d'orage dans la vie de Valentine, institutrice dans un hameau du massif Vosgien, est un véritable coup de tonnerre. À la fillette brûlante de fièvre, au père brisé par la vie, Valentine va offrir plus qu'un simple toit. Avec tendresse et franchise, elle va bousculer les certitudes de ce père solitaire et modifier leur trajectoire toute tracée. Un roman émouvant et généreux où le désir se montre plus fort que la peur, que les blessures du passé et les regrets. Avec sa foi chevillée au corps, sa vitalité et son goût du partage, Valentine est l’une des héroïnes les plus attachantes d’Agnès Ledig, illustrant à nouveau la sincérité et la finesse de cet auteur. Un roman qui renoue avec ses thèmes chers : aux blessures de la vie vient répondre la force apaisante de l'amour et de l'amitié.

« Les pêcheurs », Chigozie Obioma

Un jour de janvier 1996, dans un village du Nigeria, quatre frères profitent de l'absence de leur père pour pêcher au bord du fleuve interdit Omi-Ala.
Le sorcier Abulu, qui les a vus, lance sur eux une terrible malédiction : l'aîné, Ikenna, mourra assassiné par l'un de ses frères.La prophétie bouleverse les esprits, et hante la famille jusqu'au dénouement tragique. Avec cet admirable récit dans lequel le tempo du conte africain accompagne la peinture du monde contemporain, Chigozie Obioma invente une forme nouvelle d'écriture romanesque.

« L’art de revenir à la vie », Martin Page

Martin vient d'avoir 41 ans. Il se rend à Paris pour rencontrer une productrice qui souhaite adapter un de ses romans au cinéma. Logé chez un ami artiste, il découvre la dernière œuvre de celui-ci, une curieuse "Machine à remonter le temps". Il s'y glisse et s'y endort. le temps d'une nuit, le voilà revenu 29 ans plus tôt, face à un double de lui-même âgé de 12 ans. Le lendemain, il retrouve la productrice pour discuter de l'adaptation de son roman. Mais très vite, tout déraille. Chaque nuit que compte ce séjour parisien où rien ne se passe comme prévu, Martin et son jeune-moi poursuivent leur conversation. Tout en lui révélant une partie de son avenir, le quadragénaire cherche à donner des conseils à l'adolescent, il veut l'aider et lui éviter les expériences douloureuses. Mais la relation se complique : ce jeune double a l'esprit de contradiction et ses remarques poussent Martin à se remettre en question. Vie rêvée et vie réelle deviennent aussi déstabilisantes et excitantes l'une que l'autre.

« L’été des quatre rois », Camille Pascal

Camille Pascal nous plonge au cœur d’un été inédit dans l’histoire de France : celui où quatre rois se sont succédé sur le trône. " Il y avait ce matin-là beaucoup de monde à Saint-Cloud, la Cour bien-sûr, mais aussi les ministres, il jurait même que monsieur de Talleyrand avait fait sonner dès la première heure son pied bot cerclé de fer sur les marbres de l'escalier d'honneur. La galerie d'Apollon n'avait jamais été aussi peuplée, et les jardins s'animaient de femmes heureuse d'y promener leurs traînes. Le grand lever serait long, et l'on entreprenait déjà le premier gentilhomme de la chambre pour obtenir les entrées. À l'évocation de son grand chambellan, le roi sourit : si même le diable boiteux courait à Saint-Cloud lui présenter ses hommages de gentilhomme et prendre sa place de courtisan, alors la France était prête." Ainsi commence L'Été des quatre rois. Juillet-août 1830, la France a connu deux mois uniques dans son histoire avec la succession sur le trône de Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe.
Dans cette fresque foisonnante, à l'écriture ciselée, tandis que le peuple de Paris s'enflamme, Hugo, Stendhal, Dumas, Lafayette, Thiers, Chateaubriand, la duchesse de Berry, Madame Royale assistent à l'effondrement d'un monde. Des "Trois Glorieuses" à l'avènement de la monarchie de Juillet, Camille Pascal nous plonge dans le roman vrai de la révolution de 1830.

L’intégrale « Les semailles et les moissons », Henri Troyat

Les jours heureux et les travaux paisibles se succèdent à la Chapelle-au-Bois, une bourgade corrézienne plutôt déshéritée, à la veille de la Grande Guerre. C'est là qu'a grandi Amélie Aubernat, entre un père maréchal-ferrant qu'elle adore, et une mère un peu fantasque qui tient la petite épicerie du village. À dix-huit ans, la jolie et farouche Amélie sait d'instinct qu'elle n'aime pas Jean Eyrolles, le fiancé qu'on lui destine et qui doit hériter de la scierie paternelle. En revanche, toutes ses pensées et tous ses sentiments vont vers Pierre Mazalaigue qui rêve, lui aussi, de l'épouser. Ainsi débute cette chronique familiale exemplaire, cette fresque vivante et colorée, ce roman d'amour raisonnable et passionné, geste intimiste que le succès public a transformée en véritable légende.

 

Romans policiers :

« Les morsures du passé », Lisa Gardner

Dans un quartier populaire de Boston, cinq corps sont retrouvés gisants. Il s’agit des membres d'une même famille. Tous une balle dans la tête, le père respire encore faiblement. De toute évidence, cet homme couvert de dettes a décidé d'assassiner les siens avant de se donner la mort. Appelée sur les lieux, l'enquêtrice D. D. Warren comprend immédiatement que l'affaire est plus compliquée qu'il n'y paraît : sur la table du dîner, six couverts avaient été dressés...

« Mémoire en cage », Thierry Jonquet

Qui ? Pourquoi ? Comment ? Voilà les questions que se posait le commissaire Gabelou. Trois questions pour trois cadavres. Comment en était-on arrivé là ? La fatalité, l’injustice et la vengeance… Cynthia a beau être prisonnière de son fauteuil roulant et de son corps souffrant, elle n’est peut-être pas si débile qu’il y paraît. Sa vie est fichue alors il ne lui reste plus qu’à réussir la mort de l’ordure qui a tout gâché. Mais comment ?

« La position du tireur couché », J.-P. Manchette

Martin Terrier était pauvre, esseulé, bête et méchant, mais pour changer tout ça, il avait un plan de vie beau comme une ligne droite. Après avoir pratiqué dix ans le métier d'assassin, fait sa pelote et appris les bonnes manières, il allait rentrer au pays retrouver sa promise et faire des ronds dans l'eau... Mais pour se baigner deux fois dans le même fleuve, il faut que beaucoup de sang passe sous les ponts.

« Code 93 », Olivier Norek

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire. Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 » ? Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

« Portées disparues », Lalie Walker

«Elle avait peur. Terriblement peur. Elle n'était pas la seule. Mais elle l'ignorait. Elles étaient cinq à trembler. À renifler l'odeur fétide de la terre, gorgée d'eau croupie. Cinq, à se croire seules. Chaque femme était enfermée dans une cage, isolée des autres par des kilomètres de galeries souterraines. La distance aurait suffi à les maintenir dans l'illusion de la solitude. Mais leur kidnappeur en avait jugé autrement. À toutes fins utiles, il leur avait tranché la langue.» Une cinquantaine d'enlèvements répertoriés de femmes, volatilisées du jour au lendemain, ne laisse aucun doute quant à l'existence d'un psychotique particulièrement dangereux. Jeanne Debords est sur la brèche. Nouvellement nommée à la tête du Bureau spécial des disparitions, elle doit à nouveau, dans le cadre très inquiétant d'un zoo laissé à l'abandon, mettre un nom et un visage sur celui, insaisissable, qu'elle sent, chaque jour, plus cruel, plus démoniaque, plus proche…

 

Société :

« Libres d’être », Thomas Scotto, Cathy Ytak

Vous êtes nées filles. A aucun moment de votre toute première seconde, je n'ai imaginé que ça pouvait être autre chose qu'une conviction d'égalité... Deux textes en résonance: De fibres entremêlées de Thomas Scotto et Paris 1909, et si ma maison brûle de Cathy Ytak

 

Témoignage :

« Le lambeau », Philippe Lançon

Lambeau, subst. masc. 1. Morceau d'étoffe, de papier, de matière souple, déchiré ou arraché, détaché du tout ou y attenant en partie. 2. Par analogie : morceau de chair ou de peau arrachée volontairement ou accidentellement. Lambeau sanglant ; lambeaux de chair et de sang. Juan, désespéré, le mordit à la joue, déchira un lambeau de chair qui découvrait sa mâchoire (Borel, Champavert, 1833, p. 55). 3. Chirurgie : segment de parties molles conservées lors de l'amputation d'un membre pour recouvrir les parties osseuses et obtenir une cicatrice souple. Il ne restait plus après l'amputation qu'à rabattre le lambeau de chair sur la plaie, ainsi qu'une épaulette à plat (Zola, Débâcle, 1892, p. 338). (Définitions extraites du Trésor de la Langue Française).

Bonne lecture !